Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Pratiquante de tennis, de CrossFit…, 22 ans, étudiante en marketing digital

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

« J’ai commencé le sport assez tôt, par l’équitation, c’était la passion de ma mère. Mais lorsque j’ai fait une chute de cheval, j’ai arrêté, j’avais alors 13/14 ans. Je me suis cassé le poignet, l’opération s’est mal déroulée et je n’ai pas pu faire de sport pendant plus d’un an. Depuis, j’ai encore un peu peur de remonter sur un cheval.

Je n’ai pas totalement stoppé mes activités sportives pour autant, j’ai toujours essayé beaucoup de sports différents : du cross lors de courses départementales et régionales, du volley au collège, et du tennis ensuite.

J’aime bien tout tester mais je ne suis pas dans la compétition. Le sport, c’est plutôt de l’amusement, du loisir et du plaisir pour moi !

Pour cette rentrée 2020, les choses ont un peu bougé : j’ai un nouvel emploi en alternance et j’ai eu envie de me lancer dans un sport nouveau aussi.

Il se trouve que mon copain est passionné de CrossFit depuis deux ans. Il vend du rêve quand il en parle. Je me suis dit : « Pourquoi pas essayer ? »

Je m’attendais à entrer dans un monde de testostérone pure dans lequel il faut soulever le plus de kilos possible, mais c’est finalement, plutôt un esprit familial !

C’est la première fois que je vis et que je ressens ça dans un sport. Ici, on vient en duo, les garçons avec leurs copines et inversement, des frères et sœurs, des copains copines… Je me sens totalement intégrée.

IMG_0331gimp

Il y a un coach qui t’accompagne de A à Z, tous les mouvements te sont expliqués. Surtout, chacun avance à son rythme. À côté de toi, tu peux avoir quelqu’un qui soulève 50 kilos ou qui fait 50 push-up, mais si tu n’y arrives pas, tu en feras 25, c’est pas grave. Moi, je gère bien la corde à sauter, par exemple…

Du coup, tu as la sensation que tu peux tout faire puisqu’on t’encourage à progresser à ton niveau. 

Dès les premiers jours, quand je me plaignais de ne pas y arriver, le coach m’a dit simplement : « Si, tu y arrives, si, tu peux le faire ! ».

Ça a été le cas pour le wall ball. On doit lancer puis rattraper en squat une balle imposante qui va de 3 à 12 kilos. Au départ, je me suis dit « C’est impossible ! », mais avec les explications du mouvement par le coach et ma progression, je sens que je vais y parvenir.

Je n’aurais jamais pensé dire ça un jour mais, maintenant, j’adore cet exercice, j’adore soulever des poids !

Quand j’allais faire du cheval, ma vraie passion était surtout de m’occuper de mon animal ; le tennis, lui, correspond au plaisir des vacances en famille ; les sports en salles, plutôt un moment sympa entre copines.

L’histoire du CrossFit a commencé parce que je voulais être avec mon copain qui y allait tous les samedis matins alors que nous n’étions réunis que le week-end.

Je n’étais pas très motivée en réalité, mais maintenant ça me fait tellement de bien ! Ça me change les idées, c’est un moment génial que l’on prolonge par un petit restau pour se récompenser de l’effort fourni !

Ça me permet aussi de me sentir mieux dans mon corps. Après un mois de pratique, je n’ai pas l’impression d’avoir changé, mais je me sens vraiment mieux. Et, surtout, je m’étonne aujourd’hui de tout ce que je peux réaliser !

Je me suis rendu compte qu’avant d’arriver au CrossFit, j’étais pleine d’idées préconçues.  Je pensais vraiment que c’était un sport réservé aux hommes.

Par exemple, pour moi, le cheval a toujours été un sport de fille parce que, dans mon centre équestre, il n’y avait qu’un seul garçon. Dans la cour de récré, le foot, c’était que pour les garçons… etc.

J’ai longtemps assimilé un sport à un sexe, même en grandissant.

Pourtant, je suis tous les groupes féministes sur Instagram, je suis censée avoir l’esprit ouvert, non ? Comme quoi…

Aujourd’hui, je me dis : “Si je pratique le CrossFit, ça veut dire que je peux le faire et que c’est ouvert à tous !” Le sport m’a donc aussi permis d’évoluer, de voir les choses autrement… »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »
Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au “cheer spirit”. Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Andrina la sirène

« Je nage en sirène… et c’est du sport ! »

Voisine de l’Océan Atlantique, l’apprentie comédienne et modèle s’est un jour réveillée dans un corps et un mental de… sirène. Fascinée par le monde magique de ces créatures ondulantes, elle a fait de son rêve une réalité en devenant sirène professionnelle. Une féérie qui se travaille !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Y a-t-il une vie après le sport ?

Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Lire plus »
bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »