Margot Boch et Carla Sénéchal« Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »
Deux filles on the rocks, sinon rien. Margot Boch, la pilote, et sa partenaire de glisse Carla Sénéchal, la pousseuse, forme le premier binôme de bobsleigh féminin depuis dix ans. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme « Les sœurs jumelles » dans cet univers de glace qui, pourtant, leur réchauffe le cœur. Rencontre avec des filles pas si givrées que ça et qui s'entraînent dur pour prendre le bon virage aux JO d’hiver 2022.

Par Sophie Danger

Publié le 04 novembre 2021 à 18h30, mis à jour le 25 novembre 2021 à 8h49

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Margot, tu reviens de Pékin où tu es partie t’entraîner et surtout te familiariser avec la piste de bob sur laquelle se dérouleront les Jeux Olympiques. Comment ça s’est passé ?

Ça a été une très belle expérience, très enrichissante. Nous avons pu découvrir le site avec une infrastructure vraiment incroyable et le lieu est magnifique.

Nous avons beaucoup appris et c’est de bon augure pour la suite.

Carla, toi tu n’y étais pas…

Je n’y étais pas car je me suis fait une petite déchirure musculaire au mois d’août et c’était un peu trop tôt pour moi, pour partir.

Il était préférable que je reste à la maison m’entraîner dans les conditions dans lesquelles je travaille habituellement. C’était plus prudent.

Margot Boch, la pilote, à gauche, et Carla Sénéchal, la pousseuse, à droite…©David Malacrida

Margot, Comment décrirais-tu cette piste olympique par rapport à celles sur lesquelles vous avez l’habitude d’évoluer toutes les deux. Qu’est-ce que tu en as dis à Carla ?

C’est une piste unique. Nous n’avons jamais eu ces sensations ailleurs. Ce sont des sensations à la fois très différentes mais vraiment très bonnes. C’est tout à fait nouveau.

L’adaptation a été un peu particulière au début, mais une fois que l’on a trouvé le bon programme, c’était vraiment très très cool.

Comment tu expliques que ces sensations soient à ce point différentes de celles que tu peux ressentir en Coupe du monde par exemple ?

Les virages sont très grands, la façon dont la glace est travaillée était différente également, le lieu a également joué. En somme, il y avait beaucoup de choses nouvelles.

Margot Boch découvre la piste où elle espère évoluer pour les JO d’hiver 2022, à Pékin, en Chine…©David Malacrida

Vous n’êtes pas encore qualifiées pour les Jeux mais ce premier contact, ce premier frisson olympique à Pékin, c’était comment ?

Margot – Se retrouver sur la piste qui accueillera les prochains Jeux, c’est un premier pas dans l’aventure. On commence à la toucher du bout des doigts.

C’était une opportunité incroyable de pouvoir y aller, en espérant pouvoir descendre là-bas au mois de février !

Ça a décuplé ton envie d’y être ou tu l’as plutôt vécu comme un petit coup de fouet, de pression ?

C’était un tout. D’un côté, c’était plutôt un coup de pression de se dire que j’arrivais sur la piste des Jeux et que je devais parvenir à assimiler très vite les parties techniques.

Dans le même temps, c’était aussi un boost de motivation, l’occasion de se dire qu’il fallait que je m’entraîne encore plus dur pour être prête en février.

©David Malacrida

Carla, tu es restée ici, mais tu as quand même ressenti, en voyant Margot partir, que l’échéance se rapprochait dangereusement ?

On se parlait au téléphone tous les jours, on s’écrivait pour savoir comment ça se passait.

Même si j’étais loin, j’avais envie de la rassurer. Je voulais qu’elle sache que j’avais confiance en elle, que j’étais fière de ce qu’elle faisait.

On savait que la piste était technique et, moi, je n’avais aucune inquiétude pour Margot puisque c’est sa force.

On se tenait au courant tous les jours, on se disait comment on allait, comment le moral allait et ça s’est bien déroulé.

Pour moi, le fait de ne pas avoir vu la piste ne me met aucune pression puisqu’un départ reste un départ et une poussée reste une poussée. Je n’ai pas trop d’appréhension.

Carla Sénéchal…©David Malacrida

Vous incarnez toutes les deux le renouveau du bobsleigh féminin français et vous pourriez être, dans quelques mois, les premières tricolores à représenter la France aux Jeux Olympiques. Comment on gère ces attentes qui se font plus pesantes à mesure que l’échéance se rapproche ?

Margot – ça nous stimule. Nos attentes envers nous-mêmes sont très très élevées et on sait que d’autres attendent aussi beaucoup de nous. Ce n’est pas de la pression en plus.

On sait ce que l’on doit faire et on va tout mettre en place pour ça. Si nous sommes les premières Françaises aux Jeux, ce sera de la fierté, un bonus.

Carla – Nous n’avons aucune pression négative. C’est une année olympique, on sait que c’est stressant, qu’il y a de grands enjeux mais notre motivation principale avec Margot c’est aussi de se faire plaisir. On s’amuse.

Quand on fait du bob, c’est notre passion et on doit aussi s’en tenir à ça. Si on écrit l’histoire, ce sera incroyable, mais pas de pression quoi qu’il arrive.

©David Malacrida

Margot, avant de te lancer dans le bobsleigh, tu pratiquais la luge. Dans ta ligne de mire, il y avait déjà les Jeux Olympiques, ceux de Pyeongchang en 2018. Malheureusement, tu n’as pas été retenue. Tu expliques que cette non-sélection a motivé ton changement de discipline. Les Jeux, c’était le but absolu et peu importe la discipline ?

Un peu des deux. Plus jeune, je faisais de la gymnastique et j’en rêvais déjà. En passant à la luge, ce rêve, je l’ai frôlé mais, à la base, la luge n’était pas le sport vers lequel je voulais me tourner, c’était le bob.

Quand il y a eu cette déception, je me suis dit que c’était le moment de me lancer et, là, il était obligatoire de tout faire pour que mon rêve devienne réalité.

Margot Boch…©David Malacrida

Ils représentaient quoi pour toi les Jeux Olympiques ?

Les Jeux, c’est un rêve de petite fille. Le Graal de tout sportif. C’est l’élite de toutes les disciplines qui se retrouve aux Jeux Olympiques et je ne pense pas que l’on puisse faire plus énorme compétition que celle-là.

Carla, toi tu as commencé par l’athlétisme, sport olympique par excellence, et tu passes au bob, un peu comme Lolo Jones, spécialiste du 100m haies qui s’est convertie à la discipline et est devenue, cette année, championne du monde de bobsleigh à deux. Les Jeux, que ce soit sur piste en tartan ou glacée, c’était un objectif ?

Moi, j’ai commencé l’athlétisme grâce aux Jeux d’Athènes en 2004 en regardant Christine Arron… Quand j’ai débuté, j’avais ce rêve d’y participer à mon tour mais, malheureusement, je n’en avais pas les capacités.

De ce point de vue, Lolo Jones est inspirante, elle a eu le courage de faire cette double carrière, cette bascule. Je suis admirative parce qu’elle a des qualités physiques vraiment incroyables. C’est un exemple et un beau modèle.

©David Malacrida

Il y a deux ans de cela, votre ambition pour Pékin était de vous inviter dans le Top10. Depuis, il y a eu un titre de championne du monde des U23 – le premier titre international pour le bobsleigh féminin français – et de solides performances en Coupe du monde. Est-ce que vous vous autorisez à viser encore plus haut ?

Margot – La progression, c’est vrai, est incroyable même si, nous, on ne s’en rend pas vraiment compte. On a l’impression d’être dans ce milieu depuis très longtemps, alors que non, tout s’est fait très vite.

Notre objectif reste néanmoins le même. Même si, dans le fond de nos pensées, nous rêvons d’une médaille aux Jeux qui restent une compétition particulière, nous savons qu’une place dans les 10, ce serait déjà très beau au regard de notre expérience.

Carla – Nous avons très souvent parlé de ce fameux Top10, nous sommes compétitrices et nous sommes aussi rêveuses. Nous savons que tout peut se passer aux Jeux Olympiques mais il faut garder la tête sur les épaules et les pieds sur terre.

Il ne faut pas non plus rêver trop grand car nous avons, malgré tout, de petits moyens.

Il ne faudrait pas que nous soyons déçues en visant une médaille d’or alors que c’était difficilement envisageable.

©David Malacrida

La route pour arriver jusqu’à ce possible premier rendez-vous olympique a parfois été compliquée. La Fédération ne vous soutenait pas vraiment et ce sont vos familles respectives qui vous ont financées…

Margot – Nous serons toujours reconnaissantes envers nos familles. Si nous en sommes là aujourd’hui, nous savons que c’est grâce à elles.

Mes parents et ceux de Carla ont fait en sorte de nous aider, à trouver des sponsors, à passer certaines étapes.

Le bob est un sport qui coûte cher et les débuts, il est vrai, ont été un peu compliqués.

Désormais, nous sommes aidées par la Fédération, ça nous permet de nous sentir soutenues, de voir qu’ils croient en notre projet.

Carla – Quand nous avons commencé, c’était aussi un autre temps, une autre équipe à la tête de la Fédération.

Nathalie Péchalat est arrivée et c’est une femme qui défend le sport féminin. Elle a peut-être davantage compris par où nous étions passées et elle nous accompagne.

Qu’est-ce que la fédération attendait de vous pour vous soutenir ?

Margot – Que l’on fasse nos preuves, que l’on montre qu’on pouvait être là. Quand on présente un projet, il est parfois difficile pour la Fédération de se lancer à nos côtés sans savoir ce que l’on vaut.

Ils ont commencé à nous aider dès notre deuxième saison et maintenant que nous sommes sur le circuit Coupe du monde, les aides sont là.

Carla – Sur le papier, on était difficilement crédibles. On est deux petits gabarits, ça faisait dix ans qu’il n’y avait pas eu de bob féminin, médiatiquement, personne ne connaissait la discipline, on était plus jeunes…

C’était compliqué de croire en nous, on le comprend, mais nous, on y croyait dur comme fer et personne ne pouvait nous arrêter !

©David Malacrida

C’est un cercle vicieux puisque pour faire ses preuves, pour se lancer, il faut nécessairement être aidées, ne serait-ce que pour s’équiper…

Margot – Forcément et on en avait conscience, mais pour nous, ça n’a jamais été un frein. Nous nous sommes toujours donné les moyens de trouver les aides nécessaires. Et même si ça n’a pas toujours été facile, aujourd’hui, nous sommes fières de l’avoir fait

©David Malacrida

Désormais la Fédération est à vos côtés, elle vous accompagne de quelle manière ?

Carla – Elle nous soutient essentiellement sur les compétitions, les déplacements-compétitions, l’encadrement… Le matériel appartient à Margot.

Pour ce qui est de notre confort – équipement etc – là, c’est à nous de jouer et nous sommes aidées par quelques partenaires.

©David Malacrida

La dernière ligne droite pour Pékin va débuter à la fin du mois, le 21 novembre à Innsbruck en Autriche. Pour valider votre billet, il va falloir réaliser un maximum de Top10 lors des 8 étapes de Coupe du monde. Comment vous sentez-vous à moins de trois semaines du coup d’envoi ?

Margot – Nous sommes excitées de pouvoir reprendre les compétitions parce que c’est vraiment ce qui nous anime. On adore cet environnement, on s’y sent bien.

Nous sommes également un peu stressées parce que c’est le coup d’envoi des qualifications olympiques et qu’à partir de maintenant, nous n’avons plus le droit à l’erreur. C’est un mélange de stress et d’excitation.

Carla Sénéchal…©David Malacrida

Le chemin est encore plus complexe pour toi Carla, si Margot valide son billet pour la Chine, ce n’est pas forcément toi qui l’accompagneras. Comment ça va se passer pour toi ?

Jusqu’ici je suis toujours titulaire mais, en année olympique, les cartes sont un peu rebattues. La sélection des pousseurs se passe durant les vacances de Noël pour être sûr que l’on envoie les meilleurs aux Jeux Olympiques.

Pour moi, ce n’est pas encore fait mais je vais me donner les moyens nécessaires pour y aller !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Alpinisme

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Lire plus »

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros vient de se jouer, ÀBLOCK! rend hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »
We Trail

Hey, We Trail ?

Retrouver la liberté, la nature, les sentiers…en courant, c’est la proposition alléchante de Scarpa. La marque spécialiste du trail organise, cet été, un périple financé par ses soins. Une micro-aventure pour laquelle il fallait répondre à un appel à candidatures dont on connait aujourd’hui les 5 finalistes. « We Trail » est en marche.

Lire plus »

Noël en force : Le TOP 10 des livres de sport

S’entraîner, se dépasser, mais aussi s’informer, découvrir, apprendre et partager… les lectures autour du sport sont nombreuses et certaines peuvent aussi bien pousser à faire du sport qu’intéresser les réfractaires au moindre mouvement. Récits, témoignages, exercices, mais aussi livres illustrés comme ce très joli « Comment résoudre un problème » à destination des jeunes avec ce parallèle entre la pratique de l’escalade et la vie. Dix idées cadeaux de dernière minute autour du sport ? on y va !

Lire plus »
Simone Biles

Quand Simone Biles s’envole…

Son retour à la compet’ est un feu d’artifices. Deux ans après les Mondiaux et ses 5 médailles, Simone Biles a encore fait parler d’elle en réalisant un saut inédit dans un cadre officiel. C’était le week-end dernier lors de l’U.S Classic et elle a, elle-même, du mal à y croire !

Lire plus »
Prithika Pavade Prithika Pavade, la “ping“ prodige

Prithika Pavade, la “ping“ prodige

C’est une jeune femme pressée. À 16 ans, Prithika Pavade a déjà un palmarès long comme le bras. La Francilienne, phénomène du tennis de table, attendue à Paris en 2024, est également du voyage à Tokyo. Les Jeux Olympiques, pour elle, ça commence aujourd’hui !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner