24 Heures du Mans Les filles vont faire fumer l’asphalte !

Sophia Flörsch
Une (quasi) première dans l’histoire du sport automobile : un équipage 100 % féminin est sur la grille de départ de la mythique course d’endurance, en LMP2. Un seul précédent : le trio Lyn St. James, Desiré Wilson et Cathy Muller, en 1991, qui avaient finalement dû abandonner la course. Prouver que les femmes ont leur place dans le sport auto, trop souvent trusté par les hommes, est l’ambition clairement affichée par son sponsor, l’horloger Richard Mille. Entretien sans langue de bois avec sa directrice marketing, Amanda Mille.

Par Valérie Domain

Publié le 19 septembre 2020 à 10h25, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h59

Cet après-midi, un équipage 100 % féminin, le Richard Mille Racing team, prendra le départ des 24 Heures du Mans en LMP2, catégorie réservée aux équipes privées. Peut-on y voir une démarche féministe ? 

Je ne dirais pas ça. Le terme « féministe » peut parfois être synonyme d’extrémisme, je préfère parler de conviction.

Les femmes ne sont pas forcément meilleures que les hommes, mais si on leur en donne les moyens, elles ont tout autant de raisons de réussir qu’eux. Nous n’avons pas les mêmes atouts, mais nous en avons d’autres – la réflexion, la stratégie, à défaut de la puissance physique, nous permettent de démontrer que nous sommes tout aussi performantes.

Les femmes Richard Mille, ce sont ces femmes qui savent ce qu’elles veulent et ce qu’elles valent. L’idée est pour nous de les mettre en lumière.

Amanda Mille
Amanda Mille...©RobertJasogimp

Richard Mille s’est toujours intéressé à l’automobile, cette fois, il s’intéresse aux femmes dans l’automobile, pourquoi ?

Mon père est un passionné, s’il avait pu vivre dans une voiture, il l’aurait fait ! Il est président du comité Endurance de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA). Il s’est toujours dit que c’était fou qu’il n’y ait pas plus de femmes dans ce milieu, d’où son soutien à l’ancienne pilote Michèle Mouton qui, elle, est à la tête de la Commission FIA Women In Motorsport.

Cet univers encore machiste ne donne pas forcément toutes les chances aux femmes, ou alors des chances « de seconde zone » qui leur laisse peu d’occasions de démontrer leur art derrière un volant. Mon père s’est donc mis en tête de lancer un équipage 100 % féminin, mais avec les meilleures équipes techniques du moment : nos pilotes Sophia Floersch, Tatiana Calderón et Beitske Visser bénéficient du savoir-faire de l’équipe Signatech dirigée par Philippe Sinault, championne en titre de la catégorie LMP2 du WEC FIA.

Beitske Visser
©Philip Platzer/Red Bull

Vous parlez d’univers machiste : les préjugés, les clichés, sont donc toujours aussi présents dans le sport automobile ?

Soyons honnêtes, les mentalités n’évoluent pas très vite ! Les rares femmes pilotes sont habituées à se battre pour se faire une place, elles ont souvent peur de se plaindre, de réclamer. Parce qu’on leur dit : « Tais-toi, ne me dis pas ce que je dois faire, tu ne sais pas de quoi tu parles. » En gros : « Ne fais pas ta fille ! », comprenez : « Tu as déjà de la chance d’être assise là ! ». Mais malgré ces phrases machistes, elles ont encore envie d’en être.

Pour autant, vous dites que ça leur demande beaucoup de travail…

Oui, ces femmes qui sont en place aujourd’hui doivent faire attention à leur image.

C’est triste, mais un jeune pilote qui se met torse nu sur les réseaux sociaux, on ne voit là qu’un beau jeune homme alors qu’une fille qui s’affiche trop « féminine » est tout de suite épinglée et peu prise au sérieux. Elles se donnent deux fois plus pour performer afin de ne pas coller aux clichés féminins.

Richard Mille Team
©Clément Marin/DPPI

Doivent-elles alors se comporter comme des hommes ?

Non, pas du tout. Et c’est ce que j’aime chez elles, elles restent des femmes. Certaines se maquillent lorsqu’elles courent, elles ont envie de demeurer fidèles à elles-mêmes. Pour autant, elles veulent prouver qu’elles ne sont pas des pilotes femmes mais des pilotes tout court.

Vos ambitions pour les 24 Heures du Mans, c’est juste lancer une équipe 100 % féminine ou faire en sorte qu’elle gagne ?

Elles ont énormément de potentiel pour réussir à finir la course, et si c’est le cas, on en sera déjà très fier.

Cette discipline demande beaucoup d’implication, de la concentration. Sur ce circuit, il y a beaucoup de trafic, entre les catégories LMP1, LMP2 et GT, c’est compliqué à gérer. Mais en tant que femme, on est capable de faire plusieurs choses à la fois, n’est-ce pas ? Donc on s’y retrouve !

Plus sérieusement, elles ont la gagne, et c’est satisfaisant de se dire qu’on innove, qu’on leur donne leur chance.

Calderon Tatiana
Tatiana Calderon... ©Francois Flamand/DPPI

L’une de vos pilotes, Katherine Legge, a dû être remplacée pour cause de blessure. Au vu du nombre peu élevé de femmes pilotes, ça a dû être compliqué de trouver une remplaçante au pied levé !

Cela n’a pas été facile, effectivement ! Il y a eu des doutes. Il fallait trouver une pilote physiquement préparée pour l’endurance, une pilote qui n’avait pas d’obligations au moment de la course.

La sélection est cruciale et on est ravi d’avoir pu engager Beitske Visser qui accompagnera donc Sophia Floersch et Tatiana Calderón au volant de l’Oreca 07-Gibson, #50.

Elles seront les seules femmes sur le circuit en LMP2, et elles ont un peu la pression, nous n’allons pas le nier.

Pour autant, même si on leur offre ce tremplin, elles ont déjà gagné leur place car ce sont des pros.

Richard Mille Team
©DR

Pensez-vous que cet équipage 100 % féminin inspirera les filles à se lancer dans le sport automobile ?

En étant pionnier, nous montrons que c’est possible. Avec l’espoir de prouver aux filles qui ont cette envie qu’elles ont raison d’y croire.

Mais il faut avoir du caractère pour vivre dans cet univers. Il me semble que c’est une histoire d’incompréhension entre les sexes, souvent lié à l’éducation.

Lorsqu’on élèvera une fille en lui ouvrant tous les champs des possibles et les garçons en leur disant qu’elles peuvent aussi être intéressées par les sports mécaniques et être performantes, les choses évolueront.

À quel moment, pourrez-vous dire chez Richard Mille que votre mission de féminisation sur les circuits est terminée ?

Lorsqu’on aura des circuits mixtes. Ce n’est pas une question de pourcentage, de 50/50, mais de réelles opportunités offertes aux femmes de concourir.

Nous écrivons une histoire, nous ne sommes pas là pour faire un one shot. Nous sommes le seul partenaire sponsor de ce véhicule et nous sommes ambitieux sur le sujet.

Donc, ce sera terminé lorsque les femmes qui veulent devenir pilote pourront le faire sans obstacles et, c’est le cas de le dire, sans bâtons dans les roues.

Sur le circuit… 3 drôles de dames

Elles s’appellent Tatiana Calderón, Sophia Flörsch et Beitske Visse. La première est Colombienne, la deuxième Allemande, la troisième Néerlandaise.

Elles sont toutes les trois sur la grille de départ des 24 Heures du Mans et signent ainsi une première : un équipage 100 % féminin en LMP2, une catégorie de voitures de compétition de la famille des sports prototypes, soit les voitures les plus rapides sur circuit. Inédit !

Tatiana Calderon
©Facebook Tatiana Calderon

À 27 ans, Tatiana Calderón s’y connait en premières fois : première pilote féminine à avoir remporté un titre de champion national dans son pays, première à rafler le même titre aux États-Unis, en karting, première à mener une course lors du championnat d’Europe de Formule 3, première pilote féminine de l’écurie britannique Arden International pour courir en GP3 Séries, première femme à monter sur le podium en Formule V8 3.5 Series…

Sophia Flörsch
©Twitter Sophia Flörsch

Sophia Flörsch est, elle, une résiliente. En 2018, la pilote de 19 ans était victime d’un grave accident au Grand Prix de Macao, se fracturant une vertèbre. Quatre mois après son accident, elle remontait dans une monoplace et enchaînait les tours sur le circuit de Monza.

En février dernier, soit deux ans plus tard, elle recevait le Prix Laureus du meilleur come-back de l’année. Welcome dans les paddocks, Sophia !

Beitske Visse
©Francois Flamand/DPPI

Enfin, Beitske Visse, 25 ans au compteur, remplace Katherine Legge, blessée.

Elle s’est d’abord fait remarquer en karting (elle a recu le premier CIK-FIA Women and Motor Sport Commission Award, qui récompense la meilleure pilote féminine de Karting) puis en GT, remportant les WSK Masters Séries, avant de faire ses débuts, en 2012, en monoplace.

Elle s’est illustrée dans de nombreuses séries, en ADAC Formel Masters, Formule Renault 3.5 Series, GP3 Series, en GT4 et elle est vice-championne en titre de la W Series.  

Bref, un trio gagnant pour mettre le feu à la piste qui roulera aussi pour donner de la visibilité à l’Institut du Cerveau. Son logo sera en effet en bonne place sur la voiture, à côté de celui de Richard Mille…

A noter, qu’outre cet équipage Calderón-Flörsch-Visser sur l’Oreca 07 #50 du Richard Mille Racing Team qui s’aligne en LMP2, un autre trio prendra la route : l’italienne Manuela Gostner, la Danoise Michelle Gatting et la Suissesse Rahel Frey sur la Ferrari 488 GTE EVO #85 d’Iron Lynx, en LM GTE Am (réservé aux amateurs).

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

L’Angleterre accueille l’Euro féminin dès ce 6 juillet et pour plus de trois semaines de rencontres à haut niveau. Alors que les seize nations qualifiées ont terminé leur préparation, la pression monte petit à petit. L’équipe de France compte bien faire taire les critiques et briller sur la scène anglaise. Petit récap’ de la compet’ avant le coup d’envoi.

Lire plus »
Il était une fois le tennis de table… féminin

Il était une fois le tennis de table… féminin

La fédé française de tennis de table vient de créer sa « Cellule 2024 », au sein de laquelle évolueront les meilleurs pongistes français.es. Objectif : mettre toutes les chances de son côté aux Jeux Olympiques de Paris 2024. L’occasion toute trouvée pour revenir sur les débuts féminins dans cette discipline plutôt égalitaire…

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une boxeuse qui s’est relevée de tout, une alpiniste pionnière, une masseuse de gars balèzes, une gymnaste soumise à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK! (Célia Serber sur notre photo), un défi solidaire sportif pour voir la vie en rose, mais aussi notre nouvelle chaîne YouTube, demandez le programme !

Lire plus »
Lauriane Lamperim

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-gymnaste devenue surfeuse (Lauriane Lamperim sur notre photo), une basketteuse emblématique, une parachutiste qui a fait du ciel son univers, une patineuse qui a bousculé l’ordre établi, une Simone qui a roulé sa bosse ou encore une championne de karaté qui se raconte dans notre podcast, c’était le menu de la semaine dernière sur ÀBLOCK! et c’est à (re)découvrir sans modération…

Lire plus »

Le yoga en belle posture

Ces dernières années, les yogis en herbe ne cessent de se multiplier. Besoin de sérénité, d’apaisement, c’est le sport doux le plus plébiscité aujourd’hui en France.

Lire plus »
Céline Dumerc : 5 infos pour briller au panier

Céline Dumerc : 5 infos pour briller au panier

Ce dimanche, Stade Pierre de Coubertin à Paris, le Match des Champions ouvrira officiellement la saison 2021-22 de la Ligue Féminine de basket. L’occasion est toute trouvée de revenir sur la carrière de l’une des meilleures basketteuses françaises, Céline Dumerc, qui, Championne de France 2021 avec Basket Landes, jouera contre le vainqueur de la Coupe de France, Lattes Montpellier. Bio rapido en 5 points.

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
K-Méléon

K-Méléon

Très jeune, K-Méléon développe une sensibilité aigüe pour la musique tous styles confondus. Ses premières influences

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner