Sport pendant et après le confinementLes Français gardent le cap !

lior-shapira-xWi4B9Q_Ppg-unsplashgimp
Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Par Claire Bonnot

Publié le 13 mai 2020 à 10h48, mis à jour le 11 juin 2020 à 15h57

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le salut réside dans le mouvement, c’est bien connu  ! Du bon sens qui n’a pas échappé à la population française qui s’est soudain vue enfermée entre quatre murs pour lutter contre la transmission du Covid-19. Et ce pendant huit semaines !

Qu’à cela ne tienne, une toute nouvelle organisation de vie s’est mise en place pour lutter contre l’inévitable sédentarité et 58 % des Français, selon une étude*, ont fait du sport en pleine période de confinement.

Avec les multiples initiatives sportives accessibles gratuitement en ligne – tutos pour tous niveaux – tout un chacun a pu investir son salon pour quelques séances de yoga ou de musculation.

46 % de sportifs en intérieur – principalement les populations plus jeunes -ont privilégié le vélo d’appartement (16 %), suivi de cours de fitness (13 %), de musculation (10 %) et de yoga (8 %) sans oublier le running sur tapis de course (5 %) pour les plus chanceux, bien équipés  !

Pas de laisser-aller, tous en mouvement !

Mais s’il était recommandé de rester le plus possible confiné, les autorisations de sorties – avec attestations dûment remplies – ont permis de continuer la marche et la randonnée (28 %), le jogging (10 %) et le vélo (4 %). 43 % des Français ont ainsi bravé la peur d’un virus invisible pour un bon bol d’air frais en toute sécurité et pour une heure d’exercice autorisée.

Si la randonnée et la marche ont été privilégiées par toutes les classes d’âges, l’étude montre que ce sont les personnes plus âgées qui ont préféré opter pour une échappée belle en extérieur au confort confiné d’un salon de sport aménagé.

Une reprise encadrée

Un bilan intéressant à l’heure du déconfinement, débuté le lundi 11 mai. Les Français garderont-ils ce bon cap sportif  ?

L’Académie nationale de médecine le conseille vivement, dans un communiqué**  publié  le 1er mai dernier : « Il est nécessaire d’envisager la reprise des activités physiques et sportives de loisir afin d’améliorer la santé physique et mentale tout en corrigeant les effets délétères de l’isolement social ».

Un retour à l’effort qui doit bien évidemment se faire en progression et en respectant les mesures barrières contre la propagation du coronavirus.

Quid du port du masque avec la pratique d’un sport ?

La nouvelle donne pour le sport de loisir d’après les mesures du Ministère des Sports  ? La pratique sportive peut désormais se faire à toute heure et sans limitation de durée mais toujours dans la limite des 100 kilomètres depuis son domicile.

Les sports en salle, tout comme les sports collectifs et de contact demeurent interdits, seules les activités sportives individuelles pratiquées en extérieur peuvent être autorisées, en respectant une distanciation de 5 mètres pour la marche rapide, de 10 mètres minimum pour les cyclistes et coureurs et 4m2 d’espace par personne pour toutes les activités statiques, tels que le fitness ou le yoga.

Quid du port du masque avec la pratique d’un sport  ? Le Ministère des Sports explique que « Le port du masque rend difficile la pratique d’un grand nombre de disciplines sportives » mais qu’ « il se justifie cependant dans certaines situations où les mesures de distanciation ne pourraient pas être strictement respectées ».

L’Académie nationale de médecine précise : «  Le port d’un masque grand public est recommandé pendant les exercices d’intensité faible à modérée mais incompatible avec les exercices intenses. Il doit donc être porté avant et juste après l’arrêt de leur pratique.  » Pour la marche et le vélo, le masque peut donc être porté. 

Une nouvelle manière de consommer ?

«  Mens sana in corpore sano » disions-nous en ce qui concerne le comportement sportif des Français confinés et déconfinés.

Outre leur aptitude à se motiver, les voilà aptes à changer leur manière de consommer. La nouvelle ? Les canaux d’achats d’articles de sport évoluent et se conjuguent selon le sondage Ginkoia* : les Français qui comptent acheter ces produits après le confinement sont nombreux à envisager de changer de canal d’achat (43 %) : 23 % – surtout chez les plus jeunes – dans le sens d’un passage aux achats en ligne et 20 % en magasin, chez les plus âgés. De quoi éviter la cohue massive en magasins, se déconfiner en toute progressivité et parer ainsi au mieux à la propagation du virus.

«  Agissant comme catalyseur, le déconfinement semble ouvrir le champ des possibles en matière de nouveaux modes de consommation. Les points de vente vont devoir se réinventer,  combinant ainsi les avantages du point de vente physique avec ceux du digital : tablette vendeur, borne d’informations, service click & collect, etc. » explique Thierry Briet, Directeur Général de Ginkoia, filiale du groupe DL Software.

Une tendance fair-play pour laquelle opter en ces temps où les sorties sont ré-autorisées mais toujours encadrées  !

* Sondage Ginkoia réalisé par OpinionWay par questionnaire en ligne du 22 au 24 avril 2020 auprès d’un échantillon de la population française de 1022 personnes.

** «  Reprise du sport de loisir en sortie de confinement  », Communiqué de l’Académie nationale de Médecine, 1er mai 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Sophie Carpentier

Sophie Carpentier : « Dans la médecine comme dans le sport, il faut que les femmes y aillent ! »

Médecin de l’équipe féminine de rugby Rouen, elle a aussi été celui de l’équipe de France de rugby féminin. Militante du sport santé, Sophie Carpentier n’a pas hésité, il y a quelques années, à se spécialiser dans le sport pour apporter à son quotidien médical un souffle nouveau. Et de prouver que les femmes ont toute leur place dans un métier encore trop souvent conjugué au masculin.

Lire plus »
Fifty Fifty Sail

Fifty Fifty Sail, une régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C’est tout l’enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s’engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d’un enthousiaste et généreux équipage…

Lire plus »
La question qui tue

Je fais des abdos, mais j’ai pas la « plaquette de chocolat », c’est normal ?

Multiplier les exercices d’abdos pour qu’au final, ça se voit pas, c’est vraiment trop injuste. Mais, franchement, petit Calimero, est-ce qu’un ventre musclé, ça passe forcément par la fameuse « plaquette de chocolat » qui en met plein la vue ? Ou bien, on peut avoir des abdos en acier sans pour autant qu’ils soient bien visibles ? Question (existentielle) à laquelle notre coach, Nathalie Servais, s’est attelée avec rappel anatomique et tout le tralala.

Lire plus »
Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Gardienne star du hockey sur gazon, la british Maddie Hinch aurait pu abandonner les terrains aussi vite qu’elle y a été célébrée. Héroïne des Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir stoppé quatre penaltys sur cinq, ouvrant la voie à la médaille d’or pour son équipe nationale, elle n’a pas su résister à la pression. Mais c’était mal connaître cette wondersportive qui a fini par se relever pour mieux remporter, cet été, la médaille de bronze aux Jeux de Tokyo. La numéro un mondial de la cage est toujours dans la place !

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
Jeanne Richard

Jeanne Richard : « En biathlon, je peux partir très loin dans ma tête. »

Elle fonce avec la fougue de sa jeunesse et vise juste. Jeanne Richard est la biathlète française à suivre à la trace. Doublement médaillée aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, la haut-savoyarde vient de se placer en première place des Championnats du monde jeunes de biathlon. Fraîcheur, plaisir et récompenses, Jeanne Richard a trouvé son sport-épanouissement !

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner