Rechercher

Anaïs Quemener Portrait slamé d'une championne qui claque

Anais-Quemener
Elle a été filmée, interviewée, podcastée, célébrée… mais elle n’a jamais été slamée. C’est désormais chose faite. Notre ambassadrice, la marathonienne Anaïs Quemener est la première héroïne de notre série de slams inédits signés de l'ex-footeuse Mélissa Plaza. Faites du bruit !

Par Mélissa Plaza

Publié le 30 janvier 2024 à 18h32, mis à jour le 05 mars 2024 à 10h15

Poésie contemporaine, lecture urbaine et poétique de la vie, mouvement d’expression populaire, le slam est un portrait décalé qui puise dans la violence, l’impact, la douceur des mots.

ÀBLOCK! en collaboration avec l’ex-internationale de football et aujourd’hui slameuse, Mélissa Plaza, lance une série de slams sur des championnes inspirantes au rythme mensuel.

En commençant par notre ambassadrice Anaïs Quemener, pour qui le sport est une philosophie de vie, mais aussi un outil de réparation pour tromper un cancer du sein qui a voulu sa peau : ce premier slam de Mélissa Plaza nous offre une bouffée de force et de résilience.

Un portrait de championne aussi décalé que poétique. L’ADN d’ÀBLOCK! dans toute sa splendeur ! De la poésie qui claque et se déguste en images, avec la complicité des athlètes. C’est ici et maintenant !

  • Pour ÀBLOCK!, une fois par mois, l’ex-internationale de football, Mélissa Plaza, nous propose un slam inédit sur des championnes inspirantes. Retrouvez-les dans cette rubrique, mais aussi sur notre nouvelle chaîne YouTube et sur nos réseaux sociaux dont Instagram

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner