Amandine Henry5 infos pour briller sur la pelouse

Amandine Henry
Capitaine des Bleues au palmarès impressionnant, la joueuse de l’OL a su conquérir tous les terrains et est devenue avec les années une figure du football mondial. Retour sur 5 dates clés de sa bluffante carrière.

Publié le 13 septembre 2020 à 13h39, mis à jour le 04 août 2022 à 14h05

  1. Passer par Clairefontaine

Son histoire avec le ballon rond commence alors qu’elle accompagne son père au stade, près de Lille. Elle a 5 ans et se passionne déjà pour le football. Inscrite dans un club mixte jusqu’à l’adolescence, Tiote Nénette comme la surnommait ses premiers supporters avaient du mal à lâcher les crampons : « Elle habitait à côté du stade et y venait tout le temps. Elle n’avait rien à envier aux garçons, elle était rapide et technique et était même meilleure qu’eux« , se souvient pour l’AFP David Vanlerberghe, son premier entraîneur.

Sa carrière sénior, elle la débute au club d’Hénin-Beaumont avant d’être remarquée l’année de ses 15 ans par le centre de formation du football de Clairefontaine. Amandine Henry s’y fait les dents pendant trois ans. La milieu de terrain découvre le haut niveau en jouant avec les meilleurs joueuses de France. C’est le début d’une envolée footballistique décapante !

Amandine Henry
©Dominique Mallen

  2. Tout gagner avec l’Olympique Lyonnais

Après son passage à Clairefontaine, Amandine Henry alias Didine signe son premier contrat professionnel avec l’Olympique Lyonnais. Les blessures et le manque d’expérience vont ralentir son évolution, mais elle finit par s’imposer dans l’effectif au point de devenir une des pièces maîtresses du meilleur club de France.

Avec Lyon, elle remporte douze titres de championne de France, sept victoires en Coupe de France et six en Ligue des champions. Bluffante.

Amandine Henry
©Damien LG/OL

  3. Tenter l’aventure américaine

En 2016, Amandine Henry déjà dotée d’une belle carrière avec l’Olympique Lyonnais, décide de se lancer un nouveau défi en s’engageant avec le club de Portland, dans l’équipe des Thorns, aux États-Unis.

Pour la milieu de terrain, c’est l’occasion de découvrir un nouveau championnat, un nouveau pays, une nouvelle culture. Elle s’y impose rapidement comme titulaire et remporte, en 2017, le National Women’s Soccer League (NWSL) avec ses coéquipières.

Six mois plus tôt, la trêve du championnat américain lui avait donné l’occasion de rentrer en France, « prêtée » brièvement au Paris-saint-Germain, mais c’est à L’OL, son club de cœur, qu’elle décide de poser de nouveau ses bagages lorsqu’elle quitte les States après sa victoire avec les Thorns.

Amandine Henry
©DR

  4. Devenir capitaine de l’équipe de France

Amandine Henry qui s’est très vite imposée comme pilier de l’équipe de France, prend du galon à l’arrivée de la nouvelle sélectionneuse, Corinne Diacre. Elle devient capitaine des Bleues en 2017 et est sélectionnée deux ans plus tard pour disputer la Coupe du monde.

Logique, Amandine Henry a l’un des palmarès les plus fournis du foot féminin et même du sport français. L’an dernier, elle raflait le Trophée des Championnes.

Amandine Henry
©Steffen Prößdorf

  5. Publier sa bio à seulement 30 ans

À parcours exceptionnel, récit exceptionnel. Pour partager son expérience de joueuse, elle publie un roman autobiographique, « Croire en ses rêves » (éditions Rageot) dans lequel elle retrace son parcours, témoignant des difficultés rencontrées par une fille pour atteindre les sommets dans un sport dit « de tradition masculine ».

Le but de ces écrits :  inspirer la jeune génération et les inciter à surmonter les obstacles qui peuvent les séparer de leur rêve. Un message qu’elle s’escrime à faire passer depuis ses premières victoires. Et elle n’est pas prête de se taire. 

couv

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner