Rechercher

Virginie Verrier «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »

Virginie Verrier : «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »
Elle a plongé dans un univers qu'elle ne connaissait pas. Le deuxième film de Virginie Verrier, sorti en juin 2023, retrace la vie et le parcours de Marinette Pichon, la première Française à avoir accédé au statut de joueuse professionnelle de football, entre autres faits d’armes.

Par Sophie Danger

Publié le 11 août 2023 à 20h37

Marinette est votre deuxième film en tant que réalisatrice après « À deux heures de Paris » sorti en 2018. Qu’est-ce qui a été déterminant pour vous : l’envie de parler de sport ou l’envie de parler de Marinette Pichon ?

J’ai fait beaucoup de sport lorsque j’étais adolescente, notamment de l’athlétisme, et pour mon second film, j’avais envie de parler des émotions, du chemin, de ce que j’avais ressenti à travers le sport, de ce que ça m’avait donné. Ça a commencé comme ça dans mon esprit.

Je voulais parler du sport, de ces années-là. C’était ça mon point de départ et puis, une fois qu’on se l’est dit, on réfléchit. Comme j’aime beaucoup les biopics, j’ai pensé que je pouvais peut-être trouver une sportive avec laquelle je me connecterais au niveau des thématiques et de sa vie.

J’ai commencé à faire des recherches, à lire. À ce moment-là -c’est vraiment le fruit du hasard, une personne de mon entourage qui ne savait pas que j’étais en train de me documenter sur ce sujet, me dit : « Marinette Pichon va sortir sa bio, je suis sûr que c’est ton prochain film ».

Vous connaissiez Marinette Pichon ?

Non, je lui ai demandé qui elle était. Moi, je faisais de l’athlétisme, le football, ce n’était pas mon sport. Il y a aussi le fait que le football féminin n’a pas été médiatisé avant le début des années 2000 à la télévision, j’ai donc grandi sans en entendre parler.

Dans les années 90 jusqu’au début des années 2000, j’ai l’impression qu’il fallait vraiment être spécialiste pour connaître Marinette Pichon. Il y avait quand même quelques articles sur elle dans l’Équipe et c’est pour cela d’ailleurs qu’en général les hommes la connaissent plus que les femmes.

C’est drôle parce que quand j’écrivais, j’ai pris le train et il y avait un garçon qui avait dû regarder mon ordinateur et m’a demandé si je faisais un film sur elle. Il devait avoir 25 ans et il la connaîssait. Les gros fans de foot la connaissent.

Marinette Pichon

Qu’est-ce qui vous a intéressé dans son personnage ?

Lorsque mon ami m’a envoyé sa biographie, je l’ai lue d’une traite. Ceci étant, il ne suffit pas d’une sportive qui a fait une carrière pour raconter une histoire, on a besoin de connaître toute son enfance, tout ce qu’elle a vécu, c’est ça aussi qui est important pour nourrir un film.

Avec Marinette, il y a eu un effet miroir et c’est ce que l’on recherche en tant que réalisateur. C’est important que l’on puisse se projeter dans la vie de son personnage, comprendre d’où il vient…

Vous qui avez pratiqué l’athlétisme, vous n’avez pas eu envie de raconter le parcours de Marie-Jo Pérec par exemple ?

Marie-José Pérec est formidable mais je ne sais pas s’il y a le terreau pour raconter son histoire au cinéma. Je ne connais pas son enfance, je ne sais pas ce qu’elle a vécu.

Vous avez tout de suite senti qu’il y avait matière à fiction avec le parcours de Marinette ?

Oui, je l’ai su tout de suite. Il y avait d’abord son enfance, toutes ces thématiques incroyables qu’elle évoque, tous ces combats, ces rebondissements et tous les éléments pour la dramaturgie.

Virginie Verrier

Vous pensiez que la fiction serait plus à même de rendre compte de son parcours qu’un documentaire par exemple ?

Je ne suis pas documentariste et puis il n’y avait jamais eu de biopic de sportive en France, c’était assez motivant pour moi. On voit fréquemment des documentaires sur les sportives, pourquoi il n’y aurait pas de films de cinéma qui leur sont consacrés ?

Tout ça, c’est avant tout une histoire de budget : les documentaires coûtent moins cher, il ne faut pas chercher trop loin.

Ça a été compliqué de convaincre des producteurs d’investir dans un long-métrage qui parle de sport et, qui plus est, de sport féminin ?

Le producteur, c’est moi. J’avais rencontré un ou deux producteurs pour m’associer parce que je me disais que c’était un projet d’envergure, j’ai eu des réactions qui ne m’ont pas plu à savoir : « une héroïne lesbienne » ou « le foot féminin, tout le monde s’en fout »…

Je me suis dit que ce n’était pas grave, j’avais produit mon premier film, je produirais le second. En revanche, quand j’ai rencontré les chaînes de télé, il y a eu une adhésion immédiate de France Télévisions et de Canal+ au projet. Il y a une volonté très forte des diffuseurs, et notamment de France Télévisions, de proposer des figures féminines inspirantes comme celles de Marinette.

Et avec Marinette Pichon, comment ça s’est passé ?

Ça a vraiment matché entre nous. On s’est tellement bien entendues qu’à la fin du déjeuner durant lequel nous nous sommes rencontrées, elle m’a dit : « S’il y a quelqu’un qui doit adapter ma vie, c’est toi. »

Jusqu’où on s’autorise à aller en tant que réalisatrice de fiction lorsque l’on travaille sur des faits réels ?

Tout ce qui est dans le film est la réalité. Après, il y a des choses que l’on peut romancer pour aider la narration. Certaines scènes peuvent se passer dans un autre décor par exemple, les conversations peuvent avoir lieu avec d’autres personnes. Ce sont des détails mais, en revanche, j’ai tenu à ce que tout ce qui soit dans le film soit réel et c’est ça qui était important.

Est-ce que Marinette Pichon s’est impliquée dans le scénario, est-ce qu’elle a eu un droit de regard dessus ?

Non, j’ai écris mon scénario et, à la fin, je le lui ai lu. Elle était avec sa femme aux Etats-Unis, on a passé quatre heures en visio sur Zoom ensemble. Je lui ai expliqué, séquence par séquence, ce que je voulais faire, les émotions que je voulais faire surgir, l’intention. Pour moi, c’était important qu’elle soit au courant de ce que j’allais filmer.

Je lui ai dit, dès le départ, que je traiterai tout, même le viol de sa grand-mère par son père. Je ne voulais rien éluder, mais je voulais traiter tout ça avec pudeur et elle m’a dit oui. Il n’y a pas de voyeurisme dans le film, ce n’est pas le but du jeu. Cela dit, des évènements de vie comme ceux-ci sont importants pour faire comprendre qui elle est, d’où elle vient et c’est ce qui lui a donné la rage de se transcender dans son sport.

Chez Marinette, c’est la souffrance et les obstacles de sa vie privée qui ont alimenté cette rage sur les terrains, ça communique et c’est pour cela qu’il était important de tout traiter.

Vous avez fait appel à Garance Marillier pour interpréter Marinette Pichon. Qu’est-ce que vous cherchiez chez une actrice pour l’embarquer avec vous dans l’aventure ?

Au tout début du process, j’avais deux options : trouver une footballeuse à qui je demande de jouer la comédie ou trouver une comédienne qui a déjà des bases de sport. Il se trouve que je suivais Garance sur les réseaux sociaux et, pendant le confinement, alors que j’écrivais le film, elle a publié une petite vidéo la montrant en train de jouer au foot. J’ai pensé que c’était un signe.

J’aimais déjà l’actrice, je me suis dit qu’elle serait la première à recevoir le scénario et elle m’a dit oui. Personne d’autre ne l’a reçu.

C’est facile de filmer le sport ?

Mon film est davantage un film sur la vie de Marinette que sur le sport, il n’y a pas de scènes de match de quinze minutes, je ne suis pas là-dedans. Je filme des actions marquantes. J’ai une caméra très proche de mon personnage et ce qui m’intéresse, c’est de capter ses émotions quand elle marque, quand elle gagne, quand elle perd.

Garance Marillier

À travers ce film, vous abordez diverses thématiques comme l’inclusion, l’égalité des chances, le développement du foot féminin. Finalement, si l’on regarde par le prisme de la vie de Marinette, le football lui a permis de sortir d’un environnement toxique et de se réaliser quand bien même il y avait une différence de traitement flagrante entre hommes et femmes. Vous trouvez que ça a évolué depuis ?

De mon point de vue de néophyte, j’ai trouvé qu’il n’y avait aucune évolution. Je suis allée recruter toutes les fausses Bleues du film dans des clubs et j’ai trouvé, qu’à chaque fois, elles n’avaient pas accès au terrain d’honneur pour leurs matches, elles avaient des créneaux de merde, il y avait des problèmes de matériel.

Il y a une évolution, certes, mais pour moi, elle n’est pas gigantesque. Là, il y a eu l’annonce de la création de la Ligue, mais ça date d’une semaine. Ça commence tout juste à bouger.

Garance Marillier et Marinette Pichon pendant la promotion de « Marinette »

Pendant la promotion du film, on a entendu Marinette Pichon s’exprimer notamment sur le fait que le Mondial féminin qui se joue actuellement en Australie et Nouvelle-Zélande a failli ne pas avoir de diffuseur. Cette sortie au cinéma peut-elle aussi contribuer à faire évoluer les choses ? 

Eugénie Le Sommer est allée le voir à Lyon, elle a confié qu’elle aurait aimé avoir accès à ce film lorsqu’elle était petite. On sait qu’il suffit que l’on voit un role-model une seule fois pour que ça déclenche plein de choses chez les gens.

Il y a des gamines qui vont voir ce film et ça, c’est hyper important, c’est hyper déclencheur pour celles qui veulent faire du foot ou qui rêvent de voir exister un personnage comme celui-là. Il est vrai que, maintenant, les plus jeunes ont d’autres exemples comme Eugénie Le Sommer, Amandine Henry, Wendie Renard… mais au cinéma, tout prend une autre ampleur.

Ici, le sport n’est pas la seule thématique, il y aussi les violences faites aux femmes, les violences inter familiales, et au-delà de ça, on sort de ce film en se disant que tout est possible, qu’on peut s’en sortir. Là c’est dans le foot, mais ça peut être dans autre chose, c’est un film qui est aussi un mouvement d’espoir.

Qu’est-ce que vous gardez, vous, de cette expérience ?

C’est un film qui va laisser des traces, je pense, je reçois tellement de messages tous les jours de femmes qui ont été bouleversées ! Je vois l’effet du film, comment il a ému les spectateurs.

J’ai besoin de faire des films avec des messages qui impactent les gens et, là, on a réussi.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Paris-Roubaix : l'Enfer des dames, saison 2 !

Paris-Roubaix : l’Enfer des dames, saison 2 !

Elles s’apprêtent à rouler en éclaireuses. Ce samedi 16 avril, la veille du départ des hommes, la deuxième édition du Paris-Roubaix féminin s’élancera sous le soleil nordiste. Des coureuses qui vont battre le pavé. Ou presque, car ces acharnées-là savent très bien où elles vont et pourquoi elles roulent : vers une plus grande reconnaissance des filles dans le cyclisme. Parcours mythique, casting de rêve… Attention au blockbuster !

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Lis Hartel

Lis Hartel, la cavalière pour qui aucun obstacle n’était trop grand

Première cavalière médaillée aux Jeux Olympiques, la Danoise Lis Hartel était une dresseuse hors pair. Légende du monde équestre, elle a raflé plus d’une médaille alors même qu’elle luttait contre une poliomyélite. À cheval et en béquilles, ses combats sont encore aujourd’hui source d’inspiration. À l’heure où les meilleurs cavaliers se retrouvent au Longines Paris Eiffel Jumping, l’occasion est belle de rendre hommage à cette pionnière dotée d’une remarquable force mentale.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Doublement médaillée – dont un sacre en or – lors des deux précédentes éditions des Jeux Paralympiques, la championne du 100 et 200 mètres va tout donner pour décrocher l’or aux Jeux paralympiques de Tokyo. Elle vient de commencer par le bronze, en décrochant la 3e place en finale du 200m. Et nous donne maintenant rendez-vous au 100m et relais 4x100m. Prêt, feu, partez, Mandy François-Élie est dans les starting-blocks.

Lire plus »
Coralie Lassource

Le questionnaire sportif de… Coralie Lassource

Championne olympique, médaillée d’argent au championnat d’Europe 2021, la handballeuse Coralie Lassource est toujours ÀBLOCK! pour aller chercher de nouveaux succès. La capitaine de l’équipe brestoise (BBH) et membre de l’équipe de France répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Running

Le running virtuel, un sport bien réel

En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner