Rechercher

Coupe du Monde féminine de football 2023 Le grand récap'

Coupe du Monde féminine de football 2023, le récap
La Coupe du Monde 2023 s'est bouclée par la victoire de l'Espagne, une première pour le pays. Ce ne fut pas aussi joyeux du côté de nos Bleues pour qui le Mondial s'est achevé sur une élimination frustrante aux tirs aux buts. La déception est de mise, mais l'avenir semble promettre de belles choses pour cette équipe de France qui ne lâche rien.

Par Alexandre Hozé

Publié le 22 août 2023 à 10h06

Le rêve bleu n’aura pas duré… Si le niveau de cette Coupe du Monde était annoncé redoutable et a tenu toutes ses promesses, on ne pouvait que croire en nos Bleues. 

Certes, Hervé Renard n’avait récupéré les rênes de la sélection que quelques mois plus tôt. On le savait aussi, le groupe était nouveau, beaucoup de jeunes joueuses allaient se frotter au top du top du ballon rond pour la première fois lors de cette Coupe du Monde 2023. 

Mais comme d’habitude avec l’équipe de France, il y a un objectif et un seul, c’est le titre. Et il y avait des raisons de croire que cette nouvelle team pouvait aller loin. 

Déjà, l’entente entre le staff et les joueuses était au beau fixe pour la première fois depuis bien des années. Mine de rien, c’est très loin d’être négligeable. Ensuite, le retour de cadres comme Wendie Renard ou Eugénie Le Sommer appuyait le dossier de favorites de nos Bleues. 

©FFF

L’ambition affichée au début de la compétition était une place dans le dernier carré, et plus si affinités. Cette Coupe du Monde s’annonçait plus ouverte que jamais, les Américaines étaient vieillissantes, de nouvelles équipes comptaient bien tirer leur épingle du jeu. 

Les phases de poules n’ont pas manqué d’animation. Côté Bleues, après un premier match décevant contre la Jamaïque (0-0), le mondial a réellement débuté face au Brésil. Impressionnantes dans le jeu, les protégées d’Hervé Renard ont dominé leurs adversaires du jour et ont arraché à la dernière minute un succès mérité (2-1). Le plus dur était fait, une courageuse mais inférieure équipe du Panama n’étant pas en capacité d’inquiéter nos tricolores (6-3). 

©FFF

Les autres équipes favorites laissaient la phase de poules derrière elles également, à l’exception de l’Allemagne. Pourtant finaliste du dernier Euro, la Mannschaft s’est fait piéger, notamment par la Colombie et sa pépite Linda Caicedo. 

Et les surprises ont continué ! En huitièmes de finale, les Etats-Unis chutent ! Tenante du titre, la Team USA n’est pas parvenue à se renouveler suffisamment. Megan Rapinoe raccroche les crampons après l’un des rares échecs de sa monumentale carrière. 

Pour les Bleues en revanche, ce premier tour à élimination directe se passe on ne peut mieux. Dans un remake de la demi-finale de la Coupe du Monde masculine, l’équipe de France faisait face aux lionnes du Maroc. 

Et malgré tout le courage de leurs adversaires, les Françaises ont été intraitables. 4-0, qualification avec la manière derrière une attaque on fire. 

©FFF

En quarts de finale, c’était un sacré morceau qui attendait Hervé Renard et ses filles. L’Australie, pays hôte. Ce n’était pas seulement une équipe que les Bleues devaient affronter, mais tout un pays et son peuple. 

L’affaire était bien entamée. Comme à leur habitude, les Françaises brillaient par leur maîtrise de la balle en première période. Mais la réaction australienne ne s’est pas fait attendre… Petit à petit, l’équipe de France reculait et pliait sous les coups de l’attaque adverse. Malgré cette dynamique à leur désavantage, les Bleues arrachaient les prolongations. Et après trente minutes supplémentaires, c’est finalement aux tirs aux buts que le sort de ces deux équipes allait se décider. 

Pour l’occasion, Hervé Renard joue son dernier atout. La jeune gardienne Solène Durand remplace Pauline Peyraud-Magnin pour les pénaltys. Et ça marche… A plusieurs reprises, la portière française sauve la mise de son équipe. Mais à chaque fois, son homologue australienne lui répond. 

Et en fin de compte, c’est Vicki Becho, la dixième tireuse française, qui craque. Sa frappe est repoussée par le poteau, et au pénalty suivant, l’Australie confirme sa victoire et son passage en demi-finale. 

Le coup est dur, les images de la jeune attaquante française en pleurs après son échec font mal au cœur. Une fois de plus, l’équipe de France n’aura pas réussi à accéder au dernier carré. 

©FFF

En fin de compte, c’est une surprenante équipe espagnole qui ramène la coupe à la maison après avoir surclassé la Suède en demi, puis l’Angleterre en finale. Premier succès mondial amplement mérité pour la Roja qui s’impose comme une nouvelle place forte du football féminin. 

Côté bleu, la déception est forte, inutile de le nier. Une élimination de la sorte, il n’y a pas plus frustrant. Mais c’est aussi dans la défaite que ce jeune groupe va apprendre. Malgré une préparation éclaire, les Bleues ont montré un visage séduisant lors de cette Coupe du Monde. Offensivement, on parle sans aucun doute d’une des meilleures équipes de la compétition, et la combativité des filles d’Hervé Renard a fait souffrir tous leurs adversaires sans exception. 

Les cadres ont répondu présentes et des jeunes se sont révélées. A un an des Jeux Olympiques de Paris 2024, nous pouvons être optimistes sur le futur visage de l’équipe de France. 

Alors comme d’habitude, on reste ÀBLOCK! derrière nos Bleues ! 

Ouverture : FFF

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Greta Andersen

Greta Andersen, la nageuse qui a failli se noyer aux JO

Elle a appris à nager sur le tard, ce qui ne l’a pas empêchée de marquer de son empreinte l’histoire de la natation mondiale. Greta Marie Andersen, bientôt 94 ans, a porté haut les couleurs du Danemark en bassins et en eau vive. Un parcours extraordinaire qui aurait pu connaître une issue dramatique lorsqu’elle manqua, de peu, se noyer lors des Jeux Olympiques de Londres, en 1948. Portrait d’une nageuse « à la coule ».

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme oiseau qui prend son envol, deux basketteuses prêtent pour un rêve américain, une actrice nouvelle star du fitness (Kate Hudson sur notre photo), une combattante bientôt aux JO, le sport en question ou deux initiatives qui prennent leur pied, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Glissez jeunesse !

Glissez jeunesse !

Ce sera Gangwon ! Le CIO a validé l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2024 dans cette province de Corée du Sud. Les meilleur.e.s jeunes athlètes des sports d’hiver s’y rencontreront du 19 janvier au 1er février 2024.

Lire plus »
Gertrude Ederle

Gertrude Ederle, l’Américaine qui a mis la Manche à ses pieds

Elle n’aimait pas qu’on lui impose des limites. Et l’a prouvé. Après une tentative avortée, Gertrude Ederle devient, en 1926, la première femme à réussir la traversée de la Manche à la nage. L’Américaine, tout juste 20 ans, va aussitôt devenir la coqueluche de son pays. Avant de sombrer dans l’anonymat le plus total.

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Maria Sharapova

Maria Sharapova, 5 infos pour briller au revers

Sur les terrains, au début des années 2000, la joueuse de tennis russe a rapidement marqué les esprits par sa détermination acharnée et son talent affirmé. Dotée d’un tempérament de feu, avec la raquette ou en entreprenariat, Maria Sharapova a conquis les courts et les cœurs. Malgré les soupçons de dopage, même après sa retraite sportive. Retour en 5 infos sur une icône qui a porté haut les couleurs de son pays.

Lire plus »
Charline Picon

Charline Picon : « La planche à voile, c’est clairement ce qui m’a construit. »

Apaisée, combative, imprévisible aussi. La véliplanchiste Charline Picon, championne olympique en titre depuis Rio, en 2016, médaillée d’or pour la 5e fois aux Championnats d’Europe, ce samedi au Portugal, vogue désormais vers Tokyo 2021. Car cette reine de la glisse n’a pas pris sa dernière vague et éclabousse tout sur son passage. Nous l’avions rencontrée en décembre dernier, avant qu’elle ne fête cette nouvelle victoire, l’occasion de la mettre de nouveau en avant. Car cette sportive en a des choses à dire ! Et à partager.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Médaillée de bronze à la poutre aux championnats d’Europe de 2019, en Pologne, couplé à l’argent au concours général individuel des Jeux européens de Minsk, en Biélorussie, la gymnaste de Saint-Etienne, Lorette Charpy, victime d’une grave blessure au genou en mars dernier, n’avait pas pu participer aux JO de Tokyo et ne sera pas non plus aux Championnats du monde, le mois prochain. Mais elle ne lâche rien et se prépare déjà pour Paris 2024. Entre deux séances de rééducation, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Mylène Chavas, la gardienne qui touche au but

Mylène Chavas, la gardienne qui touche au but

Du haut de ses 24 ans, elle conserve toujours près d’elle son ballon…et son sang-froid. Gravir les échelons sans brûler les étapes, c’est la recette de la deuxième gardienne des Bleues. Cet Euro sera peut-être l’occasion de prouver qu’elle en a sous le gant.

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner