Rechercher

Amandine Henry5 infos pour briller sur la pelouse

Amandine Henry
Capitaine des Bleues au palmarès impressionnant, la joueuse de l’OL a su conquérir tous les terrains et est devenue avec les années une figure du football mondial. Retour sur 5 dates clés de sa bluffante carrière.

Publié le 13 septembre 2020 à 13h39, mis à jour le 04 août 2022 à 14h05

  1. Passer par Clairefontaine

Son histoire avec le ballon rond commence alors qu’elle accompagne son père au stade, près de Lille. Elle a 5 ans et se passionne déjà pour le football. Inscrite dans un club mixte jusqu’à l’adolescence, Tiote Nénette comme la surnommait ses premiers supporters avaient du mal à lâcher les crampons : « Elle habitait à côté du stade et y venait tout le temps. Elle n’avait rien à envier aux garçons, elle était rapide et technique et était même meilleure qu’eux« , se souvient pour l’AFP David Vanlerberghe, son premier entraîneur.

Sa carrière sénior, elle la débute au club d’Hénin-Beaumont avant d’être remarquée l’année de ses 15 ans par le centre de formation du football de Clairefontaine. Amandine Henry s’y fait les dents pendant trois ans. La milieu de terrain découvre le haut niveau en jouant avec les meilleurs joueuses de France. C’est le début d’une envolée footballistique décapante !

Amandine Henry
©Dominique Mallen

  2. Tout gagner avec l’Olympique Lyonnais

Après son passage à Clairefontaine, Amandine Henry alias Didine signe son premier contrat professionnel avec l’Olympique Lyonnais. Les blessures et le manque d’expérience vont ralentir son évolution, mais elle finit par s’imposer dans l’effectif au point de devenir une des pièces maîtresses du meilleur club de France.

Avec Lyon, elle remporte douze titres de championne de France, sept victoires en Coupe de France et six en Ligue des champions. Bluffante.

Amandine Henry
©Damien LG/OL

  3. Tenter l’aventure américaine

En 2016, Amandine Henry déjà dotée d’une belle carrière avec l’Olympique Lyonnais, décide de se lancer un nouveau défi en s’engageant avec le club de Portland, dans l’équipe des Thorns, aux États-Unis.

Pour la milieu de terrain, c’est l’occasion de découvrir un nouveau championnat, un nouveau pays, une nouvelle culture. Elle s’y impose rapidement comme titulaire et remporte, en 2017, le National Women’s Soccer League (NWSL) avec ses coéquipières.

Six mois plus tôt, la trêve du championnat américain lui avait donné l’occasion de rentrer en France, « prêtée » brièvement au Paris-saint-Germain, mais c’est à L’OL, son club de cœur, qu’elle décide de poser de nouveau ses bagages lorsqu’elle quitte les States après sa victoire avec les Thorns.

Amandine Henry
©DR

  4. Devenir capitaine de l’équipe de France

Amandine Henry qui s’est très vite imposée comme pilier de l’équipe de France, prend du galon à l’arrivée de la nouvelle sélectionneuse, Corinne Diacre. Elle devient capitaine des Bleues en 2017 et est sélectionnée deux ans plus tard pour disputer la Coupe du monde.

Logique, Amandine Henry a l’un des palmarès les plus fournis du foot féminin et même du sport français. L’an dernier, elle raflait le Trophée des Championnes.

Amandine Henry
©Steffen Prößdorf

  5. Publier sa bio à seulement 30 ans

À parcours exceptionnel, récit exceptionnel. Pour partager son expérience de joueuse, elle publie un roman autobiographique, « Croire en ses rêves » (éditions Rageot) dans lequel elle retrace son parcours, témoignant des difficultés rencontrées par une fille pour atteindre les sommets dans un sport dit « de tradition masculine ».

Le but de ces écrits :  inspirer la jeune génération et les inciter à surmonter les obstacles qui peuvent les séparer de leur rêve. Un message qu’elle s’escrime à faire passer depuis ses premières victoires. Et elle n’est pas prête de se taire. 

couv

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Croisière des Alizés : la voile comme bouée de sauvetage

Croisière des Alizés : la voile comme bouée de sauvetage

« Offrir l’horizon et les vertus thérapeutiques de la voile en partage ». C’est la très belle initiative de l’association québécoise, La Croisière des Alizés, qui initie à la voile des jeunes filles vivant des troubles alimentaires et en chemin vers le rétablissement. Un élan de solidarité venu tout droit d’un vécu ou l’histoire d’une résilience par le sport. Larguons les amarres avec Nathaly, la mère d’Ariane, qui en sont les deux fondatrices.

Lire plus »
« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rencontre avec une (déjà) légende du handball actuellement en plein Mondial en Espagne (Allison Pineau sur notre photo), un podcast avec une nageuse qui s’est jouée des requins, cinq infos sur une championne de la peuf, la petite histoire du handball féminin et une chorégraphie engagée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Mélanie Briot

Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d’une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner