Running : cours toujours...tu m'intéresses !

course a pied
Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d'événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Par Delphine Germain

Publié le 23 février 2020 à 11h16, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h42

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous souvenez-vous du temps où les femmes n’avaient pas le droit de courir…

Dans les années  60 aux États-Unis, la course était interdite à la gent féminine. C’est l’Américaine Kathrine Switzer qui a ouvert la piste en participant pour la première fois au marathon de Boston en 1967.

Depuis, à petites foulées, les coureuses font grossir les rangs du running de par le monde. Ces dernières années, la pratique a explosé en France. En 2016, sur 13 millions d’adeptes (tous pratiquants confondus, réguliers, occasionnels, multipratiquants) elles étaient 6,6 millions de femmes* à pratiquer la course contre 4,7 millions en 2012, d’après une étude de L’Union Sport et Cycle 2017. Le nombre de pratiquantes a été multiplié par 3 en cinq ans !

La course à pied est ainsi devenue un phénomène de société avec une parité de plus en plus prononcée  : 49 % de femmes contre 51 % d’hommes (le nombre de pratiquantes ayant bondi d’environ 45 % depuis 2012), et un rajeunissement du peloton : un tiers des femmes courent depuis moins de cinq ans.

Leurs sources de motivation ? L’entretien de leur capital santé, la libération du stress quotidien, l’apparence physique et la confiance en soi.

Color run
La 5K alias Color Run, une course plus fun que sportive qui fait un carton auprès des femmes

Un business conjugué au féminin

Mais si les filles sont en marche, les compétitrices restent encore timides  : seules 36 % revêtent un dossard. Et quand c’est le cas, elles sont séduites par des courses ludiques à thèmes, comme les Mud Day, où l’on court dans la boue, les Color Run, recouvertes de poudre de couleur, ou encore les Electric Run, avec des accessoires fluo. Plus sage, la première édition de La Parisienne (uniquement féminine) a attiré 1 500 participantes en 1996 contre 40 000 aujourd’hui.

Et peu importe les droits d’inscription (en moyenne 45  euros, mais les prix des dossards grimpent en flèche d’année en année) qui font de ces courses des cash machines, le fun est au rendez-vous. Car c’est le partage, la convivialité, l’esprit d’équipe qui rassemblent coureuses d‘un jour et accros. Des notions singulières pour un sport individuel.

Pour autant, si la note devient trop salée, les runneuses pourraient, comme le font déjà les hommes, se tourner vers une autre façon de courir : participer à des challenges sur tapis de course en salle ou partager leurs perf’ via les applis. Ce phénomène de gamification est d’autant plus marqué que les coureurs pratiquent généralement un autre sport et leurs moyens ne sont pas extensibles. 

run chaussures

Esthétisme et technique

Côté accessoires, contrairement aux hommes, les femmes privilégient encore l’esthétisme à la technique. Le total look fait partie du jeu, surtout quand on court dans la rue, aux yeux de tous.

Entre 2010 et 2015, le segment « femme » a connu une croissance deux fois plus rapide que celui de l’homme, avec une part de marché de 40 % sur le textile et de 30 % sur la chaussure. C’est désormais la femme qui draine le secteur. Les équipementiers l’ont bien compris, eux qui développent des collections s’inspirant des tendances mode quand les distributeurs adaptent leurs rayons à la demande de ces runneuses en recherche à la fois de performance et de fashion attitude.

Chez Saucony (numéro  2 aux États-Unis), petit nouveau sur le marché français, on enregistre une hausse de 35 % des ventes en cinq ans sur la gamme féminine (des femmes qui achètent aussi des vêtements de sport pour s’habiller au quotidien, la moitié des chaussures achetées étant destinées à d’autres usages que la course à pied). Des femmes qui dépensent en moyenne 388 euros par an pour s’équiper et s’inscrire aux courses. Un « panier » assez élevé, mais la panoplie du running est l’une des plus étendues.

Bref, les femmes occupent de plus en plus le terrain. Et ce n’est qu’un début… les filles tracent la route.

*6,6  millions de femmes de plus de 18 ans qui ont couru au moins une fois au cours des douze derniers mois.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »
Naomi Osaka

Naomi Osaka, la petite prodige engagée du tennis

Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter