Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Caroline, 33 ans, professeure de yoga

« Le yoga, c’est la quête d’un corps non pas plus beau, mais plus sain. »

the yoginist

« Mes premières approches avec le sport ont été autour du corps avec la pratique de la danse classique et du tennis. Mais il est vraiment entré dans ma vie avec le running qui m’a permis de découvrir que l’on pouvait travailler le mental en même temps que le corps. Je trouvais ça très chouette d’y trouver un côté méditatif  !

«  À la fin d’un cours de yoga, je me souviens d’avoir pleuré et ça avait été libérateur. »

Il faut dire qu’avant j’avais une image un peu négative du sport. Je viens d’une famille de profs et j’avoue que je n’y voyais qu’une activité pour se gonfler les muscles, trop basée sur l’apparence !

Avec le yoga, clairement, dès le début, j’ai senti qu’on n’était pas dans une pratique sportive classique. C’était avant tout une pratique spirituelle.

Lire aussi : Le Top 10 du parfait yogi

the yoginist

J’ai découvert le yoga en Chine grâce à mes amies californiennes. Dès le premier cours, j’ai vite accroché. C’était un rendez-vous entre copines déjà et puis j’ai senti que ça faisait bouger des choses en moi, autres que dans le corps. À la fin d’un cours, j’avais pleuré et ça avait été libérateur. Ça devenait ainsi une vraie pratique personnelle, ça avait du sens !

«  Le yoga m’a peut-être permis de réaliser que mon corps était une enveloppe précieuse.. »

Je crois beaucoup à la mobilité comme la clé de la vraie liberté. Et, en ce sens, le yoga offre une expansion de ses capacités physiques et des limites que peut imposer un corps qui vieillit.

Il me permet de pouvoir bouger comme je l’entends, comme je le veux  !

Spirituellement, ça m’a permis de poser mes émotions, de transformer l’essai. De me dire : j’ai le pouvoir et la capacité en moi de ma propre guérison. Et ça a été salvateur !

 Je me suis toujours sentie bien dans mes pompes, mais le yoga m’a peut-être permis de réaliser que mon corps était une enveloppe précieuse.

Et que ça valait le coup de l’entretenir notamment pour tenir encore debout plus tard. Avoir une quête d’un corps non pas plus beau mais plus sain.

«  Ce qui m’aide dans ma pratique, c’est la méditation  : j’adore cette sensation de planer dans un monde très citadin où tout s’enchaîne. »

Je suis devenue professeure de yoga suite à une succession de décisions et un contexte qui me poussait à faire ma vie ailleurs qu’en Chine. J’ai suivi mon instinct et suis rentrée en France donner quelques cours à des amis du lycée pour commencer  !

Puis le bouche-à-oreille a fonctionné. La promotion de mes cours via les réseaux sociaux a aussi été une bonne vitrine.

Ce qui m’aide et qui revient beaucoup dans ma pratique du yoga, c’est la méditation  : j’adore cette sensation de planer dans un monde très citadin où tout s’enchaîne. Moi qui ai tendance à être hyperactive, j’arrive à m’octroyer ces moments de parenthèses très précieux.

the yoginist

D’ailleurs, dans mes cours j’ai de plus en plus envie de m’éloigner de la posture (les asanas) et de creuser un peu plus loin à la manière du chemin que j’ai pris personnellement.

Aider, par le yoga, à retrouver ses forces personnelles et les clés pour se débloquer.

En cela, je n’hésite pas à croiser les mondes, celui du yoga et de la danse par exemple qui apporte le mouvement du corps libéré ou celui du développement personnel pour comprendre comment le cerveau fonctionne par rapport à l’effort.

L’idée est de ne jamais perdre l’essence du yoga en ne suivant qu’un schéma prédéfini.

«  On ne doit pas forcément être vegan, porter un legging lycra ou faire sa méditation tous les jours pour pouvoir pratiquer le yoga…»

J’inciterai toutes les femmes à se lancer dans le yoga car il est très inclusif grâce à ses formes diverses et variées.

Les codes sont cassés aujourd’hui, il s’est vraiment démocratisé : on ne doit pas forcément être vegan, porter un legging lycra, faire sa méditation tous les jours pour pouvoir pratiquer etc…

Aujourd’hui est toujours le meilleur moment pour commencer  !

La philosophie même du yoga est qu’il peut se pratiquer à n’importe quel âge et pour tous les corps.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Vous aimerez aussi…

rallye des gazelles

Sur les traces des Gazelles (Carnet de voyage 1)

Deux filles, leur bagnole et leur audace ! Embarquement immédiat avec Sandra et Anne sur les chemins du Rallye des Gazelles…2021.  Sur ÀBLOCK!, elle nous propose un carnet de voyage qui débute dès l’inscription. Car l’édition 2021 semble encore loin mais l’organisation est titanesque… La parole aux Gazelles !

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »

Rallye des Gazelles : Anne et Sandra attendront encore un peu…

Elles se sont lancées un défi un peu fou : participer au Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc, le seul Rallye-Raid hors-piste 100% féminin au monde. Elles, ce sont Anne et Sandra. Elles devaient nous faire partager leur préparation jusqu’au départ, en 2021, mais le COVID-19 est passé par là et décision a été prise de reporter d’un an. Mais ce n’est que partie remise.

Lire plus »
Clare Connor

Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Lire plus »