Virginie : « Nous, les filles, dans le sport comme ailleurs, pour être respectées, il faut sans cesse prouver ce qu’on a dans le ventre ! »

Journaliste sportive, 42 ans

Virginie Petrus

Propos recueillis par Valérie Domain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

«  Je ne viens pas d’une famille de sportifs, on ne regardait pas de compétitions à la télé, personne ne m’a jamais incitée à faire du sport. J’habitais une cité HLM, à côté de Tours, où les filles ne sortaient pas beaucoup, restaient jouer chez elles avec leurs poupées.

Mais moi, j’étais une gamine énergétique et je regardais les garçons s’amuser dehors avec envie. J’ai fini par descendre taper dans le ballon avec eux en bas de l’immeuble.

Mon frère n’aimait pas trop m’avoir dans les pattes, mais ses copains me toléraient plutôt bien, parce que j’étais compétitrice, volontaire, je n’étais pas un boulet.

«  Je n’ai jamais été un garçon manqué, je jouais au foot en robe ! »

A l’école, c’était pareil, j’étais la seule fille au milieu des garçons, à jouer aux billes, au foot…

Ça posait d’ailleurs plus de problèmes aux filles qu’aux gars car j’étais privilégiée  : les copines convoitaient les beaux garçons et moi j’étais pote avec eux ; on partageait les images Panini, les posters de footballeurs, j’avais avec eux un sujet de conversation qu’elles n’avaient pas. Pour autant, je n’ai jamais été un garçon manqué, je jouais au foot en robe !

Virginie Petrus

Malgré tout ça, moi, le petit gabarit, la fille fluette, on me jugeait constamment sur mon apparence. Je devais toujours faire mes preuves avant qu’on me choisisse dans une équipe.

Nous les filles, pour être respectées, il faut sans cesse prouver ce qu’on a dans le ventre.

La première impression, c’est  : « Qu’est-ce qu’elle fait là ? » On est rarement légitimes tout de suite. Pour qu’on te fasse confiance, il faut que tu oses.

Gamine, ça me décevait, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Mais j’avais un caractère fort, j’y allais, je ne me décourageais pas, je me disais : «  Tu penses que je n’en suis pas capable ? Tu vas voir ce que tu vas voir ! »

« Je voulais faire du foot, mais il n’y avait pas d’équipe féminine. On me disait : « Attends qu’une équipe de filles se crée ! » Ça n’a jamais été le cas ! »

Mes idoles, c’était Michael Chang, Bruce Lee, Jonathan Edwards, Colin Jackson, Bixente Lizarazu. Tous des hommes. Je ne me suis jamais posé la question de savoir pourquoi je n’avais pas de sportives pour rôles-modeles.

En même temps, les femmes étaient moins médiatisées, on ne leur donnait pas la parole. Mais celles que je connaissais ne m’inspiraient pas.

Ce n’est pas une question de genre, je pense. J’aime avant tout les belles histoires de vie et ces hommes-là avaient tous un parcours particulier.  

Virginie Petrus

Je suis arrivée assez tard dans un club, à 14 ans. J’avais peur de quitter la maison, et j’étais assez timide finalement, pas grande gueule, pas leader, juste contente qu’on m’accepte comme je suis  : sportive mais néanmoins féminine.

Je voulais faire du foot, mais il n’y avait pas d’équipe féminine. Et on ne m’a jamais proposé de jouer avec les garçons. On me disait : « Attends qu’une équipe de filles se crée  ! » Ça n’a jamais été le cas.

J’ai alors commencé le tennis. Là, on était en groupe mixte, selon les niveaux. Ça m’a plu, j’ai atteint un classement bien plus haut que ce qu’on m’avait prédit. Encore une fois, personne ne s’y attendait. Je pratique toujours le tennis aujourd’hui.

« La course c’est la liberté mentale, ça lave la tête. C’est véritablement une quête de toi-même. »

La course à pied, c’est venu plus tard. Il y a 8 ans, j’ai décidé de courir, c’était cool, je n’avais pas besoin de trouver un partenaire, j’en faisais quand je voulais, à n’importe quel moment. Et comme je suis toujours motivée pour faire du sport, je cours seule, à l’envie.

La course c’est la liberté mentale, ça lave la tête. Contrairement aux autres sports où tu dois davantage réfléchir à la coordination ou la technique, tu peux te défouler sans penser à rien, sans pour autant faire un chrono. Et si tu performes, ta performance, elle est pour toi toute seule, c’est toi face au chrono. Ce n’est pas lié à quelqu’un d’autre, à l’adversaire ou au reste de l’équipe.

Tu sais que tu as donné le meilleur de toi ou pas, à toi d’analyser ta course, c’est une victoire ou un échec perso par rapport à tes propres objectifs. Lors d’un run, t’es face à toi-même.

Virginie Petrus

Je me suis inscrite à mon premier 20 km en 2013. Je sortais d’une histoire amoureuse difficile, j’ai voulu relever un challenge. Personne n’y croyait autour de moi, même s’ils étaient tous là pour me soutenir  !

Ensuite, j’ai tenté et réussi mon premier marathon. Mon but  : finir et si possible en moins de 4 heures. Finalement, j’ai passé la ligne d’arrivée après 3h42 de course.

Puis, je me suis lancée dans le trail. Le trail, ça me plait, t’es dans la nature et face à la dureté de l’épreuve, tu vas au bout, c’est véritablement une quête de toi-même. Je suis une pile électrique, je suis contente d’aller souffrir, parce que je me sens tellement bien après ! Mettre à l’épreuve ses capacités physiques, ça prouve que l’on est vivant.

« Quand je vois des femmes en surpoids qui réussissent leur pari en finissant la course avec des supers chronos, j’ai les larmes aux yeux. »

Je ne suis pas dans la recherche d’un beau corps ; être tonique, musclée, c’est la cerise sur le gâteau. Je recherche surtout les émotions et la liberté. Aux gens qui ne bougent pas et qui n’ont pas de gros problèmes de santé, je dis : « Vous avez la chance de pouvoir courir, de pouvoir faire du sport, allez-y ! » Ça soigne les maux physiques et psychologiques.

Ce n’est pas une question d’avoir ou non un profil de sportif, on peut tous l’avoir.

Quand je vois des femmes en surpoids qui réussissent leur pari en finissant la course avec des supers chronos, ou celles qui parviennent à faire du sport dans des pays où c’est interdit, j’ai les larmes aux yeux.

Virginie Petrus

Parfois, je croise des filles qui commencent le running, ça se voit car c’est dur, elles n’ont pas la technique, je meurs d’envie d’aller courir à côté d’elles et de les booster, c’est magique  !

D’ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi je n’étais pas devenu coach sportive.  J’ai la motivation pour 10 000 personnes  ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Géraldine Rey

Géraldine Rey : « Dans le désert, on est toutes sur un pied d’égalité. »

Une baroudeuse, une femme sensible et volontaire. Une rêveuse aussi. Mais pas que. Sur les pistes comme au boulot, la créatrice de rallyes 100% féminins dont le Trophée Roses des Sables, est une boule d’énergie. Passionnée d’automobile, Géraldine Rey encourage les femmes à se surpasser en 4X4 ou à moto. Parce qu’elle en est sûre : femmes au volant, époustouflantes au tournant !

Lire plus »
course a pied

Running : cours toujours…tu m’intéresses !

Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d’événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin