Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Naomi Osaka,

la petite prodige engagée du tennis

Naomi Osaka
Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Par Claire Bonnot

« J’ai tapé dans la balle avec Serena presque tous les jours pendant huit ans et la puissance de Naomi est équivalente. Je crois beaucoup en elle », dixit son ex-coach admiratif, Sascha Bajin.

37,4 millions d’euros de revenus à 22 ans. La joueuse de tennis japonaise, née en 1997, a été sacrée sportive la mieux payée de tous les temps en 2019 par le magazine Forbes devançant son idole de toujours, l’incomparable Serena Williams, en tête de ce classement ces quatre dernières années.

Et dans le classement réunissant hommes et femmes confondus, Naomi Osaka prend la vingt-neuvième place au top 100 des  athlètes les mieux payés.

Outre ce palmarès historique, la jeunette de 20 ans a déjà paradé en tête du classement WTA des meilleures joueuses mondiales, et se maintient encore aujourd’hui dans le Top 10.

Naomi Osaka

La relève au top mondial du tennis

Tout a commencé avec la passion de son père pour le tennis et sa fascination pour un autre entraîneur familial, le papa d’une certaine Serena et d’une certaine Vénus : inconditionnel de la balle jaune, il pousse lui aussi ses deux filles dans cette voie, Naomi et Mari, sa sœur aînée, aujourd’hui également joueuse pro.

La cadette, devenue professionnelle en 2014, s’envole sur les courts et se hisse, à tout juste 18 ans, au troisième tour dans trois tournois du Grand Chelem : l’Open d’Australie, Roland-Garros où elle entre pour la première fois dans le top 100 mondial, et l’US Open.

Naomi Osaka est alors désignée révélation de l’année aux WTA Awards.

Naomi Osaka

C’est en 2018 et 2019 qu’elle réalise son plus beau jeu, forte d’un mental de compét’ !

Avec toute la fougue de la jeunesse, sa force de frappe désormais légendaire et son travail acharné, Naomi Osaka bat plusieurs joueuses de premier plan, remporte le premier titre de sa carrière en simple au tournoi d’Indian Wells enchaînant avec une victoire à l’US Open où elle balaye Serena Williams et son rêve d’un 24e titre de Grand Chelem lors d’un match épique, avant de remporter l’Open d’Australie en 2019.

Avec cette victoire, la tenniswoman s’empare de la première place mondiale, devenant la première Japonaise de l’Histoire à prendre la tête du tennis mondial, hommes et femmes confondus !

Naomi Osaka

«  Je me concentre sur le tennis. Quand je joue un match, tout le reste sort de mon esprit. Un Grand Chelem est quelque chose dont vous rêvez quand vous êtes enfant. Je ne veux pas gaspiller ces opportunités  ». Un esprit sain dans un corps sain…

Un symbole de tolérance multiculturelle

Et une tête sur les épaules. Elle est de celles qui ne s’en laissent pas compter. Naomi Osaka n’a rien d’une gentille fille qui joue à la balle sans moufter.

«  Je déteste ceux qui disent que les athlètes ne doivent pas se mêler de politique et se contenter de divertir le public. D’abord, c’est une question de droits de l’Homme. Deuxièmement : en quoi avez-vous plus le droit que moi de vous exprimer ? Avec votre logique, une personne qui travaille chez Ikea a juste le droit de parler du mobilier Grönlid. »

Si la jeune sportive se distingue sur les plus grands courts de tennis, elle n’hésite pas à s’engager haut et fort sur le terrain de l’arène médiatique et ce, pour la bonne cause.

Le combat contre le racisme imprègne en effet son histoire familiale  : ses parents se sont vus contraints d’émigrer aux États-Unis avec leurs deux petites filles, la famille japonaise de maman n’acceptant pas un étranger noir, son père étant haïtien.

Naomi Osaka

Naomi Osaka a récemment appelé à manifester contre le racisme et les discriminations dans son pays d’origine, soutenant le mouvement « Black Lives Matter » en manifestant aux États-Unis suite à la mort de George Floyd.

Elle a même pris la plume dans le magazine Esquire car « il  était temps de parler du racisme systémique et de la brutalité policière. »

«  Cela signifie tellement pour moi que la société évolue – que nous affrontions le racisme systémique de front, que la police nous protège et ne nous tue pas. Mais je suis fière aussi du petit rôle que j’ai joué dans l’évolution des perceptions et des opinions. J’adore m’imaginer une petite fille bi-raciale dans une salle de classe au Japon, briller de fierté quand je gagne un Grand Chelem. J’espère vraiment que le terrain de jeu est un endroit plus accueillant pour elle maintenant qu’elle peut s’identifier à un rôle modèle et être fière de qui elle est. Et rêver grand. »

Une sportive ÀBLOCK ! qui coche toutes les belles valeurs du sport. On ne la lâchera pas !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode “Féral” à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »