Rechercher

Kti Devos : « En parapente, hommes et femmes jouent ensemble. »Journaliste, pilote, 60 ans

Kti Devos : « En parapente, hommes et femmes jouent ensemble. »
Pour son soixantième anniversaire, elle s’est offert un titre de vice-championne du monde de précision d’atterrissage. Elle, c’est Kti Devos, pilote référence en vol et ski et en précision d’atterrissage, deux disciplines affiliées au parapente. Témoignage d'une fille de l’air.

Propos recueillis par Sophie Danger

Publié le 13 février 2024 à 14h12, mis à jour le 14 février 2024 à 11h46

« Je suis onze fois championne de France, un palmarès qui englobe deux disciplines, la précision d‘atterrissage et le vol et ski. La précision d’atterrissage consiste à décoller dune montagne ou au treuil pour se poser sur une pièce d’un euro matérialisée par un petit point d’un centimètre sur un plateau électronique de 16 cm de rayon. Le vol et ski peut être également vu comme de la précision d’atterrissage mais en un peu moins précis. C’est une discipline qui s’apparente plus à du jeu et qui se déroule durant l’hiver.

Pour ma part, j’ai commencé par le vol et ski, j’en fait depuis vingt ans en compétition. La précision d’atterrissage existe depuis très longtemps à l’international mais n’est reconnue, en France, que depuis six ans. Je suis devenue championne d’Europe en 2022 et vice-championne du monde en 2023.

Mon attrait pour le sport vient de l’enfance. J‘ai toujours aimé jouer et le sport, pour moi, est la continuité du jeu. J‘ai découvert le sport à l’école, en sixième, comme plein d’enfants qui n’y sont pas poussés par leurs parents. J’ai eu une prof d’EPS qui était toute jeune et représentait, pour moi, la prof parfaite. J‘ai su, d’emblée, que j’allais aimer le sport et que je voudrais devenir comme elle, prof d’EPS.

©Kti Devos

J‘ai pas mal pratiqué l’athlétisme et le handball, j’ai joué à Antibes et à l’AS Monaco. J’aurais rêvé faire du foot mais, à l’époque, on était souvent obligées de faire croire qu’on était un garçon pour pouvoir jouer les week-ends.

J’ai arrêté le handball quand j’ai découvert le parapente. C’est le hasard qui m’y a amenée. J‘ai croisé Pierre Pagali avec qui je vis et qui est le papa de mon fils, il faisait du parapente et, même si je n’avais pas du tout d’ouverture sur le monde aérien, ça a été coup de foudre ! C’était en 1988, j’avais 26 ans et je ne suis plus jamais rentrée dans une salle de hand.

En parapente, il y a le silence, il y a la liberté ce qui contraste avec le handball, les voyages en bus, les stades où tout le monde crie, où on se fait parfois insulter par les supporters adverses. Là, d’un seul coup, quelque chose a switché en moi, je me suis dit que c’était de ça dont javais envie, de plein air, de découvrir une nouvelle activité.

Ce que j’ai tout de suite aimé dans le parapente, c’est le fait de pouvoir aller me balader avec un petit sac à dos, partir en montagne et redescendre en volant. Dès l’instant où j’ai commencé à voler, je n’ai fait presque que ça.

J’ai passé le Brevet d’État deux ou trois ans plus tard et j’ai un peu enseigné mais, avec Pierre, très rapidement, on s’est lancés dans l’aventure Parapente Mag, un magazine qui vient de fêter ses 35 ans.

J‘ai commencé la compétition par la distance, indispensable pour passer son BE, et ça m’a beaucoup plu mais je me suis vite orientée vers le vol et ski parce que je suis devenue maman et que la distance me prenait trop de temps.

Je ne pratique pas pour cumuler les titres mais il se trouve que j’en ai cumulé. Gagner fait toujours plaisir mais, sur le plan compétition pure, le vol et ski c’est aussi quelque chose de ludique. En précision d’atterrissage, le niveau n’est pas le même, c’est un niveau international.

Aujourd’hui, je suis face à des pros il y a des pilotes pros dans les pays asiatiques et ça m’a permis de me connaître un petit peu mieux. Par rapport à d’autres, j’ai une pratique assez dilettante parce que j’ai un travail, parce que je ne vis pas sur un site, parce que mon état d’esprit, parce que mon âge. Je viens d’avoir 60 ans et quand j’étais sur le podium des Championnats du monde, j’ai senti très fort que je venais de m’offrir mon cadeau d’anniversaire.

L’âge, on s’en fiche complètement, je n’ai pas envie de le planquer. Bien évidemment, j’ai mal partout ; bien évidemment, je ne peux pas m’entraîner comme je le voudrais si je le souhaitais vraiment, mais j’ai la chance de pratiquer une discipline qui n’est pas très physique. Il faut quand même être en forme mais, même si les années passent, les qualités athlétiques s’estompent. Grâce à l’expérience, grâce au mental, je peux me bagarrer avec des petits jeunes. L’autre attrait du parapente, c’est que c’est un sport ouvert aux femmes.

Dans notre sport, il y a toujours eu entre 5 et 10 % de femmes et aujourd’hui, même si je n’ai pas les statistiques exactes, ça doit monter à 12-15 %. En compétition, sur les Championnats du monde, on était 35 femmes sur 130 pilotes, ce qui fait quand même une belle proportion mais ce qui est chouette surtout, c’est que l’on joue ensemble.

Bien sûr, au niveau des résultats, il y a encore une catégorie homme et une catégorie femme mais, dans notre discipline, on pourrait très bien imaginer qu’il n’y ait qu’une seule catégorie. Être un garçon, n’est pas un avantage, il n’y a pas de notion de force, de notion de vitesse. Finalement, tant mieux pour nous qu’il y ait encore cette classification qui permet de faire des podiums : en championnat d’Europe, je termine 9e sur 130 pilotes en open mais, s’il n’y avait pas de classification femme, je n’aurais pas fait un podium. Je pense, qu’à l’avenir, les femmes seront encore plus nombreuses.

En France, la discipline n‘est quasiment pas connue mais elle va le devenir parce que la précision d’atterrissage est une activité non violente : on ne se fait pas peur, c’est vraiment du vol soft et quand on a des enfants, il y a possibilité de s’entraîner avec les gamins en choisissant des sites de proximité où il y a peu d’espace entre le décollage et l’atterrissage.

D’ici-là, j’espère que je ferai encore de la compétition et surtout, j’espère que je coacherai des jeunes, que je pourrai leur apporter mon expérience. Moi, c’est quelque chose dont je n’ai pas pu bénéficier parce que la discipline est nouvelle et que nous avons défriché.

Alors, autant rendre service à ceux qui arrivent, autant préparer le terrain pour les jeunes générations. » 

©Jaroslav

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »
Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n'aurais pensé faire ça dans ma vie. »

Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n’aurais pensé faire ça dans ma vie. »

En juin dernier, elle est arrivée première de l’Ironman de Nice dans la catégorie 40-44 ans, la voilà maintenant en route pour les Championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront à Hawaï le 14 octobre. Adeline Trazic, professeure d’arts plastiques, n’a qu’une ambition : franchir la ligne d’arrivée et faire le plein d’émotions sur la terre du triathlon.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Le Top 10 des livres sur le sport féminin

Le Top 10 des livres sur le sport féminin

Le 24 janvier célèbre les Sporting Girls avec la Journée Internationale du sport féminin. Même si pour ÀBLOCK!, c’est toute l’année, on ne pouvait manquer le rendez-vous. Rendons hommage, une fois de plus, aux pionnières et passionnées de sport, et faisons-le via la littérature qui les placent sur le devant de la piste. Essais, BD, Histoires vraies…voici le TOP 10 des pages à lire pour être 100 % ÀBLOCK!

Lire plus »
Framboise Labat

Le questionnaire sportif de…Framboise Labat

Il y a quatre ans, à 60 ans, elle fut la première Française à concourir aux CrossFit Games, les Championnats du monde de la discipline qui a lieu aux États-Unis. Les premières épreuves de qualif’ 2021 viennent de débuter, une actu en or pour faire de la place à cette championne inoxydable qui continue de soulever du lourd et de se dépasser. Elle répond à nos petites questions Proustiennes. En toute simplicité.

Lire plus »
Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une militante ÀBLOCK! depuis toujours, une Parisienne en short à paillettes, un défi qui fait des vagues, un nageur artistique qui se jette à l’eau (Benoit Beaufils sur notre photo) et un portrait en 5 infos sur une skieuse de tous les records, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Elena Micheli, la déesse du pentathlon moderne

Elena Micheli, la déesse du pentathlon moderne

Une liane athlétique de 24 ans. Avec sa chevelure couleur d’ébène, l’Italienne Elena Micheli est une star des terrains sportifs. Qu’elle nage, qu’elle court, qu’elle manie l’épée, le pistolet ou saute à cheval, tout semble lui réussir. L’actuelle N°1 mondiale de pentathlon devrait faire sensation aux JO de Paris 2024.

Lire plus »
God save Channel 4 !

God save Channel 4 !

La chaîne anglaise Channel 4 ne s’engage pas à moitié. Pour les Jeux Paralympiques de Pékin, tous ses consultants seront des para-athlètes. Aux côtés des commentateurs de l’équipe des sports, ils viendront offrir une expertise des plus pertinentes. Une première.

Lire plus »
Manon Brunet-Apithy : « Après deux années difficiles, il fallait que je retrouve le mode conquête. »

Manon Apithy-Brunet : « Après deux années difficiles, il fallait que je retrouve le mode conquête. »

Dans la vie, elle est maréchale des logis au sein de la gendarmerie. Mais dans la vie, elle est aussi une sabreuse de haut vol. Double médaillée de bronze aux JO de Tokyo, Manon Apithy-Brunet avait déserté les pistes pour cause de blessure à l’épaule. La voilà de retour en force avec un titre européen et en forme pour les Mondiaux d’escrime qui débutent à Milan. Rencontre avec une fille coriace qui tire plus vite que son ombre.

Lire plus »
Manon Hostens : « Il faut faire entendre notre voix pour guider les jeunes générations ! »

Manon Hostens : « Le kayak est une passion que je veux partager. »

C’est la queen de la descente en kayak. Quadruple championne du monde cette année, Manon Hostens manie la pagaie comme personne, mais n’en a pas moins les pieds sur terre. À 27 ans, elle a à cœur de faire connaître son sport et sait que, pour ça, il faut de belles victoires . Cette fille ÀBLOCK! compte bien poursuivre sur son élan et a déjà les yeux tournés vers les Jeux de Paris 2024.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner