Mondiaux de Surf 2022 Le récap' de la Tahiti Pro

Coupe du monde de Surf 2022, le récap' de la Tahiti Pro
Les championnats du Monde de surf viennent de boucler leur dixième étape à Teahupo'o, en Polynésie Française. Et, à domicile, les surfeuses tricolores ont brillé. De bon augure pour la suite des événements…

Par Alexandre Hozé

Publié le 23 août 2022 à 17h19

La rentrée approche, fini la plage ! Pour (presque) tout le monde, il va falloir ranger les maillots de bain. Mais certains ont la chance de travailler au fil de l’eau. Enfin, pas vraiment la chance, mais plutôt le talent. 

Les meilleurs surfeurs et surfeuses de la planète bleue s’approchent de l’échéance de cette saison. La dixième étape du Championship Tour de la World Surf League (WSL), les championnats du Monde de surf, s’est conclue ce dimanche 21 août du côté de Teahupo’o, en Polynésie Française.

L’enjeu pour certains était de valider leur ticket pour la finale, d’autres de profiter de cette dernière opportunité pour l’obtenir… 

Et les rebondissements n’ont pas manqué devant un public connaisseur. Johanne Defay, actuelle deuxième au général, était pressentie comme la tête d’affiche tricolore pour cette édition à domicile. Mais une surfeuse locale est venue jouer les trouble-fêtes… Évidemment, les spectateurs n’en ont été que plus emballés ! 

Johanne Defay

Vahine Fierro, bénéficiaire d’une wild-card, a profité d’un public complétement acquis à sa cause pour aller défier les meilleures surfeuses du moment. Et si elle perdit son premier tour, la championne du monde junior 2017 ne comptait pas laisser passer sa chance aux rattrapages. 

Face à elle, pour une place en quarts de finale… l’une des meilleures françaises de l’histoire planche aux pieds, Johanne Defay ! Une confrontation qui avait au moins le mérite d’assurer au public d’avoir quelqu’un à supporter le tour suivant. 

Habituée du spot, la locale Vahine Fierro ne s’est pas gênée pour bouleverser la hiérarchie du surf mondial. Johanne Defay s’incline face à sa jeune compatriote. Sans grande importance pour la Réunionnaise, d’ores et déjà qualifiée pour la grande finale de la Coupe. 

Vahine Fierro a de bonnes raisons d’avoir le sourire après son passage sur les vagues polynésiennes.

En revanche, pour Vahine Fierro, l’occasion était belle de prouver que sa place est parmi les meilleures. Car, après la deuxième mondiale, c’est à la première que la demoiselle s’est frottée. Carissa Moore domine cette saison, pour autant, face à une jeune et culottée locale, l’Hawaïenne s’est fait surprendre. 

Bien inspirée dans le choix de ses vagues, Vahine Fierro s’est ainsi qualifiée pour les demi-finales de l’événement. Un parcours incroyable, mais qui n’alla pas plus loin.

Brisa Hennessy, quatrième mondiale cette saison, se qualifiait pour la finale aux dépends de la jeune Polynésienne. Au finish, c’est l’Américaine Courtney Conlogue qui remporte la Tahiti Pro. 

Mais, peu importe, le public a été conquis par la fougue de Vahine Fierro. Et ce ne fut pas la seule raison de se réjouir pour les amateurs locaux de surf. Une Polynésienne peut cacher un Polynésien. 

Chez les messieurs, Kauli Vaast, également invité sur wild-card, a frôlé la victoire. Qualifié en finale, il aura maintenu en haleine le public jusqu’au bout de la vague. 

Des performances marquantes et de très bonne augure. Car c’est à ce même spot que la compétition de surf des Jeux Olympiques de 2024 se déroulera. En deux ans, les deux espoirs polynésiens vont avoir le temps de progresser… 

Mais, ne sautons pas les étapes. À plus court terme, c’est-à-dire à partir du 8 septembre, la grande finale de ces championnats du monde va avoir lieu à Trestles (Etats-Unis).

Et jamais une Française n’a été aussi bien placée pour remporter le titre suprême. Deuxième du général, Johanne Defay n’aura qu’un seul tour à passer avant d’accéder à la finale face à Carissa Moore. 

Au meilleur moment, le surf français se place au sommet de la vague. Affaire à suivre… 

Carissa Moore…©Antoine Bréard

Ouverture : Vahine Fierro

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Camille Lecointre

Camille Lecointre : « En voile, j’aime jouer avec l’incertitude, les éléments qu’on ne maîtrise pas… »

Matelot de l’équipe de France olympique en 470, dériveur en duo, médaillée de bronze aux JO, championne d’Europe et médaille de bronze aux Championnats du monde 2019, désignée Marin de l’année 2019 par la fédé de voile avec sa coéquipière Aloïse Retornaz, Camille Lecointre navigue avec sagesse et précision…sur l’eau, mais aussi dans la vie. Comme le vent l’emporte.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Arnaud Manzanini, le cycliste qui roule à l'extrême

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des ouvrages pour se réchauffer, un cycliste qui n’a pas froid aux yeux (Arnaud Manzanini sur notre photo), les prémices d’une course engagée, le portrait d’une représentante de l’olympisme, des rencontres avec une fille qui écrit l’histoire sur la patinoire, une autre qui l’a écrite sur les pistes et le témoignage d’une warrior. Récap’ de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Kiki Caron

Christine Caron : « Être porte-drapeau aux JO a été un grand pas pour le sport féminin. »

Elle a marqué, de manière indélébile, les deux campagnes olympiques auxquelles elle a participé. Christine Caron dite Kiki Caron, 73 ans le 10 juillet prochain, s’est adjugée l’argent du 100 mètres dos aux JO de Tokyo en 1964 avant de bousculer les codes en devenant porte-drapeau de la délégation française à Mexico, quatre ans plus tard. Une première mondiale pour les Jeux Olympiques d’été. Rencontre avec une icône qui a fait bouger les lignes, et pas uniquement dans les bassins.

Lire plus »
Colette Besson, la tornade de Mexico

Colette Besson, la tornade de Mexico

Personne ne misait sur elle. Colette Besson a pourtant mis le monde à ses pieds lors des Jeux de Mexico en 1968. Engagée sur 400 mètres, la protégée d’Yves Durand Saint-Omer s’est offert, en finale, une dernière ligne droite d’anthologie pour aller décrocher les lauriers olympiques. Portrait d’une athlète qui ne manque pas d’air.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner