Rechercher

Marie-Zélia LafontL’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives
La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Par Claire Bonnot

Publié le 24 juillet 2021 à 7h30, mis à jour le 01 août 2021 à 10h39

« Chaque compétition est un nouveau challenge. À chaque fois, on repart de zéro. L’essentiel est de prendre du plaisir et le résultat suivra naturellement ».

Marie-Zélia Lafont se confiait à Sud Ouest en début d’année. Sereine, elle se préparait pour cette seconde chance sur les sommets de l’Olympe du sport après avoir manqué la porte de la demi-finale en 2016 à Rio – elle terminait seizième alors que seuls les quinze meilleurs temps pouvaient accéder aux demi-finales. Rude !

Pour autant, celle qui vole aisément sur l’eau garde les pieds sur terre et ne se laisse pas emporter par l’esprit de revanche. Elle sait mener sa barque : « Je vais aux JO pour naviguer, m’amuser, sortir ma navigation, m’éclater sur l’eau et on verra bien ! »

L’espoir du kayak français est plutôt en grande forme après avoir été sacrée championne du monde par équipe fin 2020. Sa préparation ? Se plonger dans la tête et le corps d’une championne. Pour cela, il faut un entraînement à plein temps. La kinésithérapeute a donc stoppé toute activité professionnelle pour se consacrer au rêve d’une vie. Son rêve dont rien ne semble pouvoir la détourner.

Car la petite Orthézienne a débuté le kayak à l’âge de 9 ans, en 1996, avec ses cousins, passionnés de ce sport. Ni une ni deux, elle entre dans le club local et gravit les échelons.

Son modèle ? « Les exploits de Tony Estanguet ont réveillé en moi le rêve de décrocher le Graal olympique », expliquait-elle à Culture Sport.

Son premier exploit a été de déchoir la reine du kayak de son trône, Émilie Fer, championne olympique en titre. C’était en 2015, lors des Championnats de France.

Marie-Zélia Lafont se désigne alors comme « l’outsider » et se réjouit de ce fait d’armes : « D’avoir battu Emilie Fer a plutôt augmenté ma confiance. Émilie est une grande championne que je respecte énormément. Je suis fière et je vais essayer d’être à la hauteur. » 

La suite ? Elle parvient à décrocher la qualification olympique en devançant à nouveau Emilie Fer.

Si le succès n’est pas au rendez-vous à Rio, la kayakiste ne lâche pas la pagaie et continue à être « acharnée de travail sur les bassins » avec des atouts à toute épreuve, « persévérance, dynamisme et rigueur », comme le décrit sa bio sur le site de la Fédération FFCK.

Malgré l’échec de l’Euro 2021 lors des épreuves de kayak slalom – elle a terminé quatorzième et les membres de l’équipe de France n’ont remporté aucune médaille individuelle – pour Tokyo 2021, Marie-Zélia Lafont se replace sur la ligne de départ forte de son expérience et de son mental, combattif et 100 % positif. ÀBLOCK! quoi !

  • Depuis notre portrait, Marie-Zélia Lafont s’est placée 14e de la demi-finale du kayak monoplace (K1) aux Jeux Olympiques de Tokyo. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le sport féminin ébranlé par la crise sanitaire ?

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Jessi Combs

10 femmes de sport, 10 récits de pionnières

On n’a pas attendu le 8 mars pour parler des femmes. On est ÀBLOCK! avec elles depuis trois ans, vous avez remarqué ? Mais, ok on joue le jeu, en redonnant à quelques pionnières du sport la place qu’elles méritent, à l’instar de Jessi Combs sur notre photo. Grâce à elles, les femmes ont pu (peuvent), peu à peu, changer le monde et leur monde.

Lire plus »
Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Elle fait partie de ces défricheuses qui ont contribué à populariser le rugby féminin. Annick Hayraud, multi-titrée en club et avec l’équipe de France de rugby à XV, n’a jamais cessé de militer. Manager général des Bleues depuis 2016, son mandat s’achève à la fin de l’année et elle espère, à l’avenir, plus de moyens pour développer et pérenniser la pratique. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Jessy Trémoulière : « Je n’aurais jamais penser faire autant dans le rugby, j’ai juste envie de dire merci.  »

Jessy Trémoulière : « Je n’aurais jamais pensé faire autant dans le rugby, j’ai juste envie de dire merci.  »

Ça y est, c’est fini… Après des années à tout donner pour le maillot bleu, Jessy Trémoulière raccroche les crampons en équipe de France. Elle veut, désormais, se consacrer à sa ferme et retrouver le rugby sans la pression. Dernière chance d’admirer cette grande dame du XV : ce samedi pour la finale du Tournoi des Six Nations 2023, face aux Anglaises, sur la pelouse mythique de Twickenham. Il ne manque que la victoire pour partir en apothéose !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner