Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Naomi Osaka,

la petite prodige engagée du tennis

Naomi Osaka
Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Par Claire Bonnot

« J’ai tapé dans la balle avec Serena presque tous les jours pendant huit ans et la puissance de Naomi est équivalente. Je crois beaucoup en elle », dixit son ex-coach admiratif, Sascha Bajin.

37,4 millions d’euros de revenus à 22 ans. La joueuse de tennis japonaise, née en 1997, a été sacrée sportive la mieux payée de tous les temps en 2019 par le magazine Forbes devançant son idole de toujours, l’incomparable Serena Williams, en tête de ce classement ces quatre dernières années.

Et dans le classement réunissant hommes et femmes confondus, Naomi Osaka prend la vingt-neuvième place au top 100 des  athlètes les mieux payés.

Outre ce palmarès historique, la jeunette de 20 ans a déjà paradé en tête du classement WTA des meilleures joueuses mondiales, et se maintient encore aujourd’hui dans le Top 10.

Naomi Osaka

La relève au top mondial du tennis

Tout a commencé avec la passion de son père pour le tennis et sa fascination pour un autre entraîneur familial, le papa d’une certaine Serena et d’une certaine Vénus : inconditionnel de la balle jaune, il pousse lui aussi ses deux filles dans cette voie, Naomi et Mari, sa sœur aînée, aujourd’hui également joueuse pro.

La cadette, devenue professionnelle en 2014, s’envole sur les courts et se hisse, à tout juste 18 ans, au troisième tour dans trois tournois du Grand Chelem : l’Open d’Australie, Roland-Garros où elle entre pour la première fois dans le top 100 mondial, et l’US Open.

Naomi Osaka est alors désignée révélation de l’année aux WTA Awards.

Naomi Osaka

C’est en 2018 et 2019 qu’elle réalise son plus beau jeu, forte d’un mental de compét’ !

Avec toute la fougue de la jeunesse, sa force de frappe désormais légendaire et son travail acharné, Naomi Osaka bat plusieurs joueuses de premier plan, remporte le premier titre de sa carrière en simple au tournoi d’Indian Wells enchaînant avec une victoire à l’US Open où elle balaye Serena Williams et son rêve d’un 24e titre de Grand Chelem lors d’un match épique, avant de remporter l’Open d’Australie en 2019.

Avec cette victoire, la tenniswoman s’empare de la première place mondiale, devenant la première Japonaise de l’Histoire à prendre la tête du tennis mondial, hommes et femmes confondus !

Naomi Osaka

«  Je me concentre sur le tennis. Quand je joue un match, tout le reste sort de mon esprit. Un Grand Chelem est quelque chose dont vous rêvez quand vous êtes enfant. Je ne veux pas gaspiller ces opportunités  ». Un esprit sain dans un corps sain…

Un symbole de tolérance multiculturelle

Et une tête sur les épaules. Elle est de celles qui ne s’en laissent pas compter. Naomi Osaka n’a rien d’une gentille fille qui joue à la balle sans moufter.

«  Je déteste ceux qui disent que les athlètes ne doivent pas se mêler de politique et se contenter de divertir le public. D’abord, c’est une question de droits de l’Homme. Deuxièmement : en quoi avez-vous plus le droit que moi de vous exprimer ? Avec votre logique, une personne qui travaille chez Ikea a juste le droit de parler du mobilier Grönlid. »

Si la jeune sportive se distingue sur les plus grands courts de tennis, elle n’hésite pas à s’engager haut et fort sur le terrain de l’arène médiatique et ce, pour la bonne cause.

Le combat contre le racisme imprègne en effet son histoire familiale  : ses parents se sont vus contraints d’émigrer aux États-Unis avec leurs deux petites filles, la famille japonaise de maman n’acceptant pas un étranger noir, son père étant haïtien.

Naomi Osaka

Naomi Osaka a récemment appelé à manifester contre le racisme et les discriminations dans son pays d’origine, soutenant le mouvement « Black Lives Matter » en manifestant aux États-Unis suite à la mort de George Floyd.

Elle a même pris la plume dans le magazine Esquire car « il  était temps de parler du racisme systémique et de la brutalité policière. »

«  Cela signifie tellement pour moi que la société évolue – que nous affrontions le racisme systémique de front, que la police nous protège et ne nous tue pas. Mais je suis fière aussi du petit rôle que j’ai joué dans l’évolution des perceptions et des opinions. J’adore m’imaginer une petite fille bi-raciale dans une salle de classe au Japon, briller de fierté quand je gagne un Grand Chelem. J’espère vraiment que le terrain de jeu est un endroit plus accueillant pour elle maintenant qu’elle peut s’identifier à un rôle modèle et être fière de qui elle est. Et rêver grand. »

Une sportive ÀBLOCK ! qui coche toutes les belles valeurs du sport. On ne la lâchera pas !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »

Foot au féminin : le Real Madrid donne le coup d’envoi !

Il était temps ! Après plus d’un siècle d’existence le Real crée sa première équipe féminine professionnelle. Ce mercredi 1er juillet, le club madrilène a officialisé la nouvelle. Les joueuses fouleront pour la première fois les pelouses à la prochaine saison, lors du championnat espagnol.

Lire plus »
Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »

Le yoga en belle posture

Ces dernières années, les yogis en herbe ne cessent de se multiplier. Besoin de sérénité, d’apaisement, c’est le sport doux le plus plébiscité aujourd’hui en France.

Lire plus »
Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane : « Le karaté, c’est puissant, ça t’offre des émotions rares. »

La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »