Rechercher

Si j’ai des courbatures, est-ce que je dois faire une pause dans ma routine sportive ?

Si j’ai des courbatures, est-ce que je dois faire une pause dans ma routine sportive ? La question qui tue
Les courbatures, c’est un peu la gueule de bois des sportives et sportifs. Un truc qui ne te donne pas envie de recommencer le lendemain… D’ailleurs, quand on a les muscles endoloris par l’effort de la veille, la logique voudrait qu’on se repose, non ? C'est encore à voir...

Par Clotilde Boudet

Publié le 22 avril 2022 à 19h41

Pour répondre à cette question il faut déjà bien comprendre d’où viennent ces douleurs. Alors, fais ton introspection !

Les courbatures peuvent s’expliquer par l’accumulation d’acide lactique. Cette substance se forme dans les fibres musculaires, durant un effort, lorsque le muscle set met à manquer d’oxygène. Dans ce cas-là, « le fait de rester actif permet d’éliminer plus rapidement les déchets dans les muscles », selon le médecin du sport à l’INSEP Laurent Winkler 

Faire un entraînement d’intensité faible, ce qu’on appelle de « la récupération active », permettra aux muscles de se réoxygéner. Par exemple, si tu as travaillé les cuisses et que tu as du mal à t’asseoir sur une chaise, un peu de vélo (en salle ou en extérieur) devrait te soulager. La natation marche aussi très bien !  Arrête de lever les yeux au ciel, c’est pour ton bien !

©Shutterstock

Les courbatures peuvent aussi être le résultat de micros lésions survenues suite à un effort très intense. Celles-ci, moins on est entrainé plus on a de chance de les sentir passer. Oui, on sait, « micro lésions », dit comme ça, ça n’a l’air ni normal ni cool… Mais en fait, elles sont nécessaires. C’est en réparant ces lésions que le corps va produire de nouveaux tissus musculaires. 

Mais du coup, est-ce qu’on ne le laisserait pas tranquille durant ce processus de cicatrisation ? Oui et non. Refaire une séance intense sur des grosses courbatures pourraient agrandir ces mini-lésions et les transformer en déchirures. Mais là encore, la récupération active  pourrait te soulager. Mais si, puisqu’on te le dit !

©Doremi/Shutterstock

Laurent Winkler l’affirme : « Il n’y a rien qui empêche de faire du sport avec des courbatures, mais il faut simplement gérer les doses en diminuant l’intensité par rapport à la séance précédente». Quoi qu’il en soit, la récupération musculaire prend entre 48 et 72 heures.

Du coup, courbatures ou non, ta routine hebdomadaire doit compter un jour de repos, tous les deux ou trois jours d’entraînement. Tu sais tout.

Ouverture ©Shutterstock

D'autres épisodes de "Les dessous du fitness"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Justine Wong-Orantes

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une volleyeuse de haut-vol (Justine Wong-Orantes sur notre photo), une ex-infirmière crossfiteuse devenue coach mentale pour cause de burn-out sportif ou une reine du disque qui va entrer en piste pour ses 7e Jeux Olympiques, c’est le best de la semaine !

Lire plus »
bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner