Adeline : « Le yoga, il faut y aller comme tu irais chez le psy... »

Professeure de yoga, 32 ans

Adeline Yoga
Perdue dans un tourbillon, égarée dans un trop-plein de vie, Adeline s’est (re)trouvée grâce au yoga. Généreuse et légère, elle offre désormais les clés de la connaissance de soi à tous ceux qui ont la même quête. Douceur, apaisement, alignement… Chut, elle raconte.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« C’est en Inde, lors de mon premier voyage là-bas, à l’âge de 21 ans, que j’ai découvert le yoga. J’avais envie d’entrevoir une autre vie et le yoga s’est mis sur mon chemin…

Ce que j’ai trouvé fascinant, c’est que c’était une toute autre manière de pratiquer l’activité sportive. J’avais fait beaucoup de gymnastique de mes 8 ans à mes 16 ans, mais ça faisait des années que je n’avais plus fait de sport. Avec le yoga, on parvient à maîtriser le corps grâce à la maîtrise de l’esprit.

Tout a changé dans ma vie à partir de ce moment. J’avais alors une espèce de trop-plein de la vie d’ici, j’avais besoin de comprendre des choses, d’avoir des réponses. J’ai donc pris un aller simple pour le Sri Lanka et j’y suis restée pendant sept ans. Même si j’y suis partie seule, on n’est jamais seule en réalité quand on voyage…

J’ai eu ensuite un grand coup de cœur pour l’Inde et le yoga. J’étais quelqu’un de mal dans ma peau, j’étais mal dans ma vie, j’étais une hypersensible qui ne comprenait pas trop le monde dans lequel elle vivait… Le yoga m’a permis d’aller voir ce qui se passait en moi, m’a permis de me recentrer.

Adeline
©DR

Quand je me suis mise à une pratique quotidienne – un minimum de deux heures par jour – j’ai vu tous les bienfaits que le yoga pouvait avoir sur le corps, le mental et l’émotionnel. Et je me suis dit : «  Ce n’est pas possible, il faut que les gens sachent à quel point ce peut être une solution à bien des problèmes, je ne peux pas garder ça pour moi ! ».

Alors, je me suis formée là-bas. Le contexte a été très particulier et je dois dire que j’y ai  appris de sacrées leçons de vie ! Le premier prof de yoga que j’ai rencontré en Inde n’était pas une belle personne, il a essayé d’abuser de moi…

Quand je suis retournée en Inde pour passer mon diplôme de yoga, je suis retombée sur lui, c’était le directeur… Ça ne s’est pas très bien passé. Je me suis aperçue de l’ampleur des dégâts dans cette industrie du bien-être en Inde. J’ai ensuite rencontré un Indien qui ouvrait son école et souhaitait que j’y enseigne. Il ne m’a jamais payée…

Mes premières expériences de yoga ne sont pas heureuses, mais si je m’étais arrêtée à ça… J’ai pris tous ces moments comme un enseignement de vie et j’ai tout de même commencé ma carrière de prof de yoga là-bas. Je n’avais pas fini d’apprendre, les leçons de vie y sont plus fortes.

Adeline
©DR

Je suis revenue en France il y a quatre ans et demi, pour m’installer en Seine-et-Marne. Au départ, je n’avais pas prévu de rentrer, mais j’avais commencé à travailler ici, à donner des cours en plein air, à prodiguer des soins énergétiques et à faire des massages à domicile. Comme personne dans le coin ne faisait ça, je me suis dit que ce n’était pas plus mal de rester. J’ai donc créé un centre de bien-être dans la forêt de Fontainebleau, Wild Lotus Yoga, avec un chalet où je fais mes massages et mes soins et une yourte qui est une grande salle de yoga. En plus de donner des cours, je forme aussi des professeurs à la discipline.

Pour moi, le yoga est vraiment un art de vivre. La partie physique du yoga, c’est la petite pointe de l’iceberg et beaucoup viennent en cours pour ça en premier lieu et, finalement, une foule de choses se passent en elles. Le yoga impacte de façon beaucoup plus globale.

Chaque figure de yoga offre de travailler sur des organes de notre corps, mais ce n’est pas que de la gymnastique. On travaille forcement sur des émotions à travers des postures. La pratique du yoga, c’est aussi s’écouter et se poser des questions. Ça apporte de grands bouleversements et de vraies réponses. Ce n’est plus le monde extérieur que l’on remet en cause mais nous-même, dans une perspective bienveillante.

Adeline
©Margaux C. Photography

Toute la manière dont je me suis construite découle de ma pratique du yoga. La manière dont on se comporte sur un tapis de yoga est la même que celle que l’on adopte dans la vie. Est-ce que si je n’arrive pas à réaliser une posture, je vais m’acharner ou non ? Ou est-ce que j’y vais avec douceur pour comprendre et essayer plusieurs façons de faire et ne pas bloquer sur ce que je veux absolument ?

En tant que professeure, je rappelle toujours à mes élèves de faire avec ce qu’ils ont, au moment où ils pratiquent. Le corps n’est jamais constant, c’est aussi ça accepter d’être dans le moment présent. Il faut avant tout respecter son corps.

Après, il faut parvenir à aller au-delà de sa limite, en-dehors de sa zone de confort, mais la pratique du yoga est vraiment accessible à tous les corps. C’est ce qui est fantastique dans le yoga, c’est que l’on peut progresser chaque jour, ça offre un regain de reconnaissance et de confiance en soi. On reprend le pouvoir sur soi-même.

Adeline
©Aurélien Petit

Je crois que dans notre société actuelle, les femmes sont complètement coupées de leur corps, on ne les laisse pas être à l’écoute de leur corps et le yoga permet de se le réapproprier. Il faut qu’elles reprennent le pouvoir à partir d’une meilleure connaissance d’elles-mêmes.

Dans ce cadre, je propose des cercles de femmes, en neuf mois, et cette année, ce fut avec quinze femmes. Quand on se regroupe et qu’on échange, on se rend compte qu’on partage les mêmes problématiques, qu’on a plus ou moins toutes les mêmes phobies, pudeurs ou complexes. On se sent moins seule, on reprend confiance en soi.

Quand des femmes n’ont pas conscience qu’elles ont un cycle en quatre phases par exemple, qu’elles sont cycliques, elles vont s’énerver sur leur corps qui n’est pas assez performant, se dire qu’elles sont bonnes à rien. Mais elles comprendront et accepteront que le corps a simplement besoin de se reposer et qu’elles ne seront donc pas aussi productives d’une semaine à l’autre.

Adeline
©DR

Il existe autant de types de yoga que de types de personnes sur terre. Ce n’est pas parce qu’on a un problème de santé qu’on doit s’arrêter à ça car le yoga s’adapte à toutes les morphologies et à tous les âges. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a sur le moment, en évitant la comparaison ou la frustration.

Il faut toujours se dire que ce que l’on fait, on le fait pour soi, pas pour les gens dans la salle. On ne va pas au yoga pour se juger. Le yoga, il faut y aller un peu comme si on allait chez le psy. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Julia Clair

Julia Clair : « Dans le saut à ski, ce qui me drive, c’est le plaisir de voler »

Elle pratique une discipline spectaculaire avec un flegme qui force le respect. Julia Clair, 26 ans, détient le record français de saut à ski féminin. Voler, rêve des humains depuis la nuit des temps, est sa spécialité, son atout, presque inné. Espérant décrocher une médaille aux prochains JO 2022, elle souhaite faire s’envoler la renommée de cette discipline féminine, trop peu médiatisée. Prenons le tremplin avec elle…

Lire plus »
sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »
FISE

Festival International des Sports Extrêmes (FISE) : les filles, prêtes à devenir des « rideuses » ?

Hervé André-Benoit organise le Festival International des Sports Extrêmes alias FISE depuis plus de vingt ans. Une compétition annuelle de sports urbains qui se déroule chaque année à Montpellier. COVID-19 oblige, ce passionné de BMX et de wakeboard, propose une édition 100 % digital dont le top départ vient d’avoir lieu. Rencontre avec un rider qui tente de convaincre les filles de truster des terrains de jeu traditionnellement masculins.

Lire plus »

Gabrielle Martin : « Beaucoup d’hommes me voient comme un objet de curiosité. »

À 22 ans et après une adolescence en surpoids, celle qu’on surnomme la “licorne” s’est lancée dans la compétition de force athlétique, le powerlifting. Championnats de France, puis d’Europe, jusqu’aux championnats du monde en Finlande… En trois ans, Gabrielle Martin a raflé tous les trophées. À un tournant de sa carrière sportive, alors qu’elle souhaite se tourner vers le bodybuilding, cette powergirl résolument ÀBLOCK! fait le point sur son parcours.

Lire plus »
equitation femme

L’équitation, un sport mixte, vraiment ?

À la différence de nombreux autres sports, l’équitation a toujours été un sport mixte. En compétition, sur ses trois disciplines majeures – saut d’obstacles, dressage et concours complet -, les femmes sont les égales des hommes. Pourtant, il ne s’agit pas encore d’une réelle parité.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin