Marie-Amélie Le FurUne vie (sportive) à cent à l’heure

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure
La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière exemplaire.

Par Claire Bonnot

Publié le 29 août 2021 à 19h08, mis à jour le 29 septembre 2021 à 13h00

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle nous en a encore mis plein la vue. Le soleil dans ses yeux gourmands, le sourire jusqu’aux oreilles, Marie-Amélie Le Fur est entrée sur la piste, à Tokyo, pour disputer les derniers JO de sa carrière.

Le samedi 28 août, celle qui était favorite après son record du monde en février dernier à 6,14m, a remporté l’argent sur le saut en longueur dans sa catégorie T64 avec un dernier saut d’exception à 6,11m.

Une olympiade relevée haut la main pour un départ des Jeux paralympiens en fanfare ! La trentenaire se prépare à une nouvelle vie sans le sport de haut niveau.

Sa retraite sportive, elle la consacrera à son tout nouveau-rôle de maman à plein temps (sa petite Anna a 2 ans), de présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (elle est à sa tête depuis 2018 et a été réélue en juillet 2021) et à son métier à mi-temps comme pilote d’affaires relations territoriales à l’état-major de la direction du parc nucléaire et thermique d’EDF. Une femme et sportive tous azimuts !

L’athlétisme ? Une évidence chez celle qui le pratique depuis l’âge de 6 ans. Pourtant, un accident de la route vient sabrer ses rêves d’enfant. À l’âge de quinze ans, elle est amputée sous le genou gauche.

Avec une belle force de vie, elle recommence à courir quatre mois plus tard et découvre le monde salvateur du handisport. Elle enchaîne les beaux résultats.

C’est donc à neuf reprises (avec sa médaille 2021) que l’athlète handisport a tutoyé les sommets olympiens : deux médailles d’argent dans la catégorie T64, sur 100m et en saut en longueur pour ses premiers Jeux à Pékin en 2008, une médaille d’or en 100m, une médaille d’argent en 200m et une bronze en saut en longueur à Londres en 2012 puis deux médailles d’or en 400 m et saut en longueur, ainsi qu’une bronze en 200m à Rio en 2016.

La victoire de Marie-Amélie Le Fur sur 400m à Rio, en 2016

Son palmarès ne s’arrête pas là : la tonique sportive a, à son actif, douze médailles mondiales (huit en argent) dont quatre titres de championne !

Le super-pouvoir de Marie-Amélie Le Fur ? Son mental de wonderwoman, son degré d’exigence et sa quête de l’excellence.

« Elle a un mental d’acier, elle a un mental incroyable ! souligne son entraîneur auprès de RFIC’est quelqu’un qui est capable de faire des sacrifices incommensurables pour pouvoir atteindre ses objectifs et mener de front ses trois, quatre, ou cinq vies même. C’est son mental qui la caractérise. Elle est capable de se lever tous les jours à six heures du matin, voire même plus tôt, de s’entraîner onze fois par semaine. Parce qu’elle veut tout faire, et puis elle veut tout bien faire. »

Marie-Amélie Le Fur s’exprime d’ailleurs avec une résilience incroyable sur son handicap, preuve que rien n’arrête les athlètes : « Cette amputation m’a aussi façonnée, confie-t-elle sur eurosport.fr. Pour moi, ce n’est pas quelque chose en moins. C’est même mon petit plus, qui me permet aujourd’hui de rayonner et d’être heureuse. Le sport m’a offert des multitudes d’opportunités de vies, j’ai eu la chance de faire du cinéma, j’ai un travail passionnant chez EDF, je préside le CPSF. Sans le handicap, toutes ces portes ne se seraient pas ouvertes. »

Marie-Amélie Le Fur, équilibrée, passionnée et impliquée est d’une grande aide pour la visibilité du paralympisme.

Elle ne cesse d’intervenir dans la société civile pour faire changer le regard sur le handicap et souhaite qu’il y ait un grand bond avec les Jeux de Paris 2024 : « Il y a les Jeux de Tokyo, tout de suite, pour ce qui est lancé, et trois ans pour préparer ceux de Paris 2024, explique-t-elle sur lhumanite.fr. On a pour objectif de montrer au grand public que le sport paralympique, c’est du sport de haut niveau, avec une spécificité, le handicap. Et nous poursuivons aussi la volonté de faire du sport un élément central dans la vie des personnes en situation de handicap. »

Marie-Amélie Le Fur ? ÀBLOCK!

  • Marie-Amélie Le Fur a décroché la médaille d’argent en saut en longueur pour ses derniers Jeux Paralympiques
©Ralf Kuckuck
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

14 août 1982 Deux femmes en tête du Rallye du Brésil

14 août 1982, deux femmes en tête du Rallye du Brésil

La conduite et la direction sont leurs atouts. Depuis quatre jours, pilotes et copilotes sont lancés dans la 4e édition du Rallye du Brésil. L’arrivée de la course est plus attendue que jamais. D’autant plus quand, dans la première voiture, deux femmes sont à la manoeuvre, Michèle Mouton et Fabrizia Pons !

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le skating ? Cékoiça ?

On ne parle pas ici de skateboard, mais de sport de glisse. Les amateurs de ski de fond comprennent ce terme, mais les novices moins. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Florence Arthaud

Florence Arthaud, cette insatiable louve des mers

Le 9 mars 2015, il y a tout juste six ans, l’aventurière perdait la vie dans un crash d’hélico. Avec elle, le mot marin s’était conjugué au féminin. À 33 ans, en 1990, l’intrépide à la crinière bouclée et au teint halé devenait la première femme à remporter la mythique Route du Rhum. Une entrée fracassante au sein du milieu testostéroné des « vieux » loups de mer. Une grande dame qui tracera la voie pour les autres navigatrices. Portrait-hommage d’une fille qui avait tant besoin de prendre le large…

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

On ne l’emploie pas en cuisine mais sur les cours de tennis. Les pros de la balle jaune connaissent bien ce coup qui n’est pas des plus nobles mais qui a ses adeptes. Pour les néophytes, l’expression peut paraître un rien obscure. Alors, c’est quoi, à votre avis, le service à la cuillère ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner