Su-Wei HsiehL’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Su-Wei Hsieh
Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Par Manon Gimet

Publié le 30 mai 2021 à 10h23, mis à jour le 28 juillet 2021 à 10h45

Initiée au tennis par son père à l’âge de cinq ans, la raquette est son doudou. Elle rêve alors de disputer les plus grandes compétitions mondiales, comme son idole, l’Allemande Steffi Graf.

Pour battre les meilleures joueuses du WTA (Women’s Tennis Association), elle adopte un jeu (à deux mains) atypique et technique qui, à l’origine, permet de compenser son manque de puissance : “J’ai débuté le tennis très jeune, mais je n’avais qu’une raquette d’adulte. Alors je la tenais à deux mains pour qu’elle me paraisse moins lourde. Plus tard, mon père a essayé de me faire changer de prise, mais je n’ai pas voulu : j’étais à l’aise comme ça », explique Su-Wei Hsieh.

Seule, sans coach, sans sponsors et sans contrat, qui aurait pu penser voir un jour Su-Wei Hsieh sur la scène mondiale ?

Elle affiche, très vite, un beau palmarès : trente-sept victoires consécutives pour lancer sa carrière. Elle connait aussi le succès en double.

À peine âgée de 18 ans, elle atteint cinq finales sur le circuit ITF (International Tennis Federation) et remporte deux titres (Incheon et New Delhi). La même année, elle joue sa première finale de WTA en double à l’Open de Corée.

L’ère Su-Wei Hsieh ne fait que commencer… Son envol pour le top 10 du classement en double ne mettra que trois ans.

Aujourd’hui, elle peut se targuer d’avoir gagné vingt-huit tournois WTA en double dames et notamment celui de Wimbledon en 2013 et en 2019, mais aussi à Roland-Garros, en 2014.

Hommes et femmes confondus, elle est la première joueuse de son pays à avoir remporté un titre du Grand Chelem. Su-Wei Hsieh est une joueuse acharnée qui a réussi à bousculer plus d’une championne du Top 10 féminin. Maria Sharapova a lâché un jour que c’était un cauchemar de jouer contre elle !

Avec Paul McNamee, ancien joueur de tennis devenu son entraîneur « par interim », la relation est, elle aussi, atypique. Lorsqu’elle a besoin de lui, elle le contacte, mais il n’est pas toujours présent lors de ses entraînements.

Elle a toujours su évoluer toute seule, il doit s’adapter à ses habitudes, être un atout sans l’étouffer. Paul McNamee confie d’ailleurs qu’il vaut mieux ne pas être stressé pour coacher Su-Wei Hsieh ! Il la qualifie « d’esprit libre ».

À Wimbledon, en 2013, elle remporte le titre en double et affole son pays, Taïwan, mais aussi… la Chine. Une entreprise chinoise lui propose alors un contrat de sponsoring, seulement voilà, pour ça, elle doit changer sa citoyenneté pour la République Populaire de Chine.

Pas du goût du gouvernement Taïwanais. Les entreprises nationales sont mobilisées, des offres concurrentes affluent : Su-Wei Hsieh restera la meilleure joueuse de Taïwan.

Son atout ? Sa personnalité. Toujours souriante, même lorsqu’elle perd, elle en tire le positif et elle est ÀBLOCK! pendant toutes ses rencontres. « J’aime jouer tous les matchs même si je me fais martyriser sur le court. Par exemple, contre Kvitova (joueuse de tennis tchèque, Ndlr), je perds tout le temps. Une fois, j’ai gagné plus de jeux, j’étais contente et ça l’a fait rire quand je lui ai serré la main. Je ne me soucie pas vraiment de gagner ou de perdre. Je fais de mon mieux et je joue. Toutes les filles ont des jeux différents, il y a bien sûr des situations difficiles sur le court mais c’est très intéressant car tu veux trouver une solution. Au moins, j’essaie. Je n’ai rien à perdre », affirme-t-elle au journal L’Équipe.

 

2017, année de la révélation pour Su-Wei Hsieh qui se bat comme une lionne sur la terre battue parisienne. Elle défie Johanna Konta, alors numéro 8 mondiale, et parvient à remporter le match : « Avant Roland-Garros, en 2017, je n’avais jamais battu de joueuses du top 10, raconte Su-Wei Hsieh dans L’Équipe. Le truc marrant, cette année-là, est que je sortais avec mon petit-ami depuis un an ou deux et c’était la première fois que ses parents venaient me voir jouer. Je jouais tellement mal au début que j’avais l’impression que ses parents dormaient. Alors, je me suis dit : « Ok, peu importe ce qui arrive, je vais essayer de tout renvoyer et de faire mieux. Au moins, je veux les voir réveillés. » C’est comme ça que je suis revenue dans le match et que j’ai gagné. Après ce match, j’ai commencé à battre des top 10 ! »

Renommée sur le tard, certes, mais sa longévité sur les courts reste exceptionnelle. Se faire passer pour une jeune de 18 ans alors qu’elle en a 35, elle adore !

La blessure est sa plus grande crainte, la joueuse solitaire au corps de ballerine (1,62m, 48kg) s’entoure donc désormais d’un entraîneur, d’un kiné et d’un préparateur physique. Elle ne compte pas lâcher sa raquette de sitôt.

Pour tenir, elle se renouvelle, tente de nouvelles approches, de nouvelles partenaires : Su-Wei Hsieh jouera les prochains tournois importants avec Elise Mertens, comme elle vient de le faire à Madrid ou à Rome et ceux du Grand Chelem (Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon et Us Open).

« C’est quelqu’un qui lit très bien le jeu et a de très bonnes volées, confie Elise Mertens à propos de la joueuse taiwanaise. Elle ne va pas balayer ses adversaires du court, mais c’est chouette de côtoyer des joueuses qui pratiquent un tennis différent. Nous nous sommes déjà entraînées ensemble en Australie et elle est assez détendue et a beaucoup d’humour. »

Si l’on en croit ses adversaires et son staff, Su-Wei Hsieh est la joueuse la plus détendue et amusante du circuit. Partout où elle passe, elle enchante même lorsqu’elle déchante.

Miss Hsieh cultive son petit côté singulier. Elle prend le meilleur. Juste le meilleur.

 

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie »

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie. »

Quatre médailles d’argent européennes, une médaille de bronze aux récents Jeux de Tokyo… En huit saisons, Valérie Garnier a fait de la France une place forte du basket féminin. Aujourd’hui, si elle quitte son poste d’entraîneur de l’équipe tricolore, elle n’a pas dit son dernier mot. Rencontre avec une enfant de la balle qui n’a plus rien à prouver.

Lire plus »
Valérie Taylor

Valérie Taylor, la plongeuse écolo qui a inspiré « Les dents de la mer »

Plongeuse experte en requins, repérée en 1975 par Spielberg, la blonde Australienne au physique de sirène hollywoodienne a toujours eu à coeur de défendre les requins et regrette encore aujourd’hui que le film ait été contre-productif.
Celle qui n’a jamais eu peur de plonger quand il fallait y aller a été une des voix pionnières pour la conservation des fonds marins. Cap sous la mer toute !

Lire plus »
sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Juliette Willmann, la peuf cékoiça

La « peuf » ? Cékoiça ?

Les adeptes de ski et autres disciplines des pentes enneigées, connaissent bien ce terme. La peuf, celle qui leur procure frissons et sensations fortes… C’est quoi, à votre avis ? Les coachs, les sportifs et sportives ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, notre dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner