Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Marie-Amélie Le Fur

« JO 2024 ? Une candidature valorisable au-delà du sport. »

Marie-Amélie Le Fur
Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd'hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Par Cécile Vérin

Cet été, entre le 24 juillet et le 9 août, elle ne sera là pour personne. Marie-Amélie Le Fur devrait être à Tokyo pour un ultime défi au saut en longueur. Ce sera alors ses derniers JO.

Encore faut-il qu’elle parvienne à décrocher sa qualification, mais si tout se passe bien, elle tentera au Japon de rapporter une nouvelle médaille d’or.

Mais faisons un bond en avant et parlons 2024. Un tout autre défi, celui d’organisatrice et non plus de participante, elle qui occupe une place de choix au sein du dispositif Paris 2024.

Comment avez-vous été amenée à vous impliquer aux côtés de Paris 2024  ?

C’est Tony Estanguet (NDLR : le co-président du comité de candidature) qui est venu me chercher. Une grande mixité existait au sein du comité des athlètes, constitué de sportifs valides et handisport, d’hommes et de femmes, avec également un aspect transgénérationnel.

Certains étaient par exemple des participants potentiels aux JO de 2024. Ça compte, car la mission du comité ne reposait pas que sur Teddy ou moi, mais sur les épaules de tous nos athlètes ambassadeurs. 

Qui peut bénéficier de la place du handisport et de la diversité dans les JO Paris 2024 ?

Toute la société, à travers l’impact de nos actions, particulièrement la jeune génération.

En étant exposé à des expériences de vie particulières, on se nourrit de nouvelles choses qui font grandir tout le monde en développant de nouvelles compétences, voire des structures. Ça va bien au-delà du sport ou du handisport, c’est valorisable partout.

Se dépasser, repousser les limites, y compris sociales, ce sont des valeurs qui créent de nouvelles façons de penser et de fonctionner dont peuvent s’inspirer les futurs citoyens.

Vous aidez aussi les personnes en situation de handicap et soutenez le handisport de multiples façons, comme avec le fonds TELMAH (Tendez la main au handisport)…

Oui, je parraine aussi plusieurs associations, comme Entr’Aide-Une lame pour courir ou Du Sport et Plus, qui apporte via le sport un soutien aux jeunes en difficulté suite à un handicap ou une hospitalisation. L’entraide est importante.

J’en sais quelque chose. L’un de mes plus beaux souvenirs remonte à 2005 quand j’ai pu à nouveau participer à la course des Championnats de France de cross sapeurs-pompiers après mon amputation. Et je le dois à la mobilisation de mes amis pompiers qui ont su m’encadrer, moi qui étais jeune sapeur-pompier et qui aurais voulu en faire mon métier.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Sasha DiGiulian

Sasha DiGiulian, la première de cordée qui donne de la “voie”

À tout juste 28 ans, l’Américaine est l’une des figures les plus célèbres du monde de l’escalade. Sasha DiGiulian gravit les montagnes à la force de ses bras et de son mental de roc. Icône de l’ascension, elle a pour ambition d’entraîner d’autres femmes dans sa cordée. Et ainsi de féminiser un milieu encore peu ouvert à la diversité.

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut “la femme la plus rapide du monde” était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
Stacey Allaster

Stacey Allaster, la nouvelle boss de choc de l’US Open

Elle est la première femme à prendre les rênes du tournoi américain. Responsable de la Fédération américaine de tennis, la Canadienne ajoute ainsi une ligne prestigieuse à son CV. Elle préside désormais aux destinés de l’US Open tout en conservant ses prérogatives au sein de la fédé. Portrait.

Lire plus »