Virginie : « Nous, les filles, dans le sport comme ailleurs, pour être respectées, il faut sans cesse prouver ce qu’on a dans le ventre ! »Journaliste sportive, 42 ans

Virginie Petrus

Propos recueillis par Valérie Domain

Publié le 12 juin 2020 à 19h03, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h22

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

«  Je ne viens pas d’une famille de sportifs, on ne regardait pas de compétitions à la télé, personne ne m’a jamais incitée à faire du sport. J’habitais une cité HLM, à côté de Tours, où les filles ne sortaient pas beaucoup, restaient jouer chez elles avec leurs poupées.

Mais moi, j’étais une gamine énergétique et je regardais les garçons s’amuser dehors avec envie. J’ai fini par descendre taper dans le ballon avec eux en bas de l’immeuble.

Mon frère n’aimait pas trop m’avoir dans les pattes, mais ses copains me toléraient plutôt bien, parce que j’étais compétitrice, volontaire, je n’étais pas un boulet.

«  Je n’ai jamais été un garçon manqué, je jouais au foot en robe ! »

A l’école, c’était pareil, j’étais la seule fille au milieu des garçons, à jouer aux billes, au foot…

Ça posait d’ailleurs plus de problèmes aux filles qu’aux gars car j’étais privilégiée  : les copines convoitaient les beaux garçons et moi j’étais pote avec eux ; on partageait les images Panini, les posters de footballeurs, j’avais avec eux un sujet de conversation qu’elles n’avaient pas. Pour autant, je n’ai jamais été un garçon manqué, je jouais au foot en robe !

Virginie Petrus

Malgré tout ça, moi, le petit gabarit, la fille fluette, on me jugeait constamment sur mon apparence. Je devais toujours faire mes preuves avant qu’on me choisisse dans une équipe.

Nous les filles, pour être respectées, il faut sans cesse prouver ce qu’on a dans le ventre.

La première impression, c’est  : « Qu’est-ce qu’elle fait là ? » On est rarement légitimes tout de suite. Pour qu’on te fasse confiance, il faut que tu oses.

Gamine, ça me décevait, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Mais j’avais un caractère fort, j’y allais, je ne me décourageais pas, je me disais : «  Tu penses que je n’en suis pas capable ? Tu vas voir ce que tu vas voir ! »

« Je voulais faire du foot, mais il n’y avait pas d’équipe féminine. On me disait : « Attends qu’une équipe de filles se crée ! » Ça n’a jamais été le cas ! »

Mes idoles, c’était Michael Chang, Bruce Lee, Jonathan Edwards, Colin Jackson, Bixente Lizarazu. Tous des hommes. Je ne me suis jamais posé la question de savoir pourquoi je n’avais pas de sportives pour rôles-modeles.

En même temps, les femmes étaient moins médiatisées, on ne leur donnait pas la parole. Mais celles que je connaissais ne m’inspiraient pas.

Ce n’est pas une question de genre, je pense. J’aime avant tout les belles histoires de vie et ces hommes-là avaient tous un parcours particulier.  

Virginie Petrus

Je suis arrivée assez tard dans un club, à 14 ans. J’avais peur de quitter la maison, et j’étais assez timide finalement, pas grande gueule, pas leader, juste contente qu’on m’accepte comme je suis  : sportive mais néanmoins féminine.

Je voulais faire du foot, mais il n’y avait pas d’équipe féminine. Et on ne m’a jamais proposé de jouer avec les garçons. On me disait : « Attends qu’une équipe de filles se crée  ! » Ça n’a jamais été le cas.

J’ai alors commencé le tennis. Là, on était en groupe mixte, selon les niveaux. Ça m’a plu, j’ai atteint un classement bien plus haut que ce qu’on m’avait prédit. Encore une fois, personne ne s’y attendait. Je pratique toujours le tennis aujourd’hui.

« La course c’est la liberté mentale, ça lave la tête. C’est véritablement une quête de toi-même. »

La course à pied, c’est venu plus tard. Il y a 8 ans, j’ai décidé de courir, c’était cool, je n’avais pas besoin de trouver un partenaire, j’en faisais quand je voulais, à n’importe quel moment. Et comme je suis toujours motivée pour faire du sport, je cours seule, à l’envie.

La course c’est la liberté mentale, ça lave la tête. Contrairement aux autres sports où tu dois davantage réfléchir à la coordination ou la technique, tu peux te défouler sans penser à rien, sans pour autant faire un chrono. Et si tu performes, ta performance, elle est pour toi toute seule, c’est toi face au chrono. Ce n’est pas lié à quelqu’un d’autre, à l’adversaire ou au reste de l’équipe.

Tu sais que tu as donné le meilleur de toi ou pas, à toi d’analyser ta course, c’est une victoire ou un échec perso par rapport à tes propres objectifs. Lors d’un run, t’es face à toi-même.

Virginie Petrus

Je me suis inscrite à mon premier 20 km en 2013. Je sortais d’une histoire amoureuse difficile, j’ai voulu relever un challenge. Personne n’y croyait autour de moi, même s’ils étaient tous là pour me soutenir  !

Ensuite, j’ai tenté et réussi mon premier marathon. Mon but  : finir et si possible en moins de 4 heures. Finalement, j’ai passé la ligne d’arrivée après 3h42 de course.

Puis, je me suis lancée dans le trail. Le trail, ça me plait, t’es dans la nature et face à la dureté de l’épreuve, tu vas au bout, c’est véritablement une quête de toi-même. Je suis une pile électrique, je suis contente d’aller souffrir, parce que je me sens tellement bien après ! Mettre à l’épreuve ses capacités physiques, ça prouve que l’on est vivant.

« Quand je vois des femmes en surpoids qui réussissent leur pari en finissant la course avec des supers chronos, j’ai les larmes aux yeux. »

Je ne suis pas dans la recherche d’un beau corps ; être tonique, musclée, c’est la cerise sur le gâteau. Je recherche surtout les émotions et la liberté. Aux gens qui ne bougent pas et qui n’ont pas de gros problèmes de santé, je dis : « Vous avez la chance de pouvoir courir, de pouvoir faire du sport, allez-y ! » Ça soigne les maux physiques et psychologiques.

Ce n’est pas une question d’avoir ou non un profil de sportif, on peut tous l’avoir.

Quand je vois des femmes en surpoids qui réussissent leur pari en finissant la course avec des supers chronos, ou celles qui parviennent à faire du sport dans des pays où c’est interdit, j’ai les larmes aux yeux.

Virginie Petrus

Parfois, je croise des filles qui commencent le running, ça se voit car c’est dur, elles n’ont pas la technique, je meurs d’envie d’aller courir à côté d’elles et de les booster, c’est magique  !

D’ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi je n’étais pas devenu coach sportive.  J’ai la motivation pour 10 000 personnes  ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »

Y a-t-il une vie après le sport ?

Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Lire plus »
Jeanne Richard

Jeanne Richard : « En biathlon, je peux partir très loin dans ma tête. »

Elle fonce avec la fougue de sa jeunesse et vise juste. Jeanne Richard est la biathlète française à suivre à la trace. Doublement médaillée aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, la haut-savoyarde vient de se placer en première place des Championnats du monde jeunes de biathlon. Fraîcheur, plaisir et récompenses, Jeanne Richard a trouvé son sport-épanouissement !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner