Deepika Kumari Cet insatiable appétit pour le tir à l’arc

Deepika Kumari
Une question de survie. Née dans un foyer modeste du nord-est de l’Inde, Deepika Kumari est devenue archère dans le seul but de manger à sa faim. À bientôt 27 ans, l’ex-N°1 mondiale a de l'appétit et ne cache pas sa joie à l'idée de viser juste aux Jeux Olympiques.

Par Sophie Danger

Publié le 28 janvier 2021 à 15h29, mis à jour le 01 août 2021 à 10h48

Le récit de sa courte vie ressemble à s’y méprendre à un scenario hollywoodien. Née dans un foyer très modeste du Jharkhand, dans le nord-est de l’Inde, Deepika Kumari était tout sauf destinée à jouer les premiers rôles. C’est le sport, et plus précisément le tir à l’arc, qui lui aura finalement permis, par une de ces facétieuses pirouettes dont seul le hasard a le secret, de devenir actrice de sa propre histoire.

Premier enfant de Shivnath Mahato, conducteur de pousse-pousse, et Geeta Mahato, infirmière, Deepika Kumari voit le jour le 13 juin 1994. Elle grandit à Ratu Chati, un gros bourg situé à quinze kilomètres de Ranchi, la capitale de l’État.

Son enfance s’y déroule sans heurt mais pas sans problèmes. Malgré leurs efforts, les jeunes parents peinent en effet à subvenir aux besoins du foyer. L’argent manque, la nourriture aussi.

©DR

La donne va néanmoins changer à l’été 2005. En vacances chez sa grand-mère, Deepika Kumari écoute sa cousine Vidya Kumari lui raconter sa vie à la Tata Archery Academy. Non contente d’y apprendre les bases du tir à l’arc, elle y est également blanchie et surtout nourrie. Manger à sa faim ! Cette seule perspective suffit à convaincre l’adolescente de suivre la même voie.

Conseillée par sa « complice », elle s’inscrit à une compétition locale, tremplin obligatoire pour intégrer, à son tour, l’école tant convoitée. Sa frêle constitution va malheureusement jouer contre elle. Malnutrie, chétive, elle peine à se dépêtrer de son arc et de ses flèches et laisse filer sa chance.

Obsédée à l’idée de pouvoir se repaître, pour la première fois de sa vie, de trois repas par jour, Deepika Kumari s’obstine et frappe directement à la porte de la Tata Academy.

©World Archery

Remerciée dans un premier temps, elle y sera admise un an plus tard, après un passage obligé par la Arjun Archery Academy où elle apprend les rudiments de la discipline. « À Tata, j’ai commencé à faire plus de compétitions, j’ai eu de meilleurs coaches, de meilleurs entraînements, se félicite-t-elle dans les colonnes de Yourstory. La vie a commencé à s’améliorer car nous avions de la nourriture et des conditions de vie correctes. C’est en regardant les séniors, qui remportaient plein de compétitions, que ça m’a inspirée et donné envie de gagner, moi aussi ».

Le ventre enfin plein, Deepika Kumari commence à nourrir quelque intérêt pour le tir à l’arc. Elle n’aura besoin que de quelques mois pour se révéler.

 

©DR

En 2009, elle est sacrée championne du monde cadette. L’année suivante, elle goûte de nouveau à l’or en s’adjugeant le titre en individuel et par équipe lors des Jeux du Commonwealth organisés à New Delhi.

« C’est ma victoire la plus marquante parce que j’étais si jeune et tout le monde était beaucoup plus âgé que moi, se souvient-elle dans Vervemagazine. Tout le monde était heureux que je sois arrivée en finale. Tout était nouveau pour moi. À cette époque, gagner ou perdre m’importait peu, je me préoccupais davantage de mon jeu. Ce sont des petites choses dont je me souviens et que je continue à chérir. »

La moisson de la jeune Indienne ne s’arrête pas là. En 2011, elle devient championne du monde junior, vice-championne du monde par équipes et grimpe sur la troisième marche du podium des Asian Games en compagnie de ses coéquipières.

©World Archery

En 2012, c’est la consécration. À tout juste 18 ans, elle remporte sa première Coupe du monde en Turquie. Propulsée numéro 1 mondiale au cours de la saison, elle décroche son billet pour les Jeux Olympiques de Londres.

La presse indienne, emballée par ce petit bout de femme, la donne gagnante du rendez-vous britannique avant même qu’il ne débute. Il n’en sera, hélas, rien. Deepika Kumari, malade, s’incline dès le premier tour. « J’ai attrapé la fièvre quelques jours avant les Jeux, explique-t-elle dans ForbesIndia. J’étais faible et je n’ai pas pu m’entraîner pendant plusieurs jours. Le vent tourbillonnant et la météo constamment changeante ne m’ont pas aidée non plus. »

Pas armée pour faire face à ce genre de situations, la jeune archère tente de composer comme elle peut avec sa déception et celle d’un pays aussi prompt à la porter aux nues qu’à lui tourner le dos. « Il y a des moments où je ne suis pas capable de bien tirer et ça impacte la façon dont les gens me perçoivent, analyse-t-elle dans KnoledgeTribe.

Ils remettent mon travail en question et se plaignent que je ne travaille pas assez dur. Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est qu’il s’agit d’un sport et que personne ne peut gagner à chaque coup ou réaliser la même performance à chaque fois. »

©World Archery

Malgré une pression constante et de plus en plus pesante, Deepika Kumari s’accroche. Les bons résultats se font plus rares ? Qu’importe, elle courbe l’échine et persévère !

Jusqu’à ce jour d’avril 2016. De passage à Shanghai pour la première étape de la Coupe du monde, elle décroche l’argent par équipe et égale le record du monde. À quelques mois des Jeux de Rio, les journaux en font, une nouvelle fois, une prétendante toute désignée à la victoire.

Comme à Londres, le cauchemar se répète. Après un beau début de parcours, l’archère du Jharkhand s’incline aux portes des quarts de finale dans l’épreuve individuelle. Le prix à payer sera le même que quatre ans auparavant : les journalistes s’emballent et les officiels la boudent. Déchue de son statut d’icône le temps d’un simple aller-retour entre l’Inde et le Brésil, Deepika Kumari songe à raccrocher.

©World Archery

C’est alors que le cinéma s’intéresse à elle. Immortalisée sur pellicule, un an auparavant pour les besoins d’un documentaire, « Ladies First », elle se voit, cette fois, proposer de tenir le premier rôle sur grand écran. Une histoire de chasse aux sorcières qui, par certains aspects, raisonne avec son propre parcours.

« Au début, j’étais très excitée, s’amuse-t-elle dans Inmakers. Je n’étais pas en forme et je voulais essayer de jouer. Le tournage était prévu au mois de mars 2018, mais j’ai ensuite réalisé que, si je plongeais dans le monde du celluloïd, je perdrais ma concentration pour le tir à l’arc. C’était une année importante et je voulais désespérément renverser la situation dans ce sport. Alors, j’ai finalement rejeté l’offre. »

Sûre de son fait, la petite prodige de la Tata Academy repart courageusement en campagne. Et se remet à briller en Coupe du monde.

En novembre 2019, elle valide son billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo initialement programmés en 2020. Déterminée à ne pas revivre la même mésaventure qu’à Londres et à Rio, elle a pris les devants et s’est rapprochée de Mugdha Bavare, une préparatrice mentale. « L’idée d’abandonner tout cela m’a traversé l’esprit, avoue-t-elle à Scroll.In. Mais l’amour du tir à l’arc, ma détermination à me battre m’ont permis de continuer malgré ces moments difficiles ».

À bientôt 26 ans, Deepika Kumari a profité du report des JO pour peaufiner sereinement sa revanche. Une troisième occasion qui, elle n’en doute pas, ne sera pas la dernière. Car si d’aventure le Japon ne sourit pas, elle ne s’interdit pas de se projeter à Paris.

©World Archery

Et après ? Après, il sera temps de passer définitivement à autre chose.

« Je veux participer aux Jeux jusqu’en 2024, conclue-t-elle dans IndianExpress. Après ça, je veux monter une académie sportive. C’est le rêve de mon père et le mien aussi. Nous allons donc tous les deux créer cette académie et demander au gouvernement de nous soutenir. Nous formerons les enfants au sport et leur donnerons tous les entraînements et les infrastructures nécessaires. Je veux que les gens croient au fait qu’ils ne doivent jamais abandonner leurs rêves. »

World Archery

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »
Tanya Naville

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une badiste qui nous a pris dans ses filets, une championne d’aviron qui ne nous cache rien, deux pionnières des Jeux Olympiques qui ont su briller dans l’eau et sur terre, une alpiniste engagée et ébouriffante (la preuve sur notre photo !) et une tenniswoman qui nous fait craquer…Régalez-vous !

Lire plus »
Running

Si on tentait un marathon fractionné ?

Le #42HealthyRunningDays est lancé ! Un top départ donné à l’issue de la journée internationale de la santé, le 7 avril dernier. Késako ? Portés par la motivation, le bien-être et la santé, les coureurs se lancent le défi de réaliser 42 kilomètres en 42 jours. À leur rythme. Ainsi, l’application Running Care propose une toute nouvelle version du marathon pour les plus démotivés. Explications.

Lire plus »
Tour de France féminin

En attendant le Tour de France au féminin…

À l’heure où les coureurs s’apprêtent à s’élancer pour un nouveau Tour de France, l’édition féminine n’est pas d’actualité. Selon Christian Prudhomme, directeur du Tour, elle devrait toutefois renaître en 2022. ÀBLOCK! prend les devants en donnant un coup de projo sur son histoire et son parcours semé d’embûche. Car la Grande Boucle au féminin a déjà un lourd passé derrière elle. Retour sur 5 dates marquantes de cette course féminine qui tient la route !

Lire plus »
Jutta Kleinschmidt

Jutta Kleinschmidt, la folle du volant

C’était en 2001. Il y a vingt ans, Jutta Kleinschmidt mettait « à mâle » les sports mécaniques en inscrivant son nom au palmarès du Paris-Dakar. Première femme à remporter le plus célèbre des rallyes-raids du monde, elle continue, depuis, à militer pour la cause des femmes dans un domaine très masculin. Portrait d’une pionnière qui en a sous le capot.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
La question qui tue fitness

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner