Manon : « J'ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »Pratiquante de tennis, de CrossFit, 22 ans, étudiante en marketing digital

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 18 octobre 2020 à 10h50, mis à jour le 28 février 2021 à 13h21

« J’ai commencé le sport assez tôt, par l’équitation, c’était la passion de ma mère. Mais lorsque j’ai fait une chute de cheval, j’ai arrêté, j’avais alors 13/14 ans. Je me suis cassé le poignet, l’opération s’est mal déroulée et je n’ai pas pu faire de sport pendant plus d’un an. Depuis, j’ai encore un peu peur de remonter sur un cheval.

Je n’ai pas totalement stoppé mes activités sportives pour autant, j’ai toujours essayé beaucoup de sports différents : du cross lors de courses départementales et régionales, du volley au collège, et du tennis ensuite.

J’aime bien tout tester mais je ne suis pas dans la compétition. Le sport, c’est plutôt de l’amusement, du loisir et du plaisir pour moi !

Pour cette rentrée 2020, les choses ont un peu bougé : j’ai un nouvel emploi en alternance et j’ai eu envie de me lancer dans un sport nouveau aussi.

Il se trouve que mon copain est passionné de CrossFit depuis deux ans. Il vend du rêve quand il en parle. Je me suis dit : « Pourquoi pas essayer ? »

Je m’attendais à entrer dans un monde de testostérone pure dans lequel il faut soulever le plus de kilos possible, mais c’est finalement, plutôt un esprit familial !

C’est la première fois que je vis et que je ressens ça dans un sport. Ici, on vient en duo, les garçons avec leurs copines et inversement, des frères et sœurs, des copains copines… Je me sens totalement intégrée.

IMG_0331gimp

Il y a un coach qui t’accompagne de A à Z, tous les mouvements te sont expliqués. Surtout, chacun avance à son rythme. À côté de toi, tu peux avoir quelqu’un qui soulève 50 kilos ou qui fait 50 push-up, mais si tu n’y arrives pas, tu en feras 25, c’est pas grave. Moi, je gère bien la corde à sauter, par exemple…

Du coup, tu as la sensation que tu peux tout faire puisqu’on t’encourage à progresser à ton niveau. 

Dès les premiers jours, quand je me plaignais de ne pas y arriver, le coach m’a dit simplement : « Si, tu y arrives, si, tu peux le faire ! ».

Ça a été le cas pour le wall ball. On doit lancer puis rattraper en squat une balle imposante qui va de 3 à 12 kilos. Au départ, je me suis dit « C’est impossible ! », mais avec les explications du mouvement par le coach et ma progression, je sens que je vais y parvenir.

Je n’aurais jamais pensé dire ça un jour mais, maintenant, j’adore cet exercice, j’adore soulever des poids !

Quand j’allais faire du cheval, ma vraie passion était surtout de m’occuper de mon animal ; le tennis, lui, correspond au plaisir des vacances en famille ; les sports en salles, plutôt un moment sympa entre copines.

L’histoire du CrossFit a commencé parce que je voulais être avec mon copain qui y allait tous les samedis matins alors que nous n’étions réunis que le week-end.

Je n’étais pas très motivée en réalité, mais maintenant ça me fait tellement de bien ! Ça me change les idées, c’est un moment génial que l’on prolonge par un petit restau pour se récompenser de l’effort fourni !

Ça me permet aussi de me sentir mieux dans mon corps. Après un mois de pratique, je n’ai pas l’impression d’avoir changé, mais je me sens vraiment mieux. Et, surtout, je m’étonne aujourd’hui de tout ce que je peux réaliser !

Je me suis rendu compte qu’avant d’arriver au CrossFit, j’étais pleine d’idées préconçues.  Je pensais vraiment que c’était un sport réservé aux hommes.

Par exemple, pour moi, le cheval a toujours été un sport de fille parce que, dans mon centre équestre, il n’y avait qu’un seul garçon. Dans la cour de récré, le foot, c’était que pour les garçons… etc.

J’ai longtemps assimilé un sport à un sexe, même en grandissant.

Pourtant, je suis tous les groupes féministes sur Instagram, je suis censée avoir l’esprit ouvert, non ? Comme quoi…

Aujourd’hui, je me dis : “Si je pratique le CrossFit, ça veut dire que je peux le faire et que c’est ouvert à tous !” Le sport m’a donc aussi permis d’évoluer, de voir les choses autrement… »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Bgirl Kimie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une activiste que rien n’arrête, une danseuse new gen’ (BGirl Kimie sur notre photo), une cycliste tout sauf ordinaire, un retour sur l’histoire du tennis féminin et une compétition pour monter sur ses grands chevaux, voici le récap de la première semaine 2022 sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »

La Covid, ennemi des sportives ?

30 minutes. Le dernier baromètre établi par la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) démontre que, depuis la crise sanitaire, les femmes ont perdu une demi-heure de pratique en un an, se laissant distancer par les hommes qui bougent 48 minutes de plus qu’elles. Une mauvaise nouvelle alors qu’elles étaient en passe d’exploser les scores…

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Emelie Forsberg et Kilian Jornet

Emelie Forsberg et Kilian Jornet, les amoureux fous du trail

Pour les adeptes de courses extrêmes, ils sont quasiment des icônes. « Vivre et Courir » tel est le credo du couple star du trail-running, Kilian Jornet et Emelie Forsberg. Parents de deux petites filles -la première est déjà embarquée dans leurs excursions montagnardes, ces runners que rien n’arrête vivent une vie (presque) paisible dans leur ferme de Norvège. Mais, méfiez-vous du traileur qui dort…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner