Rechercher

Sarah Baum La surfeuse en vogue dompteuse de vagues

Sarah Baum, la surfeuse en vogue dompteuse de vagues
À 29 ans, la Sud-Africaine va surfer sa plus belle vague pour tenter de décrocher une médaille aux Jeux Olympiques de Paris 2024, la deuxième de son pays. Après des hauts et des bas au cours d’une carrière fulgurante, Sarah Baum est fin prête à danser sur l'eau.

Par Claire Bonnot

Publié le 10 novembre 2023 à 12h11, mis à jour le 11 novembre 2023 à 16h01

« Un rêve devenu réalité ! D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé regarder les athlètes concourir aux Jeux Olympiques. J’ai toujours pensé que ce serait génial de dire un jour à ma famille que je suis une athlète olympique. La vie nous lance des défis insensés et, cette semaine, a été une montagne russe d’émotions. Je suis très fière de représenter mon pays, ma famille et mes amis ! »  

Éclaboussures d’émotions pour la surfeuse sud-africaine Sarah Baum, une blonde au sourire franc et à la carrure d’insubmersible. En juin dernier, lors des Jeux Mondiaux de Surf ISA 2023 au Salvador, elle décrochait sa qualification pour les JO de Paris 2024, devenant ainsi l’une des premières dans le monde des surfeurs à se qualifier pour la grande compét’ olympique, avec son compatriote, Jordy Smith. Elle décrochait ainsi la place réservée à une athlète africaine suite à sa qualification pour la cinquième manche de repêchage féminin.  

Un rêve que l’on imagine encore plus beau puisque c’est seulement depuis les précédents jeux, à Tokyo en 2021, que le surf glisse sur les couleurs olympiques. « Depuis toujours, j’aime regarder les athlètes aux Jeux olympiques et nous n’aurions jamais pensé que le surf en ferait partie. Je n’ai pas eu l’occasion de me qualifier pour les Jeux précédents au Japon, alors me qualifier pour Paris, c’est fantastique », racontait-elle au site sud-africain, Eyewitness News en juin 2023. Sarah Baum pourrait ainsi se classer parmi les pionnières olympiques en surf et entrer dans l’Histoire.

Pour les JO de Paris, le spot de surf déploiera toutes ses promesses à Tahiti, île aux sable blanc et cocotiers… Plus précisément, à Teahupo’o à la vague mythique, technique et puissante, qui accueille depuis 1997 une étape du circuit du championnat du monde de surf, le Billabong Pro Tahiti.  Et qui a vu des stars de la discipline comme Kelly Slater s’y frotter. La garantie d’un spectacle à couper le souffle ! 

Désormais basée en Australie, Sarah Baum est née et a grandi à Durban, en Afrique du Sud. « Ma famille aimait aller à la plage dès qu’elle le pouvait, j’ai donc grandi en aimant l’océan et en apprenant à le connaître dès mon plus jeune âge. Mon père adore le surf et m’a fait monter sur une planche quand j’avais 3 ans. À l’âge de 8 ans, j’ai appris à surfer et ma carrière a décollé ».

À 9 ans, ce petit poisson dans l’eau est recruté par l’équipementier Roxy South Africa qui s’engage pour les femmes dans le surf. Du pain sur la planche pour la jeune fille qui, à 14 ans, participe à des compétitions internationales telles que le Rip Curl GromSearch à Bells Beach, en Australie, où elle se classe troisième et elle manque de peu la qualification pour le Championship Tour à seulement 17 ans. À noter que cette compétition de la World Surf League (Ligue Mondiale du Surf) est la division d’élite du championnat du monde professionnel. Ainsi, seuls les trente-deux meilleurs surfeurs mondiaux sont qualifiés chaque saison pour y disputer la dizaine d’étapes du circuit. 

Sarah Baum est donc la petite surfeuse qui monte, qui monte, jusqu’à ce qu’elle se mette en retrait de la compétition. Une surprise pour le monde du surf, mais une nécessité pour elle qui ressent le besoin de se recentrer sur ses objectifs, de réfléchir à une nouvelle façon de mener sa carrière d’athlète. Ce sera donc un break salvateur avec les vagues avant une reprise époustouflante en 2019, année où elle remporte la Ballito Pro. Sarah Baum devenait ainsi la première femme sud-africaine à remporter cet événement depuis Nikita Robb en 2015.  

« Baumy » – comme elle se prénomme elle-même en signant ses posts Facebook et son compte instagram – is definitely back ! : « Je suis au sommet du monde ! Je suis tellement heureuse d’être à la maison entourée de mes amis et ma famille, je ne peux pas effacer ce sourire de mon visage», déclarait-elle alors. 

Aujourd’hui, en 2023, à moins d’un an des JO, Sarah Baum suit les traces de sa compatriote Bianca Buitendag, médaillée d’argent à Tokyo 2020. « J’ai grandi, confie-t-elle à Olympics.com, en surfant avec Bianca. Nous étions toujours au coude à coude dans chaque épreuve et à l’époque, nous avons toujours pensé qu’elle et moi serions sur le Championship Tour et peut-être aux JO en même temps. J’ai l’impression de le mériter, même si nous avons suivi des chemins différents. »

Et la voilà célébrant le good timing de sa carrière et sa persévérance : « J’ai tellement évolué. J’ai l’impression que c’est le moment de le faire et que tout se met en place. » La championne est prête à faire des vagues ! 

  • Pour plonger dans la grande aventure olympique avec Sarah Baum, c’est sur ses comptes Instagram et Facebook

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Laurence Fischer 5 infos pour briller en karatégi

Laurence Fischer : 5 infos pour briller en karatégi

Elle a marqué les tatamis et œuvre aujourd’hui au sein du ministère des Affaires étrangères pour faire du sport un outil d’influence, de développement et de reconstruction. Une sportive combinant grand cœur et mental de guerrière, ça valait bien un retour en 5 infos sur la carrière d’une des plus grandes karatékas du monde.

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
MARIE FRANCOISE POTEREAU

Marie-Françoise Potereau : « En matière de sport féminin, on est encore dans le trop peu ou le pas assez. »

C’est une militante. Depuis toujours. Marie-Françoise Potereau s’est engagée, très tôt, pour la reconnaissance du sport féminin. L’ancienne cycliste de haut-niveau, un temps à la tête de l’asso Femix ‘Sports, poursuit son ambition de faire bouger les lignes à travers ses casquettes de vice-présidente de la Fédération Française de Cyclisme et du CNOSF, en charge de Paris 2024 et de la mixité. Rencontre.

Lire plus »
Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier : « Je suis une athlète, certes, mais je suis aussi une femme, une sœur, une copine… il faut me prendre dans ma globalité. »

Lorsqu’elle lance le marteau, c’est avec une force aussi bien physique que mentale. Alexandra Tavernier, 28 ans au compteur, a un joli palmarès : médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, d’argent aux championnats d’Europe de Berlin en 2018, recordwoman de France avec un lancer de 75,38m. Pourtant, cette athlète sensible avoue sans détour les doutes, la dépression, le mal-être qui l’ont affaiblie. Aujourd’hui, elle est une autre et nous raconte. Échange percutant.

Lire plus »
Mondiaux de para athlétisme 2023 : en piste, les filles ! Typhaine Soldé

Mondiaux de para athlétisme 2023 : en piste, les filles !

Deuxième plus grande compétition paralympique internationale juste après les Jeux, les Championnats du monde de para athlétisme rassemblent, dès ce 8 juillet, l’élite de l’handisport au Stade Charléty, à Paris. Dix jours d’épreuves, dernier gros test avant les JOP 2024. Demandez le programme !

Lire plus »
Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Le 2 octobre, la foule de touristes sera remplacée par des sportifs tout en jambes sur la butte Montmartre et autour du Sacré-Cœur. La troisième édition de l’Urban Trail de la Fondation du Souffle accueillera 1000 volontaires, le tout pour la bonne cause. C’est déjà l’heure de s’inscrire !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner