Running : cours toujours...tu m'intéresses !

course a pied
Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d'événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Par Delphine Germain

Publié le 23 février 2020 à 11h16, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h42

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous souvenez-vous du temps où les femmes n’avaient pas le droit de courir…

Dans les années  60 aux États-Unis, la course était interdite à la gent féminine. C’est l’Américaine Kathrine Switzer qui a ouvert la piste en participant pour la première fois au marathon de Boston en 1967.

Depuis, à petites foulées, les coureuses font grossir les rangs du running de par le monde. Ces dernières années, la pratique a explosé en France. En 2016, sur 13 millions d’adeptes (tous pratiquants confondus, réguliers, occasionnels, multipratiquants) elles étaient 6,6 millions de femmes* à pratiquer la course contre 4,7 millions en 2012, d’après une étude de L’Union Sport et Cycle 2017. Le nombre de pratiquantes a été multiplié par 3 en cinq ans !

La course à pied est ainsi devenue un phénomène de société avec une parité de plus en plus prononcée  : 49 % de femmes contre 51 % d’hommes (le nombre de pratiquantes ayant bondi d’environ 45 % depuis 2012), et un rajeunissement du peloton : un tiers des femmes courent depuis moins de cinq ans.

Leurs sources de motivation ? L’entretien de leur capital santé, la libération du stress quotidien, l’apparence physique et la confiance en soi.

Color run
La 5K alias Color Run, une course plus fun que sportive qui fait un carton auprès des femmes

Un business conjugué au féminin

Mais si les filles sont en marche, les compétitrices restent encore timides  : seules 36 % revêtent un dossard. Et quand c’est le cas, elles sont séduites par des courses ludiques à thèmes, comme les Mud Day, où l’on court dans la boue, les Color Run, recouvertes de poudre de couleur, ou encore les Electric Run, avec des accessoires fluo. Plus sage, la première édition de La Parisienne (uniquement féminine) a attiré 1 500 participantes en 1996 contre 40 000 aujourd’hui.

Et peu importe les droits d’inscription (en moyenne 45  euros, mais les prix des dossards grimpent en flèche d’année en année) qui font de ces courses des cash machines, le fun est au rendez-vous. Car c’est le partage, la convivialité, l’esprit d’équipe qui rassemblent coureuses d‘un jour et accros. Des notions singulières pour un sport individuel.

Pour autant, si la note devient trop salée, les runneuses pourraient, comme le font déjà les hommes, se tourner vers une autre façon de courir : participer à des challenges sur tapis de course en salle ou partager leurs perf’ via les applis. Ce phénomène de gamification est d’autant plus marqué que les coureurs pratiquent généralement un autre sport et leurs moyens ne sont pas extensibles. 

run chaussures

Esthétisme et technique

Côté accessoires, contrairement aux hommes, les femmes privilégient encore l’esthétisme à la technique. Le total look fait partie du jeu, surtout quand on court dans la rue, aux yeux de tous.

Entre 2010 et 2015, le segment « femme » a connu une croissance deux fois plus rapide que celui de l’homme, avec une part de marché de 40 % sur le textile et de 30 % sur la chaussure. C’est désormais la femme qui draine le secteur. Les équipementiers l’ont bien compris, eux qui développent des collections s’inspirant des tendances mode quand les distributeurs adaptent leurs rayons à la demande de ces runneuses en recherche à la fois de performance et de fashion attitude.

Chez Saucony (numéro  2 aux États-Unis), petit nouveau sur le marché français, on enregistre une hausse de 35 % des ventes en cinq ans sur la gamme féminine (des femmes qui achètent aussi des vêtements de sport pour s’habiller au quotidien, la moitié des chaussures achetées étant destinées à d’autres usages que la course à pied). Des femmes qui dépensent en moyenne 388 euros par an pour s’équiper et s’inscrire aux courses. Un « panier » assez élevé, mais la panoplie du running est l’une des plus étendues.

Bref, les femmes occupent de plus en plus le terrain. Et ce n’est qu’un début… les filles tracent la route.

*6,6  millions de femmes de plus de 18 ans qui ont couru au moins une fois au cours des douze derniers mois.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
Aloïse Retornaz

Aloïse Retornaz : « J’ai beaucoup de mal à rester loin de la mer, loin de l’eau. »

Une tête bien faite dans un corps bien entraîné, elle est sur le top départ des Championnats d’Europe qui débutent aujourd’hui au Portugal. Championne de France Elite, Championne d’Europe, médaillée d’or en Coupe du monde de 470 avec sa coéquipière Camille Lecointre, la brestoise Aloïse Retornaz, compte bien rapporter un nouveau titre et vogue, fonceuse et déterminée, vers le podium aux JO de Tokyo. Rencontre avec une fille qui mord la mer à pleines dents, sans prendre la tasse.

Lire plus »
1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner