Julie Chupin Elle tire dans le mille pour le handisport

Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport
Amputée de la jambe gauche à l’aube de la trentaine, elle a réussi à trouver une nouvelle cible de vie : le tir à l’arc à haut niveau. Athlète handisport depuis seulement sept ans, championne de France handisport et 5e mondiale, Julie Chupin, 38 ans, se charge de « prendre du plaisir à tirer les bonnes flèches » pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2021.

Par Claire Bonnot

Publié le 27 août 2021 à 16h16, mis à jour le 06 mars 2022 à 19h07

C’est par un drame que la vie sportive de Julie Chupin a débuté. En 2011, à l’âge de vingt-huit ans, alors qu’elle est en moto, cette jeune cuisinière est victime d’un grave accident de la route.

Elle perd alors sa jambe gauche, amputée. Elle la surnomme, depuis, sa « jambe de robot » ou sa « petite jambe », dédramatisant la situation avec un courage qui force l’admiration.

C’est que Julie Chupin a un grand appétit de la vie. Sa devise ? « La vie est trop courte, vis là. »

©Luc Percival

Alors accidentée de la vie, elle découvre la discipline du tir à l’arc, en 2014, suite à un séjour de deux ans en centre de rééducation. C’est la providence qui passe par là… et le sport qui la sauve.

Pourtant, elle n’a jamais été une grande sportive : « Le sport et moi, ça faisait deux. La seule activité que je pratiquais, c’était la natation », confie-t-elle dans Ouest-France.

C’est un entraîneur national de tir à l’arc, Anthony Rigault, missionné par la Fédération française handisport, qui, cherchant à former des athlètes féminines en vue des Jeux de Rio de 2016, la contacte.

Le comité handisport des Deux-Sèvres l’oriente alors vers l’établissement où Julie Chupin fait sa rééducation.

©Luc Percival

La réaction de la demoiselle ? « Qu’est-ce qu’il veut celui-là ? Il me parle de tir à l’arc, de Jeux Paralympiques, je n’y comprenais rien, je n’y croyais pas », continue-t-elle dans Ouest France.

Elle s’y essaye pourtant, se prend au jeu et…de passion. La suite est un conte de fées : Anthony Rigault devient son entraîneur et son mari, l’embarquant vers les plus hauts sommets de ce sport d’adresse…

Première compétition en 2014 puis premier Championnat de France en 2015 et sélection en équipe de France la même année. La machine est lancée !

©Luc Percival

Celle qui pratique l’arc à poulies ne cesse de progresser sur les compétitions internationales prenant la neuvième place aux Championnats du monde en 2019, devenant championne de France en 2021 et se classant en cinquième position sur le plan mondial.

À Tokyo, elle est la touche féminine de l’équipe de France des archers handisport et dispute ainsi ses tout premiers Jeux Paralympiques.

Si elle a toutes ses chances de médaille et rêve d’en ramener une à la maison, elle souhaite avant tout prendre du plaisir à tirer les bonnes flèches !

Le sport de haut niveau comme promesse d’une nouvelle vie : par son implication, ses succès et sa détermination, Julie Chupin est l’exemple même que le handicap n’empêche pas de « réaliser ce que l’on souhaite ». Une athlète 100 % ÀBLOCK !

  • Julie Chupin s’est classée cinquième des Jeux Paralympiques de Tokyo en arc à poulie et a déjà Paris 2024 dans sa ligne de mire.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

À vos marques, partez... sur les pistes !

À vos marques, partez… sur les pistes !

Ce samedi 29 janvier, dans la station des 7 Laux, aura lieu la première édition du Trail Blanc. Une course nocturne, à pied, sur les montagnes enneigées afin de se dépasser dans une bonne ambiance qui mêlera dépassement de soi et chutes en tout genre.

Lire plus »
Jeux des jeunes

Jeux des jeunes, c’est (bien) parti !

Y a urgence. À l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) vient de lancer un programme de sensibilisation de la pratique du sport chez les jeunes. En partenariat avec l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) et l’UGSEL (Fédération sportive éducative de l’enseignement catholique), il espère ainsi faire bouger une nouvelle génération de plus en plus sédentaire.

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Le Top 10 de la Culture Handisport

Le Top 10 de la Culture Handisport

Les Jeux Paralympiques de Pékin battent leur plein. Il est plus que temps de se pencher sur la biblio-vidéo-audio-thèque idéale pour tout, tout, tout savoir sur le handisport, ses héros et héroïnes qui dépassent des limites souvent inimaginables. Go !

Lire plus »
louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Elle a su rider son snowboard jusqu’aux JO de Pékin. À tout juste 23 ans et après une foule de podiums en championnats de France, Coupes du monde et Jeux Olympiques de la jeunesse, la haute-savoyarde d’origine, Manon Petit-Lenoir, est une fonceuse qui glisse à l’adrénaline et a su se relever d’une (très) mauvaise chute pour reprendre le flambeau du sport de (très) haut niveau. Conversation avec une fille qui planche tous les jours pour gagner.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner