Adeline : « Le yoga, il faut y aller comme tu irais chez le psy... » Professeure de yoga, 32 ans

Adeline Yoga
Perdue dans un tourbillon, égarée dans un trop-plein de vie, Adeline s’est (re)trouvée grâce au yoga. Généreuse et légère, elle offre désormais les clés de la connaissance de soi à tous ceux qui ont la même quête. Douceur, apaisement, alignement… Chut, elle raconte.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 30 novembre 2020 à 10h43, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h39

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« C’est en Inde, lors de mon premier voyage là-bas, à l’âge de 21 ans, que j’ai découvert le yoga. J’avais envie d’entrevoir une autre vie et le yoga s’est mis sur mon chemin…

Ce que j’ai trouvé fascinant, c’est que c’était une toute autre manière de pratiquer l’activité sportive. J’avais fait beaucoup de gymnastique de mes 8 ans à mes 16 ans, mais ça faisait des années que je n’avais plus fait de sport. Avec le yoga, on parvient à maîtriser le corps grâce à la maîtrise de l’esprit.

Tout a changé dans ma vie à partir de ce moment. J’avais alors une espèce de trop-plein de la vie d’ici, j’avais besoin de comprendre des choses, d’avoir des réponses. J’ai donc pris un aller simple pour le Sri Lanka et j’y suis restée pendant sept ans. Même si j’y suis partie seule, on n’est jamais seule en réalité quand on voyage…

J’ai eu ensuite un grand coup de cœur pour l’Inde et le yoga. J’étais quelqu’un de mal dans ma peau, j’étais mal dans ma vie, j’étais une hypersensible qui ne comprenait pas trop le monde dans lequel elle vivait… Le yoga m’a permis d’aller voir ce qui se passait en moi, m’a permis de me recentrer.

Adeline
©DR

Quand je me suis mise à une pratique quotidienne – un minimum de deux heures par jour – j’ai vu tous les bienfaits que le yoga pouvait avoir sur le corps, le mental et l’émotionnel. Et je me suis dit : «  Ce n’est pas possible, il faut que les gens sachent à quel point ce peut être une solution à bien des problèmes, je ne peux pas garder ça pour moi ! ».

Alors, je me suis formée là-bas. Le contexte a été très particulier et je dois dire que j’y ai  appris de sacrées leçons de vie ! Le premier prof de yoga que j’ai rencontré en Inde n’était pas une belle personne, il a essayé d’abuser de moi…

Quand je suis retournée en Inde pour passer mon diplôme de yoga, je suis retombée sur lui, c’était le directeur… Ça ne s’est pas très bien passé. Je me suis aperçue de l’ampleur des dégâts dans cette industrie du bien-être en Inde. J’ai ensuite rencontré un Indien qui ouvrait son école et souhaitait que j’y enseigne. Il ne m’a jamais payée…

Mes premières expériences de yoga ne sont pas heureuses, mais si je m’étais arrêtée à ça… J’ai pris tous ces moments comme un enseignement de vie et j’ai tout de même commencé ma carrière de prof de yoga là-bas. Je n’avais pas fini d’apprendre, les leçons de vie y sont plus fortes.

Adeline
©DR

Je suis revenue en France il y a quatre ans et demi, pour m’installer en Seine-et-Marne. Au départ, je n’avais pas prévu de rentrer, mais j’avais commencé à travailler ici, à donner des cours en plein air, à prodiguer des soins énergétiques et à faire des massages à domicile. Comme personne dans le coin ne faisait ça, je me suis dit que ce n’était pas plus mal de rester. J’ai donc créé un centre de bien-être dans la forêt de Fontainebleau, Wild Lotus Yoga, avec un chalet où je fais mes massages et mes soins et une yourte qui est une grande salle de yoga. En plus de donner des cours, je forme aussi des professeurs à la discipline.

Pour moi, le yoga est vraiment un art de vivre. La partie physique du yoga, c’est la petite pointe de l’iceberg et beaucoup viennent en cours pour ça en premier lieu et, finalement, une foule de choses se passent en elles. Le yoga impacte de façon beaucoup plus globale.

Chaque figure de yoga offre de travailler sur des organes de notre corps, mais ce n’est pas que de la gymnastique. On travaille forcement sur des émotions à travers des postures. La pratique du yoga, c’est aussi s’écouter et se poser des questions. Ça apporte de grands bouleversements et de vraies réponses. Ce n’est plus le monde extérieur que l’on remet en cause mais nous-même, dans une perspective bienveillante.

Adeline
©Margaux C. Photography

Toute la manière dont je me suis construite découle de ma pratique du yoga. La manière dont on se comporte sur un tapis de yoga est la même que celle que l’on adopte dans la vie. Est-ce que si je n’arrive pas à réaliser une posture, je vais m’acharner ou non ? Ou est-ce que j’y vais avec douceur pour comprendre et essayer plusieurs façons de faire et ne pas bloquer sur ce que je veux absolument ?

En tant que professeure, je rappelle toujours à mes élèves de faire avec ce qu’ils ont, au moment où ils pratiquent. Le corps n’est jamais constant, c’est aussi ça accepter d’être dans le moment présent. Il faut avant tout respecter son corps.

Après, il faut parvenir à aller au-delà de sa limite, en-dehors de sa zone de confort, mais la pratique du yoga est vraiment accessible à tous les corps. C’est ce qui est fantastique dans le yoga, c’est que l’on peut progresser chaque jour, ça offre un regain de reconnaissance et de confiance en soi. On reprend le pouvoir sur soi-même.

Adeline
©Aurélien Petit

Je crois que dans notre société actuelle, les femmes sont complètement coupées de leur corps, on ne les laisse pas être à l’écoute de leur corps et le yoga permet de se le réapproprier. Il faut qu’elles reprennent le pouvoir à partir d’une meilleure connaissance d’elles-mêmes.

Dans ce cadre, je propose des cercles de femmes, en neuf mois, et cette année, ce fut avec quinze femmes. Quand on se regroupe et qu’on échange, on se rend compte qu’on partage les mêmes problématiques, qu’on a plus ou moins toutes les mêmes phobies, pudeurs ou complexes. On se sent moins seule, on reprend confiance en soi.

Quand des femmes n’ont pas conscience qu’elles ont un cycle en quatre phases par exemple, qu’elles sont cycliques, elles vont s’énerver sur leur corps qui n’est pas assez performant, se dire qu’elles sont bonnes à rien. Mais elles comprendront et accepteront que le corps a simplement besoin de se reposer et qu’elles ne seront donc pas aussi productives d’une semaine à l’autre.

Adeline
©DR

Il existe autant de types de yoga que de types de personnes sur terre. Ce n’est pas parce qu’on a un problème de santé qu’on doit s’arrêter à ça car le yoga s’adapte à toutes les morphologies et à tous les âges. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a sur le moment, en évitant la comparaison ou la frustration.

Il faut toujours se dire que ce que l’on fait, on le fait pour soi, pas pour les gens dans la salle. On ne va pas au yoga pour se juger. Le yoga, il faut y aller un peu comme si on allait chez le psy. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Renelle Lamotte

Rénelle Lamote, l’athlète qui fond sur Tokyo pour oublier Rio

Il y a cinq ans, au Brésil, Rénelle Lamote voyait ses ambitions olympiques réduites à néant dès les séries. Après une lente et douloureuse reconstruction, la demi-fondeuse francilienne est parvenue à renouer avec son meilleur niveau. À quelques jours de son entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, la double vice-championne d’Europe du 800 mètres veut rivaliser avec le gratin mondial.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : « L’apnée m’a permis de devenir moi, pleine et entière. »

Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.

Lire plus »
Mélanie et Guillaume Touzot

Wasani, l’appli qui veut faire bouger le sport

Rassembler les amateurs et acteurs du sport, soutenir les fédérations, c’est l’ambition de Wasani. Cette application, lancée il y a trois ans, souhaite faciliter la pratique sportive et permettre à tous de partager des valeurs et des moments inoubliables. Tout simplement.

Lire plus »

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner