Megan Rapinoe, la footballeuse qui fait marquer des points aux femmes et aux minorités.

Megan Rapinoe
Élue l'une des sportives les plus influentes en 2020, elle est LA pépite du football féminin. Cette trentenaire américaine, sacrée Ballon d’Or 2019, dégomme tout sur le gazon comme dans la vie. Son terrain de jeu ? Celui de la défense des minorités, du droit des femmes et des LGBT. Un symbole sportif de la diversité.

Publié le 02 juillet 2020 à 10h32, mis à jour le 12 mars 2022 à 17h10

Zinedine Zidane, Cristiano Ronaldo, Lionel Messi… Megan Rapinoe les vaut tous  !

Pourquoi ? Elle aussi a été sacrée Ballon d’Or, en 2019 – rappelons que la catégorie féminine n’a été ouverte qu’en… 2018. Et c’est lors de la dernière Coupe du Monde de foot féminine que sa côte de popularité a explosé !

Les journaux français parlent alors d’une « Purple reine » pour cette attaquante imparable aux cheveux colorés violets et au maillot blanc floqué du numéro 15.

La USNWT, l’équipe des États-Unis féminine de soccer, remporte alors son quatrième titre mondial avec Megan Rapinoe en co-capitaine et co-meilleure buteuse avec six réalisations.

Elle est désignée meilleure joueuse du tournoi, empoche le Ballon d’Or et le prix « The Best » de la FIFA de la meilleure joueuse de l’année. Rien que ça…

Megan Rapinoe

Une star du ballon rond

Tous sont unanimes. Elle est une footballeuse extraordinaire qui allie puissance et vision du jeu sur le gazon  :

« Ça a toujours été une combattante sur le terrain, quelqu’un d’unique, et en dehors, c’est aussi une guerrière. Elle m’inspire. Elle ne recule pas, elle n’est pas timide face aux plus hauts obstacles, elle devient même encore plus grande », la félicitait sa coéquipière Christen Press lors de la Coupe du Monde.

Son palmarès de superstar ? Championne olympique en 2012, Championne du Monde par deux fois, en 2015 et 2019. L’Américaine dégomme tout sur le gazon mais marque aussi des points sur un autre terrain : celui du militantisme !

Megan Rapinoe

Un rôle modèle badass

Se démarquer, voilà l’action qui décrit le mieux Megan Rapinoe. Que ce soit armée du ballon rond ou de sa seule voix et personnalité, la franc-tireuse ne mâche aucun de ses mots et enchaîne les prises de parole ou actions engagées.

«  C’est une sorte de ‘fuck you’ adressé au gouvernement », déclare-t-elle en 2019 avant le lancement de la compétition internationale.

En effet, depuis 2016, la joueuse boycotte l’hymne américain avant les matchs, en soutien au joueur de football américain Colin Kaepernick qui proteste ainsi contre les violences policières à l’égard des Afro-Américains.

Megan Rapinoe

Elle s’engage aussi pour plus d’équité pour le sport féminin. Avec ses consœurs américaines, elle a lancé une action en justice contre la fédération nationale au motif d’une « discrimination basée sur le genre  » soulignant l’énorme disparité de rémunération et de conditions entre elles et leurs homologues masculins.

Celle qui a fait son coming-out en 2012 se bat contre toutes formes de discriminations.

Durant la Coupe du Monde, elle affirme à plusieurs reprises son refus de se rendre à la Maison  Blanche – « Je ne vais pas à la f *** ing Maison Blanche  », avait-elle même prononcé –  en cas de victoire de l’équipe nationale.

Le principal visé  ? Le président des Etats-Unis himself, Donald Trump, qui lui avait d’ailleurs vertement répondu sur Twitter.

Megan Rapinoe ne compte pas «  faire des courbettes devant (Donald Trump) qui, clairement, est contre tout ce en quoi (elle croit) ».

« Je sais que cela peut me coûter cher », reconnaissait-elle auprès de l’AFP. « Au propre comme au figuré. Mais je me vois comme un porte-voix et c’est un rôle que j’assume complètement. »

Megan Rapinoe

Une voix qui porte

Quand son équipe rentre en héro(ïne) à New York, elle prononce un discours inspirant et fondateur, à la manière des grands leaders qui ont changé le monde ou des héros de films hollywoodiens  :

«  C’est de mon devoir de vous dire cela : nous devons être meilleurs… Nous devons aimer davantage, haïr moins. Nous devons écouter plus et moins parler. Nous devons savoir que c’est de la responsabilité de chacun. C’est de notre responsabilité de rendre ce monde meilleur.

Je pense que cette équipe fait un travail incroyable pour porter tout cela sur ses épaules. Oui, on fait du sport ; oui, on joue au football ; oui, on est des femmes athlètes, mais on est beaucoup plus que ça (…) Comment rendez-vous vos proches meilleurs au quotidien ? (…) Donnez plus, soyez plus grands, meilleurs que vous ne l’avez jamais été. »

Le mot de la fin  ? Celui de sa coéquipière et capitaine en sélection, Alex Morgan : «  Toutes les équipes ont besoin d’une Megan Rapinoe, sur le terrain et en dehors. »

Et pour nous, ça veut dire être… ÀBLOCK!

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Il était une fois l’équitation…féminine

Il était une fois l’équitation…féminine

C’est l’heure de monter à cheval ! Alors que les Championnats du Monde de Saut d’Obstacles, dressage, para-dressage et voltige s’ouvrent à Herning, au Danemark, ÀBLOCK! vous invite à démonter les vieux clichés autour de l’équitation et des femmes via les cavalières qui ont marqué l’Histoire. Et au trot !

Lire plus »
Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Au Québec, elle est la bonne fée du baseball féminin. L’ex-lanceuse de l’équipe canadienne, veille au développement d’un sport encore trop souvent conjugué au masculin. Grâce à elle, les filles prennent la balle au bond, sur le terrain comme dans la vie. Son maître-mot : leadership ! Portrait d’une championne pour qui rien n’a jamais été gravé dans le marbre.

Lire plus »
Lénaïg Corson

Lénaïg Corson :« En rugby, certaines remarques sexistes sont affligeantes ! »

Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Médaillée de bronze à la poutre aux championnats d’Europe de 2019, en Pologne, couplé à l’argent au concours général individuel des Jeux européens de Minsk, en Biélorussie, la gymnaste de Saint-Etienne, Lorette Charpy, victime d’une grave blessure au genou en mars dernier, n’avait pas pu participer aux JO de Tokyo et ne sera pas non plus aux Championnats du monde, le mois prochain. Mais elle ne lâche rien et se prépare déjà pour Paris 2024. Entre deux séances de rééducation, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner