Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »Pilote moto, reconvertie pour créer son équipe de karting féminine, 40 ans

Pink Power Team
Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 11 mai 2021 à 17h38, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h10

« Enfant, j’étais un peu garçon manqué. En plus, il n’y avait que des gars dans mon quartier, je n’avais pas de copines. J’ai débuté le scooter à 14 ans lorsque j’ai connu mon amoureux et actuel conjoint.

C’était histoire de faire comme les copains mais je me suis vite pris une poubelle ! Le sport ou les sports mécaniques, c’était pas du tout un truc de famille, nos parents ne nous ont jamais inscrits à des clubs, mes frères et moi : je n’étais pas préparée et plutôt peureuse au départ.

À ce moment-là, je faisais beaucoup de moto en tant que « sac à dos », à l’arrière de la moto de mon copain qui avait passé son permis. Je n’avais jamais été réellement passionnée, mais comme au bout d’un moment je m’ennuyais à l’arrière, j’ai voulu, moi aussi, passer mon permis moto !

©Didier Photographies

C’était presque une révolution : à l’époque, il n’y avait quasiment pas de filles qui sautaient le pas. Je l’ai eu en 2001 et je crois que ça a été le début d’une émancipation pour moi. Je venais d’une famille portugaise assez stricte où il m’a été difficile de sortir avant l’âge de 18 ans.

C’est lorsque j’ai vu des motos rouler sur le circuit Bugatti des 24 Heures Motos du Mans que je me suis dit : « C’est ça que je veux faire : de la moto sur piste ».

Il n’y avait pas de filles sur le circuit mais je n’ai rien lâché et j’ai dit à mon chéri : « Je m’achète une moto de compétition ». Ma première moto de piste faisait 230 kilos, je la tenais à peine, elle était énorme pour moi, je fais 1,54m. Elle pouvait aller jusqu’à 200 km/h.

©DR

Ce qui me plaisait dans le circuit ? L’adrénaline. J’ai eu la chance de faire des tours de piste sur ce circuit mythique en 2004, au milieu de motards hommes. Je me suis sentie pousser des ailes. Je me disais : « Waouh ! Je touche le même goudron que les grands du milieu qui ont roulé ici avant moi. »

J’ai continué les entraînements les années suivantes et c’est en 2006 que j’ai rencontré des personnes de renom qui m’ont aidée à me lancer en compétition.

À l’époque, il n’y avait pas de catégories ouvertes à tout le monde, il fallait donc avoir un certain niveau pour se lancer. Mais, entre-temps, la course des Rookies – des débutants – a été lancée, en août 2006, et j’ai débuté ainsi.

©Didier Photographies

Je me suis qualifiée dans les dernières, mais nous n’étions que quatre filles sur les quarante participants dans cette course mixte du circuit du Vigeant, dans le Val de Vienne.

Honnêtement, sur la grille de départ, malgré les entraînements, j’avais envie de pleurer. Je me disais : « Mais qu’est-ce que tu fous là ? Pourquoi tu te mets autant la pression ? Ça te sert à quoi de souffrir autant ? ». Il a pourtant suffi du top départ pour que je me lance sans réfléchir et je me suis battue comme une lionne avec un plaisir fou !

Quand j’ai passé le drapeau à damier, j’ai tout relâché, j’ai pleuré et je me suis dit que je m’étais prouvé quelque chose à moi-même. J’étais piquée de sports mécaniques ! De 2006 à 2010, j’ai fait trois ans de championnats.

Les compétitions sont mixtes donc je n’étais pas sur le podium, mais j’étais la meilleure féminine toutes catégories confondues. C’est difficile, dans ce cadre, car il y a très peu de reconnaissance des performances des athlètes féminines.

©Instants Clic M.D

Malheureusement, en 2010, je subis un énorme accident en pleine phase de qualification pour déterminer ma place pour la 600 Power Cup. J’étais à plus de 200 km/h et j’ai littéralement été envoyée en l’air avec ma moto. Elle m’est retombée sur le dos, j’ai eu les vertèbres fracassées, j’ai perdu connaissance, mon pronostic vital était engagé.

Malgré ce sacré choc, je ne me suis pas dit : « J’arrête la moto ». J’ai fait trois semaines d’hôpital et je ne savais même pas si j’allais pouvoir remarcher. La première chose que j’ai demandé à mon médecin c’est : « Dans combien de temps je peux reprendre la moto ? ». Il m’a dit : « Le sport, c’est fini pour vous ».

Le problème, c’est que mon rêve se brisait en deux. Je savais qu’avec mon niveau de l’époque, je pouvais accéder au Graal pour moi : les 24 Heures Motos. Et, là, tout s’effondrait.

©Didier Photographies

Mais, abandonner ne fait pas partie de mon langage. J’ai donc continué ma rééducation et ma passion de la moto en devenant coach avec mon mari. Nous avions créé la Team JS Compétition au Mans pour former d’autres férus de moto, filles comme garçons, et nous y avons ajouté la Team JS Académie pour permettre aux novices d’aller sur la piste et en compétition avec une structure solide.

Pour se lancer, il faut avoir une aide sur le plan des infrastructures, de la mécanique, de la logistique et des partenaires. Moi, quand j’ai débuté, je suis allée à la pêche aux infos toute seule et c’était ardu !

On a finalement arrêté tout ce qui était moto en 2013 parce que j’ai fait un burn out, il fallait que je laisse mon corps respirer et nous avions aussi le projet d’avoir un enfant. De 2010 à 2015, je n’ai donc plus du tout fait de moto, ni sur route ni sur piste.

C’est à ce moment-là, en 2016, qu’on nous propose de faire une course de karting.

©Instants Clic M.D

Je pensais que les sports mécaniques, c’était fini pour moi ! Et pourtant, j’ai repris le chemin des circuits. Même si ce n’est pas la même adrénaline qu’en moto, c’était reparti. Je me suis prouvée que je pouvais continuer et que j’avais encore besoin de ce dépassement, celui de piloter.

Ça m’a donné l’idée de lancer une team féminine en karting, la Pink Power Team, un milieu où il y a encore très peu de femmes. Comme mon ancienne structure dans la moto, l’idée était de permettre aux filles de se lancer dans le karting amateur.

Depuis six mois, je recrute de nouvelles recrues. Je ne mets aucune pression, l’idée est qu’elles se lancent même si ce n’est que pour le fun. J’ai créé deux stages de pilotages 100 % féminins destinés aux novices ainsi qu’une compétition qui fait office de première puisqu’elle mettra en concurrence seulement des féminines sur une endurance de deux heures.

Mon rêve ? Vu que je n’ai jamais pu faire les 24 Heures en moto, je m’engage, ainsi que mon équipe, pour les 25H Open Kart 2021, en octobre.

©Bastien Plu Photographie

Je n’ai pas eu de problème à m’intégrer dans ce monde de motards très masculin car c’était des amis, on s’amusait et il y avait une vraie solidarité entre nous tous. Mais, c’est vrai que c’était quand même plus difficile pour les filles en général. Le machisme était courant.

Je l’ai vécu en passant mon permis moto par exemple. J’ai eu droit à des remarques du genre : « Vous ne l’aurez pas vu l’allure à laquelle vous allez » ou encore « Vous allez vous retrouver à l’hôpital, vous n’avez rien à faire sur une moto et vous seriez mieux à la cuisine »… Aujourd’hui, même s’il y a des avancées, les filles sont toujours obligées de prouver qu’elles peuvent le faire !

©Instants Clic M.D

« Si on veut on peut ! », c’est ce que je dirais aux femmes qui n’osent pas se lancer sur la piste des sports mécaniques. Ce n’est pas un genre qui va nous arrêter.

C’est parfois plus compliqué pour ce qui est des moyens financiers, mais des structures sont mises en place pour les femmes à l’instar de ma Pink Power Team ! Il faut savoir casser les barrières. Et ses propres barrières. »

©Didier Photographies

D'autres épisodes de "Femmes et moto : à toute berzingue !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Gail Falkenberg

Gail Falkenberg, la super-granny du tennis

Elle en a sous le coude. Après une éclipse de plusieurs années, la joueuse de tennis américaine de 74 ans (oui, oui !), Gail Falkenberg, a rejoint les courts et disputé un match de premier tour sur le circuit pro. Rarissime. Ce qui fait la joie du milieu tennistique !

Lire plus »
Betty Robinson, la course à un train d’enfer

Betty Robinson, la course à un train d’enfer

Elle est partie de rien et revenue de tout. Cinq mois après ses débuts en athlétisme, Élisabeth « Betty » Robinson est devenue la première championne olympique du 100 mètres de l’Histoire. Sacrée à Amsterdam en 1928, elle brillera également à Berlin, sept ans après qu’un accident d’avion ait manqué de peu lui ôter la vie.

Lire plus »
Le sport feminin

La laborieuse ascension du sport au féminin

Le sport féminin est-il en danger ? Malgré les efforts faits depuis une trentaine d’années pour plus d’égalité en matière de pratique sportive, la situation n’évolue que doucement. La pandémie de Covid-19 n’a pas arrangé les choses. Ce serait même tout le contraire.
Décryptage avec Carole Gomez, directrice de recherche en géopolitique du sport à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et autrice d’un rapport intitulé : « Sport mondialisé : les défis de la gouvernance ».

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand« Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner