Rechercher

Boxe : « Ce qui fait le plus mal, c’est la peur. »Premier Crochet (Épisode 1)

Premier Crochet
ÀBLOCK! accueille le podcast d'Audrey qui nous propose d'entrer dans l'univers et la tête des boxeuses. Du pur documentaire audio. Montez sur le ring avec elle.

Publié le 25 juin 2020 à 12h32, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h17

Audrey a 28 ans. Elle a ressenti le besoin de faire un sport de combat après une agression sexuelle dans le métro parisien et une séparation amoureuse.

Deux événements qui lui ont donné l’envie d’apprendre à se battre et celle de créer ce podcast à la parole puissante.

Dans ce premier épisode, c’est elle qui prend le micro pour se livrer sans fard. 

Extraits : 

«  Les mecs te disent clairement : moi je veux pas taper une fille. Mais la salle est mixte, ils n’ont pas le choix, il faut faire avec tous, peu importe le sexe et le niveau, il n’y a pas de sujet homme-femme, tu t’ajustes à l’autre, c’est un jeu, et c’est ça qui te fait progresser. »

«  J’ai une urticaire à l’effort, quand je transpire ma peau se recouvre de taches. Mais plus je fais du sport, moins ces signes apparaissent. Ça veut tout dire. »

« La boxe thaïe m’offre un canal d’expression. J’ai l’impression d’apprendre un langage qui ne m’était pas permis. »

« Les coups, ça fait peur. Le ventre, ça va mais les coups dans la tête, c’est difficile, on a envie de se cacher derrière ses bras, fermer les yeux et attendre que ça se passe. Mais il faut apprendre à ne pas se planquer, à parer les coups les yeux ouverts. »

On l’écoute ? 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner