Jeux Olympiqueskaraté, un petit JO et puis s’en va !

Leïla Heurtault
Après des années à batailler pour intégrer le giron des sports olympiques, le karaté a obtenu gain de cause et sera (enfin !) de la partie aux Jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août. Avant de disparaître aussi vite du programme des JO 2024, à Paris. Retour sur une épopée éprouvante.

Par Sophie Danger

Publié le 20 juillet 2021 à 7h00, mis à jour le 28 juillet 2021 à 10h26

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Un petit tour… et puis s’en va. Après une – très – longue bataille pour que le karaté devienne discipline olympique, officiels et prétendants à la médaille ont enfin obtenu gain de cause.

Cet art martial, dont l’origine remonterait au Ve siècle, sera bel et bien présent aux Jeux Olympiques de Tokyo qui débutent le 23 juillet prochain… avant de disparaître purement et simplement des tablettes lors de l’échéance parisienne programmée trois ans plus tard, pour les JO 2024, du 26 juillet au 11 août.

Une déconvenue immense pour les artisans de la candidature qui n’avaient, jusqu’alors, pas ménagé leurs efforts pour intégrer la très convoitée famille olympique.

Une épopée aux allures de marathon qui débute en 1975. À l’époque, l’ITKF décide de faire un appel du pied au CIO.

Le but de l’International Traditional Karate Federation ? Que le « karaté  traditionnel », sport dont elle est la garante, soit représenté aux Jeux Olympiques. Première demande, premier refus.

Il faudra attendre les années 90 pour que les représentants du karaté mondial reviennent à la charge. Échaudées par leur précédent revers, les instances gouvernantes du « karaté traditionnel » (ITKF) et celles du « karaté sportif » (WUKO devenue WKF), de plus en plus populaire, avancent l’idée de fonctionner ensemble afin de donner plus de poids à leur requête.

La tentative n’ira, hélas, pas au bout.

La championne française, Leïla Heurtault

Malgré tout, la WKF (World Karate Federation), désormais seule entité reconnue par le CIO, n’abdique pas et reprend le combat à son compte. Dans son viseur, Athènes en 2004. Raté.

Il y aura également Pékin en 2008, Londres en 2012 et Rio en 2016. Nouvelles déconvenues. Jusqu’à 2020 et la validation officielle.

L’heure est à la fête. Après des années à végéter dans l’ombre du judo, intégré en 1964, et du taekwondo, définitivement intronisé en 2000 après un test à Seoul en 1988, le karaté entre, à son tour, dans le giron olympique.

Francis Didier, Président de la Fédération Française de Karaté, évoque alors « une énorme satisfaction » et se réjouit que ce sport « qui véhicule tant de valeurs communes à celle de l’olympisme, fasse partie de cette fête universelle qui se déroule tous les quatre ans ».

Francis Didier, Président de la Fédération Française de Karaté

De leur côté, les organisateurs japonais, conscients du privilège, voient grand. Les meilleurs athlètes de la planète seront reçus dans un écrin à hauteur de l’événement, le mythique Nippon Budokan, théâtre, cinquante et un ans plus tôt, des premiers Championnats du monde de la discipline.

Le mythique Nippon Budokan

La joie sera malheureusement de courte durée. En février 2019, le COJO (Comité d’Organisation des Jeux Olympiques) de Paris annonce la liste des sports additionnels pressentis pour 2024. Le surf, le skateboard et l’escalade, en démonstration au Japon, sont reconduits. Trois disciplines auxquelles viennent s’ajouter le breaking.

À peine intronisé, le karaté est donc déjà prié de prendre la porte. La douche froide. Et l’incompréhension.

« Nous n’avons pas encore eu la chance de prouver notre valeur en tant que sport olympique, puisque nous ferons nos débuts comme discipline olympique à Tokyo en 2020, déplore alors Antonio Espinos, le président de la Fédération internationale (WKF), dans un communiqué. Nous pensions avoir rempli toutes les exigences et que nous avions les conditions parfaites pour être ajouté au programme des sports. Nous avons appris que notre rêve ne sera plus une réalité. »

Leïla Heurtault, l’une des judokates françaises qualifiées, à l’heure de partir pour les Jeux Olympiques de Tokyo, peut-être pour la première et dernière fois…

La bataille pour la reconnaissance olympique, jusqu’alors essentiellement fédérale, va dès lors dépasser le cadre des seules instances sportives pour prendre un tournant plus politique. Le ministère des Sports est sommé de se justifier.

Sur le papier en effet, le karaté coche toutes les cases imposées par le CIO : une Fédération reconnue, des coûts d’organisation raisonnables, une bonne image et une pratique répandue à travers le monde.

Mais tribunes et autres lettres ouvertes resteront sans effet. Le COJO, fermement décidé à se tourner vers des discipline « plus urbaines » pour attirer un public jeune, campe sur ses positions. Après une apparition éclair au Japon, le karaté ne sera officiellement plus de la partie à Paris.

Ne reste plus, désormais, qu’à se tourner vers l’avenir. Et briller à Tokyo. L’équipe de France, qui espère une délégation plus imposante, devra se contenter de trois représentants, deux femmes – Leïla Heurtault (-61kg) et Alexandra Feracci (kata) – et  un homme – Steven Da Costa (-67kg).

Alexandra Feracci, l’une des 3 représentantes de la délégation française

Trois karatékas sur les 80 engagés, mais trois chances de médaille que les Bleus, échaudés comme leur concurrents, mais pas coulés pour autant, espèrent bien convertir en métal précieux.

Ouverture Leïla Heurtault
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Stéphanie Loeuillette

Stéphanie Loeuillette, la pongiste qui adore se mettre à table

Elle a encore du potentiel. Et elle espère le prouver lors de ces Championnats d’Europe de tennis de table qui débutent à Varsovie, en Pologne. Plus encore, Stéphanie Loeuillette, Championne de France en double dames en 2018 et vice-Championne de France en double mixtes, en 2019, se voit bien en haut de l’affiche aux JO de Tokyo. Portrait express d’une pongiste ultra concentrée sur ses objectifs.

Lire plus »
Eugénie Le Sommer

Dans les petits secrets des joueuses de l’OL

Cinquante ans. Voilà pile un demi-siècle que la pratique du foot par les filles a été reconnue officiellement par la fédé française. Parfaite occasion pour s’inviter sur le terrain d’une des meilleures équipes féminines au monde, celle de l’OL, star d’un documentaire qui tire en pleine lucarne !

Lire plus »
FISE

Festival International des Sports Extrêmes (FISE) : les filles, prêtes à devenir des « rideuses » ?

Hervé André-Benoit organise le Festival International des Sports Extrêmes alias FISE depuis plus de vingt ans. Une compétition annuelle de sports urbains qui se déroule chaque année à Montpellier. COVID-19 oblige, ce passionné de BMX et de wakeboard, propose une édition 100 % digital dont le top départ vient d’avoir lieu. Rencontre avec un rider qui tente de convaincre les filles de truster des terrains de jeu traditionnellement masculins.

Lire plus »
Tanya Naville

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une badiste qui nous a pris dans ses filets, une championne d’aviron qui ne nous cache rien, deux pionnières des Jeux Olympiques qui ont su briller dans l’eau et sur terre, une alpiniste engagée et ébouriffante (la preuve sur notre photo !) et une tenniswoman qui nous fait craquer…Régalez-vous !

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner