Margaux Hubeny « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Margaux Hubeny
Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Par Faustine Magnetto

Publié le 31 juillet 2020 à 15h43, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h09

La moto, la vitesse…Comment es-tu arrivée sur les pistes ? 

C’est tout simple : je baigne depuis le plus jeune âge dans le milieu de la moto, mes parents sont motards ! C’était une évidence, ça coule dans mes veines ! À l’âge de 3 ans j’étais déjà sur une moto, mon père m’avait offert une « Piwi ». C’est une petite moto, une 50cc. Au fur et à mesure, j’ai grandi et les motos aussi !

Ce n’est même pas une passion, c’est un mode de vie. L’hiver, quand la saison est terminée, la moto est dans le salon. C’est ma déco, il faut que je la voie tous les jours ! Je parle moto, je mange moto, je dors moto !

Margaux Hubeny
©DR

Tu es une sorte de surdouée des pistes…

En 2018, j’ai commencé la piste en tant que débutante avec une moto sportive : une Yamaha R6 de 1999. Au fil des semaines, j’ai passé les différentes catégories : débutant, intermédiaire, confirmé.

Mon évolution était telle qu’en moins d’une saison je suis passée de débutante à confirmée. Ma TEAM, étonnée de voir quelqu’un progresser si vite, m’a conseillé de me mettre à la compétition. Ils m’ont alors parlé du championnat féminin. Sur le coup j’ai rigolé, je ne faisais de la piste que depuis cinq mois !

Pour moi, c’était inimaginable que je me lance dans le championnat de France. Au final, je me suis dit « pourquoi pas ? ». J’ai donc acheté la même Yamaha R6, mais plus récente.

Margaux Hubeny
©DR

Comment s’est passé ton premier roulage ?

La première fois que j’ai mis les roues sur une piste, je me suis demandé ce que je faisais là ! J’étais pourtant bonne conductrice sur la route, mais j’étais totalement paniquée. Sur piste, c’est totalement différent. Il faut tout réapprendre, que ce soit au niveau des trajectoires ou de la poignée.

Quand je suis sortie de mon premier tour de piste, j’avais les bras et les jambes débordants d’adrénaline ! Je tremblais de partout, c’était génial ! Ce sont des sensations énormes de pouvoir tourner la poignée au maximum, de se coucher au sol, de poser le genou. J’ai besoin de cette adrénaline, j’ai toujours aimé ça !

Lire aussi : Leena Gade, première femme ingénieure de course, so what ?

Margaux Hubeny
©DR

En 2019, tu es sacrée championne de France 600 cc, raconte-nous cette victoire…

Le championnat de France se déroulait en plusieurs courses.

Je me suis qualifiée pour le championnat au Mans. Lors de ces qualifications, j’avais pour objectif de faire un milieu de tableau. Résultat : je me suis qualifiée à la 3e place. Alors, je me suis dit qu’il y avait quelque chose !

Une fois qualifiée, j’ai pu participer à la course, mais j’ai complètement raté mon départ ! Je n’avais jamais fait de départ et j’ai lâché l’embrayage trop tôt. Une grosse frayeur, je me suis envolée avec la moto ! Mais j’ai tout de même fini 6e.

La deuxième course était à Magny-Cours. Je me suis lancée, toujours la fleur au fusil et sans travailler le départ. Tout le long, je me suis battue avec une fille qui était devant moi. Au dernier virage, j’ai réussi à la dépasser et je suis arrivée 3e.

Ce n’était que ma deuxième course et mon premier podium. C’est mon plus beau souvenir !

Margaux Hubeny
©DR

Il a fallu attendre la troisième course du championnat sur le circuit Carole pour que je m’entraîne enfin au départ ! Il s’est très bien passé. Je suis partie comme une balle avec 26 secondes d’avance sur la 2e. J’ai décroché le podium en arrivant 1ère… Beaucoup d’émotions !

La finale s’est déroulée à l’anneau du Rhin. J’ai de nouveau fait 1ère avec un départ du feu de dieu sous la canicule, à 44 degrés ! J’ai distancé mes concurrentes. Là aussi, j’ai fini 1ère de la course. Et surtout, 1ère au classement général !

Je ne réalisais pas : j’étais Championne de France 600cc ! C’est à ce moment que je me suis dit que la moto coulait dans mes veines !

C’est pourquoi on te surnomme « l’extraterrestre » ?

Je suis partie de rien. J’ai tout appris par moi-même sans avoir suivi de cours ni de stage de pilotage. Au début du championnat personne ne misait sur moi, j’étais une des seules à n’avoir jamais fait de course. J’avais zéro bagage.

On me disait même que c’était dangereux de commencer la compétition comme ça, on m’a un peu critiqué. Donc c’est une belle victoire puisque personne ne croyait en moi !

Margaux Hubeny
©DR

Tu sembles en continuelle compétition avec toi-même…

En entraînement, j’essaie de faire à peu près ce que je maîtrise et mes chronos sont assez bons. Mais en course, s’il y a quelqu’un devant moi, je ne veux qu’une chose : doubler. C’est ça que j’aime, toujours essayer d’aller au-delà de ce que je sais faire.

Je n’aurais jamais eu le niveau que j’ai actuellement si je n’avais pas participé au championnat de France l’année dernière. Les courses m’ont permis de progresser.

Tu roules de plus en plus vite, tu as une stratégie ?

Je n’ai aucune limite, je les repousse toujours ! L’objectif est d’ouvrir les gaz toujours plus tôt et de freiner toujours plus tard.

C’est le chrono, le chrono et encore le chrono !  C’est comme ça qu’on gagne des dixièmes. Il faut aussi écouter sa moto. Si la moto ne passe pas les virages, tu ne les passeras pas non plus. C’est beaucoup de travail pour ressentir tout ça.

Margaux Hubeny
©DR

Justement, qu’est-ce que tu ressens lors de ces pointes de vitesse ?

Il n’y a pas du tout de sentiment de peur, mais de liberté. En fait, il n’y a que sur la piste que je me sens libre, que je me sens vivre ! C’est ma moto et moi.

Tu portes le numéro 255, il a une signification ? 

Ce numéro me tient à cœur. Ça correspond à la date de naissance de ma filleule, le 25 mai. Et le 55, c’est  le numéro de mon département, la Meuse. Les deux, ça donne 255.

Margaux Hubeny
©DR

Après avoir goûté à la piste, tu as laissé de côté la route …

C’est vrai, depuis que j’ai commencé à faire de la compétition en piste, j’ai arrêté la route. En fait, je n’ai jamais réussi à retrouver du plaisir sur route.

Premièrement, rouler à 90km/h, c’est impossible et deuxièmement, les arbres, les glissières, les automobilistes, c’est beaucoup trop dangereux. Si on chute sur la piste, on attend que ça se passe et on atterrit dans le bac à graviers. Alors que sur la route, les dangers sont multiples. Je n’y reviendrai pas pour le moment.

Battre les hommes, c’est un moyen  de t’affirmer en tant que femme dans cette discipline ?

Homme ou femme, l’important c’est de se dépasser. Mais dépasser les hommes est aussi une forme de petite revanche ! Dans le milieu de la moto, certains hommes peuvent être mauvais. Pas tous, attention ! Il y a beaucoup d’hommes qui trouvent ça génial que les femmes roulent. Ils demandent même des conseils ! 

Mais un jour, on m’a dit qu’étant une femme, je n’avais rien à faire sur la piste. Aujourd’hui, je prends plaisir à dépasser un homme ! Pour l’anecdote, je n’aime pas le rose, mais mon équipement et ma moto sont roses. C’est le moyen que j’ai trouvé pour signifier aux hommes, quand je les double, que je suis une femme !

Margaux Hubeny
©DR

Les hommes, tu vas les retrouver prochainement en championnat, un nouveau défi ? 

En fait, il n’y a qu’un seul championnat féminin et selon le règlement je ne peux pas le refaire car je l’ai gagné.

Si je veux continuer la compétition, je dois passer chez les hommes. Je participe donc en fin d’année au championnat de vitesse du WERC (Week-End Racing Club).

La confrontation avec les hommes est assez différente, ça va jouer du guidon et ça va pousser du coude ! J’aime beaucoup !

Que dirais-tu à une femme qui veut se mettre au pilotage ?

Fonce ! On n’est pas moins bonnes que les hommes. Il n’y a pas de raison qu’on le soit. Il faut justement le prouver ! Ce n’est pas parce qu’on est un petit bout de femme qu’on ne peut pas piloter une moto de course. Il faut aller au-delà des préjugés. Une fois qu’on met le casque et qu’on tourne la poignée, on est tous les mêmes !

Il ne faut pas avoir peur et se lancer. Aujourd’hui, tout est mis en place pour qu’on se sente de mieux en mieux, pour que ça évolue dans le bon sens. Il y a beaucoup d’aides, de stages de pilotage, de coaching. L’important c’est de se faire plaisir !

Margaux Hubeny
©DR

Quelle est la suite de l’aventure pour toi ?

En fin d’année j’ai le championnat de vitesse du WERC. Dans un futur un peu plus lointain, mon objectif serait de faire des grandes courses endurances, comme les 24h du Mans, le Bol d’Or, les 24h de Barcelone…

Je ne suis pas prête de quitter la piste !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Charlotte Hym et Madeleine Larcheron

Charlotte Hym et Madeleine Larcheron, les rideuses françaises entrent en… Skate

Elles seront deux. Deux Françaises à porter fièrement les couleurs de l’équipe de France lors des épreuves de skateboard qui auront lieu le 25 juillet (street) et le 4 août (park) aux JO de Tokyo. Charlotte Hym et Madeleine Larcheron auront l’occasion de marquer l’Histoire des Jeux Olympiques en s’invitant sur le premier podium consacré à la discipline. Faisons les présentations.

Lire plus »
Monica Pereira

Monica Pereira, le sport pour sortir de l’ombre

Une jeunesse dans les quartiers difficiles, un parcours chaotique et…le sport. Monica est une survivante. Et c’est parce qu’elle s’est bougée, dans tous les sens du terme, qu’elle est aujourd’hui, à 43 ans, en phase avec elle-même. Depuis un an, elle épouse sa reconversion de coache sportive avec jubilation. Pas peu fière. Elle nous raconte ce qui la raccroche à la (belle) vie. Témoignage précieux.

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Après un bel été chargé en émotions olympiques, retour du Best-of sur ÀBLOCK! Le meilleur de la semaine compilé pour une séance de rattrapage (comme le petit questionnaire sportif de la motarde Lil’Viber, ici en photo), c’est à grignoter le week-end et c’est tout benef !

Lire plus »
Ronda Rousey

Ronda Rousey, une héroïne à la Zola dans le MMA

Première championne de l’histoire de l’UFC, celle qui a ouvert le MMA aux femmes a su donner les coups qu’il fallait pour toujours se relever dans une vie traversée par les drames. L’Américaine Ronda Rousey, cascadeuse et actrice dans des blockbusters hollywoodiens, a écrit le propre film de sa vie à la force de ses poings et de son mental d’acier. Une combattante hors norme et une pionnière du game !

Lire plus »
Kim Ng

Kim Ng, la nouvelle boss du baseball qui frappe fort

Elle a su s’imposer dans un monde d’hommes. À 51 ans, Kim Ng est devenue manager général de l’équipe de baseball Miami Marlins. Une vraie révolution dans l’univers, jusqu’alors uni-genré, des sports majeurs aux Etats-Unis. Portrait d’une infatigable battante.

Lire plus »
Mélanie et Guillaume Touzot

Wasani, l’appli qui veut faire bouger le sport

Rassembler les amateurs et acteurs du sport, soutenir les fédérations, c’est l’ambition de Wasani. Cette application, lancée il y a trois ans, souhaite faciliter la pratique sportive et permettre à tous de partager des valeurs et des moments inoubliables. Tout simplement.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner