Clarisse Agbegnenou5 infos pour briller en kimono

Clarisse Agbegnenou
Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Par Manon Gimet

Publié le 15 juin 2021 à 16h40, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h51

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1. Passer par le Pôle France

Son histoire avec les tatamis a commencé alors qu’elle n’avait que 9 ans lorsqu’elle intègre le club de l’AMA, Arts Martiaux d’Asnières, ville des Hauts-de-Seine où elle grandit.

Malgré un début de vie difficile -La Tigresse, son surnom dans le judo, a subi une opération suite à une malformation d’un rein, est une femme au mental d’acier : « Je me souviens que le médecin a dit que ma fille était une battante », confirmait sa mère juste après l’opération.

Sa carrière de judokate prend son envol alors qu’elle fête ses 14 ans. Elle intègre le Pôle France d’Orléans. Une première « école » qui lui ouvre les portes du judo de haut niveau : l’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), coaches professionnels, championnat d’Europe …

C’est la naissance d’une grande athlète.

2. Cumuler les titres de gloire

Clarisse Agbegnenou est la judokate la plus titrée de l’histoire. Son étagère à trophées manque désormais de place…

Elle a un palmarès en or : quadruple championne du monde et double médaillée d’argent en individuel, 5 médailles par équipes, 5 championnats d’Europe en or et 1 en bronze… c’est ça, être dans la peau de Clarisse Agbegnenou.

Le seul titre qui lui manquait ? L’or olympique qu’elle vient de décrocher aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021 !

3. Être judokate et adjudant

Connue pour ses ippons victorieux, la judokate laisse son kimono au vestiaire lorsqu’elle rejoint la gendarmerie. Clarisse Agbegnenou, 28 ans, est une sportive gradée, promue adjudant de la gendarmerie, en avril dernier. « Merci infiniment à mes supérieurs et à toute la corporation pour leur confiance et ce, depuis le début de ma carrière de SHN », écrit-elle fièrement sur ses réseaux sociaux. Respect.

 

4. S’engager en dehors des tatamis

Être engagée, dans son sport, dans la gendarmerie comme dans la vie, ça lui tient à cœur. En 2019, elle devient marraine de l’opération « Sport féminin toujours » qui milite pour une meilleure médiatisation du sport au féminin et l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

La même année, elle devient l’ambassadrice de l’association SOS Préma qui se bat pour donner à tous les enfants prématurés les meilleures chances de bien grandir.

Clarisse Agbegnenou est une athlète connue et respectée, elle joue de sa notoriété pour faire passer des messages. Et elle le fait bien.

5. Être une Marianne

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars dernier, elle faisait partie des 109 Mariannes, dont les portraits ont été exposés sur le parvis du Panthéon. Figure symbolique de la République Française, elle incarne les valeurs du pays : liberté, égalité et fraternité.

Clarisse Agbegnenou a ainsi prêté son visage pour représenter la France et sa diversité en 2021 et mettre en lumière toutes les citoyennes françaises. De là à porter le drapeau aux JO, il n’y avait qu’un…Ashi Waza.

Elle fait également partie des personnalités qui ont écrit aux 1 000 petites filles à naître, le 8 mars. « Toutes les femmes sont de grandes femmes, écrit-elle. Nous sommes toutes des femmes puissantes, alors rêve, espère, prends ton envol, ta valeur sera haute ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Hey, Psssst, Les JO commencent, non ? Retrouvez une semaine complète sur les Jeux Olympiques avec ÀBLOCK!. À la clé, une demi-fondeuse qui veut sa revanche à Tokyo, de nouveaux sports qui vont twister les Jeux, la petite histoire des symboles olympiques en sept chapitres. Mais aussi, la désormais célèbre question qui tue et une initiative féminine aussi sportive que dilettante. De la (bonne) lecture, messieurs dames !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »
La question qui tue

Si je me sens fatigué, je fais pas de sport, on est d’accord ?

J’y vais ? J’y vais pas ? On la connaît cette conversation avec nous-mêmes, une heure avant la séance de sport et qui, on va pas se mentir, aboutit (presque) toujours à un : “Allez, j’irai demain ! “. Alors, quoi ? flemme ou réel coup de fatigue ? Faudrait savoir. Et notre coach a sa petite idée, ça tombe bien !

Lire plus »
Mathilde Gros

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis, une cycliste en piste pour Tokyo (Mathilde Gros sur notre photo), une tireuse qui vise juste, une handballeuse qui veut mettre le Japon en cage, les Jeux Olympiques décryptés, une nouvelle « question qui tue » et une initiative bien trempée… On est toujours ÀBLOCK! et c’est juste pour vous !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »
Baronne Raymonde de Laroche

Raymonde de Laroche ou l’histoire de la baronne qui ne manque pas d’air

Elle a, sans regret, délaissé les arts pour la mécanique. Élisa Léontine Deroche, dite Baronne Raymonde de Laroche, a été comédienne avant de tout quitter pour grimper dans un aéroplane. Première femme au monde à décrocher un brevet de pilote-aviateur, la Parisienne a marqué de son empreinte les débuts de l’aviation. Récit d’une actrice devenue casse-cou.

Lire plus »
Nouria Newman

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du ballon ovale, une femme en coque toujours dans l’extrême (Nouria Newman sur notre photo), une autre faite d’or et de voile, une sprinteuse aux médailles olympiques, une aviatrice avec de multiples records ou encore une pépite prête à s’envoler aux agrès, à Tokyo. Et, en prime, une question qui tue et deux initiatives entre mers et montagnes, c’est sur ÀBLOCK! et nulle part ailleurs !

Lire plus »
Fifty Fifty Sail

Fifty Fifty Sail, une régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C’est tout l’enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s’engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d’un enthousiaste et généreux équipage…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner