Paty Audebert « Une fois sur la moto, je fais corps avec elle. »

Paty Audebert « Une fois sur la moto, je fais corps avec elle. »
Pionnière des courses de motos féminines, championne de France à multiples reprises, Patricia Audebert alias “Paty“ a la moto dans la peau. Pilote passionnée et innée, la belle blonde n’a jamais eu froid aux yeux (bleus). À 66 ans, la voilà repartie sur la route mythique du Bol d’Or Classic, armée de son flegme légendaire.

Par Claire Bonnot

Publié le 16 septembre 2021 à 18h05, mis à jour le 27 septembre 2021 à 18h07

Vous vous apprêtez à faire vrombir la bécane pour votre énième Bol d’Or, ce week-end au Castellet, après plus de quarante ans de carrière. Comment avez-vous atterri sur une moto ?

J’habitais dans un village et mes copines fréquentaient des garçons qui avaient des petites motos. Au lieu d’avoir un coup de foudre pour les garçons, je n’ai eu d’yeux que pour les motos.

J’en suis tombée amoureuse, je ne sais pas pourquoi. En fait, je suis passée de la poupée à la moto !

Le soir même, j’ai dit à mon père : « Je veux une moto ! ». Il m’a répondu : « Dans deux ans, quand tu aras tes seize ans, tu iras travailler pour t’en acheter une ! »

Et c’est ce que j’ai fait. Ça a vraiment été mon premier amour.

Quel a été le regard autour de vous, c’était répandu une fille qui aime la moto ? Comment ça se passait avec les motards ?

À l’époque, il y avait très très peu de femmes dans la moto donc les garçons me regardaient bizarrement, un peu comme une extraterrestre.

Moi, j’étais timide en plus donc je n’allais pas vers eux… En fait, il fallait prouver ce que je valais. Et même maintenant, à mon âge, c’est la même chose…

Quelle sportive étiez-vous quand vous avez commencé à parcourir les routes ? Quel était votre caractère, fonceur ?

Je suis plutôt très calme étrangement, mais fonceuse, ça oui ! J’avais fait beaucoup de sport avant ça, de l’athlétisme, de la piscine, c’était mon truc.

Quand on est jeune, on n’a pas de bobos, on a peur de rien, on est invincible. Ce qui me drivait, c’était l’adrénaline, la vitesse et le fait de rouler avec les hommes.

On jouait des coudes, on se faisait des freinages en catastrophe. J’ai beaucoup appris à leur contact.

Vous commencez la compétition en 1978, à l’orée de la vingtaine, sans entraînement précis, et vous remportez tout, presque comme une fleur…

J’ai passé mon permis moto que j’ai eu du premier coup, j’ai roulé sur la route jusqu’à l’âge de 21 ans, j’allais voir les Grands prix, les courses d’endurance en sillonnant la France de long en large et en travers, je me suis mariée et… je rêvais de concourir mais ça n’existait pas pour les filles motardes.

Jusqu’à ce que ce soit annoncé, l’année suivante, une course de motos pour filles. En 1978, je participais donc à ce championnat de France féminin.

On a vendu tout ce qu’on avait avec mon mari pour acheter la 125 BPS et un fourgon pour que je puisse me lancer dans ce championnat. Et je l’ai remporté !

J’ai aussi fait 2e en endurance en championnat de France avec les hommes. C’est là où j’ai compris que la moto, c’était mon truc.

Quelles sont vos sensations lorsque vous pilotez ?

Quand je suis sur une moto, j’ai une totale impression de liberté, je ne pense à rien, c’est comme si j’étais sur une autre planète. Ma team me dit toujours que sur le départ, mon regard change.

C’est une sensation presque indescriptible. Je n’ai aucune stratégie, je fonce à l’instinct !

Vous démarrez donc sur les chapeaux de roues…

Oui, puisqu’après mon titre de Championne de France féminine en 1978, j’en remporte un autre en 1988 et je fais le Bol d’Or 24H sur la même Honda RC30 que j’ai actuellement.

Y a-t-il eu un virage compliqué dans votre carrière, qui vous a tout de même permis de redémarrer sur la bonne route ?

Oui, juste après, en 1989. Je me suis cassée aux essais des 24H du Mans et, suite à ça, j’ai dû arrêter la moto. Ça a été horrible car c’était mon rêve et que mes os ne se ressoudaient pas.

Résultat : je ne suis plus remonté sur une moto pendant dix-huit ans. J’ai tout de même beaucoup voyagé avec mon sac à dos mais ça n’a jamais remplacé cette passion viscérale. Je suis revenue à la moto en 2007.

C’est mon second mari qui m’a remise sur les roues et sur la route ! J’ai alors refait un championnat féminin en 2007 et j’ai fini 4e. J’aurais pu gagner mais je suis tombée deux fois, c’était la reprise et avec des motos modernes, complètement différentes de ce que j’avais connu.

Paty Audebert avec Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber

Peu importe, vous avez continué…

Oui, je suis passionnée de moto depuis toujours, c’est comme une drogue ! Pourtant aujourd’hui, j’ai 66 ans, mais, dans ma tête, j’ai toujours 20 ans…

En 2009, on me propose de rouler en moto classique et je participe alors à mon premier Bol d’Or Classic sur des motos mythiques des années 1980, telles que la Kawasaki 1135 Godier-Genoud, ou la Honda 750 RC30. Je termine 7e. Je me suis régalée !

Depuis je participe, chaque année, au Bol d’Or Classic, au Sunday Ride Classic et Europeen Classic.

Maintenant, je préfère rouler avec des filles : Anne Marie Spitz, ma première coéquipière, Karine Sliz, Rachel Pesin et Aurélie Hoffmann alias Lil’ Viber.

Ce weekend, c’est le Bol d’Or Classic, nous sommes les seules filles, elles et moi à concourir avec nos motos classiques, la Kawasaki 1135 Godier-Genoud, et la 750 Honda RC30, la même sur laquelle j’ai roulé en 1988 !

Paty Audebert avec Karine Sliz

Les palmarès dont vous êtes le plus fière ?

J’ai été plusieurs fois championne de France, mais je crois que ce qui me rend la plus fière, c’est d’avoir participé au Bol d’Or en 1988. C’était un 24 heures (maintenant, les courses classiques ne durent que quatre heures) et j’étais la seule femme dans la course à l’époque.

Ce sentiment qui vous envahit quand vous voyez les gradins remplis de monde qui vous encourage ! C’est très impressionnant et émouvant, c’était un plaisir de jeunesse.

Je suis fière de moi aussi parce que je fais encore de très beaux chronos ! Comme les d’jeuns ! Même si je suis beaucoup plus prudente qu’avant…

Est-ce que ce sport extrême vous a forgée et vous a aidée à avoir confiance en vous en tant que femme ?

Je ne saurais pas dire… Je crois surtout que c’était mon destin…

Vous n’avez jamais eu peur ?

C’est vrai que lorsque je regarde mes grosses motos et que je me dis que je fais 56 kilos, je n’en reviens pas.

Mais une fois dessus, j’oublie tout ! On fait corps toutes les deux !

Que diriez-vous à des jeunes femmes qui ont peur de se lancer dans un sport qui les attire et qui se mettent des barrières ?

Qu’il faut qu’elles foncent ! Souvent, elles ont peur par rapport aux hommes mais maintenant il y a plein d’écoles pour les débutantes et c’est très bien accepté pour les filles, ce n’est pas comme à l’époque. Elles apprendront à leur rythme !

Encore des rêves à accomplir au volant d’une moto ?

Vu mon âge, je ne peux pas parler de rêves. Je n’ai plus la condition physique pour refaire des 24 heures par exemple même si je m’entraînais beaucoup.

Mais, aujourd’hui, être sur les circuits avec mes amis, partager tous ces bons moments, c’est tout ce que je demande.

D'autres épisodes de "Femmes et moto : à toute berzingue !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Gaétan Alibert : « Les femmes dans le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

Gaétan Alibert : « Les femmes et le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

L’open de France de baseball féminin se jouait à Valenciennes la semaine dernière. Mais si on prolongeait le plaisir avec Gaétan Alibert ? Auteur passionné et passionnant d’une « Histoire populaire du baseball », il nous éclaire sur ce sport encore trop peu (re)connu en France, mais également sur quelques-unes de ses pionnières audacieuses. Et c’est de la balle !

Lire plus »
Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Ski, snow and fun...ride XXL à l'horizon !

Ski, snow and fun…ride XXL à l’horizon !

Le 2 avril, le plus long slalom du monde fait son retour après deux années de pause sanitaire dans la station de la Plagne. Défi ouvert à toutes et tous à condition d’être prêt à festoyer sur les pistes. Un événement qui casse les codes du slalom traditionnel et on adore !

Lire plus »
Laurence Fischer 5 infos pour briller en karatégi

Laurence Fischer : 5 infos pour briller en karatégi

Elle a marqué les tatamis et œuvre aujourd’hui au sein du ministère des Affaires étrangères pour faire du sport un outil d’influence, de développement et de reconstruction. Une sportive combinant grand cœur et mental de guerrière, ça valait bien un retour en 5 infos sur la carrière d’une des plus grandes karatékas du monde.

Lire plus »
Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »
Karen Chataîgnier : « Il y a quelque chose de sacré dans le discours d’Alice Milliat. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des épreuves éprouvantes en altitude, des femmes en selle, une humoriste engagée (Karen Chataîgnier sur notre photo), une cycliste solaire, une super-héroïne à cheval et une nouvelle Question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner