Martina Hingis La « Swiss Miss » qui jouait au tennis comme on joue aux échecs

Martina Hingis
Plus jeune N°1 mondiale de l’histoire du tennis, la Suissesse Martina Hingis est une championne qui marqua aussi les esprits par sa défaite tragique à Roland-Garros en 1999. Elle a remporté 25 tournois du Grand Chelem (en simple et en double) au cours de sa carrière mais seule la terre battue parisienne lui aura fait défaut, et par deux fois ! Retour sur une surdouée du tennis au jeu rare et au caractère bien trempé.

Par Claire Bonnot

Publié le 26 juillet 2020 à 17h59, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h11

« Depuis toute petite, j’ai rêvé de percer en tennis, et ce rêve je l’ai réalisé. Si je devais refaire ma vie, je ne changerais rien. Jusqu’à mes 15 ans, j’ai toujours eu de bonnes notes à l’école, mais, après, j’ai abandonné mes études pour le tennis. Je n’ai pas le moindre regret, je crois que n’importe qui, à ma place, serait fier de ce que j’ai fait dans ma vie. »

Martina Hingis, née le 30 septembre 1980 à Košice, en Slovaquie (alors la Tchécoslovaquie), débute le tennis très jeune : dès l’âge de cinq ans, elle participe à ses premiers tournois. Son entraîneur n’est autre que sa mère, qui l’a déjà placée sous une bonne étoile en la prénommant comme la championne de tennis Martina Navratilova.

Le destin ne tarde pas à se manifester : la toute jeune tenniswoman remporte Roland-Garros Juniors en 1993. Elle n’a que 13 ans et continue sur sa belle lancée en devenant Championne du monde junior en simple filles, toujours sur la terre battue française, un an plus tard. Du haut des ses quatorze printemps, Hingis entre alors dans le cercle des pros… 

Martina Hingins
©Clayton Farrington

Une « Swiss Miss » au sommet

L’ascension est fulgurante : en 1996, elle remporte son premier titre du Grand Chelem (qui consiste à gagner la même année, les quatre tournois majeurs du circuit international organisé par la Fédération internationale de tennis : Championnats d’Australie, de France, des Etats-Unis d’Amérique, et de Wimbledon).

Elle, ce sera en double, à Wimbledon et, rebelote, en tant que joueuse en simple, à l’Open d’Australie en 1997. La voici la plus jeune joueuse de l’ère moderne à remporter un tournoi du Grand Chelem, à l’âge de 16 ans, 3 mois et 26 jours !

Cette même année, elle réalise un Petit Chelem, empochant aussi la première place à l’US Open et à Wimbledon. Toujours en 1997, après son sacre à Miami, elle accède à la première place du classement WTA, devenant, à 16 ans et 6 mois, la plus jeune numéro 1 mondiale de l’histoire du tennis.

En à peine trois ans, Martina Hingis devient l’étoile du tennis mondial, la « Swiss Miss » comme la surnomme la presse. Mais quelle est donc sa formule tennistique magique ?

Martina Hingis
©TwoWings

Un jeu de génie inégalé

« Avant Roger Federer, c’était elle l’ambassadrice du tennis suisse. Une technique parfaite. Une intelligence du jeu rarement égalée », expliquait le journal suisse Le Temps, dans un article en 2012.

L’une de ses adversaires, la championne Mary Pierce, confie quant à elle que la joueuse de tennis parfaite devrait avoir « la sélection des coups de Martina Hingis » : « Elle était une joueuse très intelligente. Elle jouait au tennis comme si elle jouait aux échecs. Elle était super efficace. Pas la joueuse la plus puissante, mais vraiment, vraiment intelligente. »

Martina Hingis
©Si Robi

Pour Arnaud Jamin, journaliste et auteur, qui a consacré un livre à la joueuse en 2019, Le Caprice Hingis*, Martina Hingis incarne « une exception splendide dans l’histoire du tennis, un personnage littéraire qui évoque des mouvements de grand lyrisme et de grande beauté ».

La patte Hingis ? « Je gagnais mes matchs en jouant intelligemment. (…) Depuis les Juniors jusqu’à aujourd’hui, cela a toujours été mon point fort : j’analyse, je joue juste, je m’adapte à ma partenaire et à l’adversaire, je trouve toujours une solution. Il le faut parce que je n’ai pas la puissance », révélait l’intéressée au Temps en 2017.

Ainsi, la championne compensait son manque de puissance par la précision de ses balles et sa fluidité de mouvement. Une beauté du geste qu’elle savait associer à des victoires… jusqu’à ce match fatal à Roland-Garros en 1999.

Martina Hingins
©Steven Pisano

Un match historique au goût d’inachevé

« Son échec signe la fin d’un certain tennis flamboyant », nous résume Arnaud Jamin, lui qui a conté ce match telle une guerre fondatrice entre deux déesses mythologiques. C’était le 5 juin 1999. La finale de Roland-Garros. Une sorte d’affrontement moderne de David contre Goliath, Martina Hingis, petite princesse de la terre battue, numéro 1 mondiale, 18 ans, et Steffi Graf, grande championne de 30 ans en fin de carrière, que le public parisien veut voir gagner pour couronner toutes ses belles années à tenir le monde du tennis en haleine.

Pendant un set et demi, la jeune Suissesse fait des merveilles, a toujours un coup d’avance, impose sa science du jeu à son aînée. Jusqu’à la balle litigieuse… L’arbitre ne retrouve pas la marque et applique la règle qui est de conserver l’annonce originale : le point était accordé à Graf.

Mais la jeune impétueuse refuse, demande à rejouer le point, traverse le court et passe de l’autre côté du filet pour montrer elle-même la marque. Erreur : le règlement l’interdit.

Martina Hingis
©Steven Pisano

Le public parisien ne lui pardonnera pas ce faux pas : « Un public représente la société. Quand une jeune fille remet en cause l’arbitrage contre la reine Steffi Graf, sacrée cinq fois à Roland-Garros, ça ne passe pas. Je crois qu’on en veut à ceux qui ont du talent trop jeune », analyse Arnaud Jamin.

Le juge arbitre du tournoi et la superviseure de la WTA descendent sur le terrain pour « raisonner » cette jeunesse rebelle. « On la voit refuser un contexte d’arbitre et elle a raison, la balle est bonne et elle lui permettait de marcher vers la victoire. Mais l’arbitre annonce « faute ». Elle s’avance vers le filet et elle dit « Non ! ». C’est le cri d’une jeune fille qui va être étouffé. Steffi Graf ne prend pas part à la contestation tandis que le public français hurle « Steffi ! ». Ce public va tuer l’esprit du jeu ».

Martina Hingis
©MomoVieman

Arnaud Jamin a ressenti toute l’injustice de ce match qu’il retranscrit parfaitement dans son livre : « Ce livre, c’est sa défense et, par extension, la défense d’un certain style de tennis où la force n’est pas l’essentiel. »

La fougue perdra contre l’expérience.

Huée par la foule, vaincue, Martina Hingis fuira la terre battue. Avant de revenir, en pleurs sur le court central, ramenée quasi de force par sa mère, pour assister à la remise des trophées et honorer le fair-play sportif.

La fin d’un rêve sur terre battue

Hingis vient de perdre pour la deuxième fois ce tournoi du Grand Chelem et ne le gagnera jamais. Pour Arnaud Jamin, « la fin de Martina Hingis, à l’aube de l’an 2000, c’est vraiment la fin d’une époque, d’un style de tennis où l’on pouvait avoir des exceptions magnifiques comme elle l’était. »

Elle le confirmera elle-même quelques années plus tard : « Les temps ont changé. C’est plus physique. C’est une génération différente. »

Martina Hingis
©Akademan

Épique, ce match restera dans les annales du sport et marquera un réel bouleversement pour la peut-être trop sensible étoile du tennis.

Si elle continue à gagner des tournois et reste numéro 1 pendant longtemps, elle ne gagnera plus de tournois de Grand Chelem en simple et se verra confrontée aux « cogneuses », les sœurs Williams, symbole de ce tennis basé sur la puissance. 

En 2003, suite à plusieurs blessures au pied, elle annonce prendre sa retraite. Elle a seulement 22 ans.

Martina Hingis fera deux comebacks dont un de 2013 à 2017 pendant lequel elle redevient numéro 1 mondiale, mais en double.

Cette joueuse d’exception aura donc remporté tous les tournois du Grand Chelem, que ce soit en double, en double mixte ou en simple. À l’exception de… Roland-Garros.

Martina Hingis
©Andrew Campbell

Après avoir définitivement pris sa retraite du circuit professionnel en 2017, Martina Hingis semble déjà préparer sa fillette Lia – née en 2019 ! – à prendre la relève.

ÀBLOCK! de mère en fille et de génération en génération, la beauté du sport…

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Mathilde Rivière : « Pour avoir ma place aux JO, j’ai galéré, mais je n’ai rien laissé passer ! »

Elle a bien failli ne pas voir Tokyo. Handicapée par une sévère blessure au dos, la triple championne de France de lutte a finalement décroché son billet, début mai, en Bulgarie, pour les Jeux Olympiques japonais. Une joie immense pour Mathilde Rivière qui nourrit désormais un seul et unique objectif : la médaille. Rencontre avec une fille qui ne se laisse pas facilement mettre au tapis.

Lire plus »
Hal Connolly et Olga Fikotova

JO 1956 : Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Lire plus »
Il était une fois le football…féminin

Il était une fois le football…féminin

Alors que l’Euro féminin disputé en Angleterre se joue jusqu’au 31 juillet, petit cours d’histoire express sur ce sport très vite conjugué au féminin puis perdu de vue avant de revenir sur le devant de la scène. Ou plutôt du stade.

Lire plus »
Ronda Rousey

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un photographe aux clichés détonants, une athlète aux rebonds imprévisibles, l’histoire des wonderwomen du MMA (dont Ronda Rousey sur notre photo) et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Elle est photographe et réalisatrice de documentaires. Son dernier film, « Bande de skateuses », est une épopée immersive sur l’explosion du skateboard féminin en France. Partie à la rencontre de plusieurs générations du milieu de la glisse sur bitume, Marion Desquenne en a rapporté un témoignage qui va au-delà de la simple pratique du skate et en dit long sur une société qui a encore du boulot en matière d’égalité des genres.

Lire plus »
Lindsey Vonn 5 infos pour briller sur des skis

Lindsey Vonn : 5 infos pour briller sur des skis

Elle a laissé sur les pistes de ski une marque indélébile et sa reconversion en business-woman commence bien. Retour en cinq infos sur la championne olympique, du monde de descente et de super-G, Lindsey Vonn, qui a marqué l’histoire des sports de glisse et au-delà.

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner