Rechercher

Silvia Vasquez-Lavado L'Everest pour dompter ses démons

Silvia Vasquez-Lavado, toujours plus haut, toujours plus forte !
Pour se sortir de son chemin de croix, Silvia Vasquez-Lavado a visé les plus hauts sommets. Maltraitée dans son enfance, meurtrie par la vie, cette Péruvienne qui ne croyait plus en rien est devenue alpiniste. Aujourd'hui, elle gravit des montagnes pour aider les victimes d'abus sexuels à se reconstruire.

Par Alexandre Hozé

Publié le 10 janvier 2024 à 18h15

Ne jamais avoir peur de viser les sommets… Silvia Vasquez-Lavado l’a compris tardivement au détour d’une expérience peu commune. Une expérience qui l’aura conduite à devenir une grande alpiniste. On ne parle pas ici de sportive de haut-niveau, la compétition, ce n’est pas ce qui intéresse cette Péruvienne de 49 ans. Mais, pour être ÀBLOCK!, pas besoin de gagner des médailles… 

Pour autant, n’allez pas croire que Silvia Vasquez-Lavado fait dans la dilettante ! Mais pour cette femme-là, l’escalade n’est pas une histoire de performance mais une histoire d’engagement, de bien-être et de renouveau. Le tout venu d’une urgence, celle de vaincre ses démons… 

©️silviavasla/Instagram

Tout commence le 6 septembre 1974, à Lima, capitale du Pérou. Ce jour marque l’arrivée de la petite Silvia sur Terre. Mais son enfance va prendre la forme d’un long calvaire. Un père violent, un ami de la famille qui abuse d’elle sexuellement, la gamine est confrontée au pire. Et si l’obtention d’une bourse universitaire lui permet de s’envoler (s’évader) pour les États-Unis à 18 ans, le mal est fait.

Embauchée dans des sociétés de ventes d’alcool, elle en devient accro et en paie le prix fort. Elle le confie aujourd’hui, à cette époque, « une part d’elle voulait en finir. » Mais c’était sans compter l’appel de la montagne… 

De retour au Pérou pour des congés, Silvia Vasquez-Lavado, qui n’en finit pas d’être torturée par son passé, s’essaye à la consommation de l’ayahuasca, une préparation hallucinogène. Et cette expérience va l’emmener plus loin qu’elle ne l’imaginait, elle a en effet une vision qui va tout changer : elle se voit petite fille réalisant l’ascension d’une montagne. De la substance fantasmagorique à la réalité, il n’y a pas qu’un pas, il y a toute une épopée ! La Péruvienne décide de vivre ce rêve hallucinatoire. 

©️silviavasla/Instagram

Silvia Vasquez-Lavado commence, en 2005, par un trek qui la mène au pied de l’Everest. Face au plus haut sommet du monde, elle se promet de revenir. Promesse qu’elle tiendra onze ans plus tard. 

Avant ça, elle s’engage à fond dans l’alpinisme : ascension du Kilimandjaro en Tanzanie, en 2005, le Mont Elbrouz en Russie l’année suivante puis, en 2014, l’Acaconcagua en Argentine, avant le Mont Kosciuszko en Australie, la Pyramide de Carstensz en Indonésie et le Massif de Vinson en Antarctique en 2015. C’est simple, les plus hautes montagnes de chaque continent !

Mais pour intégrer le club très fermé des « huit sommets », impossible de ne pas tenter le plus gros… En mai 2016, elle se lance à l’assaut du « Toit du Monde », sur les pentes de l’Everest. Mais elle n’y va pas en solitaire, elle partage l’aventure avec d’autres femmes, elles aussi abusées sexuellement au cours de leur vie. Deux ans auparavant, elle a en effet fondé l’organisation « Courageous Girls » qui vient en aide aux victimes d’abus sexuels.

©Courageous Girls

Cette aventure, Silvia Vasquez-Lavado la vit comme une libération. Dans un environnement extrême, elle laisse sa peur derrière elle et découvre une force insoupçonnée. La mission Everest se solde par un succès sur tous les plans. Un succès qui en appellera d’autres… 

En alpinisme, tout d’abord, avec l’ascension du Denali ou McKinley, plus haut sommet d’Alaska, qui fait d’elle l’une des premières femmes et la seule, comme elle aime le confier, ouvertement lesbienne à avoir grimpé les « huit sommets ». Sur un plan plus personnel, ensuite, avec sa victoire contre cet ennemi qu’elle avait bien du mal à dompter : l’alcool.

L’aventure du « Toit du Monde » est une telle réussite, elle fut tellement belle, que la Péruvienne choisit de se lancer dans l’écriture de son autobiographie. Son maître-mot désormais : le partage ! 

©️silviavasla/Instagram

En février 2023, « À l’ombre des montagnes » est publié. D’autres projets vont voir le jour, notamment la création d’une série sur sa vie avec l’actrice Selena Gomez qui lui donnera vie à l’écran. 

Cette grande dame le sait, son témoignage est un hymne d’espoir pour les victimes d’abus sexuels, mais plus largement pour toutes les femmes meurtries. Indépendante et courageuse, Silvia Vasquez-Lavado a trouvé sa nouvelle mission : s’engager pour faire entendre sa voix et, avec elle, celles de toutes ces laissées pour compte qui reprennent leur vie en main en gravissant des sommets.

©️silviavasla/Instagram

*« À l’ombre des montagnes », éditions Michel Lafon Canada

Ouverture ©️silviavasla/Instagram

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Elle avait déjà candidaté, en 2021, à la présidence du Comité national olympique et sportif français. Après la démission de Brigitte Henriques, la co-présidente de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail reprend son bâton de pèlerin pour tenter, de nouveau, de convaincre qu’elle a les épaules. Interview avec celle que l’on présente comme l’outsider de cette élection qui aura lieu le 29 juin prochain.

Lire plus »
Iga Swiatek

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Notre dossier spécial Roland-Garros avec la victoire d’Iga Swiatek (sur notre photo), un podcast avec un mec ÀBLOCK!, un retour sur un événement tragique du tennis, un zoom sur les basketteuses tricolores pour leur Euro, une footeuse pionnière… On dévore le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Lire plus »
Faustine Noël, l’envol d’une pionnière du parabadminton français

Il était une fois le badminton… féminin

Un bouchon de champagne décoré de plumes…le badminton était né ! Nous sommes en 1873 et ce jeu de plage rapporté en France par des soldats anglais va très vite plaire à ces dames de la haute société. Avant de donner naissance à de grandes championnes du volant. Histoire express des « bad » girls !

Lire plus »
Betty Cuthbert

Betty Cuthbert ou la légende d’une “Golden Girl” du sprint

Elle fut la grande fierté des Australiens. Icône de l’athlétisme dès sa participation aux Jeux Olympiques de Melbourne, en 1956, l’or autour du cou était son plus bel accessoire. Sur les pistes comme dans la vie où elle eut à lutter contre une maladie incurable, Betty Cuthbert mena ses combats avec acharnement. Une pionnière au courage et à la détermination légendaires.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner