Rechercher

Nouveaux sports aux JO Tokyo surfe sur la nouvelle vague

surf
Ce sera une première ! Le surf, le skateboard, l’escalade et le karaté seront, pour la première fois de l’Histoire, au programme des JO qui débutent le 23 juillet, à Tokyo, au Japon. Quatre nouveautés et un retour attendu, celui du softball, pour un rendez-vous olympique qui comptera, au total, 48 disciplines. Revue d’effectifs.

Par Sophie Danger

Publié le 16 juillet 2021 à 11h21, mis à jour le 29 juillet 2021 à 8h36

Cinquante-sept ans après avoir accueilli les Jeux Olympiques de la XVIIIe olympiade, Tokyo s’apprête à devenir, de nouveau, le point de ralliement des meilleurs athlètes de la planète.

Seize jours durant, du 23 juillet au 8 août prochain, la Capitale nippone va vibrer au rythme des 11 091 sportifs, issus de 206 délégations, venus au pays du soleil levant dans le but de s’adjuger l’une des 339 médailles d’or à pouvoir.

Au programme de cette 32e édition des Jeux modernes, 33 sports pour un total de 48 disciplines dont 5 s’apprêtent à faire leur apparition : le surf, le skateboard, l’escalade, le karaté et le softball.

  • LE SURF

Les premières épreuves de surf de l’Histoire des Jeux Olympiques se dérouleront du 25 juillet au 1er août sur le spot de Tsurigasaki Beach à Ichinomiya, une ville d’environ 390 000 habitants située à un peu plus de 60 kilomètres au sud-est de Tokyo, sur la côte Pacifique.

Vingt surfeuses seront en course pour décrocher le graal. Parmi elles, les quatre meilleures athlètes de la World Surf League, le circuit mondial.

Johanne Defay

La Française Johanne Defay, actuelle numéro 2 du Général, retrouvera donc sur les vagues japonaises ses rivales du World Tour et notamment l’Américaine Carissa Moore, quadruple championne du monde et leader provisoire du classement WSL.

Autres concurrentes à surveiller de près : l’Australienne Sally Fitzgibbons et sa compatriote, Stephanie Gilmore, véritable légende de la discipline avec pas moins de sept titres de championne du monde à son actif, record absolu tous sexes confondus.

Pauline Ado, sociétaire de l’élite féminine entre 2011 et 2014 avant de la retrouver en 2017 s’est qualifiée, elle aussi, pour le rendez-vous olympique à l’issue des Mondiaux ISA disputés en juin dernier au Salvador.

Titrée en individuel 2017, sacrée par équipe en 2021, elle tentera, au Japon, d’écrire une nouvelle ligne à son palmarès.

Pauline Ado

  • LE SKATE

À l’instar du surf, un autre sport de glisse s’apprête à faire son apparition aux Jeux Olympiques japonais : le skateboard.

Deux épreuves sont au programme : le street, programmé les 25 et 26 juillet, et le park qui se déroulera les 4 et 5 août au parc de sports urbains d’Ariake, un quartier de Tokyo.

Elles seront 40 au total, 20 par discipline, à se disputer les honneurs des deux premiers podiums olympiques de l’histoire de la spécialité.

Leticia Bufoni

En street, la Brésilienne Leticia Bufoni mènera la fronde face à une relève aux dents longues incarnée, entre autres, par sa – très – jeune compatriote Rayssa Leal, 13 ans, et la Japonaise Aori Nishimura, 19 ans, double championne du monde en titre.

La Française Charlotte Hym viendra, elle aussi, se mêler à la bataille.

Autre Bleue à suivre, Madeleine Larcheron. Du haut de ses 15 ans, la Landaise aura fort à faire face à des concurrentes de l’acabit de la Finlandaise Lizzie Armanto, 28 ans, victorieuse de la première épreuve de park aux X-Games en… 2013.

Les jeunes pousses joueront, elles aussi, crânement leur chance. La Britannique Sky Brown, 11 ans, et la Japonaise Misugu Okamoto, 13 ans, font partie des favorites.

Madeleine Larcheron

  • LE SOFTBALL

Treize ans après sa première apparition à Pékin en 2008, le softball fait son grand retour aux Jeux Olympiques. Le tournoi, qui réunira 6 équipes – contre 8 en Chine – se déroulera du 21 au 27 juillet au à l’Azuma Baseball Stadium de Fukushima, ville et préfecture du centre du Japon située à environ 150 kilomètres de Tokyo.

Les Américaines, championnes olympiques en 1996 à Atlanta, en 2000 à Sydney et en 2004 à Athènes, retrouveront les Japonaises, tenantes du titre. Le Canada, l’Australie et le Mexique seront également de la partie.

L’Italie, seul pays européen qualifié, complète le tableau. Les Françaises, 5e au TQO d’Utrecht (Pays-Bas), ne sont pas parvenues à valider leur billet pour le Japon.

  • L’ESCALADE

Autre sport à faire son entrée aux Jeux Olympiques, l’escalade avec, au programme, la vitesse, le bloc et la difficulté.

Contrairement au format traditionnel d’une Coupe du monde où chacune des trois disciplines est appréhendée de manière distincte, la formule olympique cumule les résultats des trois spécialités pour former un classement final qui permettra de désigner les trois heureuses élues invitées à grimper sur le podium.

Le coup d’envoi des épreuves est programmé le 3 août à venir l’Aomi Koto Ward sur l’île d’Odaiba, site temporaire construit à proximité du village olympique.

Des vingt concurrentes en lice, deux caracolent en tête des pronostics : Janja Garnbret et Akiyo Noguchi.

La Slovène, 22 ans, qui s’est distinguée, entre autres, en 2019 pour avoir remporté la totalité des six étapes comptant pour la Coupe du monde de bloc – première femme à réaliser un tel exploit – se dispute les faveurs des bookmakers avec la Japonaise, de dix ans son aînée, membre indétrônable du Top3 en Coupe du monde de bloc depuis 2008.

À surveiller également, la Britannique Shauna Coxsey et l’Italienne Laura Rogora.

Julia Chanourdie

Du côté des Françaises, elles seront deux à jouer crânement leur chance : Julia Chanourdie, spécialiste de difficulté, et Anouck Jaubert, championne d’Europe de vitesse en 2015 et double médaillée d’or en Coupe du monde de la spécialité en 2017 et 2018.

 

  • LE KARATE

Nouveau et dernier venu aux Jeux de Tokyo, le karaté. Après de nombreuses tentatives, cet art martial pluriséculaire rejoint, temporairement, la famille des disciplines olympiques sur les terres qui l’ont vu naître.

Deux disciplines sont au programme, le kata et le kumite avec un total de 40 candidates et 12 médailles à pourvoir.

Les épreuves se dérouleront du 5 au 7 août dans le Nippon Budokan, salle construite dans le centre-ville de Tokyo pour accueillir les épreuves de judo en 1964.

Alexandra Feracci

La Française Alexandra Feracci, médaillée de bronze en kata individuel aux Europe 2019, trouvera sur sa route la redoutable Sandra Sanchez.

L’Espagnole, 39 ans, championne du monde 2018 et quintuple championne d’Europe est la karatékate la plus récompensée de l’histoire sur le circuit international, un palmarès qui lui a valu d’entrer récemment au Guinness Book des records.

Autre représentante bleue, Leïla Heurtault qualifiée pour les épreuves de kumite en moins de 61 kilos.

La Mancelle, 18 fois championne de France de la spécialité et médaillée de bronze aux Europe de 2021, aura fort à faire face à la Serbe Jovana Prekovic, championne du monde 2018 de la catégorie, et à la Chinoise YIN Xiaoyan, vice-championne du monde 2018.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lénaïg Corson

Lénaïg Corson : « En rugby, certaines remarques sexistes sont affligeantes ! »

Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.

Lire plus »
Kellie Harrington, la boxe comme uppercut vital

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine qui continue sa récolte de breloques, une activiste comme on les adore, une fille aux poings magiques (Kellie Harrington sur notre photo) et un nouveau carnet de route signé de notre ambassadrice Anaïs Quemener, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Il était une fois la voile… féminine/Kirsten Neuschafer

Il était une fois la voile… féminine

Les « vieux » loups de mer qui ont marqué l’histoire du nautisme ne manquent pas. Et les louves dans tout ça ? Comme le prouve l’histoire de la voile, le langage des mers se conjugue bien à tous les genres. On vous embarque dans un petit tour d’horizon de ces filles qui font des vagues.

Lire plus »
Mélina Robert-Michon

Le questionnaire sportif de…Mélina Robert-Michon

Elle est l’athlète française qui a décroché le plus de titres nationaux. Le 21 février dernier, Mélina Robert-Michon, bluffante lanceuse de disque, a établi la meilleure performance mondiale de l’année avec 63,43 mètres aux championnats de France hivernaux de lancers longs. La vice-Championne olympique en titre et 34 fois Championne de France ne compte pas s’arrêter là. Elle sera à Tokyo en juillet. En attendant, elle répond à notre petit questionnaire vite fait, mais bien fait !

Lire plus »
Debi Thomas, 4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes

Debi Thomas, 4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes

Elle a su bousculer un ordre, jusqu’alors, bien établi. En décrochant la médaille de bronze en patinage artistique à Calgary, au Canada, en 1988, Debi Thomas est devenue, à 20 ans, la première athlète noire à grimper sur un podium lors des Jeux Olympiques d’hiver. Un tour de force extraordinaire de la part de l’Américaine qui attend, depuis plus de trente ans, celle qui prendra le relais.

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Catherine Destivelle 5 infos pour briller sur les sommets

Catherine Destivelle : 5 infos pour briller sur les sommets

Depuis la rentrée, elle écume les festivals littéraires comme elle grimpe, avec une heureuse frénésie. Catherine Destivelle, reine française de l’alpinisme, est aussi une éditrice passionnée. Le 20 octobre, elle publiait un nouvel ouvrage sur la montagne et s’apprête à en sortir un autre sur… les Piolets d’or. Pas de hasard, elle est la première femme à avoir décroché, l’an dernier, cette prestigieuse distinction. Zoom sur une légende des sommets, solide comme un roc, qui a toujours su tracer sa voie.

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner