Sport pendant et après le confinement

Les Français gardent le cap !

lior-shapira-xWi4B9Q_Ppg-unsplashgimp
Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le salut réside dans le mouvement, c’est bien connu  ! Du bon sens qui n’a pas échappé à la population française qui s’est soudain vue enfermée entre quatre murs pour lutter contre la transmission du Covid-19. Et ce pendant huit semaines !

Qu’à cela ne tienne, une toute nouvelle organisation de vie s’est mise en place pour lutter contre l’inévitable sédentarité et 58 % des Français, selon une étude*, ont fait du sport en pleine période de confinement.

Avec les multiples initiatives sportives accessibles gratuitement en ligne – tutos pour tous niveaux – tout un chacun a pu investir son salon pour quelques séances de yoga ou de musculation.

46 % de sportifs en intérieur – principalement les populations plus jeunes -ont privilégié le vélo d’appartement (16 %), suivi de cours de fitness (13 %), de musculation (10 %) et de yoga (8 %) sans oublier le running sur tapis de course (5 %) pour les plus chanceux, bien équipés  !

Pas de laisser-aller, tous en mouvement !

Mais s’il était recommandé de rester le plus possible confiné, les autorisations de sorties – avec attestations dûment remplies – ont permis de continuer la marche et la randonnée (28 %), le jogging (10 %) et le vélo (4 %). 43 % des Français ont ainsi bravé la peur d’un virus invisible pour un bon bol d’air frais en toute sécurité et pour une heure d’exercice autorisée.

Si la randonnée et la marche ont été privilégiées par toutes les classes d’âges, l’étude montre que ce sont les personnes plus âgées qui ont préféré opter pour une échappée belle en extérieur au confort confiné d’un salon de sport aménagé.

Une reprise encadrée

Un bilan intéressant à l’heure du déconfinement, débuté le lundi 11 mai. Les Français garderont-ils ce bon cap sportif  ?

L’Académie nationale de médecine le conseille vivement, dans un communiqué**  publié  le 1er mai dernier : « Il est nécessaire d’envisager la reprise des activités physiques et sportives de loisir afin d’améliorer la santé physique et mentale tout en corrigeant les effets délétères de l’isolement social ».

Un retour à l’effort qui doit bien évidemment se faire en progression et en respectant les mesures barrières contre la propagation du coronavirus.

Quid du port du masque avec la pratique d’un sport ?

La nouvelle donne pour le sport de loisir d’après les mesures du Ministère des Sports  ? La pratique sportive peut désormais se faire à toute heure et sans limitation de durée mais toujours dans la limite des 100 kilomètres depuis son domicile.

Les sports en salle, tout comme les sports collectifs et de contact demeurent interdits, seules les activités sportives individuelles pratiquées en extérieur peuvent être autorisées, en respectant une distanciation de 5 mètres pour la marche rapide, de 10 mètres minimum pour les cyclistes et coureurs et 4m2 d’espace par personne pour toutes les activités statiques, tels que le fitness ou le yoga.

Quid du port du masque avec la pratique d’un sport  ? Le Ministère des Sports explique que « Le port du masque rend difficile la pratique d’un grand nombre de disciplines sportives » mais qu’ « il se justifie cependant dans certaines situations où les mesures de distanciation ne pourraient pas être strictement respectées ».

L’Académie nationale de médecine précise : «  Le port d’un masque grand public est recommandé pendant les exercices d’intensité faible à modérée mais incompatible avec les exercices intenses. Il doit donc être porté avant et juste après l’arrêt de leur pratique.  » Pour la marche et le vélo, le masque peut donc être porté. 

Une nouvelle manière de consommer ?

«  Mens sana in corpore sano » disions-nous en ce qui concerne le comportement sportif des Français confinés et déconfinés.

Outre leur aptitude à se motiver, les voilà aptes à changer leur manière de consommer. La nouvelle ? Les canaux d’achats d’articles de sport évoluent et se conjuguent selon le sondage Ginkoia* : les Français qui comptent acheter ces produits après le confinement sont nombreux à envisager de changer de canal d’achat (43 %) : 23 % – surtout chez les plus jeunes – dans le sens d’un passage aux achats en ligne et 20 % en magasin, chez les plus âgés. De quoi éviter la cohue massive en magasins, se déconfiner en toute progressivité et parer ainsi au mieux à la propagation du virus.

«  Agissant comme catalyseur, le déconfinement semble ouvrir le champ des possibles en matière de nouveaux modes de consommation. Les points de vente vont devoir se réinventer,  combinant ainsi les avantages du point de vente physique avec ceux du digital : tablette vendeur, borne d’informations, service click & collect, etc. » explique Thierry Briet, Directeur Général de Ginkoia, filiale du groupe DL Software.

Une tendance fair-play pour laquelle opter en ces temps où les sorties sont ré-autorisées mais toujours encadrées  !

* Sondage Ginkoia réalisé par OpinionWay par questionnaire en ligne du 22 au 24 avril 2020 auprès d’un échantillon de la population française de 1022 personnes.

** «  Reprise du sport de loisir en sortie de confinement  », Communiqué de l’Académie nationale de Médecine, 1er mai 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Alizée Baron

Alizée Baron : « Je fais du skicross pour me dépasser et j’aime ce risque-là. »

Une impétueuse, toujours en quête d’adrénaline. Après une saison blanche pour cause de blessure au dos et malgré les conditions particulières liées, entre autres, à la situation sanitaire, Alizée Baron reprend du service en Coupe du monde de skicross. La skieuse d’Orcières-Merlette aborde cet hiver avec une envie décuplée. Sereine et déterminée. Rencontre avec une fille qui ne laisse pas de glace.

Lire plus »
Nadia Comaneci

Nadia Comaneci : 5 infos pour briller à la gym

Figure majeure de la gymnastique, repérée à l’âge de 6 ans, concourant aux Jeux Olympiques à 14 ans, Nadia Comaneci est la première athlète à avoir décroché un 10 dans sa discipline lors des JO. Un score si parfait, si élevé…que le tableau n’avait pas pu l’afficher correctement ! Retour sur une gymnaste d’exception en 5 dates clés.

Lire plus »
Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »

Nathalie Péchalat, sous la glace, le feu !

À tout juste 36 ans, l’ancienne championne de danse sur glace, rechausse les patins et enfile une tenue inédite, celle de grande patronne de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG). Une femme à ce poste ? Une première ! Portrait d’une fonceuse.

Lire plus »
Léa Labrousse

Le questionnaire sportif de…Léa Labrousse

Elle pourrait nous offrir ses plus belles figures à Tokyo, elle qui se prépare pour les prochains JO, en juillet. La trampoliniste Léa Labrousse, 6 médailles européennes en tumbling et trampoline et 2 pour la France, a atterri en douceur pour répondre à notre questionnaire Proustien.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Mélina Robert-Michon

Le questionnaire sportif de…Mélina Robert-Michon

Elle est l’athlète française qui a décroché le plus de titres nationaux. Le 21 février dernier, Mélina Robert-Michon, bluffante lanceuse de disque, a établi la meilleure performance mondiale de l’année avec 63,43 mètres aux championnats de France hivernaux de lancers longs. La vice-Championne olympique en titre et 34 fois Championne de France ne compte pas s’arrêter là. Elle sera à Tokyo en juillet. En attendant, elle répond à notre petit questionnaire vite fait, mais bien fait !

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin