Marie-Zélia LafontL’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives
La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Par Claire Bonnot

Publié le 24 juillet 2021 à 7h30, mis à jour le 01 août 2021 à 10h39

« Chaque compétition est un nouveau challenge. À chaque fois, on repart de zéro. L’essentiel est de prendre du plaisir et le résultat suivra naturellement ».

Marie-Zélia Lafont se confiait à Sud Ouest en début d’année. Sereine, elle se préparait pour cette seconde chance sur les sommets de l’Olympe du sport après avoir manqué la porte de la demi-finale en 2016 à Rio – elle terminait seizième alors que seuls les quinze meilleurs temps pouvaient accéder aux demi-finales. Rude !

Pour autant, celle qui vole aisément sur l’eau garde les pieds sur terre et ne se laisse pas emporter par l’esprit de revanche. Elle sait mener sa barque : « Je vais aux JO pour naviguer, m’amuser, sortir ma navigation, m’éclater sur l’eau et on verra bien ! »

L’espoir du kayak français est plutôt en grande forme après avoir été sacrée championne du monde par équipe fin 2020. Sa préparation ? Se plonger dans la tête et le corps d’une championne. Pour cela, il faut un entraînement à plein temps. La kinésithérapeute a donc stoppé toute activité professionnelle pour se consacrer au rêve d’une vie. Son rêve dont rien ne semble pouvoir la détourner.

Car la petite Orthézienne a débuté le kayak à l’âge de 9 ans, en 1996, avec ses cousins, passionnés de ce sport. Ni une ni deux, elle entre dans le club local et gravit les échelons.

Son modèle ? « Les exploits de Tony Estanguet ont réveillé en moi le rêve de décrocher le Graal olympique », expliquait-elle à Culture Sport.

Son premier exploit a été de déchoir la reine du kayak de son trône, Émilie Fer, championne olympique en titre. C’était en 2015, lors des Championnats de France.

Marie-Zélia Lafont se désigne alors comme « l’outsider » et se réjouit de ce fait d’armes : « D’avoir battu Emilie Fer a plutôt augmenté ma confiance. Émilie est une grande championne que je respecte énormément. Je suis fière et je vais essayer d’être à la hauteur. » 

La suite ? Elle parvient à décrocher la qualification olympique en devançant à nouveau Emilie Fer.

Si le succès n’est pas au rendez-vous à Rio, la kayakiste ne lâche pas la pagaie et continue à être « acharnée de travail sur les bassins » avec des atouts à toute épreuve, « persévérance, dynamisme et rigueur », comme le décrit sa bio sur le site de la Fédération FFCK.

Malgré l’échec de l’Euro 2021 lors des épreuves de kayak slalom – elle a terminé quatorzième et les membres de l’équipe de France n’ont remporté aucune médaille individuelle – pour Tokyo 2021, Marie-Zélia Lafont se replace sur la ligne de départ forte de son expérience et de son mental, combattif et 100 % positif. ÀBLOCK! quoi !

  • Depuis notre portrait, Marie-Zélia Lafont s’est placée 14e de la demi-finale du kayak monoplace (K1) aux Jeux Olympiques de Tokyo. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman à la raquette magique (Su-Wei Hsieh sur notre photo), une Déesse des courts français, les 5 dernières killeuses de la terre battue, une skieuse qui plante le bâton avec maestria, une chronique d’actualité, une question qui tue, une initiative 100 % féminine à l’épée et les porte-drapeaux en lice pour les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 43 ans, Becky Hammon vient d’entrer dans l’histoire du basket nord-américain en devenant, le 30 décembre dernier, la première femme à coacher une équipe lors d’un match officiel de NBA. Malgré la défaite de son équipe des Spurs face aux Lakers, la double championne WNBA continue à marquer les parquets de son empreinte. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

À 28 ans, la multi-médaillée paralympique en ski alpin est auréolée d’une belle image de sportive à la fois zen et déterminée. Avant qu’elle ne s’élance pour les Jeux Paralympiques de Pékin, Marie Bochet, dernièrement double médaille d’or aux Championnats du monde de para sports en Norvège, se livre avec la fraîcheur de sa glisse désormais légendaire. Marie fonce tout schuss !

Lire plus »
Lucie Bertaud

Lucie Bertaud, jamais aussi libre que dans une cage

Voix rauque et débit de mitraillette, Lucie Bertaud est une passionnante pipelette. Cette figure de la boxe féminine française, aujourd’hui championne de MMA (arts martiaux mixtes), se raconte comme elle combat : sans triche et sans artifice. Sur le ring, dans une cage ou dans la vie, elle donne tout ce qu’elle a. Échanges percutants.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner