Marie-Amélie Le FurUne vie (sportive) à cent à l’heure

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure
La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière exemplaire.

Par Claire Bonnot

Publié le 29 août 2021 à 19h08, mis à jour le 29 septembre 2021 à 13h00

Elle nous en a encore mis plein la vue. Le soleil dans ses yeux gourmands, le sourire jusqu’aux oreilles, Marie-Amélie Le Fur est entrée sur la piste, à Tokyo, pour disputer les derniers JO de sa carrière.

Le samedi 28 août, celle qui était favorite après son record du monde en février dernier à 6,14m, a remporté l’argent sur le saut en longueur dans sa catégorie T64 avec un dernier saut d’exception à 6,11m.

Une olympiade relevée haut la main pour un départ des Jeux paralympiens en fanfare ! La trentenaire se prépare à une nouvelle vie sans le sport de haut niveau.

Sa retraite sportive, elle la consacrera à son tout nouveau-rôle de maman à plein temps (sa petite Anna a 2 ans), de présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (elle est à sa tête depuis 2018 et a été réélue en juillet 2021) et à son métier à mi-temps comme pilote d’affaires relations territoriales à l’état-major de la direction du parc nucléaire et thermique d’EDF. Une femme et sportive tous azimuts !

L’athlétisme ? Une évidence chez celle qui le pratique depuis l’âge de 6 ans. Pourtant, un accident de la route vient sabrer ses rêves d’enfant. À l’âge de quinze ans, elle est amputée sous le genou gauche.

Avec une belle force de vie, elle recommence à courir quatre mois plus tard et découvre le monde salvateur du handisport. Elle enchaîne les beaux résultats.

C’est donc à neuf reprises (avec sa médaille 2021) que l’athlète handisport a tutoyé les sommets olympiens : deux médailles d’argent dans la catégorie T64, sur 100m et en saut en longueur pour ses premiers Jeux à Pékin en 2008, une médaille d’or en 100m, une médaille d’argent en 200m et une bronze en saut en longueur à Londres en 2012 puis deux médailles d’or en 400 m et saut en longueur, ainsi qu’une bronze en 200m à Rio en 2016.

La victoire de Marie-Amélie Le Fur sur 400m à Rio, en 2016

Son palmarès ne s’arrête pas là : la tonique sportive a, à son actif, douze médailles mondiales (huit en argent) dont quatre titres de championne !

Le super-pouvoir de Marie-Amélie Le Fur ? Son mental de wonderwoman, son degré d’exigence et sa quête de l’excellence.

« Elle a un mental d’acier, elle a un mental incroyable ! souligne son entraîneur auprès de RFIC’est quelqu’un qui est capable de faire des sacrifices incommensurables pour pouvoir atteindre ses objectifs et mener de front ses trois, quatre, ou cinq vies même. C’est son mental qui la caractérise. Elle est capable de se lever tous les jours à six heures du matin, voire même plus tôt, de s’entraîner onze fois par semaine. Parce qu’elle veut tout faire, et puis elle veut tout bien faire. »

Marie-Amélie Le Fur s’exprime d’ailleurs avec une résilience incroyable sur son handicap, preuve que rien n’arrête les athlètes : « Cette amputation m’a aussi façonnée, confie-t-elle sur eurosport.fr. Pour moi, ce n’est pas quelque chose en moins. C’est même mon petit plus, qui me permet aujourd’hui de rayonner et d’être heureuse. Le sport m’a offert des multitudes d’opportunités de vies, j’ai eu la chance de faire du cinéma, j’ai un travail passionnant chez EDF, je préside le CPSF. Sans le handicap, toutes ces portes ne se seraient pas ouvertes. »

Marie-Amélie Le Fur, équilibrée, passionnée et impliquée est d’une grande aide pour la visibilité du paralympisme.

Elle ne cesse d’intervenir dans la société civile pour faire changer le regard sur le handicap et souhaite qu’il y ait un grand bond avec les Jeux de Paris 2024 : « Il y a les Jeux de Tokyo, tout de suite, pour ce qui est lancé, et trois ans pour préparer ceux de Paris 2024, explique-t-elle sur lhumanite.fr. On a pour objectif de montrer au grand public que le sport paralympique, c’est du sport de haut niveau, avec une spécificité, le handicap. Et nous poursuivons aussi la volonté de faire du sport un élément central dans la vie des personnes en situation de handicap. »

Marie-Amélie Le Fur ? ÀBLOCK!

  • Marie-Amélie Le Fur a décroché la médaille d’argent en saut en longueur pour ses derniers Jeux Paralympiques
©Ralf Kuckuck

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Cecilia Berder

Le questionnaire sportif de… Cécilia Berder

Elle vient de remporter le Trophée Sabre 2021, épreuve de reprise de la compétition organisée par la Fédération française d’escrime. La Quimpéroise Cécilia Berder, Championne du monde 2018, qualifiée pour les JO de Tokyo, s’est soumise au Questionnaire de Proust version ÀBLOCK! Et ça donne ça…

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 43 ans, Becky Hammon vient d’entrer dans l’histoire du basket nord-américain en devenant, le 30 décembre dernier, la première femme à coacher une équipe lors d’un match officiel de NBA. Malgré la défaite de son équipe des Spurs face aux Lakers, la double championne WNBA continue à marquer les parquets de son empreinte. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Surya Bonaly

Surya Bonaly : 5 infos pour briller sur la glace

À l’image d’une Simone Biles, championne avant-gardiste de la gymnastique, Surya Bonaly marqua le monde du patinage artistique dans les années 1990 de ses prouesses interdites. La multi championne de France et d’Europe et vice-championne du monde par trois fois, a toujours voulu briser la glace des conventions pour faire évoluer son sport, au grand dam des juges, mais pour le plus grand plaisir du public. Ou comment devenir une Reine des glaces en 5 (r)évolutions !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Déborah Ferrand

Le questionnaire sportif de… Déborah Ferrand

Militaire dans l’armée de l’air, sportive de haut niveau au sein du Centre national des sports de la défense de Fontainebleau, Déborah Ferrand collectionne depuis 2007 les titres et les médailles civiles et militaires en parachutisme, elle est notamment championne du monde de précision d’atterrissage 2018. Après la période Covid, elle reprend les voiles doucement mais sûrement. Elle a répondu à notre petit questionnaire sport entre deux séances de voltiges.

Lire plus »

Bouger, j’aimerais bien, mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner