Gaétan Alibert« Les femmes et le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

Gaétan Alibert : « Les femmes dans le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »
L’open de France de baseball féminin se jouait à Valenciennes la semaine dernière. Mais si on prolongeait le plaisir avec Gaétan Alibert ? Auteur passionné et passionnant d’une « Histoire populaire du baseball », il nous éclaire sur ce sport encore trop peu (re)connu en France, mais également sur quelques-unes de ses pionnières audacieuses. Et c’est de la balle !

Par Clotilde Boudet

Publié le 21 avril 2022 à 13h49, mis à jour le 23 juin 2022 à 13h30

Vous publiez l’« Histoire populaire du baseball »*, sous-titré : « 10 pionniers(ères) qui ont fait évoluer leur société à travers leur parcours hors norme ». Pourquoi cette odyssée ?

Dans les années 2000, je me suis mis à regarder pas mal d’animés japonais de sport. J’ai été entraîné dans l’histoire de Major, de son héros Goro Shigeno… et dans l’univers du baseball.

En 2008, j’ai déménagé à Paris et je me suis dit : une nouvelle ville, une nouvelle vie, pourquoi pas un nouveau sport ?

J’ai alors poussé la porte d’un club doyen du baseball français, le Paris Université Club, et j’ai accroché tout de suite.

C’est un sport avec une très grande richesse culturelle et historique, qui a été au centre – et c’est ce que je tente de montrer dans le livre – de nombreux enjeux sociaux et sociétaux.

Vous avez choisi d’écrire sur cinq pionniers, mais aussi cinq pionnières du baseball. L’égalité de traitement, c’était indispensable ?

Quand j’ai décidé de partir sur des portraits qui permettraient de couvrir une partie importante de l’histoire du baseball, j’ai souhaité la parité. Et puis je voulais vraiment retracer l’odyssée du baseball au féminin !

Je voulais parler de cette histoire qui, pendant très longtemps, était tombée dans l’oubli. D’ailleurs, dans mes recherches, ça a été parfois plus difficile de trouver des informations pour les portraits féminins que pour les portraits masculins…

Gaétan Alibert

S’il fallait résumer : l’arrivée des femmes dans le baseball, ce fut facile ou ce fut un combat ?

Ça a toujours été très compliqué, mais elles ont toujours été là. En 1866, au Vassar College, on voit apparaître la première équipe universitaire féminine… et le premier stop, du côté des parents : ‘‘Ah non, on ne veut pas que nos jeunes filles jouent à ce sport de garçon ’’. Et ça, ça résume pendant très longtemps l’histoire du baseball au féminin.

En revanche, il y a eu très tôt des tentatives pour le professionnaliser. La première fois que des femmes ont été payées pour jouer au baseball, c’était en 1875 !

Alors, il y avait bien sûr un côté « exhibition » : des femmes qui jouent au baseball, c’est incroyable et l’incroyable, ça attire ! Il y avait un côté : « On dérange les conventions, mais c’est pour faire du business ». Ce qui a permis à des femmes de jouer, y compris dans des équipes masculines.

Lizzie Alington, en 1898, a été la première femme à disputer un match dans les League mineurs. Il y avait une vraie avancée sociétale à voir des femmes jouer au baseball.

Mais à chaque fois qu’elles ont avancé, on a tenté de les stopper.

Lizzie Alington, en 1898.

Vous traitez plusieurs figures féminines du baseball, comment les avez-vous choisies ?

Ce que je voulais, femme et hommes compris, c’était pouvoir explorer, à travers ces personnalités, de nombreuses époques du baseball et de l’histoire contemporaine.

L’Américaine Edith Houghton était une pionnière dans les années 1920/1930. C’était une prodige du baseball et la première femme à être recruteuse à temps plein pour la MLB (Major League Baseball).

Effa Manley, dirigeante iconique des « Negro Leagues » -les ligues noires qui ont existé pendant la ségrégation- est la seule femme, encore aujourd’hui, à avoir été élue au baseball Hall of Fame. Ça, ce sont des noms qui se sont imposés comme une évidence.

Edith Houghton, une pionnière des années 1920/1930.

Pour d’autres, j’ai fait un peu plus de recherches. La Californienne Julie Croteau, par exemple, dans le chapitre consacré à la deuxième moitié du XXe siècle. Je l’ai choisie parce qu’elle est passée par une action judiciaire pour pouvoir jouer, pour pouvoir exister dans un monde soi-disant masculin (En 1987, elle attente un procès, qu’elle perdra, pour pouvoir intégrer l’équipe masculine de son lycée, Ndlr).

Son combat a rejoint les évolutions sociétales permises par le mouvement féministe post Seconde Guerre Mondiale, le fameux « Titre IX » de 1972 (amendement américain qui interdit toute discrimination sur la base du sexe, Ndlr). Elle, plus que toutes autres, est connectée à la grande histoire du monde.

L’histoire du baseball à travers une ex-joueuse emblématique, Julie Croteau, devenue entraîneure.

On apprend dans votre livre qu’on a essayé d’imposer aux femmes la pratique du softball plutôt que du baseball, pour quelles raisons ?

Ce qui est assez incroyable avec cette histoire, c’est qu’au départ le softball est un sport qui a été créé par hasard, à Chicago. L’idée, c’était de pouvoir jouer au baseball dans un gymnase quand il faisait froid. Dès l’année suivante, il s’est pratiqué en extérieur et s’est développé, mais « sans genre » !

C’est dans les années 30 que le softball va devenir le « baseball au féminin ». Jusqu’alors, certes, les femmes luttent pour jouer au baseball mais elles jouent !

Pendant la guerre, les femmes ont prouvé qu’elles pouvaient faire autre chose que mère ou épouse, qu’elles pouvaient avoir une utilité sociale. Et qui dit utilité sociale dit droits…

Donc, elles se sont attaquées au patriarcat, et il a réagi. Une de ces réactions a été de dire : les femmes ne peuvent pas jouer au baseball. Le baseball, c’était le sport des hommes, celui qui profite du grand terrain. Et le grand terrain, c’est la métaphore avec l’espace public et les lieux de pouvoir.

Ça n’est que depuis les années 2000, qu’on a commencé à faire tomber cette distinction de genre, mais elle existe toujours… On a vu aux derniers JO que le softball, c’était la discipline des femmes et le baseball la discipline des hommes…

Heureusement, dans l’univers du baseball aujourd’hui, c’est beaucoup moins figé que ça !

La Française Melissa Mayeux…©FFBS

Justement, de nos jours, diriez-vous que les femmes se sont fait une place pérenne dans le baseball ?

Dans les années 90, après Julie Croteau, d’autres pionnières sont apparues. Leur arrivée sur les terrains correspond aussi à la mise en avant de l’histoire de la All-American Girls Professional Baseball League entre 1943 et 1954. Le baseball féminin renaît à ce moment-là.

Ensuite, peu à peu, il va prendre une certaine importance. On a des joueuses qui continuent à endosser des rôles de pionnières, comme la Japonaise Eri Yoshida ou la Française Mélissa Mayeux, première femme au monde à apparaître sur les listes d’éligibilité de la MLB en 2015…

En France, les règles ont évolué aux alentours de 2010, justement pour pouvoir permettre aux femmes de jouer. Avant ça, elles pouvaient jouer en mixte jusqu’à leurs 16 ans mais, après, elles devaient choisir entre arrêter ou aller au softball.

Grâce à Mélissa Mayeux, mais aussi au travail de beaucoup de bénévoles et de clubs, la fédération a changé les règles. Désormais, c’est assez commun de voir des équipes régionales avec plusieurs femmes dans leur effectif.

On a même maintenant des équipes féminines comme les Bats dans la région de Lyon ! Aujourd’hui, le baseball féminin existe, il est bien structuré. Et, petit à petit, il continue de grandir…

* « Histoire populaire du baseball », 17 mars 2022, éditions Blacklephant

Ouverture ©FFBS

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Running

Si on tentait un marathon fractionné ?

Le #42HealthyRunningDays est lancé ! Un top départ donné à l’issue de la journée internationale de la santé, le 7 avril dernier. Késako ? Portés par la motivation, le bien-être et la santé, les coureurs se lancent le défi de réaliser 42 kilomètres en 42 jours. À leur rythme. Ainsi, l’application Running Care propose une toute nouvelle version du marathon pour les plus démotivés. Explications.

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme oiseau qui prend son envol, deux basketteuses prêtent pour un rêve américain, une actrice nouvelle star du fitness (Kate Hudson sur notre photo), une combattante bientôt aux JO, le sport en question ou deux initiatives qui prennent leur pied, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois le breakdance… féminin

Il était une fois le breakdance… féminin

Née dans les rues du Bronx dans les seventies, cette danse acrobatique voit s’affronter des « crew » sur le bitume et sur les pistes à coups de mouvements saccadés. Et les Bgirls y font bonne figure. Petite histoire du breaking conjugué au féminin.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou : 5 infos pour briller en kimono

Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner