Rechercher

C'est vrai qu'il y a des sports pour les filles et des sports pour les garçons ?

C'est vrai qu'il y a des sports pour les filles et des sports pour les garçons ? La question qui tue kids
Depuis que tu as mis Tim à la danse et Daphné à la boxe, force est de constater que les avis non sollicités fusent. Apparemment, il y a des sports de filles et des sports de garçons… Ça se vérifie scientifiquement cette ânerie ?

Par Clotilde Boudet

Publié le 05 mars 2024 à 16h25

L’inégalité homme-femme dans le sport passe avant tout par des a priori. « Les filles sont forcément moins douées au lancer de poids, c’est un sport de mecs ». « Un homme qui danse ne sera jamais aussi gracieux qu’une femme »… Et on ne te parle même pas de l’argument sexiste par excellence : « On n’y peut rien si les hommes sont physiquement plus forts que les femmes ». Il est vrai que filles et garçons ont un métabolisme différent. So what ?

D’ailleurs, ces différences se développent particulièrement pendant la puberté. Une fois adulte, la masse musculaire constitue en moyenne 35 % de la masse totale d’un homme, contre 28 % d’une femme. Injuste ? Non, c’est simplement la vie ! Et ça n’empêche en rien les femmes et les hommes de pratiquer les mêmes sports, chacun-chacune avec ses capacités.

©Shutterstock

Nous, ici, on se bat pour casser les stéréotypes de genre, et donc les discriminations. Si la société évolue, ces stéréotypes et discriminations sont encore particulièrement présents dans le milieu du sport. En 2023 par exemple, le sport le plus pratiqué en France est le football. Cette année, la Fédération Française de Football (FFF) a remis 1 866 702 licences. La part d’hommes ? 1 597 335. Voilà.

Cette vision sexuée du sport, elle remonte à l’époque de la création de la récré. Aujourd’hui encore, il est courant de voir les filles d’un côté et les garçons de l’autre… jouant au football. Et gare à celle qui voudrait venir tâter le ballon : « le foot, c’est pour les garçons ! ».

Mais alors la faute à qui si l’on a décidé que tel sport était féminin et tel autre masculin ? Hé bien pas à la science !

©Shutterstock

En 2017, le journal La Croix interviewait Julian Jappert, président du ‘‘think tank’’ Sport et Citoyenneté. À la question ‘‘Pourquoi parle-t-on de sports de filles et de sports de garçons ?’’, il affirmait : « De la même manière que les petits garçons et les petites filles ne se tournent pas naturellement vers le bleu ou le rose, ils ne choisissent pas non plus spontanément des sports en fonction de leur sexe. Ce sont les parents, l’école et la société en général qui orientent leurs choix vers des sports dits masculins ou féminins. »

Des propos que nuance la docteure en psychologie sociale Anne Dafflon Novelle, sur le site du média suisse Le Temps. Selon elle : « Jusque vers ses 5 ans, un enfant considère qu’il est un garçon ou une fille en fonction de ce qu’il fait. Passez une jupe à un garçon et il considérera être devenu une fille. Aussi, à peu près à l’âge où ils commencent un premier sport, les enfants refusent catégoriquement de s’engager dans une activité associée à l’autre genre. ».

©Shutterstock

Qu’il y ait une forme de déterminisme, une réaction neuronale naturelle ou une pression sociale… Comment on brise ces foutues inégalités ? Est-ce qu’on interdit à notre bout de chou de faire du rugby sous prétexte qu’il est un garçon ? Est-ce qu’on oblige notre future championne de natation à brûler ses maillots roses ? La réponse est non, évidemment !

L’essentiel, c’est de diversifier les activités physiques des enfants. Le petit dernier ne jure que par le foot ? Pas de souci ! Mais ne l’enfermez pas dans cette passion, laissez-lui la possibilité d’en changer – en expérimentant d’autres pratiques, par exemple.

On peut aussi offrir à nos enfants des modèles mixtes. Si votre petit Mehdi aime tant le foot que ça, on invite toute la famille à regarder le tournoi féminin de football des JO de Paris 2024 ! Il est prévu du 25 juillet au 10 août 2024.

Ça prouvera à Mehdi que les filles aussi peuvent toucher le ballon… et ça donnera peut-être envie à sa sœur d’enfiler des crampons (oui, roses si ça lui fait plaisir).

Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Eve Périsset, à force de détermination

Eve Périsset, à force de détermination

La constance paye. Grâce à ses années d’expérience dans différents clubs, Eve Périsset est toujours à la lutte pour une place de titulaire avec les Bleues. Sa polyvalence, ses ambitions et sa (déjà) grande connaissance du terrain ont fait la différence.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner