Rechercher

Tom Bartowicz « Une photo peut être plus percutante qu'un film de deux heures. »

Tom Bartowicz : « Une photo peut être plus percutante qu'un film de deux heures. »
Il est celui qui a su poser un regard saisissant sur les maux de la patineuse Sarah Abitbol. La championne sur glace, violée à 15 ans par son entraîneur, a fait appel à ce poète de l’image pour son expo « Cri d’alerte » dénonçant les violences sexuelles dans le monde sportif. Pour ÀBLOCK!, le photographe Tom Bartowicz nous raconte ses 5 clichés les plus bouleversants.

Par Valérie Domain

Publié le 28 février 2023 à 20h08, mis à jour le 28 avril 2023 à 14h59

Tu es réalisateur, comment la photographie s’est-elle invitée dans ton parcours ?

La photographie s’invite logiquement lorsqu’on fait un film. Ça a toujours fait partie de moi. C’est naturel. J’aime la photographie, raconter une histoire en images, la lumière, l’instantané.

Même si on prépare tout, on a toujours des surprises. Certaines photos sont parfois plus fortes que des films de deux heures. Certaines photos disent tout.

Tom Bartowicz…©DR

De quelle façon le travail avec Sarah Abitbol pour son exposition « Cri d’alerte » a-t-il commencé ?

J’ai croisé Sarah Abitbol alors qu’elle développait son association « La Voix de Sarah », elle avait eu vent de quelques-unes de mes réalisations. Son projet d’exposition était en cours de maturation et elle a fait appel à moi. Elle est venue avec des idées, celle donc de faire une expo sur les agressions sexuelles dans le monde sportif.

Je lui ai proposé une approche très artistique, pour d’abord permettre au spectateur de ressentir avant d’entrer au cœur du sujet. Ça lui a plu qu’on aille au-delà de la prévention, qu’on soit aussi touchés, qu’on trouve ça beau. Aller dans l’émotion puis, dans un deuxième temps, comprendre l’intention. Ça prend alors une autre dimension.

Sarah m’a donné carte blanche. C’était la première fois que j’avais l’occasion de créer, de défendre un sujet aussi important. Avec une grande liberté et une confiance totale.

©La Voix de Sarah

Comment as-tu procédé pour mixer ainsi art et prévention dans tes clichés ?

L’expo a été construite avec méthodologie, les photos sont le fil rouge d’un même message : sensibiliser et aider à la prévention des violences sexuelles envers les jeunes athlètes.

L’idée était de ne pas laisser place au hasard, de représenter le chemin émotionnel qui traverse une victime, comme ce fut le cas avec Sarah. D’abord une victime brisée jusqu’à son envie de se battre puis sa reconstruction.

Pour l’aspect émotionnel, on a choisi d‘être le plus souvent frontal, d’y mettre aussi un peu d’onirisme.

Pour sculpter la lumière, j’ai eu la chance de collaborer avec Mahdi Lepart que je remercie pour son œil, sa patience et son savoir-faire. C’est un directeur de la photographie que j’admire beaucoup et il n’a pas hésité une seule seconde à nous suivre dans ce projet complètement fou.

Mahdi a toujours utilisé la même technique : le travail au flash, pas de lumière naturelle. Le flash permet d’envoyer énormément de puissance d’un seul coup et ainsi donner la bonne direction à la lumière.

©Tom Bartowicz

Il y a de la profondeur, de la puissance dans tes photos, on capte le message presque sans avoir besoin de légende…

Les ressentis lorsqu’on regarde les clichés donnent une autre dimension à l’œuvre. Chacun va voir ce qu’il veut voir, mais on a travaillé en équipe avec l’envie de tout maîtriser du message, pour que la détresse, la rage, la colère ou encore la détermination soient palpables.

On sent ta patte de réalisateur dans tes photos. Elles pourraient être tirées d’un film.

C’est parce qu’il y a une histoire à raconter. Une photo, c’est un tout, un univers. Quelque chose de l’ordre de l’instinct, notre ADN.

Moi, dans la construction d’une histoire, je mets une touche d’onirisme, de poésie. Réinterpréter les choses, déstructurer tout un chemin de pensée pour arriver à ces photos que l’on veut uniques.

Aujourd’hui, je sais que je dirai oui de nouveau si on m’embarque dans un projet comme celui-ci. J’ai aimé défendre cette cause.

Sarah Abitbol…©Tom Bartowicz

Dans cette exposition qui compte une vingtaine de clichés, tu en as choisi 5, ceux qui, pour toi, sont les plus percutants, ainsi celui que vous avez appelé avec Sarah « À bout de souffle ». 

Tout ici est dans l’instantanéité. On a beaucoup shooté et ce visage qui s’efface, qui ne se reconnaît plus sous les bulles, je n’en ai pas eu deux comme ça.

L’intention, c’était de montrer que la sportive est en manque d’oxygène, qu’elle suffoque face à la situation. Les dernières bulles qui finissent par éclater à la surface signifient qu’elle est esseulée, elle se perd, elle se sent disparaître, elle devient invisible.

C’est en tout cas mon interprétation.

©Tom Bartowicz

Il y a aussi « Le revers de la médaille » qui est une photo forte. Les médailles clinquantes et les paillettes qui s’opposent au bouquet un peu suranné et la peluche serré contre le costume de lumière.

Elle me plaît cette photo car on peut passer à côté. Puis, en la regardant de plus près, comprendre ce qui se joue.

Il y a ici une double lecture : d’un côté la victoire avec les médailles, de l’autre la souffrance d’une enfant, la perte d’une innocence.

©Tom Bartowicz

Dans le sport, les regards face objectif sont souvent conquérants, victorieux, déterminés. Dans cette troisième photo, au contraire, la petite lumière semble éteinte dans les yeux de la jeune joueuse.

Je parlais du côté frontal sur certaines photos, c’est le cas ici. Elle regarde le 4e mûr, c’est-à-dire l’objectif, le spectateur.

On a appelé cette photo « Rêve brisé ». Cette jeune sportive est cassée, à l’image de la raquette brisé. Le cordage a fini par craquer, comme elle à l’intérieur.

 

©Tom Bartowicz

Le quatrième cliché est un gros plan qui, lui aussi, met l’accent sur le regard. Il a pour légende : « Souvent, sous l’eau mes larmes ne se voient pas. »

Comme pour la première photo, « À bout de souffle ». C’est celle qui semble la préférée de l’expo, surtout du côté des femmes.

Là aussi, c’est un instantané, cette larme dans l’œil prête à couler sur la joue qui se mélange avec les gouttes d’eau.

Elle craque sous la douche, on est avec elle, très proche, au cœur de l’émotion.

©Tom Bartowicz

Votre dernier cliché « Une limite à ne pas franchir » montre à la fois une grande volonté de dire stop avec le regard déterminé de l’enfant et une angoisse latente avec ce couloir où il semble coincé face à la menace.

Ce petit garçon est pris au piège car il n’y a aucune issue. Hors-champ, on perçoit la menace avec cette ombre, sans toutefois personnifier l’agresseur, mais on sent aussi l’affrontement, le rapport de force qui est très présent.

C’est une photo ouverte à interprétation. On peut imaginer que le garçon va dire stop. On peut aussi imaginer que le rapport de force est trop grand, qu’avec l’enfermement de chaque côté, entre les casiers et le mur, il n’y a pas d’échappatoire.

Mais mon interprétation, c’est que le garçon n’est pas recroquevillé dans un coin, il ne se cache pas, il fait face, il semble dire stop.

Parce que les victimes ont du mal à sortir du cauchemar mais le jour où elles en auront le courage comme ce fut le cas pour Sarah, la situation va s’inverser.

Ici, il fallait donner le sentiment d’affirmation et de limite à ne plus franchir.

©Tom Bartowicz

  • Les 20 photographies réalisées par Tom Bartowicz ont d’abord été exposées au Dôme de Paris et sont désormais visibles à l’INSEP (Paris 12e).
  • Pour faire un don et en savoir plus sur l’association de Sarah Abitbol, direction son site internet « La Voix de Sarah »
Ouverture : ©Tom Bartowicz

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

CrossFit

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un nouveau podcast avec une bodybuildeuse on ne peut plus ÀBLOCK!, une star de la petite balle jaune, une pionnière qui ouvre le chemin à coups de sifflet, l’histoire de la ride au féminin, deux nouvelles chroniques signées d’une avocate et d’une journaliste crossfiteuse pour un autre regard sur le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bonne lecture !

Lire plus »
Sakina Karchaoui, fougueuse footeuse

Sakina Karchaoui, fougueuse footeuse

Une sudiste séduite par la capitale, ça annonce déjà un goût pour l’aventure. Justement, découvrir de nouveaux horizons en pratiquant sa passion pour le football, Sakina Karchaoui adore. Mais, elle le sait, pour performer, il faut redoubler d’effort et de détermination. Heureusement, la défenseure est ÀBLOCK!

Lire plus »
Celia Martinez : « Dès que je suis sur mes skis, j’ai l’impression de vivre vraiment. »

Célia Martinez : « Quand je suis sur des skis, j’ai l’impression de vivre vraiment. »

Elle aurait dû participer aux Championnats du monde de Kilomètre Lancé (KL) qui débutent à Vars dans les Hautes-Alpes. Mais, enceinte, Célia Martinez passera son tour cette saison. Avant de revenir en force dès 2023 avec, pour ambition, de battre le record de France de ski de vitesse et, pourquoi pas, le record du monde. Conversation avec l’une des filles les plus rapides de la planète qui, pour une fois, a décidé de prendre son temps.

Lire plus »
Lucie Bertaud

Lucie Bertaud, jamais aussi libre que dans une cage

Voix rauque et débit de mitraillette, Lucie Bertaud est une passionnante pipelette. Cette figure de la boxe féminine française, aujourd’hui championne de MMA (arts martiaux mixtes), se raconte comme elle combat : sans triche et sans artifice. Sur le ring, dans une cage ou dans la vie, elle donne tout ce qu’elle a. Échanges percutants.

Lire plus »
Virginie Hériot, la pionnière des louves de mer

Virginie Hériot, la pionnière des louves de mer

Elle voulait être marine, un marin au féminin. Elle en a été l’une des plus grandes. Virginie Hériot a marqué de son empreinte la voile sportive. Première Française sacrée championne olympique dans la discipline en 1928 à Amsterdam, elle a cumulé pas moins de 85 succès en 300 régates.

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Sophia Flörsch

24 Heures du Mans : les filles vont faire fumer l’asphalte !

Une (quasi) première dans l’histoire du sport automobile : un équipage 100 % féminin est sur la grille de départ de la mythique course d’endurance, en LMP2. Un seul précédent : le trio Lyn St. James, Desiré Wilson et Cathy Muller, en 1991, qui avaient finalement dû abandonner la course. Prouver que les femmes ont leur place dans le sport auto, trop souvent trusté par les hommes, est l’ambition clairement affichée par son sponsor, l’horloger Richard Mille. Entretien sans langue de bois avec sa directrice marketing, Amanda Mille.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Tessa Worley

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Quelques idées pour entretenir sa culture du sport féminin, un trail nocturne et enneigé, des descentes à 250 km/h, une délégation olympique française qu’on espère bientôt en or aux JO de Beijing 2022 (dont Tessa Worley sur notre photo), le retour de notre fameuse « question qui tue », une rugbywoman qui défonce les préjugés et une athlète qui les prend de vitesse, c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de rugby à XV 2022, la guerre des étoiles ovales

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

L’histoire des filles sur les tatamis, la présentation de la plus grosse compét’ féminine du ballon ovale, une accro au sport qui témoigne et tout sur la sortie du livre de la championne olympique de hand Cléopatre Darleux, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

En participant aux JO de Tokyo, l’été dernier, elle devenait la première athlète française à avoir participé aux Jeux Olympiques puis, trente-trois ans plus tard, aux Jeux Paralympiques. Claire Supiot est une force de la nature. Souffrant depuis 2008 d’une pathologie évolutive qui entraîne une faiblesse musculaire, elle a pu sortir la tête de l’eau grâce à la natation qui lui offre de quoi vaincre les flots de la maladie. Un exemple de résilience dans le monde du sport 100 % ÀBLOCK!

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner