Naomi Osaka La petite prodige engagée du tennis

Naomi Osaka
Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Par Claire Bonnot

Publié le 07 juillet 2020 à 20h37, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h15

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« J’ai tapé dans la balle avec Serena presque tous les jours pendant huit ans et la puissance de Naomi est équivalente. Je crois beaucoup en elle », dixit son ex-coach admiratif, Sascha Bajin.

37,4 millions d’euros de revenus à 22 ans. La joueuse de tennis japonaise, née en 1997, a été sacrée sportive la mieux payée de tous les temps en 2019 par le magazine Forbes devançant son idole de toujours, l’incomparable Serena Williams, en tête de ce classement ces quatre dernières années.

Et dans le classement réunissant hommes et femmes confondus, Naomi Osaka prend la vingt-neuvième place au top 100 des  athlètes les mieux payés.

Outre ce palmarès historique, la jeunette de 20 ans a déjà paradé en tête du classement WTA des meilleures joueuses mondiales, et se maintient encore aujourd’hui dans le Top 10.

Naomi Osaka

La relève au top mondial du tennis

Tout a commencé avec la passion de son père pour le tennis et sa fascination pour un autre entraîneur familial, le papa d’une certaine Serena et d’une certaine Vénus : inconditionnel de la balle jaune, il pousse lui aussi ses deux filles dans cette voie, Naomi et Mari, sa sœur aînée, aujourd’hui également joueuse pro.

La cadette, devenue professionnelle en 2014, s’envole sur les courts et se hisse, à tout juste 18 ans, au troisième tour dans trois tournois du Grand Chelem : l’Open d’Australie, Roland-Garros où elle entre pour la première fois dans le top 100 mondial, et l’US Open.

Naomi Osaka est alors désignée révélation de l’année aux WTA Awards.

Naomi Osaka

C’est en 2018 et 2019 qu’elle réalise son plus beau jeu, forte d’un mental de compét’ !

Avec toute la fougue de la jeunesse, sa force de frappe désormais légendaire et son travail acharné, Naomi Osaka bat plusieurs joueuses de premier plan, remporte le premier titre de sa carrière en simple au tournoi d’Indian Wells enchaînant avec une victoire à l’US Open où elle balaye Serena Williams et son rêve d’un 24e titre de Grand Chelem lors d’un match épique, avant de remporter l’Open d’Australie en 2019.

Avec cette victoire, la tenniswoman s’empare de la première place mondiale, devenant la première Japonaise de l’Histoire à prendre la tête du tennis mondial, hommes et femmes confondus !

Naomi Osaka

«  Je me concentre sur le tennis. Quand je joue un match, tout le reste sort de mon esprit. Un Grand Chelem est quelque chose dont vous rêvez quand vous êtes enfant. Je ne veux pas gaspiller ces opportunités  ». Un esprit sain dans un corps sain…

Un symbole de tolérance multiculturelle

Et une tête sur les épaules. Elle est de celles qui ne s’en laissent pas compter. Naomi Osaka n’a rien d’une gentille fille qui joue à la balle sans moufter.

«  Je déteste ceux qui disent que les athlètes ne doivent pas se mêler de politique et se contenter de divertir le public. D’abord, c’est une question de droits de l’Homme. Deuxièmement : en quoi avez-vous plus le droit que moi de vous exprimer ? Avec votre logique, une personne qui travaille chez Ikea a juste le droit de parler du mobilier Grönlid. »

Si la jeune sportive se distingue sur les plus grands courts de tennis, elle n’hésite pas à s’engager haut et fort sur le terrain de l’arène médiatique et ce, pour la bonne cause.

Le combat contre le racisme imprègne en effet son histoire familiale  : ses parents se sont vus contraints d’émigrer aux États-Unis avec leurs deux petites filles, la famille japonaise de maman n’acceptant pas un étranger noir, son père étant haïtien.

Naomi Osaka

Naomi Osaka a récemment appelé à manifester contre le racisme et les discriminations dans son pays d’origine, soutenant le mouvement « Black Lives Matter » en manifestant aux États-Unis suite à la mort de George Floyd.

Elle a même pris la plume dans le magazine Esquire car « il  était temps de parler du racisme systémique et de la brutalité policière. »

«  Cela signifie tellement pour moi que la société évolue – que nous affrontions le racisme systémique de front, que la police nous protège et ne nous tue pas. Mais je suis fière aussi du petit rôle que j’ai joué dans l’évolution des perceptions et des opinions. J’adore m’imaginer une petite fille bi-raciale dans une salle de classe au Japon, briller de fierté quand je gagne un Grand Chelem. J’espère vraiment que le terrain de jeu est un endroit plus accueillant pour elle maintenant qu’elle peut s’identifier à un rôle modèle et être fière de qui elle est. Et rêver grand. »

Une sportive ÀBLOCK ! qui coche toutes les belles valeurs du sport. On ne la lâchera pas !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Global 6K for Water

6 km pour de l’eau, c’est oui !

L’accès à l’eau potable, partout, tout le temps, c’est l’ambition de l’ONG World Vision. Pour ça, la Global 6K for Water, soit les 6 km pour l’eau, reprend sa course à partir du 20 mai afin de financer des projets répondants à cet enjeu. Sensibiliser, bouger et changer le monde. Courez, maintenant !

Lire plus »
We Trail

Hey, We Trail ?

Retrouver la liberté, la nature, les sentiers…en courant, c’est la proposition alléchante de Scarpa. La marque spécialiste du trail organise, cet été, un périple financé par ses soins. Une micro-aventure pour laquelle il fallait répondre à un appel à candidatures dont on connait aujourd’hui les 5 finalistes. « We Trail » est en marche.

Lire plus »
Cyclisme

La Grande Boucle fait un pied de nez au Covid-19

Le Tour de France aura finalement lieu en août. Il est le seul événement sportif à être maintenu en 2020. Ni reporté ni annulé, la plus célèbre course cycliste prendra la route avec plus d’un mois de retard sur le calendrier, mais ça va rouler malgré tout. Les coureuses, elles, vont (encore) devoir patienter. Autant dire que le Tour féminin n’est plus envisagé.

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »

Y a-t-il une vie après le sport ?

Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »

Peterson Ceus : « La Gym Rhythmique masculine renvoie une image féminine de l’homme et ce n’est pas bien vu… »

Pour lui, c’est sa gym, sa bataille. Peterson Ceus se bat depuis sept ans pour que la gymnastique rythmique masculine soit reconnue par les instances sportives et devienne discipline olympique. Un combat contre les inégalités de genre qu’il espère mener à terme pour les générations à venir. Rencontre avec un athlète que rien ni personne n’est parvenu à mettre au tapis.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner