Erica Wiebe, la lutteuse qui envoie les clichés au tapis !

Erica Wiebe
Une guerrière, une passionaria, une femme de tête. Championne olympique 2016 en lutte libre, la Canadienne remettra son titre en jeu sur le tapis des prochains JO, à Tokyo. Ambassadrice de la lutte féminine, Erica Wiebe se bat pour que les jeunes filles soient intégrées dans l’arène sportive. Go for showtime !

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« J’ai commencé la lutte à l’âge de 13 ans, c’était en 2003. À cette époque, les femmes ne pouvaient pas encore participer aux Jeux Olympiques », raconte-t-elle. C’est en effet en 2004, aux Jeux d’Athènes, que les lutteuses purent faire leur entrée aux JO. Erica Wiebe avait alors déjà mis nombre d’adversaires au tapis dans son collège canadien de Stittsville, dans l’Ontario.

Née en 1989 à Ottawa, elle débute la lutte libre en troisième, attirée par une pancarte affichée dans son école. Celle qui pratiquait plusieurs sports dont le football, tombe rapidement « en amour » pour ce sport costaud ! « L’affiche parlait d’entraînement de lutte. J’avais joué au foot toute ma vie et j’ai pensé que la lutte avait l’air beaucoup plus “fun” : j’allais pouvoir affronter des garçons et porter des maillots en spandex ! Je me suis rendue à mon premier entraînement et j’ai tout de suite été passionnée. »

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

Tombée K.O pour la lutte

La jeune lutteuse apparaît sur la scène internationale en tant que junior lors des Championnats panaméricains de 2007 puis lors des Championnats du monde juniors de 2008 et 2009. C’est en s’inscrivant à l’Université de Calgary, qui abrite l’un des centres nationaux de formation de lutte féminine, que sa passion devient carrière.

Grand tournant : lorsqu’elle fait partie des partenaires d’entraînement de l’équipe canadienne aux Jeux Olympiques d’été de 2012, de quoi lui offrir une sacrée expérience dont elle se servira pour Rio, quatre années plus tard…

Sa première victoire d’envergure ? La médaille d’or des Jeux du Commonwealth de 2014. Une année de succès puisqu’elle remporte 36 matchs individuels consécutifs. Sur cette belle lancée, Erica Wiebe remporte les essais de l’équipe olympique canadienne pour participer à ses fameux premiers Jeux Olympiques en 2016 à Rio…

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

Star mondiale sur tapis

À l’âge de 27 ans, Erica Wiebe décroche l’or olympique en lutte dans la catégorie des moins de 75kg, devenant ainsi la troisième femme canadienne à remporter une médaille dans cette discipline. « J’adore ce sport. Honnêtement, je n’ai jamais pensé que je deviendrais une championne olympique, mais c’était mon jour. C’est incroyable ce qui m’arrive ! »

Avec cette victoire triomphante, elle s’ancre ainsi dans une lignée de championnes pionnières. Nouvelle star de la lutte féminine, elle devient capitaine de l’équipe des Maharathi de Mumbai, en Inde, en 2017 pour la Pro Wrestling League India.

Une aventure internationale qui ne fait que renforcer son amour pour ce sport et son envie de continuer la lutte pour pousser les femmes à combattre : « L’ambiance qui règne ici, je ne l’avais jamais vécue avant. Il y a plus de médias, plus de spectacle, plus de frénésie qu’aux Jeux Olympiques. C’est une vitrine inouïe pour la lutte. Il y a en Inde une volonté évidente de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes. On le voit dans la formation des équipes de la ligue, qui sont mixtes », expliquait-elle à Radio Canada.

Un an plus tard, elle décroche la médaille de bronze chez les 76kg aux Championnats du monde de lutte à Budapest et la médaille d’or aux Jeux du Commonwealth.

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

Une lutteuse contre les stéréotypes

« Je me souviens avoir su, plus tard, que ma mère avait été bouleversée de savoir que j’avais décidé de me lancer dans la lutte. Elle ne comprenait pas pourquoi sa gentille fille voulait faire un tel sport, mais mes parents m’ont finalement beaucoup soutenue tout au long de ma carrière. »

Être une femme dans un sport traditionnellement dominé par les hommes comporte plusieurs défis et a demandé force, courage et passion chevillée au corps pour l’athlète canadienne comme elle le confiait, en août 2020, sur le site officiel des Jeux Olympiques, elle qui se souvient qu’on lui ait dit qu’elle ne ressemblait pas à « une lutteuse » ou de commentaires qui ont ébranlé sa confiance en elle tels que : « Ah, les femmes luttent, elles-aussi ?! »

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

Son conseil de sportive pour ruer dans les brancards ? « Rester concentrée sur l’objectif, (…) donner le meilleur de soi (…) et savoir que vous n’êtes pas censée faire cavalier seul. »

Erica Wiebe explique ainsi que la lutte peut sembler être un sport individuel mais qu’il faut absolument être entourée pour réussir, surtout en tant que femme où la stigmatisation est courante. Par les autres lutteurs et lutteuses avec lesquels elle s’entraîne en équipe chaque jour, par les entraîneurs qui la préparent et l’inspirent et par les proches qui apportent un soutien moral nécessaire : « Vous allez seule sur ce tapis, mais il y a un village entier qui vous soutient dans les coulisses. »

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

« Les Canadiennes ont demandé à entrer dans les salles de lutte dès les années 1990 et réclamé une ligue aux côtés des hommes, au niveau universitaire et au niveau secondaire », rappelle la sportive dans son interview à CBC Sports.

« J’ai un amour et un grand respect pour les femmes qui ont construit ce chemin ainsi que pour les entraîneurs, arbitres, administrateurs qui les ont aidées. Je suis maintenant la troisième femme canadienne à avoir remporté une médaille olympique en lutte. C’est vraiment incroyable de voyager à travers le Canada et de voir toutes ces jeunes femmes, qui sont des lutteuses, qui me regardent et ne remettent pas en question leur capacité à pratiquer la lutte … L’histoire du sport féminin est une leçon sur la résilience et je ne pense toujours pas que nous soyons là où nous devrions être … C’est pourquoi je fais tout ce travail. »

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

À la manière des pionnières…

Avec son bel esprit sportif, Erica Wiebe mise en effet sur la transmission et l’entraide pour la reconnaissance du sport féminin. À la manière des pionnières en lutte féminine de son pays, elle inspire les jeunes femmes qui s’engagent dans ce sport et participent à la construction de femmes fortes. « Je veux qu’elles voient ce que j’accomplis et qu’elles ne questionnent jamais leur place dans ce sport et leur amour pour lui  », confiait-elle récemment au site olympique.

Erica Wiebe est persuadée que les rôles modèles sont des leviers de motivation importants et elle n’hésite pas à coacher les jeunes générations pour les forger sur le plan physique et mental.

Selon elle, la lutte permet de donner confiance et puissance aux femmes, mais est aussi un vivier d’entraide entre coéquipiers, un soutien « particulièrement important pour les femmes, qui en l’absence de soutien institutionnel doivent souvent se battre pour la légitimité, la visibilité et les opportunités. »

Erica Wiebe
©Facebook Erica Wiebe

Tokyo 2021 dans le viseur !

La championne olympique en titre vient d’obtenir son billet pour les JO de Tokyo, une belle façon pour elle de « laisser une trace dans le sport féminin » : « Oui, il y a un peu de pression. Mais quand il y a de la pression, ça me motive, et je suis juste impatiente de défendre mon titre à Tokyo. C’est vrai que ce sera différent pour moi, avec tout ce que j’ai vécu depuis Rio. Mais ce sera encore une expérience incroyable. On ne le vit qu’une fois en quatre ans. Je me sens tellement privilégiée de faire encore ce que j’aime, de laisser une trace dans le sport féminin. Je ne me donne pas comme mission de gagner la médaille d’or, mais d’offrir une bonne performance. Je veux me battre à Tokyo, et n’avoir aucun regret. »

La lutte continue pour l’athlète engagée Erica Wiebe. Encore et toujours.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Johanne Defay

Johanne Defay : « À travers le surf, j’ai appris à me connaître. »

Un raz-de-marée. Cette fille-là emporte tout sur son passage ! Plus jeune championne d’Europe de surf de l’Histoire, Johanne Defay est devenue, grâce à ses performances sur le Pro Tour, la meilleure surfeuse française et rejoint ainsi l’élite mondiale. À bientôt 27 ans, la Réunionnaise, sélectionnée pour les JO de Tokyo, fait des vagues. Et on adore ça.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page