Perrine Laffont5 infos pour briller sur les bosses enneigées

Perrine Laffont, 5 infos pour briller sur les cimes
Juste avant l'ouverture officielle des JO de Beijing, Perrine Laffont était déjà sur ses skis, se qualifiant pour la finale olympique des bosses. Et même si elle est, hélas, restée au pied du podium, elle n'a pas dit son dernier mot. Zoom sur la carrière d'une skieuse qui a roulé sa bosse.

Par Alexandre Hozé

Publié le 04 février 2022 à 16h55, mis à jour le 13 février 2022 à 20h57

1. Rentrer dans le circuit pro par la grande porte

Comment devient-on la boss des bosses ? Aujourd’hui, il faut poser la question à Perrine Laffont, l’une si ce n’est LA meilleure skieuse de la discipline. À seulement 23 ans, la Française domine le circuit sans partage. Parcours incroyable, mais bon, quand on se penche sur les prémices de sa carrière, on comprend vite que l’ordinaire n’était pas au programme de la championne. 

Née un 28 octobre 1998 à Lavelanet, dans l’Ariège, Perrine Laffont monte sur des skis dès son plus jeune âge, initiée par ses parents. Madame et Monsieur Laffont, bien joué ! 

Elle apprend à skier dans les Alpes, dans la station des Monts d’Olmes à côté de chez elle, ou encore à Annecy, lieu de ses études. Une chose est sûre, la gamine est très douée. Son aisance sur les bosses est à la limite de l’insolence. 

Perrine Laffont se qualifie vite fait bien fait pour les Jeux Olympiques de Sotchi, en 2014. À 15 ans. Pas mal pour une ado, non ? Elle y brille lors des qualifications et accède à la finale. Elle termine quatorzième et prend date pour les prochaines compétitions.

Perrine Laffont est en devenir.

2. Monter en puissance progressivement

Progressivement, façon de parler. Après ses JO de 2014, Perrine Lafont continue sa route vers les sommets. Pour beaucoup, il va lui falloir du temps, elle n’a pas 18 ans, il faut qu’elle engrange de l’expérience, ça va prendre pas mal de saisons… 

Trois, en fait. Trois saisons pour devenir une reine des neiges. 

Si Perrine Laffont fait partie du circuit pro, elle continue à faire des compétitions en junior. Grand bien lui fasse, elle va découvrir le goût de la victoire. 

En 2015, elle remporte les bosses et les bosses parallèles. Que ce soit contre une adversaire ou le chrono, elle gagne. Elle remet ça l’année suivante, avec une médaille d’or à l’épreuve des bosses. 

2016 est l’année de sa dernière participation à une compétition junior. À partir de maintenant, Perrine Laffont se concentre sur un nouvel objectif : après avoir été la meilleure jeune, elle veut devenir LA meilleure tout court. 

Lors de la saison 2015-2016, elle finit à la troisième place de la Coupe du monde de bosses. Perrine Laffont est désormais l’une des meilleures skieuses acrobatiques de la planète. Et elle ne s’arrête pas là. 

3. Dominer sans partage sur sa discipline

La saison 2016-2017 marque le début du règne de Perrine Laffont sur les bosses. Pourtant, elle ne finit “que” deuxième au général de la Coupe du monde. Mais lors des championnats du monde de 2017 à la Sierra Nevada en Espagne, elle retrouve le goût de l’or. 

L’épreuve des bosses parallèles ne lui résiste pas, elle est plus rapide que toutes ses concurrentes. Cet or international récompense tous les efforts fournis lors des années précédentes. La bête de travail qu’est Perrine Laffont s’assied sur le toit du monde. 

Elle repart de ces mondiaux avec,  également, la deuxième place aux bosses. Une saison incroyable. Mais attendez la suivante… 

En 2017-2018, Perrine Laffont remporte la Coupe du monde de bosses. Après les médailles mondiales, c’est un globe de cristal qui rejoint son armoire à trophées. Elle arrive donc aux Jeux Olympiques de Pyeongchang avec le plein de confiance. Et ça se voit. 

Son duel avec la Canadienne Justine Dufour-Lapointe est digne d’un film de Quentin Tarantino. Seulement neuf centièmes de points séparent les deux skieuses. Mais c’est bien la Française qui s’impose, devenant championne olympique à 19 ans. 

Perrine Laffont continue sur sa lancée la saison suivante. Une nouvelle victoire lors de la Coupe du monde des bosses. Mais cette première place va aussi lui permettre de remporter le général de la saison de ski acrobatique. Nouvelle ligne dans son palmarès et pas des moindres. 

C’est déjà pas mal pour une saison, non ? Les championnats du monde sont inscrits sur le calendrier… donc Perrine Laffont continue ! 

Elle conserve son titre mondial lors des bosses parallèles et obtient une médaille de bronze lors de l’épreuve des bosses. 

Si le titre mondial de cette épreuve lui échappe encore, ce n’est que partie remise, Perrine Laffont semblant invincible. 

Mais toute cette pression accumulée, c’est beaucoup pour une jeunette de 20 printemps. Beaucoup trop… 

4. Surmonter un burn-out

Perrine Laffont craque. Elle n’en peut plus du ski, n’en peut plus de la compétition, n’en peut plus de la pression qui va avec. 

Soutenue par son entourage, elle profite alors de l’inter-saison pour se concentrer sur elle, sur sa santé. Elle sort de la compet’ où tous ses gestes sont scrutés pour retrouver le plaisir d’être sur des skis. Tout simplement.

Début 2019-2020, Perrine Laffont est de retour tout sourire. 

Mais pas sans séquelles. Marquée par ce burn-out vertigineux, la Française témoigne, parle d’un sujet encore trop tabou dans le monde du sport de haut niveau. 

Elle réalise un court-métrage, en octobre 2021, sur cette période de sa vie, Road to Beijing, avec des images magnifiques et surtout un témoignage bouleversant, mais optimiste. 

Perrine Laffont s’est reconstruite et a de nouveau faim de victoires. 

Road to Beijing, le court-métrage réalisé par Perrine Laffont.

5. Rester la meilleure

Prudente, Perrine Laffont annonce que la saison 2019-2020 va lui permettre de se replonger dans le grand bain. Elle n’a pas d’attentes particulières. 

Pourtant, elle cartonne. Elle remporte la Coupe du monde de bosses et le classement général de ski acrobatique. De nouveau heureuse sur les skis, rien ne semble pouvoir l’arrêter. 

La saison suivante confirme son come-back au top. Quatrième victoire consécutive de la Coupe du monde de bosses. Le classement général lui échappe, mais peu importe, le vrai rendez-vous de cette saison, ce sont les championnats du monde. 

Son objectif est clair : remporter pour la première fois l’épreuve des bosses lors de cette compétition. Déterminée et concentrée, Perrine Laffont ne laisse pas passer une nouvelle fois cette occasion et ajoute la seule ligne qui lui manquait à son palmarès. 

À seulement 23 ans, elle a tout gagné. Sa place dans l’histoire du ski est assurée. 

Actuellement en lice pour une cinquième Coupe du monde de bosses, Perrine Laffont avoue avoir quand même un autre objectif en tête : une deuxième médaille d’or olympique. Qualifiée pour la finale, la victoire est à sa portée ce dimanche 6 février. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine de glace, une number one du squash (Nouran Gahor sur notre photo), du vélo en mode détente, des filles sur les courts de tennis, une question qui tue spécial été, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Ronda Rousey

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un photographe aux clichés détonants, une athlète aux rebonds imprévisibles, l’histoire des wonderwomen du MMA (dont Ronda Rousey sur notre photo) et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »
Il était une fois le MMA… féminin !

Il était une fois le MMA… féminin

Le MMA s’organise. Légalisé il y a deux ans en France, le ministère des Sports vient de confirmer son affiliation à la Fédération française de boxe. La deuxième édition des Championnats de France devrait avoir lieu à la fin de l’année et ses moyens renforcés. Une occasion en or pour cette discipline d’Arts Martiaux Mixtes de restaurer une réputation sulfureuse. Mais qui sont les premières combattantes à s’être battues pour avoir le droit d’entrer dans la cage ?

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Photo...griffe, Antoine Bréard/Carissa Moore

Antoine Bréard : « Que je photographie une sportive ou un sportif ne change rien, le sport, c’est avant tout de l’émotion. »

ÀBLOCK! lance une série consacrée aux photographes de talent, pros ou amateurs, qui ont l’œil pour mettre en lumière les femmes dans le sport. Mais pas que…car le sport n’a pas sexe, c’est en tout cas ainsi qu’Antoine Bréard voit les choses. Journaliste et photographe, il balade son objectif sur tous les terrains de sport depuis maintenant une dizaine d’années. Il partage, avec ÀBLOCK!, 5 clichés qui lui ressemblent.

Lire plus »
Les triathlètes (re)débarquent à Paris !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une course d’orientation nouvelle génération, un triathlon en capitale (celui de Paris, le retour, sur notre photo), une pro de la ride, une volleyeuse qui nous bluffe et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Reality Winner

Reality Winner : l’espionne qui venait du sport

Avant le 3 juin 2017, date de son arrestation, cette blondinette balèze était surtout connue pour ses exploits de crossfiteuse. Ex-militaire dans l’US Air Force, employée des services secrets américains, Reality Winner purge une peine de 5 ans de prison pour avoir exfiltré des documents confidentiels. Portrait d’une lanceuse d’alerte qui, même emprisonnée, ne transige jamais avec sa routine sportive.

Lire plus »
Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
God save Channel 4 !

God save Channel 4 !

La chaîne anglaise Channel 4 ne s’engage pas à moitié. Pour les Jeux Paralympiques de Pékin, tous ses consultants seront des para-athlètes. Aux côtés des commentateurs de l’équipe des sports, ils viendront offrir une expertise des plus pertinentes. Une première.

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner