Paola Calvo« À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »

Paola Calvo : « À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »
La lutte comme outil d’émancipation. Dans son film « Luchadoras », tout juste récompensé d’un prix spécial aux Sportel Awards à Monaco, la réalisatrice vénézuélienne, Paola Calvo, filme des combattantes de ‘Lucha Libre’ dans l’une des villes les plus dangereuses au monde. Trois catcheuses pour qui monter sur un ring aide à rester femme. Interview d’une cinéaste engagée qui veut faire changer le monde.

Par Valérie Domain

Publié le 07 octobre 2021 à 9h36, mis à jour le 14 octobre 2021 à 17h23

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous avez suivi trois femmes qui tentent de conjurer leur peur en montant sur un ring dans l’une des villes les plus dangereuses du monde. Comment a commencé l’histoire de ce film « Luchadoras » ?

Luchadoras est né de la nécessité de briser les préjuges. La ville mexicaine de Ciudad Juárez est connue comme la ville des féminicides. Mais nous savions que la Lucha Libre (la lutte libre, le catch mexicain, Ndlr) est aussi très importante là-bas, avec une grande présence féminine, des femmes qui sautent sur un ring et se battent.

Nous voulions comprendre comment les femmes vivent dans cette société. Ce que nous avons découvert était plus grand, plus lumineux et beaucoup plus puissant que ce que n’importe quel article de presse n’avait jamais réussi à révéler là-dessus.

Combiné avec le nouveau mouvement féministe qui est devenu plus influent en 2019/2020, nous pensons que ce qui se passe là-bas fait partie d’une plus grande quête mondiale pour l’égalité, que nous nous sentons profondément connectés aussi.

Après notre premier voyage à Juárez, nous avons compris que toutes les femmes y sont des combattantes. Luchadoras est un moyen de le faire savoir au monde.

Vous avez travaillé avec le réalisateur Patrick Jasim, comment avez-vous décidé de tourner ce film ensemble ?

Patrick et moi nous connaissons de l’école de cinéma de Berlin. Nous avons déjà travaillé ensemble, nous nous connaissons très bien. Il a un ami à Juárez et m’a parlé de son idée de tourner un film là-bas.

Nous en avons parlé un peu et, immédiatement, cela a collé, nous avions les mêmes idées, la même vision des choses.

Comment êtes-vous parvenue à mettre ces combattantes en confiance ?

Elles ont des personnalités très différentes. Ainsi, quand nous les avons rencontrées pour la première fois, les relations se sont développées différemment. Certaines nous ont invités chez elles dès le premier instant, d’autres non.

Et, justement, cette confiance, nous l’avons gagnée car elles ont compris ce que nous voulions faire. C’est ce qui a rendu le film possible.

Était-il dangereux de filmer à Juárez ?

Ciudad Juárez est un endroit où vous pouvez vous trouver en danger rapidement et de façon inattendue. L’un des grands défis était de savoir si le film était réalisable dans les conditions difficiles de sécurité dans cette ville.

Pouvons-nous réaliser le film dans la forme et la qualité que nous envisageons ? Aurons-nous confiance et pourrons-nous construire une intimité pour tourner dans un espace privé ? Et si oui, qu’en est-il de l’espace public ? Les arènes, dans le désert, dans les rues où des femmes sont kidnappées et tuées ?

La scène de la fusillade à Juárez était difficile parce que le danger est réel. L’incertitude de savoir si vous êtes au bon endroit au bon moment est présente plusieurs fois par jour.

La peur était donc l’une des composantes du tournage ?

Une des premières conséquences de vivre dans un tel endroit est la peur. La partie la plus difficile de Luchadoras était donc de faire face à nos peurs.

La peur est quelque chose de personnel, individuel et – surtout – irrationnel. Ne pas faire confiance à ses voisins est le pire qui puisse arriver dans un endroit violent.

Après quelques semaines à Juárez, nous avons appris que la chose la plus importante dans ce genre d’endroit est de faire partie d’une communauté ; que ce soit la communauté de lutte, la famille, ou vos amis, être dans un groupe est un moyen d’être en sécurité.

Qu’est-ce qui vous a le plus touché ou bouleversé pendant le tournage ?

Réaliser que le travail des femmes, les actions des femmes, les paroles des femmes… Tout cela a moins de valeur qu’en ce qui concerne les hommes. Et la cruauté des crimes.

Quelle est l’ambition de votre film ? Que veut-il démontrer, au fond ?

Pour nous, il est important que nous soyons conscients des sociétés dans lesquelles nous vivons. La violence faite aux femmes se produit dans le monde entier. Pas seulement au Mexique. Dans certains endroits plus durs que dans d’autres.
Il y a beaucoup de victimes qu’il ne faut pas oublier, mais en même temps, il y a beaucoup de femmes et d’hommes qui s’y opposent aussi. Nos Luchadoras, nos combattantes, en sont la preuve.

Par exemple, « The short statued » Mini Serinita, travaillant dans une usine, gagnant 50 Dollars par semaine. Elle n’arrêtera jamais de se battre pour ses rêves et rien ne viendra se mettre en travers de son chemin.

Nous aimerions que le public s’inspire d’elle et des autres protagonistes, comme nous l’avons fait. Même dans les moments de peur, être courageux, parler, agir et se dresser contre le visage de l’injustice.

Est-ce aussi une façon de montrer une autre féminité ?

C’est une façon de montrer de nouveaux modèles. Nos protagonistes sont des femmes qui vivent dans la ville du féminicide.

Mais elles ne sont pas présentées comme des victimes. Ce sont des combattantes. Tel est le message.

Pensez-vous que le sport peut changer la vie ?

Bien sûr.

Grâce à ce film, pensez-vous pouvoir faire évoluer les choses ?

Je ne sais pas ce que nous pouvons vraiment changer… Mais ce que nous faisons, c’est ouvrir un dialogue, nous donnons de la visibilité, et c’est la première étape pour un changement.

C’est-ce qui vous a inspiré à devenir cinéaste ?

Faire des documentaires est une façon passionnante de comprendre et de connaître le monde. Comprendre et apprendre à connaître différentes perspectives, différentes histoires, différentes personnes.

À de nombreuses reprises, chaque projet parvient à me sensibiliser aux structures, aux idées ou même aux préjugés que je pourrais avoir sur des sujets spécifiques. Donc, au bout du compte, être capable de faire des films est une forme de développement personnel.

Et, dans le meilleur des cas, je peux transmettre au spectateur ce que j’ai appris.

Travaillez-vous déjà sur un autre film ?

Oui, en ce moment, je suis très concentrée sur notre monde et la nécessité d’arrêter le changement climatique si nous voulons continuer à exister ici.

Diriez-vous que vous êtes une cinéaste engagée ?

Oui !

 

  • « Luchadoras » a reçu le prix ’spécial’ du documentaire illustrant le rôle du sport comme outil contribuant à une société plus juste, éthique et inclusive, aux Sportel Awards 2021 de Monaco, en partenariat avec l’ONG Peace and Sport.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

EuroBasket 2021

Basketteuses françaises, Dribblez maintenant !

C’est l’heure. Tout le monde sur le parquet ! L’EuroBasket féminin 2021 est lancé et les basketteuses françaises sont en mode compet’. Sûres d’elles, en confiance, elles ont mangé du lion. Ça se passe entre Strasbourg et Valence, en Espagne. C’est jusqu’au 27 juin. Et la distribution est plutôt belle. On vous fait un petit recap’ ?

Lire plus »
Running

Si on tentait un marathon fractionné ?

Le #42HealthyRunningDays est lancé ! Un top départ donné à l’issue de la journée internationale de la santé, le 7 avril dernier. Késako ? Portés par la motivation, le bien-être et la santé, les coureurs se lancent le défi de réaliser 42 kilomètres en 42 jours. À leur rythme. Ainsi, l’application Running Care propose une toute nouvelle version du marathon pour les plus démotivés. Explications.

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Bethanie Mattek-Sands, le tennis (tatoué) dans la peau

On l’a vue rire, s’enflammer, se délecter de renvoyer la balle lors des doubles à Roland-Garros. Celle que l’on surnomme “America’s Tennis Rock Star“ est une joueuse aussi chatoyante que les tenues et les couleurs qu’elle porte sur les courts du monde entier. Pour Bethanie Mattek-Sands, la vie est un jeu, tout comme ses parties de tennis. Portrait d’une flamboyante sportive.

Lire plus »
Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Incontournable du paysage tennistique, arbitre féminine française la plus gradée avec le badge d’argent en 2014 puis le badge d’or en 2017, Aurélie Tourte, qui a fait ses classes dans le circuit féminin, a aussi réussi à se faire sa place sur la terre battue au masculin en étant la première femme à accéder à cette chaise. Portrait d’une fille qui parcourt le monde pour l’amour de la balle jaune.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
India Spirit

Sport en films : joue-la comme ces femmes !

Pour rester ÀBLOCK ! en ces temps statiques de confinement, voici une première recommandation culturelle pleine de peps avec une liste de 6 films qui dépotent sur les sportives. Pellicules péché mignon ou plus « serious game », il y a de quoi se forger un mental d’acier depuis son canapé !

Lire plus »
Pauline Déroulède

Pauline Déroulède, tenniswoman en fauteuil, mais toujours debout.

Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner