Rechercher

Jean Griffet « Le corps féminin culturiste est une forme d’égalitarisme extrêmement puissant. »

Jean Griffet : « Le corps féminin culturiste est une forme d’égalitarisme extrêmement puissant .» Bev Francis
La culture du muscle chez la femme. C'est tout l'objet de l'étude de Jean Griffet qui s’est intéressé au corps féminin culturiste. Un corps, aujourd’hui disparu en France, dans lequel ce professeur émérite en sciences et techniques des activités physiques et sportives à l’université d’Aix-Marseille II, voit un profond vecteur d’équité entre hommes et femmes.

Par Sophie Danger

Publié le 18 novembre 2022 à 7h30

Vous avez travaillé, avec Peggy Roussel, sur la pratique culturiste extrême en prenant pour objet uniquement des femmes*. Comment décrire cette pratique, en quoi consiste-t-elle ? 

Il y a parfois confusion entre musculation et culturisme. On a tendance à confondre les catégories et donc les pratiques or, il existe des degrés divers dans ces pratiques.

Il y a dabord ce que lon appelle les entraînements physiques dont le but est davoir une silhouette galbée, de raffermir la musculature.

Il y a également des formes plus intenses où ce que lon recherche est la performance en terme dintensité : intensité de la charge, durée de leffort

Et puis, il y a la pratique sportive de haut-niveau en vu de gagner ou de se placer le mieux possible sur des championnats internationaux. Cest sur cette dernière que nous avons travaillé.

Nous avons étudié des femmes qui pratiquent le culturisme à haute dose et sont arrivées à un niveau de transformation de leur corps tel quil produit un effet provocateur sur le plan esthétique.   

La Française Tjiki, compétitrice de body fitness

Comment est née cette pratique ?  

Elle a démarré avec une athlète qui sappelle Beverly Francis. Dans les années 70-80, cette femme a complètement fait craquer les normes pour produire un corps féminin extrêmement musclé, avec une musculature très dessinée, très volumineuse, qui permet de voir tous les faisceaux musculaires.

Elle est passée de la femme forte, cest-à-dire de la femme capable de soulever des charges très lourdes, à la femme qui a une apparence colossale. 

La culturiste australienne Beverly « Bev » Francis, haltérophile et championne nationale du lancer de poids.

Quelles sont les motivations qui sous-tendent cette pratique extrême ?

Nous navons pas travaillé sur Beverly Francis précisément mais je pense que linfluence du modèle culturiste masculin, qui occupait alors la scène, la sans doute inspirée. Peut-être sest-elle dit que la femme pouvait produire un corps pareil.

Pour ce qui concerne notre étude, nous avons travaillé sur une douzaine de femmes qui pratiquaient à un niveau international dans les années 90.

Peggy Roussel, dont je dirigeais la thèse, est allée à leur rencontre pour des entretiens de longue durée en essayant de comprendre comment elles en étaient venues au culturisme, ce qui leur plaisait, les plaisirs liés à cette pratique ainsi que les ennuis, les risques encourus car certaines devaient faire face à des dérèglements hormonaux, des problèmes de santé énormes liés à la prise danabolisants.   

Comment en sont-elles venues à mettre tout en œuvre pour transformer à ce point leurs corps ?

Sur les douze femmes culturistes que nous avons interrogées, il y a un processus qui apparaît très clairement, processus qui concerne lentrée et la poursuite de la pratique.

Pour entrer dans la pratique culturiste, il y a deux voies. La première, cest la recherche de laspect esthétique avec des femmes qui viennent chercher un raffermissement musculaire. Elles veulent un corps plus svelte, plus tonique.

La seconde voie, cest laspect musculation. On a à faire, dans ce cas, à des femmes qui vont chercher à travailler, de manière spécifique, certains groupes musculaires pour améliorer leurs performances dans une discipline autre. Cest, par exemple, une lanceuse de poids qui va faire des soulevés de terre, des squats

Mais que ces femmes viennent à la pratique culturiste pour la transformation esthétique ou pour lamélioration de la performance musculaire, la finalité originelle va se déplacer et elles vont être captivées par les sensations liées à la musculation. Elles vont alors entrer dans un monde sensoriel.

Les crossfiteuses françaises Alizee Andréani, Melody Andréani et Célia Gabbiani.

Quest-ce quun monde sensoriel ?

À travers leur pratique, ces femmes vont ressentir des sensations de croissance musculaire, de puissance. Elles vont sentir leur emprise sur la matière, avoir le sentiment d’être de de plus en plus fortes.

Ces sensations musculaires, des sensations liées à leffort, ont un côté jouissif et sont perçues comme très positives. Ça vaut aussi pour les phases de récupération. Elles se sentent plus toniques, prêtes à faire des actions quelles nimaginaient pas possibles lorsque, musculairement, elles étaient un peu moins affûtées. Cest ça, la phase sensorielle. 

L’influenceuse fitness JujuFitcats a participé à une compétition de culturisme, modèle bikini, lorsqu’elle avait 21 ans.

Ce sont ces sensations qui poussent à continuer, à aller plus loin ?  

Non, il y a une deuxième étape car, lorsque vous faites de la musculation, au bout dun an, un an et demi, la courbe de progrès se tasse.

Ces femmes entrent alors dans ce que lon a appelé « le monde du muscle ». Elles évoluent dans un univers, qui est celui de la salle. Elles y côtoient des amis, participent à des discussions qui portent sur le mieux salimenter par exemple, lisent des revues spécialisées et simbibent des canons esthétiques dune musculature achevée, participent à des compétitions

Les sociologues américains appellent cela un sous-monde. Il regroupe des gens qui ont éprouvé des sensations fortes et voient leur motif de pratique réactivé par lentrée dans un univers social où la communication s’établit autour du muscle et de la manière de le dessiner, le tout accompagné de valorisations permanentes. Lorsque ces personnes regardent leur corps dans la glace et le voient évoluer, elles ont alors limpression de remporter une série de victoires.

Ce monde du muscle se nourrit à la fois du progrès mais aussi des relations amicales, du bien-être. Il y a un sentiment dappartenance et dintégration. Cest un monde très sécurisant. Les gratifications sensorielles sont alors relayées par des gratifications micro-sociales liées à la pratique. 

Quel regard portent les hommes qui appartiennent à ce monde du muscle sur ces corps féminins développés à lextrême ?

Les critères d’évaluation de la musculature sont les mêmes que lon soit un homme ou une femme. Tous apprécient des choses extrêmement précises, la proportion par exemple.

La femme culturiste de haut niveau va, pour cela, à la fois, être très soucieuse des caractères traditionnellement associés à la masculinité – prolifération musculaire, démesure musculaire – mais aussi des caractères de la féminité.

En ce qui concerne ces derniers, ils ont tendance à diminuer avec la prise de stéroïdes. Elles vont alors les réactiver par des prothèses. Cest le cas, notamment, pour la poitrine.

Les caractères de la masculinité, comme les mollets quelles ont du mal à développer, seront renforcés, pour leur part, par la chirurgie. Le souci de lapparence est fondamental.

Lors des championnats, elles vont se montrer, montrer leur musculature et cette dernière est valorisée par le maquillage, le bronzage, le soin des ongles, le bikini.

Elles exacerbent, dans le même temps, et les caractères associés à la masculinité et ceux associés à la féminité

L’ancienne championne d’Europe de karaté et de wakesurf, Fanny Clavien, devenue bodybuildeuse.

Comment expliquer le fait dexacerber les caractéristiques dites féminines ? Est-ce que cest pour rappeler quau-delà de la modification extrême du corps qui s’éloigne des critères esthétiques traditionnels, elles sont et restent avant tout des femmes ?

Elles sont attachées à ça. Ces deux instances, masculine et féminine, créent un tout. Le souci, cest quil y a un après.

Quand ces femmes ne sont plus performantes pour jouer ce jeu-là, le corps commence à se transformer dans des conditions quelles ne contrôlent plus : la musculature saffaisse, les ennuis thyroïdiens, les ruptures de tendonsCest une phase assez difficile à vivre, la phase de décomposition du corps idéal.

Est-ce que lon peut néanmoins parler de mode de vie partagé sans différenciation homme-femme ?

Cest ça. Hommes et femmes font partie du monde du muscle et, à lintérieur, il y a le culte du muscle. La divinité est la même pour tous : l’équilibre et le dessin des masses musculaires.

Fanny Clavien dans sa salle de musculation, en Suisse.

Comment vivent-elles limage qui leur est renvoyée hors de ce microcosme ? 

À un moment donné, la musculature atteint un tel développement que ça commence à se voir en dehors de la salle. Elles essuient alors des regards qui mélangent le respect et la moquerie.

Ce regard que lon porte sur elles, ces femmes culturistes le voient. Certaines vont se cacher, dissimuler ce corps devenu atypique ou anormal par rapport à la majorité des corps féminins. Dautres vont provoquer.

À partir de ce moment-là, elles entrent dans une autre culture, elles conquièrent leur identité en sopposant aux valeurs de la culture dominante. Elles exhibent cette musculature, extrêmement provocatrice, qui va faire que les gens vont se retourner sur leur passage. Ça, cest la troisième étape, celle de la contre-culture. 

Fanny Clavien

Est-ce la même chose pour les hommes ou est-ce que cest plus prononcé pour les femmes ?

Je ne sais pas car nous navons pas travaillé sur les hommes. Ceci étant, cette population, de manière générale, se définit à lintérieur delle-même, se juge sur des critères très précis et, en même temps, se détermine contre une population globale quelle considère, je nirais pas jusqu’à dire en pleine dégénérescence mais il y a quand même un peu de ça, je crois.

Quand on cultive le corps, on en vient facilement à penser que les autres se négligent et quon leur est supérieur. Ce sentiment là nest pas du tout présent au départ lorsque lon commence à pratiquer.  

Est-ce que cette opposition entre deux populations implique que ce corps transformé ne pourra jamais être vécu « normalement » de part et dautre ?

Il y a une césure entre la culture dominante et ces cultures locales spécifiques, ces « idiocultures » dans lesquelles les significations partagées ne peuvent être interprétées, connues et appréciées uniquement si lon en est partie prenante.   

Fanny Clavien

On parle néanmoins beaucoup dinclusion en ce qui concerne le corps, et notamment le corps féminin. Est-ce que cela nest quun fantasme ou est-ce que, malgré cette apparente ouverture sur des modèles autres que les modèles dits traditionnels, le corps de ces femmes fait encore et toujours définitivement figure de corps à part ?

Lidée que les normes soient en train de souvrir est une illusion. On essaie de valoriser, les grandes, les maigres, les souffreteuses, les muscléesTout cela fait partie des outils multiples que possèdent les médias pour faire croire que le monde a changé entre hier et aujourdhui.

Il y a cependant des glissements qui se produisent, des tolérances qui sinstallent, des intolérances également. Avant de travailler sur ce sujet, je ne voyais pas ce corps comme je le vois à présent, par exemple.

Je me dis désormais que ce corps est celui de quelquun qui a vraiment travaillé pour le cultiver. 

Ce corps, vous dites quil a pratiquement disparu en France. Pourquoi ?

Oui, ce corps féminin a pratiquement disparu en France. On rencontre aujourdhui des femmes qui font du fitness, du body fitness, qui pratiquent la musculation mais sans aller jusquau paroxysme, sans aller jusqu’à ce que lon peut voir sur la scène internationale avec les athlètes étrangères

Il y a plusieurs raisons à cela : des raisons liées aux critères dappréciation des fédérations et des raisons liées au dopage.

En France, le dopage était devenu une pratique non contrôlée et il y a eu un coup darrêt avec des contrôles beaucoup plus stricts. Ce nest pas le cas à l’étranger et ça a décliné à cause de ça : l’évolution des critères esthétiques et les langues qui ont commencé à se délier sur le dopage. 

Cest intimement lié aux institutions. 

Oui, cest très lié à lenvironnement culturel et social français. 

Mais la pratique continue ailleurs ?

En France, ces corps de femmes ont disparu. Il existe encore des corps musclés, mais ça na plus rien à voir avec ce que lon a pu observer à la fin des années 90. Ils continuent néanmoins à exister dans dautres pays.

Les Fédérations internationales continuent la pratique, organisent encore des compétitions dans lesquelles on voit des corps monstrueusement musclés, encore pire que ce que lon pouvait imaginer il y a trente ans.

Beverly Francis, que nous avons évoqué, a fait exploser les normes. Elle sest probablement dit que la femme pouvait faire comme lhomme, quelle pouvait être jugée selon les mêmes critères dappréciation.

Je pense que cest une forme d’égalitarisme extrêmement puissant et même d’équité. Beverly Francis a rétabli de l’équité

Bev Francis se raconte, en 2021, sur la chaîne australienne ABC Australia.

L’équité à travers un corps exacerbé ?

Oui, elle a montré que c’était possible. On pourrait dire de ces femmes quelles se sont sacrifiées sans le vouloir, même sil ny a probablement pas du tout de sacrifice dans leur esprit. Il ny a pas non plus de grande cause féministe ou masculiniste à défendre, il ny a rien.

Ce n’était pas une idéologie, simplement des pratiques que lon peut considérer comme profondément équitables, égalisantes qui ont permis à des féministes ou à des femmes et des hommes tenant un discours féministe de dire : « Vous voyez, les femmes aussi peuvent y arriver ! »   

*« Le muscle au service de la « beauté ». La métamorphose des femmes culturistes. » de Peggy Roussel et Jean Griffet.

Ouverture Bev Francis... ©bevfrancis.com

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »

Pendant le confinement, le fitness a la cote

Malgré les nombreux échanges houleux sur les réseaux sociaux concernant le running (on peut continuer à courir ou pas ?), ce ne serait là qu’une tempête dans un verre d’eau. Selon un sondage, la course à pied est loin d’être l’activité la plus prisée par les Français en période de confinement.

Lire plus »
Pénélope Leprévost : « Avec ma fille Eden, notre vie, c'est les chevaux ! »

Pénélope Leprévost : « J’ai tout fait pour que ma fille, Eden, ne devienne pas cavalière ! »

Elles sont mère et fille et partagent toutes les deux une passion dévorante pour les chevaux. La championne d’équitation Pénélope Leprévost, multi-titrée, et Eden Leprévost Blin-Lebreton, sacrée championne de France l’an dernier, participent en duo à l’étape parisienne du Longines Global Champions Tour dont elles sont les ambassadrices. Rencontre familiale avec la crème des cavalières.

Lire plus »
Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode « Féral » à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »
Marathon Rose, les femmes en marche contre le cancer du sein

Marathon Rose, les femmes en marche contre le cancer du sein

« Le sport pour vaincre ! » Comme un cri du cœur, le slogan de l’association Casiopeea résume parfaitement le projet de son Marathon Rose qui prendra la route en octobre : marcher côte à côte pour lutter contre la maladie durant le mois de sensibilisation nationale, Octobre Rose. ÀBLOCK ! soutient cet essentiel top départ…

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Caroline Garcia, le rêve est en marche…

Caroline Garcia, la saison n’est pas finie…

La finale de l’US Open lui échappe et alors ? Caroline Garcia vit une saison incroyable et nous, on aime les sportives qui en veulent et qui ne boudent pas leur plaisir sur les terrains. Et la joueuse de tennis française ne s’est épargnée aucun effort pour arriver au top. Portrait d’une fille tout court.

Lire plus »
Ingrid Graziani

Le questionnaire sportif de…Ingrid Graziani

Elle a été à la fois Miss Île-de-France et championne du monde de boxe française en 2003 puis, elle a balancé sa couronne pour se consacrer au combat, devenant championne d’Europe en 2006 et triple championne de France. Aujourd’hui comédienne, Ingrid Graziani allie ses deux passions, le sport et le jeu, en racontant ses histoires de fille boxeuse dans un one woman show « Du ring à la scène » qui devrait revenir après la crise sanitaire. Entre deux séances de boxe, elle a pris le temps de répondre à notre petit questionnaire ÀBLOCK!

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner