Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »Pilote moto, reconvertie pour créer son équipe de karting féminine, 40 ans

Pink Power Team
Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 11 mai 2021 à 17h38, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h10

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Enfant, j’étais un peu garçon manqué. En plus, il n’y avait que des gars dans mon quartier, je n’avais pas de copines. J’ai débuté le scooter à 14 ans lorsque j’ai connu mon amoureux et actuel conjoint.

C’était histoire de faire comme les copains mais je me suis vite pris une poubelle ! Le sport ou les sports mécaniques, c’était pas du tout un truc de famille, nos parents ne nous ont jamais inscrits à des clubs, mes frères et moi : je n’étais pas préparée et plutôt peureuse au départ.

À ce moment-là, je faisais beaucoup de moto en tant que « sac à dos », à l’arrière de la moto de mon copain qui avait passé son permis. Je n’avais jamais été réellement passionnée, mais comme au bout d’un moment je m’ennuyais à l’arrière, j’ai voulu, moi aussi, passer mon permis moto !

©Didier Photographies

C’était presque une révolution : à l’époque, il n’y avait quasiment pas de filles qui sautaient le pas. Je l’ai eu en 2001 et je crois que ça a été le début d’une émancipation pour moi. Je venais d’une famille portugaise assez stricte où il m’a été difficile de sortir avant l’âge de 18 ans.

C’est lorsque j’ai vu des motos rouler sur le circuit Bugatti des 24 Heures Motos du Mans que je me suis dit : « C’est ça que je veux faire : de la moto sur piste ».

Il n’y avait pas de filles sur le circuit mais je n’ai rien lâché et j’ai dit à mon chéri : « Je m’achète une moto de compétition ». Ma première moto de piste faisait 230 kilos, je la tenais à peine, elle était énorme pour moi, je fais 1,54m. Elle pouvait aller jusqu’à 200 km/h.

©DR

Ce qui me plaisait dans le circuit ? L’adrénaline. J’ai eu la chance de faire des tours de piste sur ce circuit mythique en 2004, au milieu de motards hommes. Je me suis sentie pousser des ailes. Je me disais : « Waouh ! Je touche le même goudron que les grands du milieu qui ont roulé ici avant moi. »

J’ai continué les entraînements les années suivantes et c’est en 2006 que j’ai rencontré des personnes de renom qui m’ont aidée à me lancer en compétition.

À l’époque, il n’y avait pas de catégories ouvertes à tout le monde, il fallait donc avoir un certain niveau pour se lancer. Mais, entre-temps, la course des Rookies – des débutants – a été lancée, en août 2006, et j’ai débuté ainsi.

©Didier Photographies

Je me suis qualifiée dans les dernières, mais nous n’étions que quatre filles sur les quarante participants dans cette course mixte du circuit du Vigeant, dans le Val de Vienne.

Honnêtement, sur la grille de départ, malgré les entraînements, j’avais envie de pleurer. Je me disais : « Mais qu’est-ce que tu fous là ? Pourquoi tu te mets autant la pression ? Ça te sert à quoi de souffrir autant ? ». Il a pourtant suffi du top départ pour que je me lance sans réfléchir et je me suis battue comme une lionne avec un plaisir fou !

Quand j’ai passé le drapeau à damier, j’ai tout relâché, j’ai pleuré et je me suis dit que je m’étais prouvé quelque chose à moi-même. J’étais piquée de sports mécaniques ! De 2006 à 2010, j’ai fait trois ans de championnats.

Les compétitions sont mixtes donc je n’étais pas sur le podium, mais j’étais la meilleure féminine toutes catégories confondues. C’est difficile, dans ce cadre, car il y a très peu de reconnaissance des performances des athlètes féminines.

©Instants Clic M.D

Malheureusement, en 2010, je subis un énorme accident en pleine phase de qualification pour déterminer ma place pour la 600 Power Cup. J’étais à plus de 200 km/h et j’ai littéralement été envoyée en l’air avec ma moto. Elle m’est retombée sur le dos, j’ai eu les vertèbres fracassées, j’ai perdu connaissance, mon pronostic vital était engagé.

Malgré ce sacré choc, je ne me suis pas dit : « J’arrête la moto ». J’ai fait trois semaines d’hôpital et je ne savais même pas si j’allais pouvoir remarcher. La première chose que j’ai demandé à mon médecin c’est : « Dans combien de temps je peux reprendre la moto ? ». Il m’a dit : « Le sport, c’est fini pour vous ».

Le problème, c’est que mon rêve se brisait en deux. Je savais qu’avec mon niveau de l’époque, je pouvais accéder au Graal pour moi : les 24 Heures Motos. Et, là, tout s’effondrait.

©Didier Photographies

Mais, abandonner ne fait pas partie de mon langage. J’ai donc continué ma rééducation et ma passion de la moto en devenant coach avec mon mari. Nous avions créé la Team JS Compétition au Mans pour former d’autres férus de moto, filles comme garçons, et nous y avons ajouté la Team JS Académie pour permettre aux novices d’aller sur la piste et en compétition avec une structure solide.

Pour se lancer, il faut avoir une aide sur le plan des infrastructures, de la mécanique, de la logistique et des partenaires. Moi, quand j’ai débuté, je suis allée à la pêche aux infos toute seule et c’était ardu !

On a finalement arrêté tout ce qui était moto en 2013 parce que j’ai fait un burn out, il fallait que je laisse mon corps respirer et nous avions aussi le projet d’avoir un enfant. De 2010 à 2015, je n’ai donc plus du tout fait de moto, ni sur route ni sur piste.

C’est à ce moment-là, en 2016, qu’on nous propose de faire une course de karting.

©Instants Clic M.D

Je pensais que les sports mécaniques, c’était fini pour moi ! Et pourtant, j’ai repris le chemin des circuits. Même si ce n’est pas la même adrénaline qu’en moto, c’était reparti. Je me suis prouvée que je pouvais continuer et que j’avais encore besoin de ce dépassement, celui de piloter.

Ça m’a donné l’idée de lancer une team féminine en karting, la Pink Power Team, un milieu où il y a encore très peu de femmes. Comme mon ancienne structure dans la moto, l’idée était de permettre aux filles de se lancer dans le karting amateur.

Depuis six mois, je recrute de nouvelles recrues. Je ne mets aucune pression, l’idée est qu’elles se lancent même si ce n’est que pour le fun. J’ai créé deux stages de pilotages 100 % féminins destinés aux novices ainsi qu’une compétition qui fait office de première puisqu’elle mettra en concurrence seulement des féminines sur une endurance de deux heures.

Mon rêve ? Vu que je n’ai jamais pu faire les 24 Heures en moto, je m’engage, ainsi que mon équipe, pour les 25H Open Kart 2021, en octobre.

©Bastien Plu Photographie

Je n’ai pas eu de problème à m’intégrer dans ce monde de motards très masculin car c’était des amis, on s’amusait et il y avait une vraie solidarité entre nous tous. Mais, c’est vrai que c’était quand même plus difficile pour les filles en général. Le machisme était courant.

Je l’ai vécu en passant mon permis moto par exemple. J’ai eu droit à des remarques du genre : « Vous ne l’aurez pas vu l’allure à laquelle vous allez » ou encore « Vous allez vous retrouver à l’hôpital, vous n’avez rien à faire sur une moto et vous seriez mieux à la cuisine »… Aujourd’hui, même s’il y a des avancées, les filles sont toujours obligées de prouver qu’elles peuvent le faire !

©Instants Clic M.D

« Si on veut on peut ! », c’est ce que je dirais aux femmes qui n’osent pas se lancer sur la piste des sports mécaniques. Ce n’est pas un genre qui va nous arrêter.

C’est parfois plus compliqué pour ce qui est des moyens financiers, mais des structures sont mises en place pour les femmes à l’instar de ma Pink Power Team ! Il faut savoir casser les barrières. Et ses propres barrières. »

©Didier Photographies

D'autres épisodes de "Femmes et moto : à toute berzingue !"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou : 5 infos pour briller en kimono

Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Le bobsleigh féminin n’est pas médiatisé, on a bien l’intention de le mettre en lumière ! »

Surnommées les « sœurs jumelles » du bobsleigh féminin français, Margot Boch et Carla Sénéchal glissent à pleine vitesse vers leurs rêves de qualification aux JO de Pékin, en 2022. La vingtaine mature, la passion embarquée dans leur engin, la pilote et la pousseuse ravivent enfin une discipline féminine glacée depuis dix ans. Un beau virage pour la visibilité du sport féminin !

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Running

Le running virtuel, un sport bien réel

En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner