Rechercher

Anne Saouter : « Des filles peuvent-elles être l’avenir du rugby ? »

anne saouter anthropologue

Par Anne Saouter, anthropologue*

Publié le 29 janvier 2020 à 16h33, mis à jour le 13 avril 2023 à 16h29

A la fin de l’année 2018, les craintes de la Fédération Française de Rugby ont été confirmées par la raison du chiffre : le nombre total de licenciés continue à décliner. Son président, Bernard Laporte, l’annonçait ainsi avec regret. S’ensuivaient dans son discours des espoirs de reconquête nourris par la ferveur que suscitera la coupe du monde de rugby 2023, accueillie par la France, et par des actions de promotion en milieu scolaire visant à susciter l’émulation pour le ballon ovale.


Une augmentation de 13% des filles dans les écoles de rugby, chiffre validant pour sa part une tendance à la hausse depuis longtemps amorcée, ne remplit-elle pas déjà une partie de l’objectif ? Ce qui pourrait être une belle promesse d’avenir semble loin de satisfaire les sphères dirigeantes. Là où s’expriment le pouvoir et l’autorité -que l’opinion se rassure- le modèle de référence ne saurait fonctionner sans certifier la suprématie du masculin. Le rugby, c’est d’abord un sport d’hommes…

Pourtant, les femmes sont de plus en plus nombreuses à chausser les crampons et à prouver leur maitrise du jeu. Les supporters apprécient leur technique, leur jeu collectif qui fait « vivre » le ballon, leur enthousiasme et leur esprit sportif. Certains disent retrouver chez elles le jeu originel dont ils se souviennent avec nostalgie. Il en est même qui ne regardent plus qu’elles, trop déçus par le jeu des hommes. Longtemps absentes des écrans, les joueuses sont visibles aujourd’hui aux yeux du plus grand nombre, avec quelques transmissions de matchs aux heures de grande audience.

Sortir de l’ombre

Leur indéniable ascension ne doit cependant pas faire croire à une modernité sans faille, à l’impossibilité de retours en arrière. Si on se penche sur leur véritable histoire, non tronquée par la doxa journalistique, la plus communément partagée, on constate à quel point le parcours fût long pour enfin sortir de l’ombre. Beaucoup s’imagine que les femmes ont intégré depuis peu le rugby à son plus haut niveau de compétition. Leur premier match international a pourtant eu lieu le 3 juin 1982 , il y a presque quarante ans.

Une des plus anciennes équipes, les « bûchettes » de La Teste, furent championnes de France à quatre reprises (entre 1983 et 1988), et certaines de ses joueuses furent sélectionnées, plusieurs années d’affilée, pour la compétition internationale. Sur les murs du club house de la Teste-de-Buch, parmi les clichés et trophées d’équipes masculines, ne figure pourtant aucune trace de ces instants de gloire.

C’est ce même oubli que dénoncent de leur côté les footballeuses allemandes dans un clip promotionnel réalisé pour la coupe du monde 2019 : qui sait, y compris dans leur pays, qu’elles ont été championnes d’Europe à huit reprises ? Qui connaît leur nom, elles qui ont joué pour leur nation ? Elles, se souviennent en revanche du trophée de leur première victoire, un service à café…

Volonté d’exister

Cette interpellation ironique de l’histoire montre combien leur désir de conquête (du droit de jouer, du droit d’accéder aux installations sportives, du droit d’intégrer la fédération nationale, etc.) motive une tâche sans cesse remise sur le métier. Non dans un souci de perfection, mais simplement pour confirmer une vérité.

C’est comme si les joueuses étaient de perpétuelles pionnières, devant régulièrement réaffirmer la réalité de leur compétences et leur volonté d’exister.

Car, en observant l’histoire, on ne peut faire que l’amer constat d’une légitimité précaire. Les sportives, comme les femmes en général, ont souvent été dissuadées quand elles s’aventuraient en dehors du pré carré prévu à l’expression formatée de leur féminité.

Et quand tel n’était pas le cas, les aventurières ne bousculaient pas pour autant, de façon définitive (ou révolutionnaire), le cours d’une histoire décidée depuis toujours au masculin.

*Anne Saouter est anthropologue et s’intéresse à la question de la production des corps sexués dans les pratiques sportives. Auteure de « Des femmes et du sport » (éd.Payot).

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de football 2023, le récap

Coupe du Monde féminine de football 2023, le grand récap’

La Coupe du Monde 2023 s’est bouclée par la victoire de l’Espagne, une première pour le pays. Ce ne fut pas aussi joyeux du côté de nos Bleues pour qui le Mondial s’est achevé sur une élimination frustrante aux tirs aux buts. La déception est de mise, mais l’avenir semble promettre de belles choses pour cette équipe de France qui ne lâche rien.

Lire plus »
Juliette Labous : " Dans le vélo, je suis arrivée au bon moment, quand les filles ont pris la parole."

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Les footeuses tricolores à la poursuite du Graal, le récap’ des mondiaux de para-athlétisme, deux podcasts ÀBLOCK!, un événement glaçant, le lancement de la Grande Boucle féminine (avec notre Juliette Labous nationale sur notre photo) ou une jeune triathlète inspirante, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Elle fait partie de ces défricheuses qui ont contribué à populariser le rugby féminin. Annick Hayraud, multi-titrée en club et avec l’équipe de France de rugby à XV, n’a jamais cessé de militer. Manager général des Bleues depuis 2016, son mandat s’achève à la fin de l’année et elle espère, à l’avenir, plus de moyens pour développer et pérenniser la pratique. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Le sport féminin ébranlé par la crise sanitaire ?

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Elles sont championnes de VTT, de BMX, de rugby ou de hockey sur gazon (Maddie Hinch, notre photo) ; elles sont adeptes de foot américain ou de yoga, toutes ont eu la faveur de nos colonnes cette semaine. Championnes du monde ou du quotidien, elles nous bluffent. Des rencontres, enquêtes ou témoignages à (re)découvrir pour être ÀBLOCK!

Lire plus »
Erica Wiebe

Erica Wiebe, la lutteuse qui envoie les clichés au tapis !

Une guerrière, une passionaria, une femme de tête. Championne olympique 2016 en lutte libre, la Canadienne remettra son titre en jeu sur le tapis des prochains JO, à Tokyo. Ambassadrice de la lutte féminine, Erica Wiebe se bat pour que les jeunes filles soient intégrées dans l’arène sportive. Go for showtime !

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner