Marie-Zélia LafontL’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives
La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Par Claire Bonnot

Publié le 24 juillet 2021 à 7h30, mis à jour le 01 août 2021 à 10h39

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Chaque compétition est un nouveau challenge. À chaque fois, on repart de zéro. L’essentiel est de prendre du plaisir et le résultat suivra naturellement ».

Marie-Zélia Lafont se confiait à Sud Ouest en début d’année. Sereine, elle se préparait pour cette seconde chance sur les sommets de l’Olympe du sport après avoir manqué la porte de la demi-finale en 2016 à Rio – elle terminait seizième alors que seuls les quinze meilleurs temps pouvaient accéder aux demi-finales. Rude !

Pour autant, celle qui vole aisément sur l’eau garde les pieds sur terre et ne se laisse pas emporter par l’esprit de revanche. Elle sait mener sa barque : « Je vais aux JO pour naviguer, m’amuser, sortir ma navigation, m’éclater sur l’eau et on verra bien ! »

L’espoir du kayak français est plutôt en grande forme après avoir été sacrée championne du monde par équipe fin 2020. Sa préparation ? Se plonger dans la tête et le corps d’une championne. Pour cela, il faut un entraînement à plein temps. La kinésithérapeute a donc stoppé toute activité professionnelle pour se consacrer au rêve d’une vie. Son rêve dont rien ne semble pouvoir la détourner.

Car la petite Orthézienne a débuté le kayak à l’âge de 9 ans, en 1996, avec ses cousins, passionnés de ce sport. Ni une ni deux, elle entre dans le club local et gravit les échelons.

Son modèle ? « Les exploits de Tony Estanguet ont réveillé en moi le rêve de décrocher le Graal olympique », expliquait-elle à Culture Sport.

Son premier exploit a été de déchoir la reine du kayak de son trône, Émilie Fer, championne olympique en titre. C’était en 2015, lors des Championnats de France.

Marie-Zélia Lafont se désigne alors comme « l’outsider » et se réjouit de ce fait d’armes : « D’avoir battu Emilie Fer a plutôt augmenté ma confiance. Émilie est une grande championne que je respecte énormément. Je suis fière et je vais essayer d’être à la hauteur. » 

La suite ? Elle parvient à décrocher la qualification olympique en devançant à nouveau Emilie Fer.

Si le succès n’est pas au rendez-vous à Rio, la kayakiste ne lâche pas la pagaie et continue à être « acharnée de travail sur les bassins » avec des atouts à toute épreuve, « persévérance, dynamisme et rigueur », comme le décrit sa bio sur le site de la Fédération FFCK.

Malgré l’échec de l’Euro 2021 lors des épreuves de kayak slalom – elle a terminé quatorzième et les membres de l’équipe de France n’ont remporté aucune médaille individuelle – pour Tokyo 2021, Marie-Zélia Lafont se replace sur la ligne de départ forte de son expérience et de son mental, combattif et 100 % positif. ÀBLOCK! quoi !

  • Depuis notre portrait, Marie-Zélia Lafont s’est placée 14e de la demi-finale du kayak monoplace (K1) aux Jeux Olympiques de Tokyo. 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Iga Swiatek

Roland-Garros : les 6 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir si la polonaise Iga Swiatek (sur notre photo) va conserver son titre chez les dames, zoom sur les championnes de ces six dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts de Roland-Garros, le plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
rallye des gazelles

Sur les traces des Gazelles (Carnet de voyage 1)

Deux filles, leur bagnole et leur audace ! Embarquement immédiat avec Sandra et Anne sur les chemins du Rallye des Gazelles…2021.  Sur ÀBLOCK!, elle nous propose un carnet de voyage qui débute dès l’inscription. Car l’édition 2021 semble encore loin mais l’organisation est titanesque… La parole aux Gazelles !

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner