Rechercher

Lella Lombardi La pilote qui a pris le volant pour entrer dans l'Histoire

Lella Lombardi, une pilote pour l'histoire
Elle a prouvé que volant entre les mains, elle était l'égale des meilleurs. Seule femme à avoir obtenu des points lors du championnat du monde de Formule 1, Lella Lombardi était une pilote hors du commun. Portrait de celle qu'on surnommait « la tigresse de Turin ».

Par Alexandre Hozé

Publié le 16 novembre 2023 à 18h06, mis à jour le 28 mars 2024 à 10h05

27 avril 1975. Une date gravée sur l’asphalte à jamais. Ce jour-là, le monde de la Formule 1 est témoin de la performance historique de Lella Lombardi, première et (pour le moment) seule femme à être classée lors d’un Grand Prix au championnat du monde de F1. 

C’est donc ce jour-là, sur le circuit d’Espagne, que cette Italienne de poche de 1,63m a tiré son épingle du jeu. Dans des conditions si difficiles que la course n’est pas arrivée à son terme, la pilote boucle à la sixième place au terme du Grand Prix. 

À cette époque, le règlement est différent : seules les six premières places sont synonymes de points et, quand une course est raccourcie de plus de sa moitié, les points obtenus par les pilotes sont divisés par deux. C’est donc avec ses 0,5 points que Lella Lombardi devient la première femme à figurer dans le classement du championnat du monde de Formule 1. 

Sans doute le plus grand accomplissement d’une carrière pourtant très riche en succès. 

©Wikipédia

Née le 2 mars 1941 à Frugarolo, la jeune Lella choisit rapidement sa voie. La vitesse, elle adore, et la compétition tout autant. Sa course effrénée dans le sport automobile se lance classiquement au volant d’un kart. 

Et à partir de cet instant où elle vibre comme jamais, plus rien ne sera en capacité de la ralentir. En Formule 850 italienne, Lella Lombardi est au top. En Formule 3, bis repetita ! Peu importe la taille du moteur, la pilote démontre que volant entre les mains, elle peut faire aussi bien, voire encore mieux, que n’importe quel homme. 

Et elle va avoir d’autres opportunités de le démontrer… 

En 1974, elle participe au championnat européen de Formule 5000. Une dernière étape avant le stade ultime… Une fois de plus très performante, Lella Lombardi se voit donner sa chance en Formule 1. L’écurie Braham croit en elle et lui offre un volant pour le Grand Prix de Grande-Bretagne de 1974. 

©Wikipédia

Si la pilote italienne ne sort pas des qualifications, il n’en reste pas moins que sa place est dans une Formule 1 pour les saisons à venir. C’est l’écurie March qui va avoir le nez fin et faire confiance à cette grande dame du bitume. 

Une confiance qui sera amplement justifiée lors de la saison 1975. Le meilleur résultat de Lella Lombardi est sa sixième place en Espagne, mais n’oublions pas également sa très belle course en Allemagne qu’elle conclut à la septième position. Personne ne peut plus affirmer le contraire : Lella Lombardi assure sur l’asphalte. 

Pour autant, le championnat du monde de Formule 1 de 1976 sera son dernier. Malgré des résultats très honorables, les écuries se détournent de la pilote qui a pourtant fait ses preuves. Une déception, même s’il en faut beaucoup plus pour arrêter Lella Lombardi. 

©Wikipédia

En parallèle de sa carrière en F1, la pilote participait également au championnat du monde d’endurance. Et cette discipline, Lella Lombardi ne l’a pas lâchée. En 1977, elle termine à la onzième place des 24 heures du Mans avec la Belge Christine Beckers, le deuxième meilleur résultat pour une équipe 100 % féminine. 

Au total, elle a participé à quatre reprises à cette mythique course française entre 1975 et 1980. Vous pouvez ajouter à cela une participation aux 1000 kilomètres de Monza en 1975. Mais les points d’orgues de sa carrière en endurance arrivent un peu plus tard. En 1979, Lella Lombardi remporte deux courses : les 6 heures de Pergusa et de Vallelunga. Et deux ans plus tard, c’est lors des 6 heures de Mugello qu’elle va chercher un troisième succès dans ce championnat. 

1981 sera également l’année de sa retraite de l’endurance. À 40 ans, Lella Lombardi fait le choix de basculer dans le championnat d’Euro Tourisme. Un championnat dans lequel elle brillera jusqu’en 1988. Avant que sa santé fragile ne la rattrape et la contraigne à cesser de piloter. 

©Wikipédia

Mais peu importe les obstacles, toutes les routes empruntées par la légende italienne mènent au sport automobile. Elle fonde sa propre écurie automobile, la Lombardi Autosport. Un dernier fait d’armes ô combien symbolique de la force de caractère de la championne. 

Le 3 mars 1992, à quelques jours de ses 51 ans, Lella Lombardi s’éteint des suites d’un cancer. Mais son héritage perdure. Aujourd’hui, seulement cinq femmes ont été des pilotes officielles de Formule 1. Des noms entrés dans la légende du sport : Maria Teresa de Filippis en 1958 et 1959, Divina Galica en 1976 et 1978, Désiré Wilson en 1980, Giovanna Amati en 1992, et donc Lella Lombardi, de 1974 à 1976. 

Entre ces cinq pilotes d’exception, une seule a terminé dans les points au moins une fois. Une seule a pris part à douze départs de Grand Prix du championnat du monde de Formule 1. Une pilote de génie venue du nord de l’Italie et qui a toujours cru en elle. 

Aujourd’hui, nous pouvons toujours l’affirmer : Lella Lombardi est la meilleure pilote féminine de Formule 1 de l’histoire. Une pionnière qui a vécu à deux-cents à l’heure. 

Ouverture: ©Classic Courses/Facebook

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le top 7 des Podcasts sur le sport féminin

Histoire de se cultiver, de se motiver et, pourquoi pas, à quelques heures du déconfinement, de réfléchir à un nouveau monde sportif, on poursuit les recommandations culturelles en vous demandant d’ouvrir grands vos oreilles. Place à la parole des sportives avec des podcasts 100% ÀBLOCK!

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »
JUJITSUFFRAGETTES

Les Jujitsuffragettes ou quand le self-defense devint une arme féministe

Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Marie Tabarly : « Naviguer avec un équipage féminin ne me branche pas plus que ça mais on est obligées d’en passer par là »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire féminine de marathon, une voileuse qui prend le large (Marie Tabarly sur notre photo), une championne en reconstruction au micro de notre podcast, un nouveau mag à découvrir ou une pionnière de la navigation, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »

Le Trail de la Peur… mieux vaut courir vite !

Il était une fois un… territoire zombie. Le Samedi 4 novembre, l’île de Loisirs de Jablines-Annet (77) se métamorphose, tel un loup-garou, à la nuit tombée. À vous le parcours nocturne immersif 100 % Halloween vibes. Prêts pour le trail de la peur de votre vie ?

Lire plus »
Nicole Abar

Nicole Abar : « J’aimerais dire que les filles et le foot, c’est gagné, mais il y a encore beaucoup à faire. »

En 2015, l’ex-internationale de foot Nicole Abar participait au documentaire « Femmes de Foot » réalisé par deux adolescentes. Elle y témoignait de son enthousiasme quant à l’évolution des mentalités pour ce qui est des jeunes filles et du ballon rond. Qu’en est-il presque dix ans après ? Elle nous répond et ce n’est pas aussi « merveilleux » que ça en a l’air.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner