Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Octavie Escure, 31 ans, danseuse classique, professeure de danse, fondatrice du Fit’Ballet

« La danseuse classique est une artiste mais aussi une sportive de haut niveau »

«  Depuis toute petite, je ne fais que de la danse. Je suis née dans la danse. Ma maman était danseuse à l’Opéra, et c’est dans son école du sud de la France que j’ai appris à danser.

Je n’ai jamais pensé faire autre chose, la danse représente une grande partie de ma vie et je ne me vois pas faire sans. Il y a quelque chose de l’ordre du religieux dans ce sport artistique.

À l’âge de seize ans, je suis partie au Jeune Ballet de Genève puis, deux ans plus tard, au Lines Ballet de San Francisco.

À 19 ans, j’ai tout lâché pour suivre mon ami, le rockeur anglais Pete Doherty, sur ses tournées. J’ai dansé pour lui jusqu’à mes 25 ans avant de progressivement mettre en place la discipline du Fit’Ballet.

« Le Fit’Ballet est né lors de mes tournées avec Pete Doherty que j’ai accompagné en concert pendant dix ans. »

On parle souvent de la danseuse classique comme d’une artiste et,  bien sûr, c’est le cas lorsqu’on est sur scène par exemple, mais sinon ça relève tout autant du sport de haut niveau.

IMG-20200605-WA0009
©steff saint e

La danse est une discipline complète qui permet de travailler des pieds à la tête.

Beaucoup de danseurs aujourd’hui pratiquent, en complément, des disciplines de conditionnement physique telles que le Pilates ou le renforcement musculaire en salle. Ça permet d’aller plus loin lors de nos prestations artistiques.

C’est dans ce cadre que le Fit’Ballet est né. C’était pour me remettre en forme et m’aider à me dépasser dans mon métier de danseuse professionnelle.

Une discipline qui est née aussi sur les tournées que je faisais avec Pete Doherty.

Nous étions deux danseuses et pour s’échauffer, sans salle de danse à disposition, on faisait un peu comme on pouvait, sur le bord de la scène… Peu classique,  finalement !

Octavie Escure
©Fit'Ballet

J’ai vraiment commencé à enseigner le Fit’Ballet en 2016 mais, avant, je l’ai développé auprès d’amis à Paris qui m’avaient demandé des cours de maintien physique. Je m’inspirais de ce que je faisais lors de mes entraînements en tournée.

Comme on s’échauffait sur les premières parties des concerts, dans les festivals, j’ai eu l’idée de donner mes cours sur de la musique d’aujourd’hui…

Ainsi, je mets des musiques que j’écoute : de l’électro, du rock bien évidemment, et même des trucs un peu kitschs ! 

«  Côtoyer des danseuses du LIDO ou de l’Opéra de Paris crée un lien. Il n’y a aucune compétition mais de l’entraide. Et j’adore ça ! »

Le Fit’Ballet, c’est vraiment une discipline de maintien et de conditionnement physique qui mêle la danse classique et le fitness. On travaille tout le corps, entièrement, et, surtout, en longueur, à la manière d’une ballerine.

Il y a un côté artistique puisqu’on fait travailler son corps au gré de mouvements inspirés de la danse classique, on va faire des demi-pliés, des dégagés, des grand battements, un peu de sauts et on va terminer au sol avec des abdos et des étirements.

Mais le but est aussi de faire du renforcement musculaire et du cardio, c’est plutôt intense. On a des exercices qui sont devenus phares comme celui du travail des bras du Lac des Cygnes : hyper efficace et tellement artistique !

Octavie Escure
©Virginie Kahn

Les cours sont tous niveaux, certaines filles viennent apprendre et d’autres révisent. Il y a des novices mais aussi des danseuses professionnelles.

C’est inédit, exceptionnel, de côtoyer des danseuses du LIDO ou de l’Opéra de Paris, ça crée un lien super sympa. Il n’y a aucune compétition mais de l’entraide. Et j’adore ça !

La danse peut accompagner toutes les femmes, peu importe l’âge, notre doyenne a 72 ans ! Et j’ai conçu le Fit’Ballet pour que les filles se sentent bien.

Certaines  se disent qu’elles ne pourront jamais en faire si elles n’ont pas commencé tôt, mais c’est faux : la danse offre  une liberté de mouvement formidable, la liberté de bouger pour se sentir vivante.

Moi, quand je ne vais pas bien, je danse ; quand je suis heureuse, je danse ; quand j’ai envie de me défouler, je danse ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au “cheer spirit”. Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Andrina la sirène

« Je nage en sirène… et c’est du sport ! »

Voisine de l’Océan Atlantique, l’apprentie comédienne et modèle s’est un jour réveillée dans un corps et un mental de… sirène. Fascinée par le monde magique de ces créatures ondulantes, elle a fait de son rêve une réalité en devenant sirène professionnelle. Une féérie qui se travaille !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sarah Bouhaddi

Sarah Bouhaddi : l’Amérique était son but

Cent-quarante-neuf sélections. Pas une de plus. En tout cas sur le sol français. La gardienne star des Bleues et de l’OL lâche Lyon pour l’Utah. Direction les States pour la footballeuse qui rejoindra cet été les Royals de Salt Lake City. Un contrat négocié il y a déjà plusieurs semaines. Goal baby, goal !

Lire plus »
Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
©DRVoguing

Le voguing, la danse en vogue qui n’a pas dit son dernier… pas

Danse identitaire créée par la communauté noire LGBT en réaction au racisme et à la discrimination, le voguing est apparu dans les sixties à Harlem, New York. Importée en France en 2000, survoltée, technique et codifiée, elle a inspiré la chanson « Vogue » de Madonna. Faisons une « pose » pour tout savoir de cette danse socio-politique.

Lire plus »