Mélanie De Jesus Dos Santos La discrète gymnaste qui nous en met plein la vue

Mélanie de Jesus dos Santos
Le bonheur ne tient parfois qu’à…une poutre. Mélanie De Jesus Dos Santos a été sacrée championne d'Europe à la poutre, fin avril, en Suisse. Elle enrichit ainsi un palmarès décoiffant : quadruple championne d’Europe de gym artistique et sept fois championne de France. La pimpante Martiniquaise, petit prodige de la gymnastique française, est aussi explosive que déterminée. Portrait d’une pépite prête à se challenger pour aller chercher le podium aux JO de Tokyo.

Par Claire Bonnot

Publié le 07 mai 2021 à 10h08, mis à jour le 30 juillet 2021 à 9h21

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Dernier exploit ? À Bâle, en Suisse, lors des Championnats d’Europe de gymnastique artistique qui se tenaient du 21 au 25 avril. Mélanie De Jesus Dos Santos a su apprivoiser la poutre, allant jusqu’à élever sa prestation en ajoutant une vrille à sa sortie habituelle en double salto arrière groupé.

Bingo ! Mélanie est sacrée championne d’Europe à la poutre, un bon présage pour les JO de juillet prochain.

La numéro 1 française, 21 printemps, a fait ses premiers pas de gymnaste à l’âge de 5 ans, une aptitude innée : « Mélanie bougeait tout le temps, elle faisait naturellement des saltos et avait une détente phénoménale, explique son beau-père au Parisien, en 2019.  À l’époque, Mélanie était plutôt garçon manqué et plutôt attirée par le judo, le foot, le rugby, et surtout pas la danse ! La chorégraphie l’ennuyait. »

C’est pourtant là qu’elle fait des étincelles. Son entraîneuse la pousse à s’inscrire à des stages de la fédération nationale de gym où on perçoit déjà en elle une graine de championne. Le destin est en route.

Elle a 12 ans et quitte son île natale, la Martinique, pour rejoindre la métropole. Le Pôle de Saint-Etienne l’attend.

©Laurie Pina

Un an plus tard, la môme, devenue une athlète que l’on suit de (très) près à la fédé, intègre l’équipe de France junior et démontre tout son art et toute sa détermination en remportant, à 15 ans, le titre de vice-championne de France du concours général.

Nous sommes en 2015 et l’horizon, hélas, s’assombrit aussi vite qu’il s’est éclairci : Mélanie De Jesus Dos Santos se blesse grièvement au genou suite à une mauvaise réception au saut de cheval alors qu’elle participe aux qualifications du Festival olympique de la jeunesse européenne. Impossible dès lors de participer aux JO de Rio 2016.

©Duchateau Nolwen

Un coup dur qui l’éloigne des tapis de compétitions pendant neuf mois. Et Mélanie de se forger, par la force des choses, un mental de battante… Lorsqu’elle revient en piste, en juin 2016, en équipe de France senior, elle attaque sa course aux médailles.

À commencer par plusieurs coups d’éclat, en 2017 : Mélanie De Jesus Dos Santos devient la deuxième Française à figurer au palmarès de la prestigieuse American Cup en remportant la médaille de bronze avec, notamment, la meilleure note à la poutre ; mais aussi la première Française depuis douze ans à obtenir une médaille européenne dans le concours  général individuel…ce sont ses premiers Championnat d’Europe de gymnastique en Roumanie. Elle décroche la médaille de bronze.

Un mois plus tard, pour couronner le tout, Mélanie De Jesus Dos Santos se classe championne de France au concours général, devant la tenante du titre, Marine Boyer. C’est sa première médaille nationale en senior.

Pour les Championnats du monde de Montréal, elle atteint son objectif en terminant à la cinquième place, devenant la troisième Française à réaliser une telle performance mondiale au concours général.

Son ascension est fulgurante, à l’image de son explosivité sur les tapis et les agrès.

©Duchateau Nolwen

En 2018, miss De Jesus Dos Santos poursuit sa quête de médailles en décrochant, en Coupe du monde, à Doha, le bronze aux barres asymétriques et l’or à la poutre, puis trois médailles d’or aux Championnats de France et un titre de championne d’Europe au sol à Glasgow, la troisième Française à devenir Championne d’Europe à cet agrès.

Même poursuite aux étoiles, en 2019 : elle est sacrée Championne d’Europe du concours général à Szczecin, en Pologne, entrant dans l’Histoire comme deuxième Française seulement à décrocher ce titre. Elle rafle aussi la médaille d’or au sol, conservant son titre sur cet agrès malgré une blessure à l’annulaire gauche…

Une convalescence express et un retour miracle : « C’est la fête dans ma tête », dira-t-elle.

©Damien Lecatelier

À l’âge de 19 ans, la cheffe de file de la gymnastique française devient, avec trois médailles d’or, la Française la plus titrée aux Championnats d’Europe, femmes et hommes confondus.

Son rêve est désormais d’obtenir une médaille mondiale, mais elle ne parvient qu’à se classer cinquième, à la poutre et au sol, lors des Championnats du monde de Stuttgart, en 2019.

Soulagement : la qualification pour les JO de Tokyo est faite !

©Duchateau Nolwen

Son entraîneur de toujours, Éric Hagard, reste confiant sur le potentiel de sa petite protégée : elle n’aurait « pas su maîtriser son énergie ». Pas évident de tout gérer pour Mélanie de Jesus dos Santos qui « n’a pas pu avoir les conseils des anciennes » puisque, rappelle-t-il, aucune Française n’a jamais réussi à obtenir une médaille mondiale…

To be continued pour la battante Mélanie…

©Annie Photographies

Car ce petit bout de 1,52m a un caractère bien trempé, tourné vers le travail et l’abnégation. La parfaite « championne attitude ».

« Il en faut pour arriver à ce niveau, confiait, en 2019, son entraîneur dans Le Parisien. Mélanie avait déjà le talent. Le travail et l’abnégation lui ont donné la maturité. Il y a trois valeurs dans notre sport : le respect, l’estime de soi-même, et la confiance. Elle a tout, hormis l’impatience. J’apprécie aussi son humilité. Mélanie veut être comme tout le monde. Elle ne se met jamais en avant au détriment des autres. »

©Annie Photographies

Alors qu’en 2020, la pandémie bouleverse son programme pour les JO de Tokyo, Mélanie De Jesus Dos Santos a prouvé, lors des Championnats d’Europe de Bâle, le mois dernier -l’or à la poutre, c’était (encore !) une première pour elle avec une sortie inédite-, qu’elle est bel et bien prête à illuminer les Olympiades de sa grâce virevoltante.

Toute en puissance et finesse, explosive sur les sauts, joyeuse et mutine au sol, Mélanie De Jesus Dos Santos nous rappelle une certaine Simone Biles. Une consœur américaine avec qui elle s’est déjà entraînée, une amie qui l’impressionne, « une machine », dira-t-elle dans un reportage.

Une machine dont elle semble posséder les mêmes rouages. Ça devrait donc pulser aux JO. C’est tout ce qu’on lui souhaite pour Tokyo, ces Jeux auxquels elle « pense tous les jours »…

Ouverture ©Annie Photographies
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nita Korhonen

Nita Korhonen : « Le monde de la moto s’ouvre, mais le cas “Sharni Pinfold“ prouve qu’il y a encore du boulot. »

“L’affaire“ Sharni Pinfold a fait l’effet d’un réveil d’après-cuite pour les motards. Une pilote qui se retire de la compet’ pour cause de misogynie, ça plombe les paddocks. La FIM (Fédération Internationale de Moto) a rapidement réagi, déplorant cette décision et rappelant que le monde de la moto devait être bienveillant. Rencontre avec Nita Korhonen, la directrice de la Commission FIM “Femmes et Motocyclisme“.

Lire plus »
Maïka Vanderstichel

Maïka Vanderstichel : « Pour être arbitre, il faut savoir se blinder. »

À 25 ans, elle a été élue « Meilleure arbitre 2019 de la D1 féminine ». La Girondine Maïka Vanderstichel illustre à merveille la nouvelle génération d’arbitres féminines qui s’imposent peu à peu sur les terrains de football. Pour elle, être femme n’a rien d’incompatible avec la fonction, encore moins avec le ballon rond. Rencontre avec une footeuse bien dans ses baskets, à l’occasion des Journées de l’arbitrage qui se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Lire plus »

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros vient de se jouer, ÀBLOCK! rend hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »
Émeline Dodard : « Le foot américain, ce n’est pas seulement physique, c’est mental et tactique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une danseuse née sur les pointes, une gymnaste persévérante, une entraîneure qui n’a pas dit son dernier mot, une joueuse de foot US coriace (Émeline, notre photo) ou encore un coach vocab’ et une initiative qui bouge, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Johanne Defay

Johanne Defay : « À travers le surf, j’ai appris à me connaître. »

Un raz-de-marée. Cette fille-là emporte tout sur son passage ! Plus jeune championne d’Europe de surf de l’Histoire, Johanne Defay est devenue, grâce à ses performances sur le Pro Tour, la meilleure surfeuse française et rejoint ainsi l’élite mondiale. À bientôt 27 ans, la Réunionnaise, sélectionnée pour les JO de Tokyo, fait des vagues. Et on adore ça.

Lire plus »
Maud Fontenoy

Maud Fontenoy : 5 infos pour briller en mer

L’eau, c’est son élément ! Navigatrice aux multiples exploits, Maud Fontenoy est presque née en mer. Battante dans l’âme, elle est l’une des « premières ». Première femme à traverser l’Atlantique Nord et le Pacifique à la rame. Première Française à réaliser le tour du monde à contre-courant.
À travers sa fondation, elle se bat désormais pour la protection des eaux : sauver l’océan, c’est sauver l’homme.

Lire plus »
Bgirl Kimie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une activiste que rien n’arrête, une danseuse new gen’ (BGirl Kimie sur notre photo), une cycliste tout sauf ordinaire, un retour sur l’histoire du tennis féminin et une compétition pour monter sur ses grands chevaux, voici le récap de la première semaine 2022 sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner