Senda Berenson Celle qui a conjugué le basket au féminin

Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin
Longtemps réfractaire à l’éducation physique, Senda Berenson s’est servie du sport pour renforcer sa constitution fragile. Devenue professeure de sport à Boston, elle s’est mise en tête d’y convertir ses élèves en les initiant à une discipline toute jeune, le basketball. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Par Sophie Danger

Publié le 09 août 2021 à 16h48, mis à jour le 30 octobre 2021 à 14h51

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle n’a longtemps vécu que pour la musique. Avant qu’un concours de circonstances extraordinaire ne change radicalement sa destinée. Senda Berenson, disparue en 1954 à l’âge de 76 ans, a marqué, de manière indélébile, l’Histoire du sport en mettant le basket à portée de femme.

Une épopée fantastique qui débute en 1890 aux États-Unis. Senda Berenson a alors 22 ans. Née en 1868 à Butrimonys, une petite bourgade de Lituanie, elle vit depuis une quinzaine d’années dans la région de Boston (Massachusetts) où ses parents se sont installés après avoir quitté l’Empire Russe.

Sensible et passionnée par les arts, elle ne rêve que de peinture, de littérature et de piano. Sa constitution fragile va malheureusement, très tôt, contrarier ses projets de carrière.

Diminuée par un dos récalcitrant, elle se voit contrainte de renoncer au Conservatoire de musique et sombre dans une profonde dépression.

Son entrée à la Boston Normal School of Gymnastic va lui permettre de reprendre doucement pied. Senda Berenson ne nourrit qu’un intérêt –  limité – pour l’éducation physique, mais la gymnastique suédoise a bonne presse. Elle pourrait y gagner en robustesse et reprendre ainsi le cours de ses études musicales.

La tentation est grande pour la jeune Américaine qui décide de tenter l’aventure. Problème, l’entrée est soumise à deux conditions : être diplômée et en bonne santé. Or, elle n’en remplit aucune.

Son profil retient néanmoins l’attention de la directrice de l’établissement, Amy Morris Homans, qui voit dans sa candidature une opportunité unique de prouver, sans contestation possible, les bienfaits du sport sur la santé.

 

Malgré la bonne volonté dont elle fait preuve, les premiers mois vont se révéler complexes pour Senda Berenson. Les cours sont exigeants et les douleurs engendrées par la pratique intensive de la gymnastique difficilement supportables.

Inscrite pour une année, elle décide, malgré tout, de s’accrocher. Et le miracle opère. Arrivée au terme de son cursus, elle est capable, à son tour, d’endurer, sans souffrir, ses deux heures quotidiennes d’éducation physique.

Le pari d’Amy Morris Homans est gagné et Senda Berenson est mandatée, en qualité de professeur, pour prêcher la bonne parole au Smith College puis à la Northampton High School.

L’accueil, dans l’ensemble, s’avère plutôt favorable. Pour autant, si l’encadrement est réceptif, les élèves le sont moins. L’époque valorise les femmes frêles et la majorité des étudiantes rechigne à se faire violence physiquement. Mais Senda Berenson ne renonce pas pour autant.

La gymnastique suédoise est jugée ennuyeuse, qu’à cela ne tienne, elle trouvera d’autres alternatives ! Le basketball sera l’une d’elles. La discipline n’a que quelques mois lorsqu’elle en entend parler pour la première fois.

Tout droit sortie de l’imagination du docteur James Naismith, professeur de sport à l’université de Springfield, elle consiste à faire pénétrer une balle dans une caisse de bois installée en hauteur dans un gymnase.

James Naismith, professeur de sport à l’université de Springfield, inventeur du basketball

L’idée fait son chemin et, au printemps 1892, Senda Berenson organise une première initiation basket à la Northampton High School. Le succès est immédiat.

L’année suivante, elle va plus loin et propose des rencontres inter-classes. Une fois encore, l’adhésion est générale.

Seul souci, le basket a été inventé par un homme à destination d’autres hommes. La professeure de sport va donc se charger de le mettre à portée d’un public féminin en en modifiant les règles.

Dorénavant, le terrain sera divisé en trois zones et chacune des joueuses qui y est assignée aura pour interdiction d’en sortir.

Autre adaptation notable, la conservation de la balle est limitée à trois secondes et les dribbles ne doivent pas excéder trois rebonds. Enfin, il est formellement défendu de reprendre le ballon à une adversaire.

Revu et corrigé, le basketball féminin va progressivement se diffuser à travers tout le pays avant de traverser l’Atlantique et de se propager en Europe.

À la demande de la division féminine de l’American Association for Health, Physical Education and Recreation – l’Association américaine pour la santé, l’éducation physique et les loisirs – Senda Berenson planche sur une version écrite du règlement.

Éditée par la Spalding’s Athletic Library en 1901 sous le titre « Basket Ball Guide for Women », elle fera office de guide de référence pour les aspirantes basketteuses jusque dans les années 60.

Quatre ans plus tard, Senda Berenson participe à la création du Comité Américain de Basketball pour les femmes qui deviendra, plus tard, la National Association for Girls and Women in Sports. Elle en sera la présidente durant dix-sept ans.

Senda Berenson continuera à enseigner jusqu’au début des années 20. Elle consacrera, par la suite, le reste de sa vie à voyager et à étudier l’art et la musique.

En 1984, trois décennies après sa disparition, elle est intronisée au Naismith Memorial Basketball Hall.

Première femme à recevoir un tel honneur, elle est récompensée, à titre posthume, pour son immense contribution au basketball féminin.

D'autres épisodes de "Basketball : ces stars des parquets"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si « fit » que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Misty Dong, la “race” au corps

Misty Dong, la “race” au corps

Première femme de l’Histoire intronisée au « BMX Hall of Fame », la rideuse Misty Dong est une légende de ce sport de l’extrême, l’une des pionnières à avoir foulé ces circuits pour pilotes casse-cous. Portrait d’une Californienne qui a su prendre son envol !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une hip hop girl alsacienne, une fille montée sur roulettes, mais aussi deux championnes de natation, l’une d’antan à l’attitude trop sulfureuse, l’autre d’aujourd’hui qui a su revenir plus forte après une période douloureuse (Charlotte Bonnet sur notre photo), ou encore une lanceuse de disque qui ne nous cache rien… C’est dimanche, c’est best-of. Profitez !

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Lire plus »
Valérie Taylor

Valérie Taylor, la plongeuse écolo qui a inspiré « Les dents de la mer »

Plongeuse experte en requins, repérée en 1975 par Spielberg, la blonde Australienne au physique de sirène hollywoodienne a toujours eu à coeur de défendre les requins et regrette encore aujourd’hui que le film ait été contre-productif.
Celle qui n’a jamais eu peur de plonger quand il fallait y aller a été une des voix pionnières pour la conservation des fonds marins. Cap sous la mer toute !

Lire plus »
Bgirl Kimie : « La breakdance, c’est de l’énergie pure ! »

Bgirl Kimie : « La breakdance, c’est de l’énergie pure ! »

Elle est l’une des étoiles montantes de la piste de breakdance, cette danse acrobatique urbaine issue de la culture hip-hop qui fera son entrée dans l’arène olympique en 2024. Kimie Alvarez alias Bgirl Kimie, 15 ans, trimballe sous ses longues nattes de petite fille-modèle une dégaine ultra relax, celle d’une sportive heureuse et appliquée qui « kiffe » danser avant tout. Championne de France et du monde des moins de 16 ans, ce petit ange tournoyant pourrait bien faire un bond pour les JO de Paris.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner