Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Rose Nathike Lokonyen

Le sport pour refuge

Rose Nathike Lokonyen
Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Par Sophie Danger

C’était à Rio de Janeiro, il y a un peu plus de quatre ans. Le 5 août 2016 pour être précise. Alors que la nuit commençait à plonger la mégalopole brésilienne dans la pénombre, Rose Nathike Lokonyen entrait, elle, triomphalement dans la lumière en défilant, du haut de ses 21 ans, sous une bannière inédite, celle des « réfugiés », à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 31e édition des Jeux Olympiques modernes.

Un souvenir inoubliable pour la jeune Sud-Soudanaise que rien, pourtant, ne prédestinait à vivre une telle expérience. Il faut dire que, jusqu’alors, la vie n’avait pas été tendre avec elle.

Rose Nathike Lokonyen
©DR

Originaire de Chukudum, une petite ville du Soudan du Sud, Rose Nathike Lokonyen n’avait en effet jusqu’alors connu que la guerre. Elle n’est qu’une enfant lorsque les combats entre les Didinga, sa tribu, et celle des Toposa poussent sa famille à fuir. « Ils sont venus de nuit et ils nous ont attaqués se souvient-elle avec émotion dans les colonnes de USA Today. Avec mes parents, nous avons couru vers un buisson pas loin, c’est là que nous nous sommes cachés. »

S’en suit une nuit de terreur avant un exode forcé. Il y aura d’abord un interminable périple à pied, puis en camion avant que Rose Nathike Lokonyen, ses parents et ses frères et sœurs ne parviennent à rejoindre le Kenya. Sains et saufs.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés les prend alors en charge et les installe à Karkuma, une grosse bourgade du comté de Turkana située à 90 kilomètres de la frontière sud-soudanaise où se dresse, depuis 1969, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde.

Petit à petit, le quotidien s’y organise. La jeune exilée reprend le chemin de l’école. Lorsque l’un de ses professeurs lui propose de participer à un défi sportif, elle accepte. L’enjeu, pourtant, est énorme : dix kilomètres à parcourir, aucune expérience de la course. « Certains d’entre nous couraient sans chaussures, comme moi s’amuse-t-elle dans une interview accordée à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. C’était la première fois que je courais, et je suis arrivée deuxième, j’ai été très surprise ! »

Rose Nathike Lokonyen
©UNHCR-Benjamin Loyseau

Grisée par cette expérience, Rose Nathike Lokonyen se prend au jeu. Et commence à courir. Matin et soir. Chaque jour. Inlassablement. En 2015, elle s’inscrit au départ d’un 5 000 mètres, à destination des habitants du camp, organisé conjointement par le Comité International Olympique et Tegla Loroupe, première Africaine à avoir remporté le marathon de New York.

L’apprentie fondeuse s’impose et prend immédiatement la direction du Tegla Loroupe Training Camp for Athlete Refugees basé à Ngong, pas loin de Nairobi, en compagnie de 42 autres jeunes talents.

Rose Nathike Lokonyen
©DR

Pendant des mois, la jeune déracinée va s’entraîner. Apprendre. Découvrir. Jusqu’à ce jour de juin 2016 qui va définitivement sceller son destin. Rose Nathike Lokonyen est retenue, avec neuf de ses compagnons de fortune, pour participer aux Jeux Olympiques de Rio.

Honneur parmi les honneurs, elle est également désignée porte-drapeau de cette première équipe de réfugiés de l’Histoire. « Je suis très excitée confiait-elle alors au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. C’est la première fois que les réfugiés ont une chance de participer aux Jeux Olympiques. Ça nous donne de l’espoir et ça va nous permettre d’encourager les jeunes générations restées dans les camps à faire fructifier leur talent. »

Rose Nathike Lokonyen
©CIO

Alignée sur 800 mètres au Brésil, la protégée de Tegla Loroupe ne parviendra pas à rivaliser avec ses concurrentes. Sportivement, il est encore trop tôt et son parcours s’arrête dès le premier tour.

Mais l’essentiel, finalement, était ailleurs. En foulant le tartan du Maracaña, la jeune Sud-Soudanaise a réussi, devant pas moins de trois milliards de téléspectateurs, à évoquer le sort des quelques 65 millions de personnes qui, comme elle, ont été contraintes de quitter leur pays, leur patrie, pour échapper aux persécutions dont ils étaient victimes. « Être réfugié ne signifie pas que nous ne sommes pas des êtres humains comme les autres rappelait-elle avec justesse. Nous pouvons faire ce que les autres font. »

Rose Nathike Lokonyen
©JubaTV2

Depuis, Rose Nathike Lokonyen poursuit son chemin. Son temps, elle le partage entre l’université où elle étudie la gestion d’entreprise, et la compétition. Présente aux Mondiaux de relais au Japon en 2017, qualifiée pour les Championnats du monde d’athlétisme de Londres la même année puis ceux de Doha, deux ans plus tard, elle rêve à présent de goûter, de nouveau, au frisson olympique et s’entraîne pour Tokyo.

Et si la pandémie de Covid-19 a compliqué ses plans, elle sait désormais mieux que quiconque que la ténacité finit toujours par payer. « Dans la vie, n’abandonnez jamais conclue-t-elle dans un entretien accordé à l’agence de presse chinoise Xinhua. Il ne faut jamais perdre espoir. Pour moi, le sport signifie beaucoup. Il m’a fait connaître et il a inspiré d’autres réfugiés. Le sport m’a aussi évité de n’être qu’une réfugiée. Vous n’êtes pas que des réfugiés, c’est seulement un terme. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si “fit” que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut “la femme la plus rapide du monde” était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »