Marie Vélon

« Rien n’aurait pu m’empêcher de devenir jockey, c’était écrit. »

Marie Vélon
Elle s’est invitée dans le Top 10 des jockeys français sans crier gare. À 21 ans tout juste, Marie Vélon, nouvelle Cravache d’or, fait tourner la tête des amateurs de sport hippique. Et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. La femme la plus titrée des courses en France continue de tracer sa route. Au galop.

Par Sophie Danger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ça fait quoi, à 21 ans, d’être la femme jockey la plus titrée des courses en France ?

C’est gratifiant ! C’est vrai que je suis jeune, mais je ne sais pas si l’âge rentre en compte. J’espère bien que, même lorsque je serai plus vieille, ça continuera.

Ce métier, tu as eu envie de l’exercer très jeune. Qu’est-ce qui a fait que tu te sois dirigée dans cette voie ?

Mon oncle (Éric Antoinat, ndlr) était jockey et je voulais faire comme lui. Il y a aussi les sensations que l’on ressent à cheval, la compétition, l’adrénaline, la vitesse. C’est tout cet ensemble qui fait que je ne voulais pas faire autre chose.

©DR

Il en pensait quoi ton oncle ? Il t’a mis en garde contre certains travers du milieu ?

Il n’était pas trop pour, c’est vrai. À son époque, les filles, dans le domaine des chevaux, c’était compliqué. Il m’a prévenue, il m’a dit de faire attention, que ce n’était pas facile, que lui, un homme, en avait bavé, alors… Maintenant, il est mon premier supporter.

Tes parents aussi étaient sceptiques. Pour eux, jockey était un métier d’hommes et ils voulaient que tu poursuives tes études. Comment as-tu réussi à les convaincre ?

Mes parents, comme beaucoup de parents, avaient envie que leurs enfants fassent des études, qu’ils aillent loin. Maintenant, il est rare de voir un adolescent de 15 ans savoir déjà ce qu’il veut faire de sa vie et moi, c’était écrit. Les parents sont là pour nous aider, pas pour aller contre notre volonté. Une fois qu’ils ont accepté et sont allés dans mon sens, c’est pareil que pour mon oncle, ils ont été mes premiers fans.

©DR

Ils vont même tout faire pour que tu réussisses ! Ton père, par exemple, t’emmenait tous les samedis chez l’entraîneur Bernard Goudot. Pendant que tu montais, lui qui était gérant d’entreprise dans la métallurgie, travaillait dans le camion. Rien ne pouvait te dévier du chemin que tu t’étais tracé ?

Non. Les chevaux, c’est ma passion et je n’ai pas vraiment d’explications là-dessus. Il est vrai néanmoins que sans mon père qui m’emmenait tous les samedis, je n’en serais peut-être pas là. Je pense qu’il a vu sa fille vraiment passionnée pour quelque chose et qu’il a tout donné pour que je puisse aller au bout. Mais j’étais une fille sage, malgré tout !

Ces samedis t’ont d’ailleurs confortée dans tes choix, tu dis même que Bernard Goudot t’a fait adorer encore plus ce métier. Qu’est-ce que tu as découvert de plus à ses côtés ?

J’ai tout découvert. Les chevaux de courses, je ne connaissais pas avant. C’est lui qui m’a tout montré et, à partir de là, c’était parti !

©Scoop Dyga

Le fait que ce métier soit, majoritairement, exercé par des hommes n’a eu aucune incidence sur ta détermination ? Tu ne t’es jamais dit que ce n’était pas possible ou que ça allait être peut-être trop dur ?

Non, pas spécialement. Une fois que je suis rentrée à l’AFASEC (école des courses hippiques, association qui accompagne le développement du secteur des courses hippiques, ndlr), il y avait beaucoup de filles qui étaient là pour faire la même chose que moi. Rien n’aurait pu me détourner de mon envie, elle était trop forte.

L’AFASEC, tu l’intègres en seconde. En fin de cursus, tu décroches ta première victoire en course école pour le compte de l’entraîneur Alain de Royer Dupré. Tu t’en souviens ? Tu as ressenti quoi ?

C’était la dernière année d’AFASEC et c’était génial. Les courses écoles, c’est vraiment l’idéal pour se rendre compte si ce métier est vraiment celui que l’on veut faire ou pas. Il y a beaucoup de gens qui entrent ici pour exercer cette profession et qui, finalement, changent de voie. Moi, non. Une fois que j’ai gagné ma première course école, je me suis dit que je voulais faire ça toute ma vie.

©DR

Par la suite, en juillet 2017, tu arrives chez l’entraîneur Jean-Pierre Gauvin. Tu es alors cavalière d’entraînement…

Ca n’a pas duré longtemps. Je suis arrivée chez Jean-Pierre en juillet et je m’étais dit que s’il me faisait débuter pour lui en course officielle en septembre, ce serait bien. Finalement, dix jours après, j’étais déclarée à Vichy et de là, tout s’est enchaîné. J’ai monté beaucoup en province, une fois par semaine. Cette année-là, tout est venu gentiment et ça s’est accentué l’année suivante.

Cette première course officielle, comment tu l’as vécu ?

Je n’avais qu’une envie, recommencer ! Physiquement, ce n’était pas facile au début, mais ça permet de voir tout ce qu’il faut améliorer et après, on attend la prochaine monte avec impatience.

Ton premier gagnant va venir très vite…

C’était à Cavaillon, sur le cheval Cajarian, au mois de septembre 2017. C’était une vraie récompense. Mon oncle et mes parents n’étaient pas là, mais quand je les ai appelés pour leur dire que j’avais enfin gagné, ils étaient plus qu’heureux, c’était ouf !

©Scoop Dyga

Tu étais plus heureuse pour qui, pour eux qui t’ont aidée ou pour toi ?

Pour moi, pour les deux, mais aussi pour mon patron et pour le propriétaire qui avait du mal à me faire confiance au début et qui m’a laissé une chance. C’était top.

Même si les femmes jockeys sont de plus en plus nombreuses, il y a encore des réticences, de la part des propriétaires notamment, à leur faire confiance. Comment es-tu parvenue à contourner cet obstacle ?

Les filles, dans ce milieu, c’est relativement nouveau et on peut comprendre que, pour les propriétaires, c’est effrayant de faire monter quelqu’un de nouveau, quelqu’un qui n’a pas d’expérience et qui plus est une fille… Pour ma part, mon patron a toujours insisté auprès d’eux pour me donner ma chance. Comme ça s’est bien passé, on a continué à me faire confiance.

©DR

Pourtant, le sport hippique est une discipline mixte…

Oui, mais c’est surtout très sportif. Et on sait que d’un point de vue de la condition physique, filles et garçons sont différents. Pour pallier à ça, nous, les filles, avons été aidées avec la décharge de poids. Elle nous a été très bénéfique pour faire notre place et habituer les gens à voir des filles dans les pelotons.

Est-ce qu’on pourrait assimiler ça à une sorte de discrimination positive ? Est-ce que c’est facile à vivre ?

Ça a été notre chance, c’est ce qui a incité les filles à monter, alors c’est bien. Mais il est vrai que le fait d’avoir besoin de ça pour que les entraîneurs nous fassent confiance…ce n’est pas très flatteur.

C’est pour améliorer ta condition physique que tu as fait appel à Ingrid Giraud, une ancienne basketteuse professionnelle devenue coach ?

Exactement. Quand j’ai commencé à beaucoup monter, je me suis rendu compte que le physique, c’était très important et que j’avais besoin de progresser à ce niveau-là. C’était nécessaire à tous les points de vue, physique mais aussi mental. Grâce à elle, physiquement, j’étais beaucoup plus à l’aise à cheval, j’avais beaucoup plus de force. Mentalement, ça me permettait de prendre plus confiance en moi, ainsi, on connaît mieux son corps.

©DR

Tu la vois toujours ?

Non, malheureusement. On faisait des séances deux fois par semaine, ce qui me prenait pas mal de temps. Maintenant, ce temps, avec les courses, je ne l’ai plus… Ce qui, malgré tout, est un point positif.

Peu à peu, tu t’es fait un nom. Tu as décroché 86 victoires en l’espace de deux ans. Le cru 2020 sera encore plus exceptionnel avec 83 succès en une seule saison ! Tu expliques que, à chaque fois que tu passes le poteau en tête, tu te répètes que cette vie que tu as choisie est incroyable. C’est quoi le plus beau moment jusqu’à présent ?

Il y en a tellement, c’est difficile à dire ! Je pense que c’est mon année 2020 de manière globale. Cette saison-là, on avait un objectif et, à chaque victoire, on s’en approchait un peu plus. De fait, il est difficile de dire s’il y a eu une plus belle victoire que les autres, toutes ont compté et m’ont permis de décrocher la Cravache d’or. Il y a eu aussi mon premier quinté, c’était là où on a égalisé, c’était vraiment une belle course !

Cette Cravache d’or, c’était un objectif pour toi dans l’absolu ou pas du tout ?

Non, absolument pas ! Je venais de perdre ma décharge et de passer professionnelle, je voulais juste faire une année correcte et la Cravache d’or n’était pas du tout un objectif. Ça l’est devenu après le mois d’août exceptionnel que l’on a fait, après Vichy plus précisément. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ça arrive si tôt dans ma carrière. Pour moi, cette distinction représente la consécration de beaucoup de choses, de mes rêves d’enfant, de mes années d’école…

Quand on décroche cette première distinction à 21 ans, on vise quoi ensuite ?

Le plus dur dans ce métier, c’est de rester régulier, c’est faire que l’on ne vous oublie pas au fur et à mesure des années. Des objectifs, du coup, il y en a plein et notamment de reproduire les mêmes belles années pendant longtemps.

Au terme de cette année 2020, tu deviens également la première femme à faire partie du Top 10 des jockeys français. C’est une sorte de consécration pour toi ?

C’est une de mes plus belles satisfactions. C’est vraiment incroyable, je n’aurais jamais pensé y arriver si jeune ! Cette place, ça a vraiment été le bel objectif que je n’aurais jamais imaginé atteindre si tôt.

©DR

Tu es une pionnière. Quel conseil pourrais-tu donner aux jeunes filles qui veulent suivre tes traces ?

Ce serait de toujours y croire et de travailler très dur parce que le travail paie vraiment. Je leur dirais aussi de ne jamais abandonner.

Tes performances vont contribuer à faire évoluer le regard que l’on porte sur les femmes jockeys. Ce regard, tu sens qu’il a évolué ces dernières années ?

C’est difficile à dire. Moi, je suis arrivée en même temps que la décharge de poids. Pour le reste, c’est un tout. J’ai été en forme une bonne partie de l’année alors on a fait beaucoup appel à moi. Malgré tout, je sens une certaine évolution dans le sens où il y a plus de filles qui montent des quinté et qui montent régulièrement. C’est ça le gros changement.

©Scoop Dyga

Certaines jockeys sont parfois contraintes à l’exil pour exercer leur métier, c’est le cas notamment de Mickaëlle Michel dont tu as battu le record de victoires et qui est au Japon. Tu serais prête à partir s’il le fallait toi aussi ?

S’il y a besoin, un jour, de partir, je n’hésiterai pas. À l’étranger, en Angleterre par exemple, les femmes sont assez bien représentées. Maintenant, pour l’instant, ça se passe très bien en France et il n’y a pas de raisons de partir.

Tu dis que le plus gros objectif est de durer, que c’est ce qu’il y a de plus dur dans cette profession et qu’il faut, avant tout, essayer de ne pas être qu’un effet de mode. L’avenir, tu le vois comment ?

Mon objectif n’est pas de refaire la même année que l’année dernière, mais de faire au moins presque aussi bien. Je m’attends toujours à la rechute. Et c’est ce qui me tient.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »

Pendant le confinement, le fitness a la cote

Malgré les nombreux échanges houleux sur les réseaux sociaux concernant le running (on peut continuer à courir ou pas ?), ce ne serait là qu’une tempête dans un verre d’eau. Selon un sondage, la course à pied est loin d’être l’activité la plus prisée par les Français en période de confinement.

Lire plus »
Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »
Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode “Féral” à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page