Becky Hammon La basketteuse qui s'offre une révolution de parquet

Becky Hammon
« Big shot Becky » est dans la place ! À 43 ans, Becky Hammon vient d'entrer dans l’histoire du basket nord-américain en devenant, le 30 décembre dernier, la première femme à coacher une équipe lors d’un match officiel de NBA. Malgré la défaite de son équipe des Spurs face aux Lakers, la double championne WNBA continue à marquer les parquets de son empreinte. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Par Sophie Danger

Publié le 06 janvier 2021 à 17h08, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h32

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Flashback. Mercredi 30 décembre 2020. Les Spurs reçoivent les Lakers pour le compte de la saison régulière de NBA, la ligue nationale de basket américaine. À moins de 4 minutes de la fin du deuxième quart-temps, alors que les Californiens mènent de presque 10 points, Greg Popovich, agacé par une décision arbitrale, s’emporte. Une brève saute d’humeur qui lui vaudra d’être purement et simplement expulsé. Sommé de rejoindre les vestiaires dans l’instant, l’emblématique entraîneur de la franchise texane s’exécute et quitte le court. L’Histoire se met alors en marche.

Avant de disparaître aux yeux de tous, il prend soin de pointer brièvement du doigt Becky Hammon. Un geste sec qui, en l’espace de quelques secondes, va marquer l’histoire du basket nord-américain. Propulsée sur le devant de la scène, l’ancienne meneuse de jeu des Silver Stars, promue première assistante cette saison, devient, à 43 ans, la première femme à coacher une équipe de la plus grande Ligue de basket du monde.

©DR

« Il m’a officiellement montrée du doigt, s’amusait Becky Hammon à l’issue de la rencontre. C’est tout. Il m’a dit : “Ils sont à vous“. » Une prise de fonction express pour la native de…Rapid City. Et qui, malgré une défaite 107-121, a su, comme à son habitude, faire forte impression.

Saluée par Kamala Harris, vice-présidente élue, par réseaux sociaux interposés, sa prestation a également reçu une approbation de choix, celle de Lebron James, le meneur des Lakers, habitué, lui aussi, aux honneurs. « Elle bosse et, à chaque fois que l’on bosse on est récompensé, s’est fendu le quadruple champion NBA dans les colonnes d’ESPN. Ce soir, elle a pu intervenir et montrer son travail, montrer ses talents et son amour du jeu. Ce qu’elle a fait en tant que joueuse, nous le savons tous. Elle a pu transposer cet état d’esprit dans notre Ligue et elle est formidable depuis qu’elle y est. Félicitations à elle et félicitations à la Ligue. »

Un joli coup de projecteur pour Becky Hammon qui ajoute donc, en cette fin d’année mouvementée, une ligne de plus à un palmarès qui n’en finit plus de s’étoffer. Et c’est en 2013 que tout commence. L’arrière des Stars, l’équipe féminine de San Antonio, se blesse à un genou. « Big Shot Becky », comme on la surnomme, a alors 36 ans et décide de mettre à profit ce temps passé loin des parquets pour songer à sa reconversion.

Parmi les options qui s’offrent à elle, l’une la séduit plus que les autres : entraîner. Dan Hughes, son coach de l’époque, lui conseille d’aller frapper à la porte des Spurs voisins afin d’observer les méthodes de Gregg Popovich, alors en passe de remporter sa deuxième couronne avec la formation texane. Le 5 août 2014, quelques jours après avoir remisé, définitivement, son maillot au placard, le sextuple All-Star WNBA s’engage auprès de « Pop » en qualité d’assistante.

©DR

Première nomination, premier coup de maître pour « Hammontime » qui devient la deuxième femme à officier sur le banc, la première à temps complet, treize ans après Lisa Boyer, assistante coach des Cavaliers de Cleveland lors des rencontres à domicile. « Je suis prête à relever des défis, confiait-elle alors à ESPN. Je suis prête à sortir des sentiers battus, à prendre des décisions difficiles et à relever des challenges. Je suis un peu accro à l’adrénaline. Mélangez tout ça ensemble, ça donne l’opportunité parfaite. »

Dans l’ombre de Popovich, Becky Hammon observe. Et apprend. Si son expérience de joueuse la rend légitime, sa science du jeu la sert encore plus.

En 2005, la double championne WNBA marque de nouveau les esprits en coachant les Spurs durant la Ligue d’été, une première, là encore, pour une femme. Mais alors que la presse s’enflamme, elle garde la tête froide, balayant d’un revers de main la question du genre.

« Les gens me demandent tout le temps s’il y aura un jour une femme joueuse en NBA. Pour être honnête, non. Il y a des différences. Les gars sont trop grands, trop forts et c’est comme ça. Mais quand il s’agit de choses de l’esprit, comme l’entraînement, la planification des matchs, la conception de schémas offensifs et défensifs, il n’y a aucune raison pour qu’une femme ne puisse pas être de la partie. »

©DR

Il faudra attendre cinq ans de plus et ce fameux soir de décembre 2020 pour que Becky Hammon franchisse un pas de plus et officie, cette fois, en qualité de cheffe d’orchestre lors d’un match officiel. « Nous n’avons pas embauché Becky pour écrire l’Histoire », se plaisait néanmoins à rappeler Gregg Popovich, à l’issue de la rencontre, pressé de saluer le travail de son adjointe pour ses qualités, non pas de femme coach, mais de coach tout court.

La petite Becky entre dans la grande Histoire du basket US !

« Je comprends l’attention que ça a suscité, poursuivait l’homme fort des Spurs dans le Los Angeles Time, mais en toute honnêteté, j’ai supposé que la plupart des gens savaient déjà qu’elle était qualifiée pour être entraîneuse-cheffe de la NBA. Je la voulais dans mon équipe en raison du travail qu’elle fait. Il se trouve que c’est une femme, ce qui ne devrait avoir aucun rapport. Il n’y a pas de raison qu’une personne comme Becky et d’autres femmes ne puissent pas être entraîneures dans la NBA. Je connais ses compétences et je connais sa valeur, et je sais que son avenir est très, très brillant. »

©DR

D'autres épisodes de "Basketball : ces stars des parquets"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Iga Swiatek

Roland-Garros : les 6 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir si la polonaise Iga Swiatek (sur notre photo) va conserver son titre chez les dames, zoom sur les championnes de ces six dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts de Roland-Garros, le plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »
Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier : « Je suis une athlète, certes, mais je suis aussi une femme, une sœur, une copine… il faut me prendre dans ma globalité. »

Lorsqu’elle lance le marteau, c’est avec une force aussi bien physique que mentale. Alexandra Tavernier, 28 ans au compteur, a un joli palmarès : médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, d’argent aux championnats d’Europe de Berlin en 2018, recordwoman de France avec un lancer de 75,38m. Pourtant, cette athlète sensible avoue sans détour les doutes, la dépression, le mal-être qui l’ont affaiblie. Aujourd’hui, elle est une autre et se dit prête pour les JO de Tokyo. Échange percutant.

Lire plus »

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner