Jeux Olympiqueskaraté, un petit JO et puis s’en va !

Leïla Heurtault
Après des années à batailler pour intégrer le giron des sports olympiques, le karaté a obtenu gain de cause et sera (enfin !) de la partie aux Jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août. Avant de disparaître aussi vite du programme des JO 2024, à Paris. Retour sur une épopée éprouvante.

Par Sophie Danger

Publié le 20 juillet 2021 à 7h00, mis à jour le 29 juillet 2021 à 8h28

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Un petit tour… et puis s’en va. Après une – très – longue bataille pour que le karaté devienne discipline olympique, officiels et prétendants à la médaille ont enfin obtenu gain de cause.

Cet art martial, dont l’origine remonterait au Ve siècle, sera bel et bien présent aux Jeux Olympiques de Tokyo qui débutent le 23 juillet prochain… avant de disparaître purement et simplement des tablettes lors de l’échéance parisienne programmée trois ans plus tard, pour les JO 2024, du 26 juillet au 11 août.

Une déconvenue immense pour les artisans de la candidature qui n’avaient, jusqu’alors, pas ménagé leurs efforts pour intégrer la très convoitée famille olympique.

Une épopée aux allures de marathon qui débute en 1975. À l’époque, l’ITKF décide de faire un appel du pied au CIO.

Le but de l’International Traditional Karate Federation ? Que le « karaté  traditionnel », sport dont elle est la garante, soit représenté aux Jeux Olympiques. Première demande, premier refus.

Il faudra attendre les années 90 pour que les représentants du karaté mondial reviennent à la charge. Échaudées par leur précédent revers, les instances gouvernantes du « karaté traditionnel » (ITKF) et celles du « karaté sportif » (WUKO devenue WKF), de plus en plus populaire, avancent l’idée de fonctionner ensemble afin de donner plus de poids à leur requête.

La tentative n’ira, hélas, pas au bout.

La championne française, Leïla Heurtault

Malgré tout, la WKF (World Karate Federation), désormais seule entité reconnue par le CIO, n’abdique pas et reprend le combat à son compte. Dans son viseur, Athènes en 2004. Raté.

Il y aura également Pékin en 2008, Londres en 2012 et Rio en 2016. Nouvelles déconvenues. Jusqu’à 2020 et la validation officielle.

L’heure est à la fête. Après des années à végéter dans l’ombre du judo, intégré en 1964, et du taekwondo, définitivement intronisé en 2000 après un test à Seoul en 1988, le karaté entre, à son tour, dans le giron olympique.

Francis Didier, Président de la Fédération Française de Karaté, évoque alors « une énorme satisfaction » et se réjouit que ce sport « qui véhicule tant de valeurs communes à celle de l’olympisme, fasse partie de cette fête universelle qui se déroule tous les quatre ans ».

Francis Didier, Président de la Fédération Française de Karaté

De leur côté, les organisateurs japonais, conscients du privilège, voient grand. Les meilleurs athlètes de la planète seront reçus dans un écrin à hauteur de l’événement, le mythique Nippon Budokan, théâtre, cinquante et un ans plus tôt, des premiers Championnats du monde de la discipline.

Le mythique Nippon Budokan

La joie sera malheureusement de courte durée. En février 2019, le COJO (Comité d’Organisation des Jeux Olympiques) de Paris annonce la liste des sports additionnels pressentis pour 2024. Le surf, le skateboard et l’escalade, en démonstration au Japon, sont reconduits. Trois disciplines auxquelles viennent s’ajouter le breaking.

À peine intronisé, le karaté est donc déjà prié de prendre la porte. La douche froide. Et l’incompréhension.

« Nous n’avons pas encore eu la chance de prouver notre valeur en tant que sport olympique, puisque nous ferons nos débuts comme discipline olympique à Tokyo en 2020, déplore alors Antonio Espinos, le président de la Fédération internationale (WKF), dans un communiqué. Nous pensions avoir rempli toutes les exigences et que nous avions les conditions parfaites pour être ajouté au programme des sports. Nous avons appris que notre rêve ne sera plus une réalité. »

Leïla Heurtault, l’une des championnes de karaté françaises qualifiées, à l’heure de partir pour les Jeux Olympiques de Tokyo, peut-être pour la première et dernière fois…

La bataille pour la reconnaissance olympique, jusqu’alors essentiellement fédérale, va dès lors dépasser le cadre des seules instances sportives pour prendre un tournant plus politique. Le ministère des Sports est sommé de se justifier.

Sur le papier en effet, le karaté coche toutes les cases imposées par le CIO : une Fédération reconnue, des coûts d’organisation raisonnables, une bonne image et une pratique répandue à travers le monde.

Mais tribunes et autres lettres ouvertes resteront sans effet. Le COJO, fermement décidé à se tourner vers des discipline « plus urbaines » pour attirer un public jeune, campe sur ses positions. Après une apparition éclair au Japon, le karaté ne sera officiellement plus de la partie à Paris.

Ne reste plus, désormais, qu’à se tourner vers l’avenir. Et briller à Tokyo. L’équipe de France, qui espère une délégation plus imposante, devra se contenter de trois représentants, deux femmes – Leïla Heurtault (-61kg) et Alexandra Feracci (kata) – et  un homme – Steven Da Costa (-67kg).

Alexandra Feracci, l’une des 3 représentantes de la délégation française

Trois karatékas sur les 80 engagés, mais trois chances de médaille que les Bleus, échaudés comme leur concurrents, mais pas coulés pour autant, espèrent bien convertir en métal précieux.

Ouverture Leïla Heurtault
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Prenez le métro… au pas de course !

Prenez le métro… au pas de course !

Ce jeudi, le RATP Running Challenge a été lancé, revenant bousculer nos habitudes. Et ce sera, chaque mois, une course entre deux métros ou RER qui sera organisée pour dérouiller un peu les jambes des citadins. Objectif ? Sensibiliser à la pratique quotidienne d’une demi-heure de sport.

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Lire plus »
Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »
Nutrition

Nutrition du sportif confiné : l’appel du frigo

Pas facile de savoir comment se nourrir en temps de confinement. Celui qui poursuit sa routine sportive tant bien que mal doit trouver un nouveau moyen de faire le plein d’énergie sans prendre de kilos indésirables. Pas impossible. Les conseils et 3 recettes maison de la diététicienne spécialisée dans la nutrition sportive Marion Lassagne.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Alice Modolo

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rugbywoman qui en a sous les crampons, une sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo), une pongiste à la raquette agile, une lutteuse qui s’est battue pour Tokyo, une pionnière à cheval ou encore une ONG qui va marcher 40 000 km, demandez le programme sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter