Speakers dans les stadesLes femmes aussi donnent de la voix !

Charlie Moss
Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Par Claire Bonnot

Publié le 06 septembre 2020 à 20h04, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h03

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Nous sommes là pour faire le liant, faire prendre la sauce entre le public et l’évènement, pour créer l’ambiance. Notre rôle est toujours délicat car n’oublions jamais que les spectateurs viennent voir les sportifs, pas nous les MC, Maîtres de Cérémonie ! Donc, il n’y a pas de formule magique, c’est un feeling avec le public. »

Charlee Moss est speaker depuis dix-sept ans, après des débuts à Disneyland, sur un spectacle de cascades de voitures et motos. Son bain de foule footeux ? Il a lieu en 2012 lorsque le LOSC cherche à former un duo au côté d’Anne-Sophie Roquette, emblématique voix du club Lillois pendant plus de vingt ans (de 1989 à 2019) et pionnière du « speak » féminin en France. Un baptême du feu d’envergure !

Charlee Moss
Charlee Moss...©Dave Winter/Icon Sport

Alors, mettre l’ambiance, ça marche comment ? « Ça me fait rire lorsqu’on me pose cette question ! s’exclame Charlee. C’est tout un art qui s’apprend sur le tas puisqu’il n’y a aucune école pour faire ce métier, sinon celle du terrain ! » Bref, speaker, c’est un sport, c’est du sport ! 

Les « Madame Loyal » du spectacle sportif

« Être speaker sportif, c’est être la voix du stade, celle qui rythmera l’événement », explique quant à elle Sandy Heribert, journaliste et speaker indépendante couvrant les grandes compétitions internationales tels que les JO de Rio en 2016, l’Euro 2016 ou encore le Tournoi des VI Nations. Et pas seulement côté ambiance !

Le métier demande de gérer le moment partagé de A à Z, chaque séquence ayant été préparée, puis minutée et chronométrée « comme pour une émission télévisée », rappelle Sandy Heribert qui sait de quoi elle parle.

Sandy Heribert
Sandy Heribert...©DR

Quand les portes s’ouvrent au public quelques heures avant le début du match, débute la « partie protocolaire » : « On donne toutes les infos, le classement du moment, les résultats ; on peut aussi lancer des résumés des matchs avec interviews des joueurs sur les grands écrans, sans oublier la partie promotionnelle avec les sponsors. Et juste avant le début du match, on annonce la composition des équipes, les arbitres etc .»

Autre rôle d’importance de ces animateurs et animatrices de matchs : la communication autour de la sécurité dans le stade, soit toutes les instructions en cas d’urgence ou de besoin d’évacuation. 

Et la troisième fonction tant attendue : le côté « chauffeur de stade, évidemment », dit Sandy Heribert. « Avant et, surtout, pendant le match, on met le feu. On demande aux supporters de se faire entendre avec les chants du club, on lance la Mexican wave, on pointe les caméras sur le public un peu à la manière des Kiss Cam américaines… Nous avons tout un tas de trucs et astuces pour faire monter la sauce ! »

Pauline Bouic
Pauline Bouic...©DR

Si on a tous déjà entendu cette voix sans visage lors de rencontres sportives majeures, « peu de personnes sont capables de nommer ce métier qui reste très méconnu » rappelle très justement Pauline Bouic, speaker du Racing 92 depuis 2017.

Ces femmes – et hommes – de l’ombre ne suivent en effet pas de formation spécifique – qui n’existe pas – pour se lancer dans l’arène. Elles sont pour la plupart journalistes de métier et adoptent, par opportunité et passion, cette casquette supplémentaire.

Mais quelles compétences faut-il donc avoir pour être repéré(e) et se jeter à l’eau ? Indispensable et évident… : « AIMER les gens ! s’exclame Charlee Moss. On ne peut pas faire ce métier si on est misanthrope. »

Même son de cloche chez Pauline Bouic – « La sociabilité et la bonne humeur ! C’est ce qui va nous permettre la rencontre avec des supporters qu’on veut motiver à donner de la voix pour les équipes » – et Sandy Héribert : « Le côté sympathique ! ».

Pauline Bouic
Pauline Bouic...©DR

Outre l’aspect humain primordial, le métier demande une technique et une adaptation à toute épreuve… entre rigueur et capacités d’improvisation. Pour Charlee Moss, c’est « être organisé pour bien gérer le déroulé d’un évènement, savoir « meubler » si jamais il y a des temps de battement, avoir du bon sens, ne pas céder à la panique si c’est le cas en régie et dans tes oreillettes… ».

Pour Sandy Héribert, c’est « être rigoureux, attentif à tout ce qu’on raconte. Mais aussi  savoir s’adonner à l’improvisation parce qu’on ne sait jamais trop comment va réagir un public. On peut faire un flop et il faut savoir retomber sur ses pattes. » Et de garder en mémoire cette double ola lancée à l’Euro 2016 avec les publics anglais et irlandais lors de laquelle elle a été huée par un stade de 60 000 personnes…par deux fois ! ».

Sandy Héribert
Sandy Héribert...©DR

Stéphanie Poiret, voix du Rugby Club Toulonnais (RCT) et vice-Présidente de l’Association des Speakers et Maîtres de Cérémonies (ASMC), rappelle de son côté, à quel point le métier est un jeu sérieux, à aborder avec professionnalisme : « On croit que c’est facile mais on n’est pas là pour brailler dans un micro. Vous pouvez mettre l’ambiance, mais il faut trouver l’équilibre, il faut sentir le match et rester concentré ».

Pauline Bouic confirme : « Après une animation, je suis éreintée, mais pendant les heures de match, je suis pleine d’énergie, complètement à bloc ! »

Stéphanie Poiret
Stéphanie Poiret...©DR

Et la voix dans tout ça ? Le timbre d’une femme est-il un atout gagnant ? Pour Charlee Moss, c’est tout tranché : « C’est quand même plus agréable d’avoir une jolie voix féminine au micro, non ? ».

Pauline Bouic surenchérit : « On m’a souvent dit que ça changeait et que c’était super d’avoir une voix féminine. Je pense aussi que les femmes peuvent se reconnaître en nous. Après, bien évidemment, pour motiver les troupes, il faut avoir un certain coffre et, de ce côté-là, les hommes peuvent avoir plus de poids, c’est juste physiologique. »

Pour Stéphanie Poiret, il est clair qu’« il faut savoir s’imposer et donc, savoir poser sa voix et articuler pour être bien entendue. »

Sandy Heribert, elle aussi, mise tout sur les femmes : « Dans ce milieu sportif où la compétition est de mise, être une femme apporte une sorte de rondeur et de tendresse. Dans le speak, il y a un côté un peu plus doux, vraiment agréable. »

Charlee Moss
Charlee Moss...©crunch724

Bref, ces professionnelles de l’animation se retrouvent plongées dans l’arène, directement sur la pelouse ou au contact des kops, ces tribunes des ultras supporters. Une femme au cœur d’un essaim d’aficionados enflammés et d’un staff majoritairement masculin, ça se passe comment ? « Oui, il faut dire que les supporters sont surpris au début, mais ils jouent le jeu et même, ils se laissent davantage aller à donner de la voix ! » confie Sandy Heribert.

Et dans le milieu pro ? « Je fais 1,80m donc je ne suis pas l’archétype de la nana frêle et j’ai un petite côté garçon manqué donc je m’impose de moi-même. Je n’ai jamais eu de bâtons dans les roues, j’ai de la chance, et j’ai l’habitude de  devoir m’adresser à des hommes. »

Cependant, la journaliste concède qu’une femme doit « travailler deux fois plus qu’un mec pour être légitime. Si on fait une boulette, on est mise de côté beaucoup plus rapidement qu’un mec. »

Les femmes marquent des points

Pauline Bouic, professionnelle du speak en rugby, loue le bon esprit dans ce monde où la voix masculine est reine : « Il est évident que, nous, les femmes, sommes clairement en minorité dans ce milieu sportif. Mais, pour ma part, dans l’animation du rugby, je n’ai jamais rencontré de réflexions sexistes. C’est un milieu très familial. »

Pauline Bouic

Pour autant, elle concède qu’une femme qui débarque dans le game « va devoir deux fois plus faire ses preuves ». Une contrainte sociétale qu’elle détourne avec niaque : « C’est tant mieux car ça engendre deux fois plus de capacité de travail et donc plus de certitudes, de confiance en soi, de professionnalisme, d’envie et de passion. Que du bon ! »

Pour Charlee Moss, « homme ou femme speaker, peu importe, en réalité  on est ensemble, supporters et animateurs. »

Qui des collègues de micro ? L’acceptation peut être plus ardue et le machisme ancré : « J’ai commencé ce métier dans les évènements motos, aux côtés d’un speaker extrêmement mégalo et macho, qui m’a mené la vie dure, à me couper sans cesse la parole et à faire des blagues… sur les blondes. C’est vous dire comme ça volait haut. »

Et alors ? la journaliste en a fait une force et assure que l’avenir est radieux pour les femmes : « Je ne me suis pas démontée. Au contraire, ça a forgé ma personnalité (et aussi ma répartie !). Aujourd’hui c’est différent. Les femmes sont bien installées, et c’est parti pour durer. »

Stéphanie Poiret
Stéphanie Poiret...©DR

Reste à féminiser le terme « speaker »… Pas évident ! Speakerine faisant référence aux présentatrices télé d’une époque révolue. Autre variante possible ? « Master of Ceremonie » ou « Maître de cérémonie » en bon français : « Je n’aime pas trop le mot speakerine, je trouve que ça fait “ vachette ”, confirme Charlee Moss. Je préfère le laisser au masculin, ou utiliser le terme “ Maître de Cérémonie ” alias MC en anglais pour regrouper les appellations “présentatrice, speaker, animatrice, ambianceur ”…»

Speaker ou MC, combien sont-elles donc à truster les terrains côté speak ? L’association ASMC, créée en 2017 qui regroupe les speakers événementiels, sportifs et maîtres de cérémonie professionnels de France et d’Europe dans le domaine du sport, de l’information, du commerce et de la culture, concentre « 12 % de femmes sur 70 membres », selon sa vice-présidente, Stéphanie Poiret. Soit un peu plus d’une dizaine de voix féminines dans les starting-blocks pour faire trembler les stades.

Pauline Bouic
Pauline Bouic...©DR

Mais la profession tend à se féminiser : « J’ai de plus en plus de femmes qui me contactent à ce propos sur Instagram », confirme Sandy Héribert. Et les clubs sont de plus en plus demandeurs, comme ce fut le cas du RCT qui a embauché Stéphanie Poiret sur demande de son propriétaire Mourad Boudjellal  – « Il voulait une voix féminine » – notamment pour dynamiser des duos.

« Les duos mixtes se multiplient, je trouve ça génial, il y a de la place pour les femmes ! », témoigne Pauline Bouic, elle-même en équipe avec Éric Dagrant pour le Racing 92, qui est venu la chercher. Les femmes sont donc plus que bienvenues dans ce territoire trop souvent pensé comme « réservé aux mecs » !

Pauline Bouic
Pauline Bouic...©DR

De quoi susciter des vocations : « Il ne faut pas hésiter à se lancer sur le terrain en commençant dans des petits clubs de région par exemple et il faut venir nous voir à l’ASMC. Nous avons un programme de parrains-marraines qui nous permet de suivre l’évolution d’un jeune pendant deux ans, un jeune que l’on emmène sur des événements », explique Sandy Heribert.

« J’encourage les femmes qui veulent se lancer à nous rejoindre ! Il y a tellement de choses à faire ! », s’enthousiasme Charlee Moss.

Un métier-passion pour l’émotion du sport

Quoi de plus dingue que d’être au cœur de l’événement ? Ces passionnées du sport, qui participent activement au degré d’émotion ambiant, vibrent longtemps. Leurs anecdotes et grands moments en tant que MC racontés avec gourmandise le prouvent : Sandy Heribert a eu « le cœur qui battait à tout rompre et une grande fierté » en annonçant les médailles d’or de la France aux JO de Rio puis l’hymne français.

Pauline Bouic a été marquée par le France-Angleterre au stade de France pour le tournoi des VI Nations en février 2020. Elle était chargée d’annoncer la composition de l’équipe d’Angleterre : « Tout le stade s’est mis à hurler, je ne m’entendais plus parler. J’ai trouvé ça génial pour l’équipe de France car les supporters français démontraient qu’ils étaient là coûte que coûte. Ça donnait des frissons, c’est dans ces moments-là qu’on perçoit la puissance d’une marée humaine ! »

En fan du club dont elle est la voix, le RCT, Stéphanie Poiret se souvient de chaque match lors duquel Jonny Wilkinson marquait un essai : « Je lançais un « Jonnyyyy Wiiilkinson ». Les gens ont retenu ça de moi, ça me fait plaisir ! »

En résumé, le métier de speaker ? : « C’est un plaisir à chaque fois que je prends un micro », conclut Stéphanie Poiret. Un enthousiasme – contagieux ! – ressenti chez chacune de nos interviewées.

Si elles sont parvenues à nous faire vibrer hors stade, parions qu’elles peuvent mettre le feu lors de n’importe quel match…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Stéphanie Loeuillette

Stéphanie Loeuillette, la pongiste qui adore se mettre à table

Elle a encore du potentiel. Et elle espère le prouver lors de ces Championnats d’Europe de tennis de table qui débutent à Varsovie, en Pologne. Plus encore, Stéphanie Loeuillette, Championne de France en double dames en 2018 et vice-Championne de France en double mixtes, en 2019, se voit bien en haut de l’affiche aux JO de Tokyo. Portrait express d’une pongiste ultra concentrée sur ses objectifs.

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »
Nita Korhonen

Nita Korhonen, en pole position pour féminiser la moto

Elle milite avec en ligne de mire la mixité dans son sport. Née quasiment sur l’asphalte d’un circuit, Nita Korhonen, motarde et fière de l’être, s’emploie à féminiser le milieu de la moto via ses fonctions au sein de la Fédération Internationale de Motorcyclisme (FIM). Portrait d’une incorrigible bikeuse.

Lire plus »

Sport pendant et après le confinement : les Français gardent le cap !

Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »
Stéphanie Gicquel

Stéphanie Gicquel : « Mes expéditions polaires, c’est fort, obsessionnel. »

Impressionnante. C’est le mot qui fuse lors de la conversation avec cette femme solide, volontaire, atypique. Stéphanie Gicquel détient le record de la plus longue expédition en Antarctique à ski sans assistance. Elle fait partie de ces athlètes que rien n’effraie. Les éléments, elle s’en fait un allié ; les peurs, elle les apprivoise. Les rêves, même glacés, elle leur donne vie. Rencontre avec une sportive étourdissante.

Lire plus »
Greta Andersen

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une nageuse qui a failli voir ses rêves d’Olympiades brisés, une autre devenue une légende des JO (la grande Greta Andersen sur notre photo), une patineuse tous terrains, une pionnière du vélo, une athlète qui enquille les kilomètres, un podcast, notre première « question qui tue » et des initiatives pour être #ablockensemble, prêts à cliquer ?

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner