Rechercher

Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin
À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Par Clotilde Boudet

Publié le 27 septembre 2022 à 8h45, mis à jour le 13 avril 2023 à 15h43

On doit l’invention du basket, en 1891, à l’Américain James Naismith. Professeur de gymnastique du Springfield College, dans le Massachusetts. James est également médecin. Son ambition : créer un sport collectif sans contacts pour limiter au maximum les blessures.

Une activité idéale pour les élèves de Senda Berenson, également professeur de sport dans l’Etat du Massachusetts ! Un an après l’invention du basket-ball, les étudiantes du Smith College de Northampton s’emparent donc de la discipline.

Senda Berenson

Le basket gagne en popularité grâce aux universités et aux YMCA (Young Men’s Christian Association) – l’équivalent des UCJG (Unions Chrétiennes de Jeunes Gens) en France.

La première rencontre inter-universitaire, Stanford contre Berkeley, est organisée le 4 avril 1896. La même année sort le premier recueil de règles du basket-ball féminin. Pourquoi des règles spécifiques pour les filles ? Parce que les familles trouvent la pratique de cette nouvelle discipline trop violente.

Et c’est Clara Gregory Baer, une autre prof de gymnastique, qui s’y colle et adapte les règles de James Naismith, limitant les dribbles et les balles arrachées… Le basket doit pouvoir être joué par des jeunes filles en robe corsetées. Clara Gregory Baer décide de renommer le sport « basquette », à la française, s’il-vous-plaît !

Un nom qui sera finalement abandonné en 1902.

La France aussi a ses pionnières en matière de basket-ball ! S’il débarque dans l’Hexagone dès 1893, le basket est prisonnier du cadre religieux des UCJG et considéré, pour les femmes, davantage comme un loisir que comme un sport.

On doit sa laïcisation à la sportive Alice Milliat, « l’apôtre du basket féminin ». Présidente du Fémina Sport (l’un des premiers clubs de sports féminins) en 1915, elle fonde la Fédération Sportive Féminine (FSFI) en 1917.

C’est grâce à elle que furent organisées, dès 1923, les premières rencontres internationales de basket-ball féminin, prémices à quelques belles victoires : en 1930, les basketteuses françaises remportent le Championnat d’Europe (officialisée en 1938) et le titre aux Jeux Mondiaux féminins, quatre ans plus tard.

Mais il faudra attendre encore un peu avant que les fédérations acceptent de concevoir que les filles aussi puissent mettre la main au panier : en 1937 s’ouvrira le premier Championnat de France féminin FFBB puis, un an plus tard, le premier Championnat d’Europe féminin FIBA.

L’après-guerre marquera une évolution pour les joueuses qui doivent pourtant encore faire face aux préjugés (« Le basket est encore très souvent présenté comme un loisir adapté aux jeunes filles, futures mères de famille, plutôt que comme un sport à part entière », confirme-t-on à la FFBB) avec, en 1946, la création de la Commission Féminine à la fédération sous la présidence d’une certaine Mademoiselle D’Almeida ; en 1953, le premier Championnat du Monde féminin officiel (FIBA) à Santiago du Chili où l’équipe de France décroche la médaille de bronze. Puis, en 1962, la France accueille pour la première fois le Championnat d’Europe féminin, à Mulhouse.

1953, le premier Championnat du Monde féminin officiel de basket, à Santiago du Chili, avec notamment l’une des légendes de cette époque, Edith Tavert…©Musee du basket

Les années 70 seront celles des basketteuses stars du Clermont Université Club (notre photo d’ouverture), qui multiplient les titres de Championnes de France et les finales européennes, ses joueuses étant principalement celles qui constituent l’équipe de France.

Grâce à elles (en grande partie), le basket féminin prendra son essor médiatique et sera enfin considéré comme un sport collectif féminin majeur. Bien loin de cette image de jeunes filles qui jouent à la balle pour passer le temps…

Ouverture : les demoiselles de Clermont ©Musée du basket

D'autres épisodes de "Basketball : ces stars des parquets"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Le Best-of ÀBLOCK!

Une crack qui nage à très grande vitesse, une fille qui prend son envol, une danseuse qui rêve de JO, les pionnières du baseball, une championne qui grimpe, une autre qui nous booste avec ses tutos (Jess Vetter sur notre photo) et un nouveau mercredi où les KIDS ont pris le MIC, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Salomé Gilles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La semaine dernière, on fêtait les femmes. Et même si, sur ÀBLOCK!, le 8 mars, c’est toute l’année, on a fait fort : une ministre, deux sociologues, une arbitre, sans compter nos pratiquantes et championnes (comme l’aviatrice Salomé Gilles sur notre photo), les rencontres se sont succédé. Alors, on est aux anges, comme d’hab’. Allez, on vous partage tout !

Lire plus »
Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine de glace, une number one du squash (Nouran Gahor sur notre photo), du vélo en mode détente, des filles sur les courts de tennis, une question qui tue spécial été, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner